Batman Forever: Et le carnage commenca…

afficheRésumé du film

Bruce Wayne est toujours hanté par le souvenir de l’assassinat de ses parents lorsqu’il était enfant. Il continue malgré tout, chaque nuit, à combattre le crime en tant que Batman. Il intervient encore une fois de plus pour contrecarrer les plans de Double face. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’un nouveau criminel va s’associer à Double face. Son nom : L’homme mystère, qui a créé un gadget permettant de manipuler la pensée. La lutte s’annonce périlleuse. L’arrivée de Dick Grayson, jeune adolescent ayant assisté à la mort de ses parents va entrer dans la vie de Bruce Wayne et pourrait peut être tout changer.

Infos sur le film

Réalisé par Joël Schumacher

Avec Val Kilmer, Nicole Kidman, Chris O’Donnell, Tommy Lee Jones, Jim Carrey

Genre : Fantastique, Action, Thriller

Nationalité : Américain, Britannique

Durée du film : 1h55 environ

kilmerkeaton

Exit Tim Burton, place à Joël Schumacher

Les deux premiers Batman étaient réalisés par Tim Burton. Les deux films étaient très sombre, mature, des décors gothique, l’utilisation de couleurs froides. Jugés trop sombre par la Warner Bros, la société de production décida que la franchise Batman devait se diriger vers un plus large public. Batman Forever se dirige donc vers un divertissement familial. Ce qui malheureusement, casse le coté sombre et propre de l’univers de Batman. Du coté des décors, on changement totalement. Gotham devient une ville à l’architecture plus urbaine, moderne et avec des couleurs très colorées. On a cette sensation de voir une sorte de spectacle de cirque tout au long du film. Les costumes et l’ambiance font aussi trop bon enfant. Le film perd de son charme. L’ambiance n’est plus la même. On s’éloigne totalement de l’approche faite par Tim Burton dans les 2 premiers opus. D’une part, c’est très déstabilisant de voir le gouffre immense entre les versions de Burton et celles de Schumacher et d’une autre, d’une autre, on a la sensation de voir un film parodiant les aventures de l’homme chauve souris. Car il faut le dire, le film est un vrai désastre et même si c’est toujours un plaisir de voir un nouveau Batman, la déception est omniprésente du début jusqu’à la fin. D’une part pour son casting qui, malgré le fait qu’il y est d’excellents acteurs et actrices, a une approche complètement à coté de la plaque sur les personnages qu’ils incarnent. Une explosion de couleurs trop flashy donnent un coté beaucoup trop théâtral au film qui n’en avait absolument pas besoin. On sent que Schumacher ne sait pas sur quel pied danser. Entre la version de son prédécesseur et la sienne, le film est beaucoup trop léger. La batmobile quand à elle change de style. Un coté « squelette » de voiture et ressemble plus à un jouet pour enfant. De multiples gadgets sont ajoutés à la voiture tout comme la panoplie de Batman.

              Batman-Forever-batman-8591566-700-380 batman-forever-1995-24-g

Des personnages hystériques à souhait

Les méchants sont trop caricaturaux, ne font que des grimaces, sur jouent, trop hystériques à en devenir agaçants. Leurs costumes sont eux aussi bien trop colorés rendent du coup leurs personnages encore plus excentriques. Qu’il est dommage de voir que le talentueux Tommy Lee Jones qui campe dans le film le rôle de Harvey Dent alias Double face, n’arrive absolument pas à donner le coté schizophrène, torturé et propre à se personnage. Il ne fait que de s’inspirer maladroitement de la performance de Jack Nichoslon dans son rôle du Joker. Le design de son costume ainsi que le maquillage sont ratés. Jim Carrey quand à lui, campe le personnage d’Edward Nigma alias L’homme mystère « ou le sphinx ». L’acteur qui a un talent comique qui n’est plus besoin de prouver, ne fait que de calquer plus ou moins les personnages déjantés qu’il interprétait dans sa filmographie. 1h50 de grimaces. L’homme mystère devient du coup, une sorte de clown féru de devinettes et qui idolâtre Bruce Wayne. Où est passé le scientifique ayant un Q.I incroyable et utilisant cette intelligence pour construire des pièges mortels ? On remarque dans le film que le personnage VEUT être Bruce Wayne. Copiant ses mimiques, sa gestuelle, son look. On ne sait pas d’où est venue l’idée au réalisateur mais oui, il a osé le faire. Autre chose décevante, nous n’assistons pas à la naissance des deux vilains. Sauf de celle d’Edward Nigma mais très mal travaillée. Les deux vilains en font des tonnes. Ca part dans tout les sens, ca devient très encombrant pour nous en temps que spectateur. A croire que les acteurs se sont tous trompés de personnages. L’actrice Nicole Kidman succède à Michelle Pfeiffer et Kim Basinger dans le rôle de la Bat-girl. Un personnage  qui fantasme sur Batman. Dès sa première scène, on l’a voit tenter de séduire par tout les moyens Batman à coup de répliques plus ou moins salaces. Complètement obsédée par l’homme chauve souris. Dois-je rappeler qu’elle est censée incarner une psychologue  spécialisée dans le dédoublement de la personnalité? Devrait-elle elle aussi consulter ? Tellement triste de voir une actrice si talentueuse jouer un personnage aussi ridicule et agaçant. Avec son rôle dans le film, je l’aurai plutôt vue dans le rôle d’Harley Quinn, ancienne jeune médecin psychiatre qui deviendra l’assistante du Joker. Elle avait visiblement toutes les cartes en main pour interpréter plutôt se personnage.

jim tommy nicole

Val Kilmer : nouveau Batman

Parce qu’il n’aimait pas la direction que prenait Batman Forever, l’acteur Michael Keaton se retira du projet. Après plusieurs acteurs annoncés, c’est l’acteur Val Kilmer qui entre dans la peau du milliardaire Bruce Wayne mais aussi de l’homme chauve souris. Val Kilmer qui, très bon en playboy, apporte un nouveau souffle au personnage de Bruce Wayne. On nous parle à travers des flashbacks de son enfance et du décès tragique de ses parents. Il y a une excellente et brillante psychologie sur le personnage car, le fait d’amener le personnage de Robin « Dick Grayson » permet d’ajouter un point commun aux deux personnages. Les deux sont orphelins. Bruce Wayne qui a réussi à combattre les démons de son passé replonge de nouveau dans le cauchemar qu’a été son enfance lorsque ses parents ont été assassinés sous ses yeux. Il revit le décès de sa famille en voyant Dick, dans la même situation qu’il avait été. Dick, rongé par la souffrance mais aussi par la colère, a soif de vengeance, tout comme Bruce. Seulement, il essaye par tous les moyens de convaincre Dick de ne pas faire la même erreur qu’il a faite. Il devient du coup une sorte de père de substitution pour Dick. Des tensions entre les deux hommes vont se faire ressentir tout au long du film. Dick voulant à tout prix se venger, Bruce tentant de l’en empêcher. C’est l’une des choses les mieux travaillées du film. Du coté de Val Kilmer dans la peau de Batman, c’est la grande déception. Le costume a été retravaillé et laisse sincèrement un gout très amer dans la gorge des fans des deux premiers Batman. L’esprit, l’âme du personnage de Batman a totalement disparue laissant place à un héros kitsh, ahuri, inexpressif voir constipé. On lui ajoute pour couronner le tout une pseudo love story avec le docteur Chase Meridian. Le personnage enchaine les répliques nous plongeant dans de l’autodérision pure et dure. Je ne parle même pas d’une scène qui achève totalement le personnage et qui nous montre un Bruce Wayne enfilant son nouveau costume. Attention aux yeux !

          Batman Forever-Batmobile Batman_Forever_-_Robin_6

Très bon pour un enfant, très mauvais pour un adulte

Je l’avoue, quand j’étais enfant, j’étais un grand fan de Batman Forever et Batman Et Robin « comme quoi, la production avait bien fait son travail. La faute à quoi ? La faute à son coté enfantin et aussi commercial « beaucoup de produits dérivés comme des figurines et autres gadgets dont tout fan de Batman voulait absolument posséder ». Force est de constater que des années plus tard, sans « cracher » sur cette nouvelle franchise, je suis outré par la direction prise par la production et aussi le réalisateur. Dès le début du film, on voit déjà que Tim Burton a quitté le navire « même s’il est toujours producteur ». Le thème principal à changé et nous donne l’amère sensation d’assister à un spectacle sur Batman plutôt qu’un nouveau film. Que dire aussi de la première réplique du film ? Après nous avoir montré Bruce Wayne enfilant son costume et préparant ses nouveaux gadgets, il est abordé par son majordome Alfred au moment de monter dans la batmobile et qui lui dit : Puis-je vous convaincre d’apporter un sandwich avec vous monsieur ? Et Batman répondant : J’irai au restoroute. Avouez que cette réplique en dit long sur ce qu’il va suivre car, oui, ca continue encore. Que dire aussi des bruits dans le film ? Chaque mouvements lors d’affrontements, chaque bruit de voiture, d’utilisation de gadgets sont risibles à souhait. Le réalisateur a du engager le bruiteur des dessins animés des Loney Tunes. D’ailleurs, qui dit Looney Tunes, dit Warner Bros. Coïncidence ? Le film marque aussi l’arrivée du futur coéquipier de Batman : Robin. Pour l’interprété, c’est l’acteur Chris O’Donnell qui s’y colle. Là encore, c’est la catastrophe, il joue une sorte d’adolescent rebelle au grand cœur et pro en arts martiaux « la scène où il étend son linge est juste tordante tant elle est ridicule». Il faudra aussi que l’on m’explique pourquoi rajouter au costume de Batman, une coquille pour l’appareil génital du héros, des tétons et nous offrir un plan horrible sur le derrière très moulant de Batman.

20141005_161402

En conclusion

Pour conclure brièvement, ce nouveau Batman est décevant sans pour autant être nul. Toute la subtilité et l’esthétisme de Tim Burton s’en est allé en même temps que lui et Michael Keaton et laisse place à un film caricatural et parodiant l’homme chauve souris. Des idées il y en a de très bonnes mais elles sont malheureusement très mal utilisées. La distribution est elle aussi très bonne mais elle est très mal distribuée au niveau des rôles. Les couleurs sont trop vives, les musiques trop grand guignolesque, les effets spéciaux décevants, les répliques désespérantes. Reste une très bonne approche de la psychologie de Bruce Wayne et une très bonne interprétation du personnage par son interprète qui se vautre par contre lamentablement dans le rôle de son alter ego. Le coté bourrin lors des combats se rapproche plus cette fois de la version de la série télé des années 60. Reste à quand même apprécier le fait de revoir une nouvelle aventure de Batman et aussi de revoir avec grand plaisir le personnage d’Alfred toujours interprété par l’excellent Michael Gough ou bien le retour de Pat Hingle dans le rôle du commissaire Gordon. Je dois l’avouer, j’ai quand même aimé son coté très comics. Prochainement, un film qui récidive et enfonce encore plus le clou, la suite de Batman Forever : Batman et Robin. Attention, vous n’avez pas fini de voir Batman s’enfoncer encore plus dans les méandres du nanar. Il ne méritait pas ca, Schumacher lui, l’a fait.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.