Le contrat: Schwarzy chez les mafieux

le contrat afficheRésumé du film

Mark Kaminski, ancien agent du FBI devenu shérif dans une petite ville est contacté par son ancien chef dont le fils a été assassiné par des mafieux. Dans l’espoir de retrouver son poste au sein du FBI, Mark accepte la mission consistant à s’infiltrer dans le gang des mafieux et le démanteler de l’intérieur.

 

 

 

Infos sur le film

Avec Arnold Schwarzenegger, Kathryn Harrold, Sam Wanamaker, Paul Shenar

Genre: Action, Policier, Polar

Film Américain
Durée: 1h 45environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

Un an après Commando, Arnold Schwarzenegger repasse de nouveau à l’action même si le film flirtera surtout avec le polar. Corruption, conspiration, flic infiltré dans la mafia, fusillades, combats à main nue, rebondissements, suspense, faux semblant, glamour. L’histoire classique d’un shérif infiltré qui tentera de démanteler tout un réseau de mafieux. Là où Le contrat sera différent des autres films de l’acteur Autrichien, c’est qu’il sera un peu moins bourrin avec une histoire travaillée, tout comme ses personnages. Amateurs de films d’action des eighties, de polar, de film de mafieux, fans de Schwarzy, fans de punchlines bien machiste, Le contrat est fait pour vous.

 

Le début d’une passion

Il y a une petite histoire personnelle pour ce film. En effet, Le contrat est le tout premier film que j’ai vu avec Arnold Schwarzenegger en tête d’affiche. Même si je n’avais pas encore l’âge requis pour voir un film aussi violent, j’ai quand même eu la chance de la visionner. Seulement 7ans. Trop jeune mais quand votre père vous cache les yeux quand ca devient vraiment trop violent, pas de problème. Subjugué par le film, plutôt par notre personnage principal. Imposant, charismatique, drôle, héroïque, je voyais en Schwarzenegger la même chose que d’autres enfants voyaient en Superman : un super héros. Comme quoi, à l’époque « 1992 », pas besoin de tonnes d’effets spéciaux pour impressionner et conquérir le cœur d’un enfant. C’est à partir de ce film que ma fan-attitude, mon idolâtrie envers cet acteur est née. Petit hic à l’époque : très dur de comprendre certaines conversations dans ses films quand on est si jeune. Des années plus tard, plus adulte, plus mature, malgré le fait que j’avais vu le film une bonne trentaine de fois, je réitérais la projection. Là, tout semblait plus clair. Le film a beau frôler le nanar, à ne pas prendre trop au sérieux, il n’en demeure pas moins divertissant et palpitant.

 

A propos du film, par Schwarzenegger

 

« Je sens vraiment que grâce au Le Contrat, je suis devenu un meilleur acteur. Jouer c’est comme la musculation : plus on travaille, plus on reçoit et j’ai vraiment eu l’impression d’avoir progressé. Mais, comme d’habitude, j’essaie de ne pas trop prendre les choses au sérieux. Je ne me prends pas moi-même au sérieux. Je fais de mon mieux et j’essaie toujours de m’amuser. »

 

Le début de l’histoire

Notre intrigue commence dans une gare, un train arrive lentement à quai, accompagné d’une musique en progression qui donne déjà le ton très sérieux à notre film. Un homme en costume est rejoint par un autre homme et partent tout deux en hélicoptère où il rejoignent d’autres hommes dans une foret. La musique s’estompe très vite. Les hommes sont en faites des tueurs travaillant pour le parrain de la mafia de Chicago, Lou Pedrovida. Dans une cabane isolée où se trouve un indicateur protégé par des agents, les tueurs parviennent à tous les décimer ainsi que le témoin. Parmi les morts, un agent, Barney Shannon, fils du chef du FBI souhaitant venger sa mort.

 

vlcsnap-2016-01-21-10h17m30s000

 

Changement de décors, changement de dynamique, nous sommes dans une petite ville campagnarde, un homme, Mark Kaminski poursuit une moto de police. Poursuite haletante accompagnée d’une musique country. Après réussi à appréhender l’homme qui était en fait un civile qui c’était déguisé en policier et avait pris son rôle beaucoup trop au sérieux, Mark, le shérif, rentre chez lui où il retrouve sa femme, ivre. Nous apprenons que Mark était un agent du FBI mais après avoir sauvagement battu le meurtrier d’une jeune fille, il avait dû démissionner. Maintenant shérif dans une petite ville perdue, sa femme lui reproche ce changement de vie. Le soir même, Mark reçoit l’appel de son ancien patron, Harry Shannon lui demandant de le voir le lendemain afin de lui faire par de la terrible nouvelle concernant son fils. Harry veut la peau de celui qui a commandité le meurtre, Pedrovida. Vu qu’Harry ne peut rien faire officiellement, pensant qu’une taupe est au sein de l’agence, il demande à Mark d’infiltrer le milieu et le démanteler de l’intérieur. Mission qui lui permettra de réintégrer le FBI. Après avoir simulé sa mort, Mark prend l’identité d’un criminel, Joseph P.Brenner et après avoir provoqué de sérieux dégâts chez un rival du gang Petrovida, il parvient à se faire intégrer au sein de l’équipe de mafieux par le bras droit de Lou Pedrovida, Paulo Rocca. Seulement Max Keller, lieutenant de Rocca, ne fait pas confiance à ce nouveau venu.

 

vlcsnap-2016-01-21-10h32m45s535

 

Polar musclé made in eighties

Le contrat est donc un chouette divertissement qui n’aura cependant d’intérêt que d’avoir Arnold Schwarzenegger en tête d’affiche. Film assez violent, décrit d’ailleurs comme le plus violent de la filmographie de l’acteur, mais très défoulant, c’est un très bon mélange d’action et de polar porté par un Schwarzenegger, héros au grand cœur, un vrai justicier « certains le comparant à un sous Inspecteur Harry ». Au top de sa forme, classe, se permettant même d’être attachant et se montrant très convaincant dans le rôle de Joseph P.Brenner alias Mark Kaminsky . Il enchaine répliques cultes sur répliques cultes et nous montre qu’il est vraiment invincible. Bien sûr ce n’est pas crédible, bien sûr il se retrouve souvent en danger mais on se doute qu’il s’en sortira mais c’est ce qui a toujours fait le charme des films de l’acteur.

 

vlcsnap-2016-01-21-10h31m17s898

 

Ça pète de partout, ça enchaine fusillades sur fusillades « attention aux 20 dernières minutes qui pètent dans tous les sens », les musiques sont excellentes et collent impeccablement bien à l’intrigue du film. De la country en début de film, de la musique sensuelle pour les moments glamour, de la musique angoissante dans les moments de tension, de la musique un peu plus rock dans les scènes d’action, bref, nous avons là un large choix en termes de musiques instrumentales ou vocales permettant une grande diversité. De plus, beaucoup de retournement de situation seront à prévoir au fil de notre histoire. C’est simple, on croit voir un film au scénario bateau et résultat, il s’y passe finalement beaucoup de chose. Loin des films dans lesquels on retrouve Schwarzy. Pas un seul passage ennuyeux, on est tenu en haleine pendant tout le film et on se demande comment celui-ci va se terminer. Bon c’est sur, on se doute de l’issue de son combat contre la mafia mais c’est tellement amusant de voir comment Mark va se débrouiller pour dissoudre cette grande famille à lui tout seul.

 

Le casting

vlcsnap-2016-01-21-10h33m05s954

Schwarzenegger nous prouve  que même si son gabarit est très difficile a percé inaperçu dans le monde de la mafia, il arrive, rien qu’en enfilant un costume et en peignant ses cheveux en arrière, de changer complètement de visage. Même la prestation n’est pas la même. Intelligent, arrogant, sûr de lui, séducteur, c’est une autre facette du personnage si on le compare à l’homme banal qu’il était en début de film.

 

Schwarzenegger ne sera pas le seul personnage charismatique dans le film. On se retrouve face à un film qui comporte pas mal d’hommes qui ont un visage marqué, une présence marquante.

Robert Davi »Les goonies » par exemple, qui incarne a Max Keller, un gros bras aux traits marqués et capable de tenir tête à Schwarzy. Pas mal de tensions à prévoir entre les deux personnages. L’un se comporte comme un enfant qui taquine, l’autre est agacé et cherche à en savoir plus sur le passé de ce nouveau venu dans la famille Petrovida. C’est lorsque Max apprendra que son ex petite amie roucoule aux cotés de Joseph que nous aurons droit à encore plus de moments de tension entre les deux hommes.

 

Paul Shenar « Scarface » joue quant à lui le rôle de Paulo Rocca, bras droit du parrain de la mafia de Chicago. Enigmatique, fourbe, une apparence simple, calme, un charisme incroyable. Il n’a pas besoin de parler pour faire peur.

 

Encore un autre acteur qui en imposera : Ed Lauter « tenant fréquemment des rôles de méchants dans les séries télévisées policières», cette fois, il tient le rôle d’un policier, Baker, qui rencontrera à plusieurs reprises Joseph et le suspectera de mener un double jeu.

vlcsnap-2016-01-21-10h46m44s785

Le rôle féminin de notre film, Monique, jouée par l’actrice Kathryn Harrold, travaillant pour le lieutenant Keller aura une petite histoire d’amour avec Joseph. Même si elle mènera un double-jeu au début en tentant d’en savoir plus sur le passé de Joseph, elle aura le béguin pour lui. Ce qui nous permettra d’avoir des moments tendres, d’autres plutôt comique de par le caractère assez fort de la jeune femme resplendissante et pour une fois, pas caricaturale.

 

Joe Regalbuto « la série Tonnerre Mécanique » interprète Marvin Baxter, un procureur qui a brisé la carrière de Mark Kaminski lorsqu’il était agent fédéral. Trouillard mais terriblement corrompu.

 

Luigi Petrovida, incarné par Sam Wanamaker, joue très bien le parrain de la mafia. Même s’il a un coté un peu capricieux, c’est un homme impitoyable, protégé par de nombreux hommes et se livrant une guerre avec les bandes rivales.

 

On termine avec Darren McGavin jouant Harry Shannon. Même si l’acteur n’aura pas beaucoup de présence dans notre film, il sera un atout pour Mark qui pourra obtenir un peu plus d’informations sur les hommes qu’il sera amené à côtoyer.

 

 

Pour conclure

Au programme, scénario bien ficelé, explosion spectaculaire d’une raffinerie en début de film, combats au corps à corps bien chorégraphiés, fusillades nombreuses et bien filmées dont une avec en musique de fond « Satisfaction des Rolling stones », de l’humour, de l’amour, une séquence rock de préparation d’armes faisant référence à celle du film Commando « toujours avec Schwarzy », des courses poursuites en voitures impressionnantes, un final fun, une grande diversité de musiques, pas prétentieux, bourrin par moments, de beaux décors situés dans la grande ville de Chicago,  de bons acteurs même si on frôle pour certains la caricature « ce qui sera notre point négatif ». En bref, Le contrat est un bon petit film divertissant, prenant, spectaculaire, porté par un Schwarzenegger toujours aussi charismatique. Vous l’aurez compris : Faut pas embêter Schwarzy !!

 

 

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.