Sinister 2: Monsieur Boogie est de retour pour vous jouer un mauvais tour!

sinister 1Petit rappel des faits survenus dans le film précédent

Ellison Oswalt est un auteur écrivant des romans policiers. Parce qu’il manque d’inspiration pour son prochain livre, il décide d’emménager avec sa famille dans une maison où a eu lieu un terrible assassinat. Une famille entière a été retrouvée inexplicablement pendue. Une investigation de la part d’Ellison prendra place lorsqu’il découvrira dans le grenier de la maison des bobines 8mm contenant les images de meurtres d’autres familles. Qui a filmé ces meurtres ? Pour quelles raisons ? Et quelle est cette entité surnaturelle présente sur les vidéos de chaque films et qui semble en vouloir à la famille d’Ellison ?

sinister 2 posterRésumé de Sinister 2

James Ronson, ex sheriff, c’est reconverti en détective privé et reprend l’enquête sur cette sombre affaire de meurtres inexpliqués. Son enquête le mènera dans une église à coté d’une maison où a eu lieu le même phénomène. Alors qu’il voulait la réduire en cendre afin d’éviter que le mal ne s’y répande, James s’aperçoit que la maison est occupée. Une jeune mère de famille y vit avec ses deux fils. Cette petite famille sera confrontée à la créature surnaturelle portant le nom de Bagul, qui est bien décidé à mettre la main sur les enfants de la jeune femme. Bagul revient pour commettre de nouveaux meurtres horribles.

Infos sur le film

Réalisé par Ciaran Foy
Avec James Ransone, Shannynn Sossamon, Robert Sloan
Genre : Epouvante, Horreur
Nationalité : Américain, Britannique
Durée du film : 1h40 environ

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Bagul, le croque-mitaine refait des siennes
hou les vilains enfants
On aurait presque un hommage au film « Les démons du maïs ». Film qui nous contait l’histoire d’un jeune garçon entraînant tous les enfants de son village à massacrer les adultes.

Sinister premier du nom reprenait le concept de la famille installée dans une maison hantée. Le film n’était pas très original mais l’ambiance, la qualité de la mise en scènes et les sursauts étaient au rendez vous. Beau succès au box office et au niveau des critiques, une suite était plus qu’envisageable. Et bien souvent, qui dit suite, dit manque d’originalité. Bizarrement, cette suite, intitulée Sinister 2 s’avère être une suite intéressante sans pour autant révolutionner le genre. Alors que le premier film comptait quand même la participation d’Ethan Hawke au casting, Sinister 2 mise sur un casting d’acteurs pas vraiment connus mais qui livrent dans ce film un jeu d’acteur sincère, plus que convenable et balaye surtout les clichés habituels. Niveau frayeur, n’ayez aucune crainte. A force de vouloir nous faire sursauter dans chaque film d’horreur depuis des années, les réalisateurs n’arrivent plus trop bien à surprendre le spectateur qui connait toutes les ficelles pour éviter de brusquer son petit cœur. Apparition de l’entité derrière le dos d’un personnage, apparition de l’entité pendant que le petit bambin essaye de s’endormir, présence dans le placard, voir sous le lit. Tout est téléphoné. Les jumpscares sont une fois de plus prévisibles. Le coté angoissant et effrayant du premier opus n’est pas vraiment présent dans cette suite mais ca ne signifie en aucun cas qu’il n’est pas de bonne qualité. Bien au contraire. Un autre type de forme d’horreur prend place. L’horreur visuelle et auditive. Nous avons une excellente trame scénaristique avec un acheminement moins prévisible que dans tout ce que l’on peut voir habituellement dans un film. Cette fois nous avons une vraie histoire, un vrai développement de nos protagonistes. Tout n’est pas axé que sur l’histoire principale de ce boogeyman manipulant des enfants pour qu’ils assassinent leur famille. Ce qui nous permet d’éprouver de l’empathie pour nos protagonistes qui vont tous en baver pendant les 1h40 de film.

cam super8
Ca c’est du matos de professionnel! Et qui plus est, soigné !
Un concept intéressant qui en terrifiera plus d’uns

Des rebondissements qui font leur petit effet de surprise, les codes classiques du cinéma d’épouvante respectés, un scénario qui fonctionne, un jeu d’acteur qui tient la route, Sinister 2 est très bon même s’il comportera des points négatifs. Ce qui est original et qui surprendra bons nombres de spectateurs dans ce film c’est la présence de petits courts métrages « réalisés plus ou moins par Monsieur Bagul en personne » qui mettra vos nerfs à rudes épreuves. Dans ces vidéos, sont mises en scènes des meurtres horribles de familles. Des courts métrages filmés avec une caméra Super 8 « caméra ancienne » comportant une qualité d’image vieillie et rendant du coup l’ambiance assez malsaine. On en viendrait presque à devoir faire une préparation psychologique avant de voir ces scènes. Certains ne seront pas choqués « surtout les habitués des films les plus trash et glauques déjà réalisés », d’autres risques peut être de ne pas tenir jusqu’au bout. Même acheminement pour chaque vidéos : la famille vit sereinement sa petite vie, filmée par une caméra qui est cachée, puis nous faisons un saut de quelques heures pour voir cette même famille en position de soumission et prête à être exécutée .Le but : voir si vous arrivez à rester jusqu’à la de ces courts métrages qui seront parsemés dans le film. Je vous rassure, il n’y en a pas autant que ca. Comment cette histoire de courts métrages prend place ?

Qu’est ce que vous faites tous dans ma chambre? Personne n’entre dans ma chambre.

Notre petit Dylan « le plus fragile psychologiquement de la famille » est convié chaque soirs par des enfants décédés « dont il arrive à les percevoir et communiquer avec » à regarder des vidéos de leurs meurtres ainsi que de leur famille. De quoi passer une super nuit. Le but : voir si Dylan sera capable de faire la même chose que ce qu’il voit dans les vidéos. Le tout observé par Bagul, le mettre de scène et entité surnaturelle qui force chaque enfant de chaque famille à les assassiner. Bagul est un charmant homme aux cheveux longs, défiguré et portant un chic costume pour nous montrer à quel point on peut être classe même quand on fait peur. Un personnage imposant physiquement, reste son maquillage un peu trop « déguisé ». Par contre on reprend très bien le mythe du croque-mitaine dont l’histoire terrifie les enfants. D’ailleurs le surnom de Bagul était Monsieur Boogie « traduction en Anglaise de Croque-mitaine » dans le premier Sinister. Mais pourquoi veut-il que les enfants filment le meurtre de leur famille ?

sinister courts metrages

Casting intéressant et personnages charismatiques

Ce qui selon moi fait la force du film en plus de sa mise en scène c’est son casting. Pourtant, en regardant les protagonistes de plus prêt, ils n’ont rien de ce que l’on a l’habitude de voir dans un film de cette veine. Toujours le même cliché : la bimbo et le beau gosse ou en tout cas, des acteurs et actrices qui permettront à certains spectateurs de se rincer l’œil. Pour Sinister 2, nous avons des acteurs et actrices simples sans aucuns artifices. Simples, qui ont leurs problèmes et devront, en plus de cette histoire de meurtres, devoir y faire face.

sini1On sera surprit de retrouver James Ronson « interprété par l’acteur James Ransone », ex sheriff qui avait enquêté avec le personnage incarné par Ethan Hawke dans le premier Sinister et qui fait son retour dans cette suite. Tout le contraire du caractère des personnages que l’on a l’habitude de voir. Très attachant de part son coté maladroit, un peu trouillard sur les bords « ce qui permet d’avoir une sorte de relation avec le spectateur apeuré » , un grand manque d’assurance, attentionné et un coté très protecteur. Ce qui vous fera sourire et vous permettra de souffler un peu se sera les réactions qu’il aura pendant son enquête. C’est ce que j’ai le plus aimé chez le personnage. On se sent comme connecté à lui qui voit le mal en face à face. Réaction plutôt humoristique tout en gardant un peu de sérieux. Un personnage plus qu’appréciable qui brille par son charisme. Juste un petit bémol, son enquête patauge un peu alors qu’il a tous les éléments qui sont les coupables et surtout leurs motivations.

Shannyn Sossamon « que vous avez pu voir entre autre dans la comédie 40 jours et 40 nuits » joue le rôle de Courtney Collins, la résidante de la maison où a eu lieu un meurtre. Aussi touchante que crédible et du coup, attachante elle aussi. Dès sa première apparition, c’est une femme fragile au passé marqué par les violences de son mari. Toujours aux aguets, la peur de devoir être confronté à nouveau à son mari qui usera de tous les moyens pour avoir la garde de ses fils. Elle n’a pas idée de ce qu’il se passe dans la maison qu’elle occupe et devra faire face au mal absolu ayant prit pour résidence sa maison. Ce qui sera intéressant sera les interactions qu’elle aura avec James Ronson, qu’elle prendra au début pour un homme travaillant pour son ex mari et voulant récupérer ses fils.

C’est là que nous pourrons parler de notre point négatif : les enfants. Comme d’habitude, et c’est devenu une grande mode depuis pas mal de temps dans les films d’horreur, les enfants tiennent toujours une place importante dans ses films et y jouent un rôle majeur. Sinister 2 ne déroge pas la règle. Deux garçons : l’un gentil, l’un méchant. D’ailleurs le réalisateur a eu l’excellente idée d’embaucher de vrais frères dans la vie réelle ce qui permet de rendre au moins ca de crédible.

dylanOn commence par le petit Dylan »interprété par Robert Sloan » qui dans le passé était constamment frappé par son père et qui a du coup bien du mal à vivre sa vie de petit garçon. Rajoutons à cela son frère qui ne fait que de le rabaisser et le brutaliser. Le problème avec cet acteur c’est que oui, il est attachant mais son jeu laisse cruellement à désirer. Presque inexpressif, on ne le sent absolument pas investi dans son rôle sauf lorsqu’il est confronté à la peur elle-même. Dylan a un secret. Je vous le donne en mille : il peut voir les enfants décédés et leur parler. Toutes les nuits, Dylan sera réveillé par l’un d’eux et plus ou moins forcé d’aller au grenier pour regarder les vidéos des meurtres. En échange, Dylan ne fera plus jamais de cauchemars la nuit.

zachDartanian Sloan « ne vous moquez pas de son prénom ! » interprète lui le rôle de Zach Collins, le frère de Dylan. Au début du film, on le sent assez proche de son frère même si on peut déjà voir quelques tensions entres les deux. Petit à petit, c’est une autre facette du personnage que nous verrons. Une facette très sombre. Quand il verra que son frère a été choisi par les enfants décédés pour accomplir un nouveau meurtre, Zach sera tellement jaloux qu’il en viendra à frapper son frère et le forcer à lui céder la place. Pour jouer le rôle du grand frère cruel et violent « avec en prime le petit sourire presque maléfique », l’acteur y arrive parfaitement. D’ailleurs, en croisant son père « qui frappait sa mère et son frère » on peut remarquer quelques traits similaires avec lui.

N’oubliez pas d’allé aux toilettes avant d’entrer dans la salle

siniParce qu’il faut toujours aller aux toilettes « au cas où on sursauterait pendant le film », je vous recommande chaudement d’éviter de manger du pop corn ou au moins le finir avant le début du film « afin d’éviter de verser tout le contenu de la barguette sur votre voisin de devant ». Sinister 2 est bon, certes pas autant que le premier du coté de l’épouvante et de l’horreur mais très bon du coté de son histoire et de son jeu d’acteurs. Un joli mélange des genres : drame, petit soupçon de comédie, épouvante et horreur. Malheureusement, coté scénario c’est un peu quelque chose de brouillon que nous avons là.

Entre cette enquête qui n’avance pas, l’histoire avec Dylan qui va ou non commettre l’assassinat de sa mère et de son frère, les problèmes entre Courtney et son mari qui veut reformer une famille, l’histoire avec Bagul, ca commence à faire beaucoup pour nous spectateurs qui avons du mal à joindre les morceaux de tout cela. Notre intrigue principale en viendra au bout de quelques minutes à passer en second plan. Nous nous éparpillons du coup avec tout un tas d’éléments qui ne sont pas tous exploités et n’apportent pas vraiment d’utilité au film. Moins de sursauts, plus de l’ambiance malsaine et tendue, Sinister 2 arrive quand même à remplir son rôle de film d’épouvante.

le film nous permettra d'explorer plus en profondeur la mythologie de bagul jumpscare famil sinister

Rajoutons à cela le fait que nous comprendrons enfin comment les enfants sont manipulés par Bagul pour faire leurs films. Le film est aussi esthétiquement soigné mais les crimes par contre sont abominables sans pour autant tomber fort heureusement pour nous dans du gore. Les courts métrages par exemple ne vous montreront jamais de boyaux, de têtes déchiquetées. Tout n’est que sous-entendu mais en montrent suffisamment pour en choquer plus d’uns. Sensations fortes garanties pour notre film qui, même si les sursauts seront prévisibles pour certains, jouera beaucoup sur son ambiance glauque et sombre la nuit tombée. L’atmosphère sombre et mystérieuse du premier film disparait un petit peu mais nous avons enfin des réponses aux questions laissées en suspend. Un peu banal, gentillet malgré certaines scènes un peu choquantes, mais une belle mise en scène, une musique qui donne une ambiance encore plus angoissante et terrifiante, un développement plus qu’appréciable des protagonistes. Comme si ca ne suffisait pas, on se doute qu’une suite sera envisageable. Mr Boogie n’a pas fini de nous faire frémir.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.