Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

La belle et la bête, 2014: Visuellement magnifique mais est-ce suffisant?

belleetbeteafficheRésumé du film

Il était une fois, un riche marchand qui se retrouvera ruiné lors du naufrage de ses navires. Il partit s’exilé avec sa famille à la campagne. Parmi ces six enfants, se trouva Belle. La plus jeune de ses filles. La plus joyeuse et la plus simple. Lors d’un voyage, le marchand découvrit un château paressant abandonné. Ayant volé une rose qu’il voulait offrir à sa fille, le marchand est condamné à mort par la Bête, le maitre du château. Se sentant responsable du sort de son père Belle décide de prendre la place de son père et, contre toute attente, s’installe au château de la bête qui la laisse en vie. Chaque soirs, La belle et la bête se retrouvent au diner afin d’apprendre à se découvrir. Belle tente de percer le mystère du château et découvre l’histoire dramatique d’un prince arrogant transformé en horrible monstre pour un terrible crime qu’il a commit des années auparavant.

Infos sur le film

Réalisé par Christophe Gans

Avec Léa Seydoux, Vincent Cassel, André Dussolier

Genre : Fantastique, Romance

Nationalité : Français, Allemand

Durée du film : 1h54 environ

La-Belle-et-la-Bete-2014-1

Des points positifs mais beaucoup de points négatifs

Je suis asser déçu par le film. Je trouve que ca ne gage pas asser d’émotion. A des moments, le film semble ne pas dégager d’âme. C’est sur, il y a un long gouffre entre la version Disney et la version de Christopher Gans. J’ai trouvé que la magie opérait moins dans ce film. Il est très dur d’être objectif en ayant vu le film Disney en premier. Le film a cependant d’excellentes qualités. D’abord les costumes qui sont fidèles à l’époque. Ensuite les effets spéciaux qui m’avaient déjà laissé sans voix en ayant vu la bande annonce du film. Les décors sont vraiment très beau, très féériques. Le réalisateur du film avait déclaré dans une interview être influencé par les films d’animation de Miyazaki. L’univers verdoyant, le coté féérique, des personnages secondaires loufoques. Il me fait beaucoup penser au film Le château ambulant. Le film est destiné aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Les enfants verront le film d’une certaine manière et les adultes d’une autre. Les enfants sont plus à s’intéresser à l’esthétique du film, aux créatures, les costumes, la bête, le château. Alors que les adultes eux se focaliseront peut être plus sur la relation entre la belle et la bête. C’est là que j’ai été aussi déçu. La relation entre les deux personnages n’est pas asser développée, pas asser travaillée. La belle étant plus mise en avant que la bête. Ont les voix très peu à l’écran ensemble, très peu d’interaction entre les deux personnages. Comment voulez-vous qu’on s’attache à l’heure histoire.

la-belle-et-la-bete la-belle-et-la-bete-12-02-2014-34-g andré

Du coté du casting

Au niveau des acteurs, j’ai trouvé le jeu de Léa Seydoux vraiment très bon. Une voix douce, un personnage très proche de son père mais rejeté par ses 3 frères et 2 sœurs. Une jeune femme simple, classique. L’actrice n’en fait pas des tonnes dans son jeu. Ce qui est plutôt rare. Vincent Cassel qui campe le rôle de la bête est très bon. Un personnage qui a du être dur à jouer. Que se soit la gestuelle mais aussi les expressions du visage, tout est vraiment parfait. Une voix grave, il ne parle pas très fort mais on entend très bien le grondement de sa voix ce qui rends le personnage très impressionnant. Il est mystérieux, ces mouvements sont violents ce qui ne manquera pas de faire sursauter à certains moments le spectateur. Une bête plus moderne que la version Cocteau. Nous avons le droit à une sorte de flashback qui nous montre comment la malédiction est arrivée mais aussi quel homme il était avant de devenir cette bête. Les actrices Audrey Lamy et Sara Giraudeau campent les sœurs de Belle. Une très grosse déception pour les deux actrices qui surjouent pendant tout le film. Tant et si bien qu’elles deviennent agaçantes malgré leur coté comique. André Dussolier joue quand à lui le rôle du père de Belle. Un homme riche qui a perdu toute sa fortune. Qui est aussi très proche de sa fille Belle. Malgré le fait qu’il perdu sa fortune, il ne se laisse pas pour autant abattre et s’avère être un battant seulement tout va basculer le jour où il va rencontrer la bête. Jonathan Demurger, Nicolas Gob et Louka Meliava jouent eux les frères de belle. Nicolas Gob que certains auront pu voir dans la série policière française « Les bleus premiers pas dans la police » se débrouille plutôt bien dans son rôle de Maxime et s’avère être un personnage asser charismatique comparé aux deux acteurs qui jouent le rôle des deux frères de Belle. A jeune homme qui a de très mauvaises fréquentations et qui va devoir en payer le prix fort quitte à mettre en danger toute sa famille à cause d’une dette qu’il n’a pas payé. Eduardo Noriega joue le rôle de Perducas, le grand méchant du film. Un homme qui ne pense qu’à la fortune et sa petite personne. Très bon rôle pour l’acteur charismatique.

la-belle-et-la-bete-photo-529db018485d8Picture 10 la-belle-et-la-bete-4

belleet

La légende renait au cinéma

Le film met trop longtemps à démarrer. On s’attarde trop sur l’histoire du père de belle, perdant sa fortune et devant s’installer à la campagne dans une petite maison avec toute sa famille. On perd au moins un quart d’heure pour ca. Finalement, pendant le reste du film, on a l’impression qu’il manque quelque chose. On n’a pas vraiment le temps de s’attacher aux personnages du film. Ce qui a gâché une bonne partie du film mais fort heureusement, au milieu, on commence à ressentir quelque chose. Comme si le film avait retrouvé son âme perdue. Ca devient enfin émouvant. Du coté des musiques c’est un sans faute. Les musiques sont magnifiques. Tantôt angoissantes, tantôt féériques, tantôt dramatiques. Tout colle parfaitement. Le réalisateur maitrise aussi très bien la caméra. Très belle réalisation avec des effets ralentis vraiment réussis et très beaux. Ce qui permet de rendre certaines scènes d’action très intenses. Le film a un coté très magique avec de très belles couleurs. Nous avons droit aussi à de petites créatures ressemblant à des chiens de la race des teckels appelés Tadums. Les créatures se cachent sous la cheminée ou bien sous les meubles. Des créatures adorables qu’on pourrait bien voir dans un film de Joe Dante le réalisateur de Gremlins. Le petit cri qu’ils émettent ressemble d’ailleurs beaucoup à celui de Gizmo le mogwai. Le film comporte pas mal de moments légers, de passages amusants, du drame mais malheureusement très peu de romance. A noter la célèbre scène de Disney où la belle et la bête dansent ensemble qui est incluse dans cette version et qui s’avère être non seulement un très bon clin d’œil au dessin animé mais aussi le moment le plus intense du film.

Picture 16

Pour conclure

Résultat mitigé pour un film que j’avais vraiment hâte de voir après avoir cette bande annonce si intense. Le film met du temps à démarrer à cause de la trop grande mise en avant de cette histoire de fortune perdue, les acteurs et actrices mettent au moins un bon quart d’heure avant de jouer enfin juste, la relation La belle/ La bête n’est pas asser travaillé tant et si bien qu’on se demande comment les deux personnages vont devenir amoureux. Pour le reste, c’est une grande aventure visuellement bluffante avec des musiques d’une intensité rare pour un film français. La réalisation est excellente avec des effets spéciaux aussi beaux qu’une superproduction américaine. Vincent Cassel et Léa Seydoux nous offrent une prestation étonnante et sincère mais malgré tout, l’alchimie fonctionne plus quand la bête est présente à l’écran que vers la fin du film où….vous verrez. Un mélange de fantastique, féérique, et d’aventure. Le film parait cependant à des moments très creux et ne parvient pas à totalement nous émouvoir ce qui est fort dommage. Le personnage de la bête n’est aussi pas asser mis en avant alors que la prestation de Cassel est brillante. Un très bon point aussi pour le costume de la bête ainsi que l’aspect physique du personnage. Les expressions du visage du monstre montrent le coté fragile et torturé du personnage, le rendant attachant. Finalement, le film est quand même à voir mais n’espérez pas ressentir autant d’émotion que la version de Cocteau ou celle de la version de Disney. Le réalisateur a finalement eu plus d’ambition pour le coté visuel du film que pour l’émotion et l’histoire.

la-belle-et-la-bete-5

Publicités

Tagué: , , , , , , ,

Classé dans :Fantastique, Romance, romantique

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :