Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Le diable s’habille en prada: Anne Hathaway face à la tyrannique Meryl Streep

le diable s habille en prada afficheRésumé du film

Récemment diplômée en journalisme, Andrea Sachs, jeune femme vivant à New York avec son petit ami, est contactée par une maison d’édition éditant le grand magazine de mode Runway. Dirigé par Miranda Priestly, une rédactrice en chef tyrannique qui recherche une seconde assistante, Andrea se rend très vite compte qu’elle est très loin de s’y connaitre en mode vestimentaire et à son état d’esprit. Qu’importe, c’est son professionnalisme et son intelligence qui semble séduire Miranda. Mais, maintenant devenue son assistante, Andrea, qui se voit heureuse d’avoir le job dont rêve bon nombre de femmes, va très vite déchanter. Entre les incessantes moqueries de sa collègue, les colères de Miranda et ses nombreuses missions impossibles qui influent sur sa vie privée, Andrea perd vite le contrôle de sa vie. Elle devra faire un choix : Sa vie professionnelle ou sa vie personnelle.

Infos sur le film

Réalisé par David Frankel
Avec Anne Hathaway, Meryl Streep, Emily Blunt
Genre : Comédie
Nationalité : Américain
Durée du film : 1h50 environ

Bienvenue dans le monde cruel de la mode

diablee

Le diable s’habille en prada est le genre de comédie qui vous tient en haleine pendant toute sa durée. Un film qui démarre sous les chapeaux de roues et nous mets très vite dans l’ambiance. Nous suivons l’histoire d’Andrea « Anne Hathaway », diplômée en journalisme, qui a réussie à obtenir un entretien pour travailler en temps que seconde assistante pour un grand magazine de mode. Seulement il y a un hic, la jeune femme est très loin de correspondre au type de femme recherchée. Et on le voit très vite lorsqu’elle se prépare avant de partir à son entretien.

1diable

Le réalisateur va jusqu’à nous montrer comment les autres femmes se préparent afin d’accentuer le fait que notre héroïne ne prend pas soin d’elle. Chacune prend le temps de choisir ses vêtements, se coiffer, se maquiller, passant des heures à se préparer. Pour Andrea, vêtements simples, petit coup de peigne, un peu de rouge à lèvre et c’est fini. En arrivant à son entretien, elle est regardée comme un vilain petit canard. Que ce soit ses futurs collègues ou bien sa patronne. Qu’importe, ca sera son professionnalisme et son intellect qui lui permettront d’obtenir le job.

2diable

Seulement, notre jeune femme devra subir les assauts répétés de la tyrannique Miranda »Meryl Streep », rédactrice en chef dont tout le monde dans la rédaction à peur. D’ailleurs, sa première apparition dans cette « fourmilière » est pour le moins hilarante. La reine c’est bien Miranda et on nous le soulignera bien du début jusqu’à la fin. Tout doit être parfait, tout doit être prêt dès que la patronne arrive. Auquel cas, il faudra s’attendre à de fortes représailles. Certes, la femme ne se mettra jamais en colère mais ses propos froid et inhumain en font un être tout ce qu’il y a de plus horrible. Après de nombreuses épreuves lui donnant presque envie de laisser tomber, Andrea réussira à trouver la force qui est en elle pour réussir à tenir têtes à celles et ceux qui veulent la pousser dehors. Ce qui ne manquera pas de marquer Miranda qui essayera encore plus de la poussée à bout.

Le film qui vous fera adorer la mode

4diable
Magazine de mode oblige, il faut que notre film enchaine les stéréotypes. Que ce soit le look vestimentaire des hommes et des femmes de la rédaction du magazine, cette façon de parler très bourgeoise et hautaine, le monde cruel de la mode est donc très bien montré. Ainsi, pour ceux qui comme moi, ne connaissent pas vraiment cet univers, nous nous mettons complètement à la place de cette pauvre Andrea, complètement perdue et découvrirons en même temps qu’elle cet univers. Univers qui se joue surtout sur l’apparence. Problème pour Andrea, il y a un gros décalage vestimentaire entre elle et les autres qui portent des vêtements créés par de grands couturiers. Marques qui ont toutes leur importance dans notre film.

3diable

On le sait tous, l’habit ne fait pas le moine mais créé plutôt cette illusion d’être dans une classe supérieure aux autres. On accentuera aussi sur l’anorexie, l’abus de pouvoir, les préjugés, l’hypocrisie dans ce milieu, sa superficialité, l’hostilité et les crêpages de chignons entre collègues, les critiques, ce monde de requins, tout y passera mais dans un ton léger et humoristique. Andrea est donc dans la fosse aux lions et devra faire tout son possible pour s’adapter et tenir bon. C’était sans compter sur sa patronne qui fera d’elle une vraie esclave « Andrea a 2heures pour aller chercher le manuscrit du prochain Harry Potter sinon elle est renvoyée ».

Aidée « plus ou moins » par la première assistante, Emily « Emily Blunt en peste de service », Andrea comprendra qu’elle est la cible de nombreuses moqueries. Heureusement, elle sera aidée par Nigel « interprété par un Stanley Tucci attachant » qui, malgré lui, deviendra en quelque sorte son mentor, l’encouragera à ne pas abandonner et lui donnera un petit coup de pouce afin qu’elle est droit à un relooking complet « séquence irrésistible digne des émissions de mode avec le avant/après ».

En conclusion

end diable prada
Un univers de la mode très bien retranscrit, le strass et les paillettes, les grands couturiers, les défilés de mode, les décors New Yorkais, le luxe, l’élégance, cette fourmilière que sont les employés de magazines de mode, vous saurez tout sur ce monde. Une réalisation et mise en scène excellent, un film remplit d’émotions, un jeu d’acteur excellent « mention à Meryl Streep qui sous son apparence cartoonesque est détestable et glaciale à souhait et la maladroite mais charmante Anne Hathaway qui arrive à lui tenir tête», un grand mélange de style de musiques dans la lignée de ce que l’on pouvait entendre dans des films Bridget Jones et qui nous plonge encore plus dans l’univers de la mode « Madonna, Jamiroquai, U2, Alanis Morissette », de l’humour, des répliques hilarantes, cette grosse dose de légèreté, une histoire passionnante, une héroïne dont on peut très bien s’identifier, Le diable s’habille en prada est une jolie comédie qui devrait plaire à tout le monde. Un film qui s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes et nous permet de voir de façon amusante comment est la vie professionnelle dans le milieu de la mode. Il y a ce quelque chose de prenant qui fait qu’on rentre dans le film très vite. Pas de sexe, pas de drogue, pas de violence, pas trop caricatural, ca change un peu. On veut en savoir plus, on veut savoir ce qu’il adviendra du personnage d’Andrea. C’est aussi un film très psychologique qui, en plus de vous montrer la mentalité de ceux qui travaillent dans la mode, fait dans la morale avec le choix que chacun devra faire un jour dans sa vie « accorder plus d’importance à sa vie personnelle ou professionnelle » mais aussi de ne pas oublier sa vraie nature « ce qu’Andrea sera confrontée ». Du film girly , mais du film intelligent. Une comédie irrésistible.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :