Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Edward aux mains d’argent: Un des plus beaux films fantastique

posteredwardRésumé du film

Il était une fois un inventeur vivant isolé des autres dans un sombre château sur une colline. Parce qu’il se sentait seul, l’inventeur créa un jeune homme : Edward qui fut comme un fils pour lui. L’inventeur lui donna un cœur pour aimer et un cerveau pour comprendre. Il éduqua Edward du mieux qu’il pu. Le vieil homme était très âgé et, un jour, il mourut avant d’achever son œuvre laissant Edward avec des ciseaux aux lames acérées à la place des mains. Edward demeura alors seul dans le château. Mais l’arrivée d’une femme se présentant à sa porte va alors permettre à Edward de sortir de son château et découvrir le monde extérieur. Seulement les hommes pourront-ils l’accepter ?

 

Infos sur le film

Réalisé par Tim Burton

Avec Johnny Depp, Winona Ryder, Dianne West, Vincent Price

Genre: Fantastique, Comédie, Romance

Nationalité: Américain

titre

Un chef d’oeuvre du cinéma

Edward aux mains d’argent est ce que l’on peut appeler un classique, un film intemporel « tout comme je le disais pour E.T » qui même s’il date un peu maintenant, n’en demeure pas moins culte. Pour moi, le meilleur de Tim Burton. Dès le début du film, nous sommes plongeons dans ce conte, cette fable poétique. Le logo de la Twenty Century Fox apparait sous la neige. L’image est dans un couleur froide sous une musique du compositeur Danny Elfman. Des chœurs lointains se font entendre et se rapprochent de plus en plus, la musique est douce, envoutante, un sentiment de bien être mais aussi de tristesse se fait alors ressentir. En quelques secondes, le réalisateur Tim Burton parvient déjà à nous émouvoir. La magie est déjà présente et le restera jusqu’à la fin du film. Vous faites partie intégrante du spectacle. Le générique commence avec l’ouverture de la porte d’un manoir très sombre et effrayant au premier regard et pourtant…Le titre du film apparait alors avec un mouvement de ciseaux s’ouvrant. Puis la caméra nous fait parcourir toutes les parcelles du manoir très sombre et gothique. Des machines étranges apparaissent puis une pluie de biscuits prend le relais, puis des mains et le visage d’un vieux homme endormi « surement l’inventeur  et maitre du manoir». La musique se termine ensuite sous la neige prenant de plus en plus d’ampleur. Le film commence alors.

 

Où sont vos parents ? Votre mère ? Votre père ? 

Il est toujours endormi.

 

coeur

L’histoire extraordinaire d’un jeune homme peu ordinaire

C’est un fait, même s’il parait humain, Edward n’en est pas un. Très difficile d’imaginer que sous cette enveloppe ce cache une machine faite de rouages et de métal. Ne reste que le visage du jeune homme qui lui parait humain. Nous sommes à mi-chemin entre un robot et la créature du docteur Frankenstein. Le créateur d’Edward qui construisait avant des machines très étranges pour fabriquer des biscuits, a récupéré certains éléments de ses robots afin de créer un homme. Le jeune homme ne vieillit pas, n’a pas besoin de s’alimenter ou même de dormir. Il est un être parfait. Parfait presque puisque son créateur n’a pas pu terminer son œuvre. Il manque au jeune homme des mains. Edward possède, à la place, des ciseaux avec des lames aussi tranchantes qu’un couteau bien aiguisé. Tim Burton mets l’accent aussi sur quelque chose de très important : Edward, même s’il n’est pas humain, a un cœur. Cœur que beaucoup d’humains semblent avoir oubliés l’utilité. Son créateur et aussi père, l’a élevé tout comme un père élève son propre fils. Edward possède une morale et une gentillesse absolue. Mais le jeune homme est quelque peu naïf, timide et enchaine les maladresses. Il faut dire que vivre dans un manoir sans personne d’autre que son père ne l’a pas rendu très sociable et pourtant, lorsqu’il rencontrera le premier être humain, aucune méchanceté ne se fera ressentir. Edward ne sait cependant pas qu’il est très différent des humains. Nous ne savons pas très bien pendant combien de temps Edward est resté seul dans son manoir mais vu la poussière présente dans toute sa demeure, on peut dire qu’il a été créé au début de notre siècle. Une femme « Pegg » se présente un jour à lui. La femme est représentante en cosmétique « ca tombe bien Edward est couvert de coupures au visage ». Coïncidence ? Au début terrifié elle se rend compte finalement qu’Edward n’est pas méchant et, ne voulant pas le laisser seul, elle décide alors de l’emmener chez elle dans une banlieue résidentielle. Edward découvre alors l’extérieur. Le bonheur se lit sur son visage. Le regard émerveillé comme un enfant. Hélas tout le quartier ne tarde pas à voir le nouvel arrivant, le commérage étant monnaie courante, Edward devient le centre de toutes les conversations.

debutt

Pegg découvre le manoir où elle y rencontrera Edward

Edward_131

Edward découvre la maison de Pegg

Edward-Scissorhands-edward-scissorhands-5048484-852-480

Les commères du quartier

limonade

Ne servez jamais de limonade à Edward

Du pur génie imaginaire

Edward aux mains d’argent est du vrai génie créatif. Visionné beau nombre de fois, il m’arrive encore maintenant de découvrir de nouveaux symboles et explication de telle ou telle scène. Ce film est philosophique, psychologique. Nous assistons là à une œuvre magique, un chef d’œuvre. Le jeu d’acteur de Johnny Depp est exceptionnel. On lit sur son visage triste une souffrance cachée. Souffrance de la perte d’un être chère : son père. Une voix douce et calme, une gestuelle très robotisée. L’arrivée de Pegg dans sa vie mais aussi la famille de Pegg va changer le visage du jeune homme. Pegg va être pour Edward une mère de substitution très protectrice. Le jeune homme va aussi ressentir pour la première fois de sa vie un sentiment très fort : l’amour. L’amour il le ressentira en rencontrant la fille de Pegg : Kim « interprétée par la ravissante Winona Ryder ». Un amour qui parait impossible et ne semble pas réciproque du coté de Kim qui voit en Edward rien de plus qu’un monstre. Oui mais comme tout beau conte qui se respecte, il y a une morale : la beauté vient du cœur. Petit à petit, une complicité va s’installer entre Edward et Kim mais un homme monstrueux est aussi présent : le petit ami de Kim. Une brute au cœur de pierre qui cherchera par tous les moyens à mettre des bâtons dans les roues d’Edward qui peine déjà à se faire accepter dans le quartier. Mais Edward va aussi connaitre la gloire lorsqu’il montrera que ces ciseaux peuvent être utiles. Il s’improvisera alors jardinier ou bien alors coiffeur. Beaucoup de rire lors de ses scènes mais tout ne sera pas rose.

edward-scissorhands-blu-ray-screenshot-0043727-I-824

Edward a un vrai talent de sculpteur sur arbres.

edwardscissorhands048

Pas facile pour Edward de manger. Il n’y a qu’à voir comment il s’en sort avec des petits pois.

chien

Edward s’improvise toiletteur canin

s640x480

De la violence dans le film ?

En effet, la violence n’est peut être pas présente visuellement mais bien présente intérieurement. Tout ce qu’Edward ressent mais n’exprime jamais, toute cette tension qui le fait souffrir explosera vers le milieu du film. Des explosions de violences assez choquantes, des scènes hallucinantes où jamais la violence n’a été aussi bien montrée à l’écran. Edward se déteste, déteste son image, déteste ce qu’il est. Edward est gentil, beaucoup trop gentil. Tant et si bien que les gens se servent de lui. Il sait qu’il est à des moments manipulé, qu’on se moque de lui, que certains sont hypocrites envers lui mais il préfère acquiescer et faire ce qu’on lui demande. Ce qu’il veut c’est être accepté. Il va apprendre aussi le mensonge et toute la méchanceté humaine. Ce qui ne manquera pas de le faire souffrir encore plus. Tim Burton fait un constat et mets l’accent sur la méchanceté humaine. Un monde humain qui ne peut plus être changé. Des êtres cruels qui ne font que jugés ceux qui sont différents. Il y a une grande différence entre Edward et le monde des humains et nous ne tardons pas à le voir. Malgré de multiples séquences comiques dans le film, le coté dramatique est bel et bien présent. L’injustice est elle aussi là. Le monde des humains qui vivent dans leur routine, leur petite bulle, qui vont de si de là à vaquer à leur banales activités est très bien montré. En d’autre terme, un monde replié sur lui-même. C’est dur à voir mais c’est une réalité. Edward est aux yeux de certains résidents, une créature diabolique. Ca ne vous rappelle pas Frankenstein ?

mèreprotectrice

Pegg, une mère très protectrice envers Edward qui se retrouve sans famille.

neige

Une des plus belles scènes du film

movie-screencaps-edward-scissorhands-3431598-1024-576

Le bonheur avant le drame

momentouchant

Le moment le plus touchant du film

scissorhands2

Pour conclure

Même si le film a un coté tragique, il a aussi un coté féérique. Comment oublier la scène la plus mythique et la plus féérique montrant Winona Ryder dansant sous la neige sous une musique enchanteresse ? Bien que le début du film soit très sombre, le monde humain lui est très coloré. Mais le look gothique étant la touche personnelle de Tim Burton , l’atmosphère du film aura toujours une ambiance sombre. Triste, cynique et rêveur. Voila ce qu’un film de Burton. Edward aux mains d’argent est ce qui se rapproche le plus d’un rêve. Un conte qui peut facilement se placer avec les contes des frères Grimm ou bien Perrault. Nous assistons à un vrai spectacle extraordinaire. Du rire, des larmes, de la tragédie, des répliques magnifiques, rien n’est laissé au hasard. Surtout pas non plus la musique qui joue dans le film un rôle primordial. On ne peut qu’applaudir encore une fois la créativité et l’imagination débordante de Tim Burton. Son film est un classique, un monstre du cinéma, un spectacle féérique qui ne peut pas laisser indifférent. On s’attache très rapidement au personnage d’Edward mais aussi petit à petit aux autres membres de sa famille adoptive, on rit en voyant Edward tenté de manger des petits pois ou bien couper les cheveux d’une femme du quartier qui lui fait du gringue, on s’éprend devant cette histoire d’amour très Shakespearienne entre Edward et Kim, on souffre en voyant Edward être ridiculisé et maltraité par le petit ami de Kim. Seul bémol, je trouve le film injuste et parfois même brisant. Un sentiment de mélancolie prend place petit à petit dans cette histoire. La cruauté humaine est vraiment terrible et notre pauvre Edward en apprendra à ses dépend. En d’autres mots, il n’y a pas de place pour le rêve dans le monde des humains. Mais c’était sans compter sur l’univers merveilleux du cinéma !

20150104_102809

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Comédie, Fantastique, Films cultes et sagas à voir, Romance, romantique, Tim Burton

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :