Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Steve Jobs: Dans les coulisses avec le cofondateur d’Apple

steve jobs afficheRésumé du film

Découpé en trois parties se déroulant dans les coulisses lors du lancement de trois produits emblématiques ayant marqués la carrière de Steve Jobs, notre film dressera intimement le portrait de l’homme. Ses conflits avec sa responsable marketing, son associé, jusqu’à sa fille, Lisa.

 

 

 

Infos sur le film

Réalisé par Danny Boyle
Avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen
Genre : Drame, Biopic
Film Américain
Durée du film : 2heures environ

 

En 2013, sortait sur nos écrans Jobs, film retraçant la carrière du cofondateur d’Apple, Steve Jobs. Vous savez l’homme qui a mit dans votre poche plus de 500 musiques ? Nous suivions sa vie à travers plusieurs époques de 1971 à 2001, de sa rencontre avec Steve Wozniak « cofondateur d’Apple et ami de Steve Jobs, qui concevra les premiers ordinateurs Apple » au lancement de l’Ipod, notre film manquait de profondeur. Le rôle principal était attribué à Ashton Kutcher qui avait fait pour le moins un excellent travail sur le personnage. Cette année sort sur nos écrans un nouveau film sur le personnage mais cette fois-ci, Steve Jobs, ne sera pas à proprement parlé un film biopic sur l’homme. Il ne sera nullement question de revenir une nouvelle fois sur son parcours déjà montré dans Jobs. Cette fois-ci, Danny Boyle « 28 jours plus tard » est à la barre, accompagné par le scénariste Aaron Sorkin « Des hommes d’honneur, The Social Network ». Vous allez le voir, Steve Jobs n’est pas un biopic comme tout ce que vous avez pu voir dans le passé.

Dans les coulisses avec le cofondateur d’Apple

Attention, ‘si vous êtes du genre à vous endormir, voir même quitter la salle en pleine séance face à un film du genre huit clos qui vous noiera de discussions, Steve Jobs n’est pas pour vous. Si vous avez déjà vu le film Jobs est que vous pensez en savoir suffisamment sur la personne, ce film n’est pas non plus pour vous. Mais, si vous êtes curieux, si vous avez envie de voir un biopic qui n’en est pas vraiment un, si vous voulez voir un film où la mise en scène et l’ambiance est originale, alors ce film est peut être fait pour vous. Les premières minutes passent, on se laisse prendre par l’histoire passionnante. On s’intéresse très vite au personnage détestable et entêté. Un véritable chef d’orchestre que l’on apprendra finalement à aimer.

Steve Jobs

Basé sur le livre Steve Jobs de Walter Isaacson , Steve Jobs est un film se déroulant dans les coulisses, à quelques minutes du lancement de produits emblématiques du cofondateur d’Apple. Trois lancements, trois différentes étapes importantes dans la vie de Jobs, trois époques différentes, trois actes, l’action s’arrêtera toujours au moment où commence la présentation du produit. Seront présentés : Le Macintosh en 1984, Le NeXT en 1990 et l’Imac en 1998, même si un certain Ipod sera furtivement dévoilé ».

Pour chaque lancement de produits, on venait lui dire ces quatre vérités. Que ce soit la femme avec qui il a eu une fille et qui renie le faites qu’il est son père, les tensions avec l’ancien patron d’Apple « incarné par le brillant Jeff Daniels » ou bien encore celles avec Steve Wozniak, l’informaticien et ingénieur du duo « Seth Rogen » qui, sans lui, n’aura pas permis à Steve Jobs d’en être arrivé là, et les tensions avec son assistante Johanna Hoffman » la sublime Kate Winslet ».
Ce qui sera pour le moins contradictoire, c’est que Jobs, à travers ses produits, comprend les gens, leurs attentes alors que quand il est face à son entourage, c’est tout l’inverse. Un homme au cœur de glace qui n’aimait personne alors que tous, l’aimaient.

Steve Jobs : patron, homme à la facette sombre

Un homme tyrannique, dominateur, pas aimable « pas si zen que ça le Steve », insensible, sans scrupules, jamais reconnaissant envers ses employés, refusant toujours de remercier l’équipe d’Apple 2 « l’un des premiers ordinateurs fabriqué à grande échelle qui a permit à la fortune de gagner une belle fortune », obsédé de vendre un produit parfait.

Steve Jobs
Le début du film donnera très rapidement le ton. Lutte avec le conseil d’administration, lutte avec son ex femme qui veut lui soutirer de l’argent, lutte avec l’ancien patron d’Apple, lutte avec Steve Wozniak « le vrai est consultant sur le film » qui demandait à ce que Jobs remercie l’équipe qui avait développée l’Apple 2, mais surtout, lutte contre lui-même. Michael Fassbender est juste parfait pour le rôle.

On le déteste au début, on assiste à des discussions où le haussement de ton et les disputes seront de rigueur, pour finir par comprendre pourquoi cet homme adopté, dont les parents l’ont rejetés lorsqu’il était enfant.
Le plus drôle dans cette histoire c’est que même s’il rejettera sa fille, ça ne l’empêchera pas d’appeler son ordinateur, Lisa « le prénom de sa fille ». Personnage qui pourrait bien être l’élément clé de notre histoire. Même si au début de notre film, on ne verra pas vraiment de ressemblance physique avec le vrai Steve Jobs, le dernier acte montrera cependant le contraire. Fassbender est habité par son personnage.
De son look « col roulé, jean, baskets et lunettes » à sa gestuelle, l’acteur est méconnaissable. Steve Jobs ne sera pas vraiment le biopic que l’on pensait. Il faudra attendre la fin du film pour voir cet homme qui ouvrira enfin son cœur. Une scène finale qui sera d’ailleurs le moment le plus émouvant de notre film. Et nous avions mal jugé cet homme?

 

Portrait intime d’un visionnaire

Notre film se basera autant sur le succès de l’homme que sur les difficultés qu’il rencontrera « lorsqu’il fut par exemple écarté d’Apple avant d’y revenir des années plus tard» pour parvenir à émerger ses visions créatives. Il sera question dans ce film de non pas parler de l’évolution d’Apple mais de plutôt vous parlez de l’évolution de l’homme. Un père, un homme qui évolue, apprend de ses erreurs et tente de se comporter différemment.

Steve Jobs
On finit par apprécier et éprouver de l’empathie envers lui dans le dernier acte. Steve Jobs c’est du western verbal, de nombreux échanges toujours aussi intenses les uns des autres, des dialogues fins et précis, sans temps morts, les deux heures de film passent finalement bien plus vite que ce que l’on imaginait. C’est intéressant de voir le coté très psychologique de ce personnage assez paranoïaque sur les bords et très différent de ce qu’on pensait du coté de sa personnalité.

 
On s’aperçoit que Jobs était plus celui qui imaginait et non celui qui créait. Il a d’ailleurs volé les bonnes idées de certaines personnes. Un escroc ? Steve Jobs est surtout décrit dans notre film comme un homme qui était fermé, incapable d’accepter la critique, voulant toujours imposer sa vision de son produit, un visage bien sombre pour un homme idolâtré par bons nombres de personnes. Le simple, le beau, un véritable visionnaire qui pourtant ne respectait pas tant que ça ces deux valeurs.

 
On ne sait pas si tout sur sa vie était exact « seul ses proches le savent » mais on s’aperçoit que la présentation du personnage est franche. Nullement question de faire de cet homme un ange, il était odieux. On appréciera fortement les jeux de lumières, ce petit grain un peu vieillot du coté de l’image, les références à la culture rock et les petits textes publicitaires et slogans semés astucieusement dans notre film. Une mise en scène qui n’est pas sans rappeler celle du film Birdman qui avait un coté très théâtral « en même temps, nous étions dans cet univers ».

 

Pour conclure

Steve Jobs

Au final, Steve Jobs est une réussite sur tous les plans même si certains n’y trouveront pas leur compte, d’autres apprécieront le coté original et inédit. Plus de la psychanalyse sur le personnage qu’un film narrant son parcours. Michael Fassbender est une fois encore exceptionnel avec un personnage aussi détestable qu’attachant. Quant à Kate Winslet, elle est stupéfiante au niveau de l’évolution de son look et de sa personnalité. Stupéfiant c’est bien le mot qui qualifie notre film. La mise en scène, le jeu d’acteurs et son coté narratif pour le moins original ce démarquant complètement de tous les autres biopic. On peut d’ailleurs dire que ce n’est pas vraiment un biopic. Il sera surprenant de voir l’acteur Seth Rogen, pourtant habitué aux rôles comiques, d’avoir un rôle sérieux, celui de Steve Wozniak. L’acteur livre une prestation très appréciable. Sans révolutionner pour autant le genre, ne s’attardant pas sur la conception des produits mais plutôt sur la personnalité complexe de notre personnage principal à travers quelques flashbacks bien placés et des discussions marketing, philosophique, permettant de cerner Steve Jobs et accentuant l’importance de chaque protagonistes. Par ailleurs, de nombreux clin d’œil et références semées par-ci-par-là dans le film permettront de se faire reconnaitre par les fans de la pomme. Pas indispensable à voir mais intéressant créativement parlant. Si vous vouliez voir un film sur la vie de cet homme, ce film ne correspondra pas vraiment à vos attentes. Dans ce cas, le dvd Steve Jobs : The man in the machine, sorti en dvd récemment, devrait vous satisfaire. Avec le film Jobs, Steve Jobs est une sorte de supplément sur la vie et le portrait de ce visionnaire incompris, disparu en 2011.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , ,

Classé dans :Biopic, Drame, Uncategorized

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :