Crazy Joe: Jason Statham dans un rôle plus travaillé

crazyjoeRésumé du film

Joey Jones, ex-soldat devant passant à la cour martiale suite à un incident survenu en Afghanistan et où ce dernier était directement impliqué, s’enfui à Londres. Devenu un sans abri, il essaye de survivre dans la rue. Alors qu’il échappait à deux agresseurs, Joey s’introduit dans un appartement inoccupé et trouve de quoi démarrer une nouvelle vie. Il décroche un emploi en temps que plongeur dans un restaurant. Petit à petit, grâce à sa volonté et ses aptitudes aux combats au corps à corps, il gravie les échelons et termine par être homme de main de la mafia chinoise. Ces nouveaux employeurs lui font rapidement confiance et ce dernier est surnommé Crazy Joe « à cause de ces méthodes ».

Infos sur le film

Avec Jason Statham, Vicky McClure, David Bradley

Genre Action , Thriller

Nationalité Britannique , américain

Durée du film 1h40 environ

débutcrz

Que vaut Statham en temps qu’acteur ?

Quand on va voir un film avec Jason Statham, il faut s’attendre à de la castagne, des répliques qui fusent, et une quasi-absence de scénario. Un film nerveux en somme où on peut l’espace d’une petite heure trente, éteindre son cerveau et passer un bon moment devant ce super héros des temps moderne. J’ai toujours été fan de cet acteur mais depuis le dernier transporteur, j’ai l’impression qu’il tourne en rond. Cantonné toujours au même genre de rôle. Quelle ne fut pas ma surprise en regardant les 10 premières minutes de Crazy Joe. Enfin un film où Statham montre son talent d’acteur et non de bagarreur. On le sent tous, il est brillant dans sa pratique des arts martiaux et du maniement d’arme. Mais, en temps qu’acteur, que vaut-il ? Crazy Joe nous donne donc un aperçu du talent de Statham.

gqunv3zrPdrlg3ktX9SEh58eytj Crazy_Joe20520339.jpeg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Jason Statham : Robin des bois des temps modernes

Un début de film simple. Ca se passe en Afghanistan, Staham est un militaire envoyé en mission. Alors qu’il escorte un terroriste avec son équipe dans un véhicule blindé, il voit toute son équipe mourir sous les feux de l’ennemi. Lui seul est resté en vie. Quelques années plus tard, à Londres, la nuit, les caméras de surveillance de la ville scrutent les moindres recoins des rues à la recherche d’un déserteur qui devait passer en cour martial. Parmi des sans abris, un homme et une femme tentent de fuir deux hommes armés qui font du racket. C’est Joey Jones qui « on ne sait pas pour quelles raisons » est celui que la police recherche et qui en plus de cela est la cible de deux trafiquants de drogue. Ce dernier arrive heureusement à leur échapper et entre par effraction dans un appartement inoccupé. Après un brin de toilettes »il en avait grand besoin », ce dernier apprend que le résident de l’appartement est absent pendant des mois. C’est l’occasion pour Joey de refaire sa vie et tenter de retrouver son amie. Après avoir trouvé dans tout le courrier du propriétaire de l’appartement une carte de crédit, Joey par à la banque et stupéfait, s’aperçoit que le propriétaire est un homme très riche. Avec l’argent qu’il a retiré, tel un robin des bois des temps modernes, Joey donne l’argent à celle qui l’a aidé lorsqu’il était à la rue : sœur Christina qui vient en aide aux sans abri. Alors qu’il s’habitue à son nouveau style de vie, Joey est rattrapé par son passé douloureux mais aussi apprend que son amie a été assassinée. Entre son nouvel emploi comme homme de main de la mafia chinoise et sa quête de rédemption, Joey va devoir faire un choix : continuer à vivre dans l’illégalité ou vivre dans la légalité.

original-645881-202

Trois histoires pour un film

Vous l’aurez compris, il se passe beaucoup de choses dans ce film. Pas brouillons, il y a cependant pas mal de va-et-vient au niveau des histoires. Le personnage de Joey est tiraillé par son passé et a même des hallucinations. Après avoir vécu pendant quelques mois dans la rue, il a la chance de pouvoir refaire sa vie. Le personnage est vu au début par un voleur. Il vit dans un appartement inoccupé, porte les vêtements du propriétaire, vole son argent qu’il donne aux sans abri. Il a tout du robin des bois qui vole aux riches pour donner aux pauvres. Il essaye de se reconstruire mais pas de la bonne manière. Après avoir travaillé dans les cuisines d’un restaurant chinois, le voila qui travaille pour la mafia chinoise. Avec tout l’argent qu’il arrive à gagné, il fait preuve d’une grande générosité envers les sans abri avec qui il a vécu dans la rue mais aussi envers sœur Christina qui se demande comment il a pu avoir tout cet argent si rapidement. Joey a aussi une femme et une petite fille et il essaye de subvenir à leur besoin. Seulement Joey ne s’occupe pas de lui. Comme s’il était mort. Il se moque de vivre dans l’illégalité, il veut seulement aider les gens dans le besoin. Pas mal d’interactions entre lui et sœur Christina permettent de voir la réelle évolution du personnage et de la sœur aussi. On en apprend beaucoup sur cette femme et on fini par s’y attacher. Pourquoi est-elle devenue nonne par exemple. Cette dernière essaye de raisonner Joey lorsqu’elle apprend son emploi. A coter de cela, elle l’aide aussi à retrouver l’assassin de son amie avec qui il a vécu dans la rue. Nous avons donc, un homme qui tente de refaire sa vie, chercher la rédemption mais qui est aussi en quete de vengeance.

crazyjoephoto4

Un film qui ne s’essouffle pas

Malgré les va-et-vient comme je le disais précédemment, le film ne tombe pas dans le brouillon. C’est bien construit et on arrive à s’y retrouver. Statham qui nous avait habitués à la castagne nous montre ses talents d’acteurs. On le voit blessé, détruit par son passé. Un personnage qui se cherche tout au long du film. Qui à cause de ce qu’il a fait quand il était soldat, essaye de se racheter. Un personnage qui évolue constamment du début à la fin. Statham passe de bagarreur à un père tentant de renouer des liens avec sa fille, vient en aide aux sans abris. Un vrai super héros mais pas forcément bon sur toute la ligne. Les scènes d’actions sont peu nombreuses, on est plus dans le thriller dramatique que dans le film d’action pur où on a eu l’habitude de retrouver Statham. Les musiques sont très bonnes et nous font penser au style du film Les promesses de l’ombre. Normal, c’est le scénariste du film qui cette fois passe derrière la caméra. Et pour une première fois, c’est très bon. C’est très bien filmé, les quelques scènes de combats sont bien chorégraphiées et impressionnantes comme d’habitude, le caméraman a vraiment utilisé la caméra comme il faut. Pas de tremblements, on n’en perd pas une miette. De l’action, du drame mais aussi du rire avec de bonnes répliques comme Statham a l’habitude de faire. Toujours un peu macho, Crazy Joe donne l’occasion à l’acteur d’être plus humanisé en montrant ses faiblesses et aussi la générosité dont il fait preuve tout au long du film. On s’aperçoit au final que le personnage de Christiana cherche aussi tout comme Joey à oublier son passé. L’un vivant dans la rue et le monde du crime, l’autre vivant au service de dieu et des gens dans le besoin. Une très bonne psychologie des deux personnages.

crazy-joe-hummingbird-10-07-2013-2-g

Alors à voir ou non ?

C’est un grand oui. Pour une fois qu’un film n’est pas ce qu’il semblait être après avoir vu son affiche et sa bande annonce. C’est l’occasion rêvée. De très bons acteurs, un film sur la rédemption, la religion, la recherche de soi. Le tout ponctué par une très bonne musique, de très bonnes scènes d’actions, des scènes poignantes, de l’humour, de beaux décors Londonien, un film profond, des personnages attachants. Nous avons même droit en prime à une petite histoire d’amour impossible entre Joey et Christina qui a des obligations envers le couvent. Une histoire d’amour vraiment sincère et émouvante. Pourtant, la femme n’est pas une bimbo et en est très loin. Un bon point supplémentaire. Le film fait penser à une épopée. Un héros en quête de justice. Du renouveau dans la filmographie de Jason Statham. Une prestation surprenante qui permet de voir l’acteur sous un nouveau jour. Vraiment émouvant. Par contre le message que l’on peut voir sur l’affiche du film « ils lui ont tout pris sauf sa soif de vengeance » est totalement faux. Il serait temps de regarder jusqu’au bout les films messieurs les journalistes et distributeurs francais.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.