Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

American Nightmare: Le cauchemar commence

amRésumé du film

En l’an 2022, parce que l’Amérique déborde de criminalité, le gouvernement a donné son accord pour qu’une fois par an et pendant 12 heures, toutes activités criminelles soient légalisées. Tous les services médicaux sont suspendus pendant ces 12heures. La police et les pompiers ne peuvent intervenir. Il est interdit d’attaquer un représentant de la loi. Durant toute cette nuit, les citoyens font leur propre loi sans craindre la moindre sanction à leur encontre. Au cours de la nuit, la famille Sandin qui vit dans un quartier très chic, c’est offert un système de sécurité capable de dissuader tout acte criminel des citoyens. Seulement, cette nuit là, un inconnu frappe à leur porte. Et si les Sandin n’étaient pas en sécurité dans leur propre maison ?

Infos sur le film

Réalisé par James DeMonaco

Avec Ethan Hawke, Lena Headey, Max Burkholder

Genre Thriller , Epouvante-horreur

Nationalité Américain

Durée du film : 1h20 environ

Interdit aux moins de 12 ans.

The-Purge-130529-01-700x393

Rappel : Durant la purge annuelle, le respect de la loi sera suspendu

A l’heure où aux Etats unis, les meurtres se font de plus en plus nombreux, où même aller au cinéma relève de la survie »rappelons nous de cet homme déguisé en Joker à l’avant première du dernier batman et qui avait ouvert le feu sur une centaine de spectateur venu voir le film », le réalisateur à eu l’idée de nous raconter une histoire qui fait froid dans le dos et qui, un jour, prochain, pourrait tout à fait arriver »espérons que ca ne soit jamais le cas ».Avec le sujet très inquiétant et alarmant « s’il devait dans un futur prochain » arriver, il y a matière à débattre. Les critiques du film d’ailleurs sont divisées. Certains l’ont trouvé trop malsain »ca peut se comprendre », d’autres ont trouvés l’idée originale mais pas asser exploitée.Petit budget pour un film qui a cartonné aux Etats unis. Tellement cartonné qu’une suite est annoncée pour 2014 voir 2015. A croire que la violence est une partie de la culture des américains.

51b82886a469a

D’où est né cette idée de film ?

Le réalisateur raconte qu’un jour, alors qu’il était en voiture avec sa femme, un chauffeur a presque faillit le percuter de plein fouet. Au moment de repartir, la femme du réalisateur lui a dit » si seulement on avait le droit à un meurtre une fois par an. Déjà je conseille à cet homme de changer de femme toute suite. Choquant. Tellement choquant que ca n’est jamais sorti de la tête du réalisateur. C’est quelques années plus tard, en séjournant quelques jours au Canada, que le réalisateur c’est rendu compte de la différence du degré de violence des évènements retransmis aux journaux télévisés de ce pays par rapport aux Etats unis. Il c’est donc particulièrement intéressé à cette fascination qu’ont les américains envers la violence. Le réalisateur a aussi fait un constat sur le comportement qu’à eu le gouvernement après le passage de l’ouragan Katrina. Le gouvernement a eu une absence totale de réaction face aux problèmes de pauvreté du pays. Une passivité des politiciens face à ce drame. American Nightmare est né quelques temps plus tard.

21015136_20130625150947162.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Rappel : Durant la purge annuelle, Tous les services médicaux seront suspendus

Je ne suis pas du tout pour la violence. Mais lorsque vous avez des hommes armés rentrant dans votre maison et qui menacent de tuer un membre de votre famille, la possession d’une arme a feu est quasi-obligatoire. A utiliser vraiment en ultime recours donc et pour protéger les siens voir se protéger soi-même. C’est un peu ce que le réalisateur a voulu nous montrer dans le film. La famille Sandin c’est installée un système de sécurité dans toute la maison. Des stores en aciers, une porte blindée, une caméra de sécurité à l’entrée de la maison, des autres caméras installées dans toute la résidence. Le tout contrôlé par l’ordinateur principal que seul un membre de la famille Sandin peut utiliser. Le chef de famille possède même une armoire avec une dizaine d’armes à feu. Autant dire qu’il a de quoi être rassuré. Le film tombe un peu dans le cliché. En gros les pauvres sont les chasseurs et les riches : les proies. Les riches ont de quoi se protéger alors que les pauvres non. Vous ne verrez pas ce qu’il se passe dans les rues. L’intrigue se concentrant uniquement sur la famille Sandin. Tout est montré dans les informations que les Sandin regardent. Ils sont en gros spectateurs même s’ils ne passent pas les 12 heures à regarder le journal télévisé.

La-belle-histoire-d-American-Nightmare_article_landscape_pm_v8

Consigne de survie : restez loin des fenêtres

On joue avec nos nerfs dans ce film. Un huit clos qui se concentre sur cette riche famille qui vit dans un très bon quartier. Même style que la série Desperate Housewives. Tout le monde est souriant, tout le monde est gentil. Le quartier est bien protégé. James Sandin travaille depuis des années sur un système permettant aux habitants d’être barricadé et à l’abri dans leur maison avec son système de sécurité. Nous voyons donc dès le début du film, cet homme se vanter des très bons chiffres d’affaire qu’il a fait grâce à son invention « vous comprendrez que tout système peut être percé et que ca ne se passera pas comme prévu». James à une femme « un peu la bonne à tout faire », un fils d’une dizaine d’années »adepte de nouvelles technologies et renfermé sur lui-même et sa fille de 16 ans « rebelle qui étudie dans une école pour fille et qui cache son petit ami dans sa chambre ». La famille : cliché. Faisons main basse sur ce petit défaut qui est pratiquement dans tous les films du genre. Ce que j’ai apprécié dans le film c’est l’évolution des personnages. Le père par exemple qui se prend pour un homme bien prend conscience qu’il avait tout faux et qu’il n’est pas si en sécurité que ca. Qu’il n’est pas maitre de son destin. Un homme qui pense tout contrôler dans sa maison mais qui au final sa trompe lourdement. D’ailleurs au début du film on le voit sur son visage. Sur de lui. Petit à petit, le doute apparait sur ses traits. La peur est présente, la colère aussi. Le but de « la purge » est de faire ressortir toute la haine et la violence qui est en chacun de nous. « Quel meilleur moyen que d’aller zigouiller notre cher patron qui nous a dans le collimateur ? ». C’est drôle mais sa fait encore une fois froid dans le dos.

      american-nightmare-photo-4 purge

Feriez-vous confiance à votre voisin ?

Encore une autre chose choquante dans le film. Rien n’empêche les voisins de s’entretuer. Un sourire que l’on voit tous les jours peut se changer rapidement le jour de la purge. Je me suis posé la question pendant tout le film : et si la famille Sandin commençait à s’entretuer ? Tout peut arriver. Quand on voit les tensions qu’il y a au sein de cette famille, on est en droit de se poser la question. Sans compter le petit ami de la fille ainé de du monsieur Sandin qui entre et sort de chez eux comme bon lui semble. Beaucoup de violence mais ce n’est pas pour autant une boucherie. On joue surtout avec le suspense. Pas de temps mort. Les acteurs sont très bons et n’en font pas trop malgré les clichés cité précédemment. Mention spéciale pour Ethan Hawke qui, une fois de plus porte le film sur ces épaules. Lena Headey qu’on a pu voir dans la série Terminator ou bien dans le film 300 change radicalement de rôle. Plus posée et plus apeurée que dans les autres rôles de dure à cuire qu’elle a eue dans le passé. Rhys Wakefield qui joue le rôle d’un chef de bande masqué joue aussi très bien et glace le sang avec son sourire aussi impressionnant que celui du joker dans Dark Knight. On ne sait pas de quoi il est capable. Un coup passif, un coup totalement incontrôlable. Un vrai psychopathe. Pas beaucoup de musique, c’est bien filmé, des retournements de situations, des petits sursauts sont à prévoir mais tout est pratiquement téléphoné »le coup du réfrigérateur par exemple que l’on voit constamment dans les films d’horreur ». Le sujet du film a le mérite de faire réfléchir. Une famille tranquille qui au final va se retrouver plongé dans l’horreur la plus totale à cause de la générosité de leur petit garçon qui voulait sauver un homme traqué. On voit que dehors, c’est le chaos. L’homme montré comme un être qui doit décider de qui doit vivre et qui doit mourir. C’est tellement vrai.

         xKulPrwFDJ4S7joOFVmf-RpyMsg 355610-american-nightmare-le-reve-pour-le-620x0-2

Conclusion

Malgré le fait que le film soit vraiment choquant, même s’il y a eu pire dans le passé, il est intéressant de voir le message qu’à voulu transmettre le réalisateur. Une bonne morale finalement malgré tout les excès de violence. Entre drame et horreur. Le film est malheureusement trop court et pas asser exploité »là je suis d’accord avec certaines critiques ». Je vous laisse découvrir cela en allant voir le film qui a, malgré les petits clichés et l’histoire traumatisante, a le mérite d’être vu. Un film intense.

Publicités

Tagué: , , , , , ,

Classé dans :épouvante, Horreur, Thriller

1 réponse »

Rétroliens

  1. American Nightmare 4, Les origines : Après la trilogie, la prélogie ? – Le Cinéma de Mister J

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :