Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Seul sur Mars: Quand Matt Damon cultive des patates sur Mars

seul sur Mars afficheRésumé du film

Lors d’une expédition sur Mars, une tempête oblige les astronautes à quitter d’urgence la planète et d’abandonner l’un des leurs Mark Whatney, laissé pour mort lors de l’incident. Contre toute attente, l’astronaute a survécut et est désormais seul sur la planète, sans aucun moyen de la quitter. Il devra faire appelle à son intelligence pour tenter de survivre sur cette planète hostile et trouver un moyen d’entrer en communication avec la Terre avec le matériel restant sur Mars. De leur cotés, sur Terre, les dirigeants de la Nasa, prennent connaissance de la survie de l’astronaute et devront tenter le tout pour le tout afin de lui porter secours. Une organisation d’une grande envergure se prépare alors.

Infos sur le film

Réalisé par Ridley Scott
Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels
Genre : Science fiction
Nationalité : Américain
Durée du film : 2h25 environ

Matt Damon, seul sur Mars

4SEULAprès les sensationnels Gravity et Interstellar, un nouveau voyage dans l’espace nous attend avec cette fois-ci, un voyage sur la planète Mars. Le grand Ridley Scott aux commandes, le film promettait de vivre quelque chose de faire. Sentiment très mitigé pour le film qui a plus des allures de feel good movie plutôt que de film claustrophobique jouant sur les nerfs du spectateur. Non pas que le film soit mauvais mais, il est très dur de rentrer dedans. La faute à un personnage principal peu développé et des séquences entrecoupées dues à des passages se déroulant dans les locaux de la Nasa. Nous avons donc d’un coté la tentative de survie de notre astronaute et de l’autre la situation de la Nasa.

2SEUL

On nous montre comment la Nasa doit gérer un incident de son envergure, ce qu’elle doit dire dans leur de conférences de presse. Elle a une image à tenir. Mise en place d’une mission de sauvetage qui prendra beaucoup de temps. Construction d’une nouvelle fusée, moyens financiers, logistique, distance séparant la Terre de Mars, un sauvetage très compliqué dont le spectateur en aura connaissance. Malgré les tentatives d’équilibrage entre les scènes sur Mars et sur Terre, on se frustre. Du coup, avec ces quelques longueurs, pas un seul moment on ne prendra peur pour notre héros, pas un seul moment la tension ne sera présente. On sait clairement que le film se finira bien même si le sauvetage ne sera pas facile. Le danger n’est pas si présent que ca pendant la totalité des 2h25 de film.

Un personnage principal dont on éprouve peu d’empathie

5seulOn ne tisse pas vraiment de lien avec ce personnage, n’éprouvons pas vraiment d’empathie pour lui. Un personnage sympathique, drôle mais on en restera là. C’est dommage et plutôt frustrant. On espérait mieux. Tout comme sa musique se tournant vers le disco. C’est original, c’est un fait, mais est-ce que c’est suffisant pour gagner le cœur du spectateur en demande de sensation forte ? Peut-il réussir à rentrer dans le film, c’est incertain. Je pensais repartir, comme pour Gravity, avec un thème musical dans la tête. Il n’en sera rien pour Seul sur Mars qui ne compte aucun titre vraiment marquant. Là où il n’y aura rien à tergiverser ce sera du coté de l’esthétisme de notre film. Mars comme si on y était.

On nous promettait plus ou moins que le film serait un mélange entre le film Seul au monde et Gravity. Le problème c’est qu’il aurait fallut que la majeur partie du film ne soit axée que sur le protagoniste principal. La solitude n’est pas montrée comme dans Seul au monde où la peur de mourir, la survie dans un lieu méconnu et la folie s’installait chez le personnage. Là, clairement, Mark Whatney est on ne peut plus calme. Ou bien est- ce le fait de son expérience en tant qu’astronaute et botaniste qui lui permet de tenir le coup. Mais l’image de ce naufragé de l’espace est pour le moins intéressante ( surtout une séquence où le voit assis sur sa valise comme pour attendre un bus). Situation assez comique.

3SEUL

Là où le film réussit c’est du coté du génie de notre personnage qui réussira à faire pousser des pommes de terres sur Mars grâce à ses talents de botanistes. On sait très bien que c’est pratiquement infaisable et pourtant, la manière sera pour le moins ingénieuse et lui permettra du coup d’avoir suffisamment de vivre le temps qu’une équipe de secours vienne le chercher. Mais, gare aux imprévus. Mars sait se montrer hostile. N’espérez néanmoins pas voir des traces de vie ou des petits bonhommes verts. Mark est vraiment seul sur Mars. Le premier habitant de cette planète. Ce n’est pas rien !

Au final

finseulSeul sur Mars divisera surement les spectateurs. Certains apprécieront le coté feel good movie et donc moins stressant de Gravity dont on se finissait par s’en ronger les ongles, d’autres trouveront justement que le film est un peu trop optimiste. Matt Damon, que l’on avait déjà vu dans Interstellar, retourne une fois de plus dans l’espace mais cette fois-ci, sur Mars. Malgré son charisme et le caractère attachant de l’acteur, on n’éprouvera pas vraiment d’empathie envers lui. Pas d’informations sur sa vie, seul son poste d’astronaute sera développé. On appréciera quand même l’esthétisme du film, le jeu des acteurs (Jessica Chastain qui crève l’écran, Jeff Daniels qui nous montre qu’il soit jouer autre chose que les pitres avec Jim Carrey dans Dumb et Dumber) et quelques scènes humoristiques permettant de souffler un vent de légèreté à se film. Pas de réelles musiques entrainantes. Que de la Disco (merci les coéquipiers de notre protagoniste) accompagnera notre film. Scénario trop prévisible (même s’il y a de bonnes trouvailles) dont on sait clairement la manière dont il se terminera ne nous permettra pas d’éprouver cette sensation d’angoisse et stress omniprésent dans Gravity qui voyait notre pauvre Sandra Bullock, tenter de survivre dans ce vide immense qu’est l’espace. Quant à la coopération entre les Etats Unis et la Chine, ca parait peu plausible. Une réalisation soignée, mais des longueurs, beaucoup de longueurs. Entre un personnage sympathique mais un peu creux et des allers et venus Nasa/ Mars, la lassitude se fait ressentir. Que ce soit Interstellar ou Gravity, l’émotion tenait une grande place. Pour Seul sur Mars, il n’y a rien. Aucune empathie ne se dégage pour qui que ce soit. On suit le film mais on n’est pas vraiment dedans. Resterons les 30 dernières minutes, dynamiques, enfin angoissantes et donc prenantes. Divertissant mais sans plus. Un film que je vous recommande quand même, même s’il comporte de nombreux défauts.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , ,

1 réponse »

Rétroliens

  1. Romance intergalactique |

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :