Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

A Zootopie, tous les rêves sont permis

55ème classique d’animation et 135ème long métrage pour les studios Disney. Le réalisateur Byron Howard, responsable entre autre des films Volt et Raiponce est de retour avec Zootopie « Zootpia dans sa version Américaine ». Zootopie sera une sorte de comédie d’aventure où nos héros seront des animaux. Pas question de nous ressortir un film d’animation animalier comme on a pu le voir avec Qui veut la peau de Roger Rabbit où humains et personnages de cartoons se côtoyaient ou bien encore la réinterprétation de Robin des bois mais interprétés par des animaux. Dans Zootpie, les animaux anthropomorphes « animaux au comportement et morphologie similaire à l’humain » vivent de manière civilisée dans une société, leur propre monde moderne conçus par eux-mêmes et vivants en communauté dans un monde où l’humain n’a jamais existé. Nullement une copie du monde humain avec son architecture et ses diverses cultures, les animaux ont eux même créés leur monde. Sur le papier ça fait original et inédit mais à l’écran, est-ce que c’est la même chose ? Surtout après la déception qu’a été le petit dernier du studio : Le voyage d’Arlo.

zootopie affiche
L’histoire

Depuis qu’elle est enfant, Judy, une lapine, rêve d’entrer dans les forces de police. Les années passent et la jeune lapine a toujours la ferme intention d’accomplir ce pour quoi elle est née, devenir officier de police et faire régner l’ordre pour rendre le monde meilleur. Après avoir réussi haut la main les tests d’entrée à l’académie, elle quitte sa famille et sa petite campagne pour partir dans la grande ville de Zootopie, ville où toutes les espèces animales cohabitent. En faisant son entrée dans les forces de l’ordre, la jeune lapine va rencontrer de nombreux obstacles. Elle n’a pas la carrure des rhinocéros, bisons, éléphants, hippopotames, loups et autres mâles au gros gabarit, dominants, régnants au sein du poste de police. Trop adorable et petite pour réussir à s’imposer avec les autres policiers, le supérieur de Judy assigne cette dernière au poste de contractuelle. Bien décidée à faire ses preuves en enquêtant sur une affaire délicate : la disparition d’une fouine. Dans son enquête, Judy devra faire équipe avec Nick Wilde, un renard, véritable arnaqueur.

 

20160218_104719Infos sur le film

 

Réalisé par Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush
Avec les voix françaises de Marie-Eugénie Maréchal, Alexis Victor, Pascal Elbé
Genre : Comédie, Animation, Famille
Film Américain
Durée du film : 1h47 environ

 

 

Du Disney plus mature mais toujours aussi magique

 

La petite bande annonce que l’on nous montrait constamment avant chaque films au cinéma depuis quelques mois, donnait déjà le ton de notre nouveau Disney : l’humour encore plus imaginatif. Le film démarrera sur les chapeaux de roues en nous présentant l’héroïne de notre histoire, Judy, une adorable petite lapine. L’intrigue commence en tant que prologue expliquant la genèse de la ville de Zootopie. Une pièce de théâtre qui ne sera pas sans rappeler cette pièce que bons nombres de jeunes américains représentent chaque année : l’histoire des pères fondateurs. A Zootopie, les espèces animales peuvent aspirer à n’importe quel métier. Devenir avocat ou, du coté de notre héroïne, policier, n’est plus un problème. Seulement ses parents s’attendaient à ce que leur fille, comme ses 275 frères et sœurs, reprenne l’entreprise familiale de vente de carottes. Judy décide de ne pas lâcher son rêve « même si les lapins ne sont pas censés devenir policier » et de partir pour Zootopie, ville où prédateurs et proies vivent en paix et peuvent devenir ce qu’ils veulent. C’est décidé, Judy ira jusqu’au bout de son rêve.

vlcsnap-2016-02-17-18h24m58s259
Les années s’écoulent, Judy passe difficilement mais courageusement les tests d’entrée dans les forces de l’ordre. Avec motivation, bravoure et intelligence, elle les réussit et part pour la grande ville. La jeune lapine reste sans voix « tout comme nous » devant cette immense ville coupée en quartiers résidentiels tous différents selon le climat d’habitation des diverses espèces animales :

vlcsnap-2016-02-17-18h25m56s979

  • Le Sahara Square, composé de dunes de sable, hôtels géants, casinos. Un quartier très chic s’inspirant de Monte Carlo, Dubaï et Las Vegas.
  • Tundratown, quartier glacé et moins hospitalier que le Sahara Square. Inspiré de Moscou.
  • Rainforest Distric, quartier ressemblant à une foret tropicale.
  • Little Rodentita, quartier où vivent les petits mammifères, surtout les petits rongeurs.
  • Savanna Central, où tous les mammifères cohabitent. C’est ici que se trouve l’hôtel de ville, le service de police et les trains de la gare centrale.
  • Downtown, le centre ville de Zootopie.

Tous ses quartiers sont séparés par de grands murs qui ne sont que des climatiseurs géants et renvoyant de l’air chaud, froid, ou condensant les deux pour créer de l’humidité dans le quartier tropical. Le petit village de campagne où vivait Judy et ses parents avant qu’elle ne parte pour Zootopie s’appelle quant à lui Lapin Ville.

 

La première policière lapine de l’histoire

 

Notre héroïne s’installe dans son petit appartement et le lendemain, commence son premier jour en tant qu’agent contractuelle. La faute à son gabarit jugé trop petit, surtout si on le compare à ceux des autres policiers bien plus volumineux. Judy ne compte pas se laisser marcher sur les pieds et compte bien faire ses preuves. Nous sommes fasse à une lapine douée et surtout très persévérante. C’est au cours d’une ronde qu’elle fera la connaissance de Nick Wilde, un renard connus pour ses nombreuses arnaques. Ici, Judy pensait que Nick était un père de famille qui c’était vu refusé la vente d’une glace géante qu’il voulait acheter à son fils, un petit fennec. Pour établir, la justice, la lapine interviendra dans cette affaire de discrimination. Mais ce que la lapine ignorait, c’est que Nick se sert des glaces géantes pour les découper en petits morceaux et les revendre aux petits rongeurs.

Assignée sur une affaire de disparition par l’assistante du maire, Judy n’aura que 48heures pour résoudre un terrible mystère : de nombreux prédateurs retrouvent leur instinct sauvage et disparaissent. Si elle échoue, elle devra rendre son insigne de police. Alors que l’enquête commencera, la lapine s’apercevra que le renard qu’elle avait croisé est un élément clé dans son enquête. Elle aura à ce moment là connaissance de l’arnaque à la glace de Nick et lui proposera un marché. Elle ferme les yeux sur ses arnaques s’il l’aide dans son enquête. Ce duo improbable censé être rival fera équipe et parcourra les diverses quartiers de la ville en quête d’informations permettant d’avancer dans l’enquête. Au fur et à mesure, ils se rendront compte que cette histoire de disparitions est bien plus complexe qu’elle n’y paraissait et pourrait même faire courir un terrible danger à tous les habitants de la ville de Zootopie.

 

On peut bien sûr évoluer, mais au fond de soi on reste toujours des animaux

 

Peut être suis-je en manque d’affection en ce moment, toujours est-il que de voir ses petites boules de poils à la fourrure soyeuse à élevé mon compteur d’attendrissement à 10 sur l’échelle de la mignonnerie. Vous pensiez que les studios Pixar étaient les meilleurs en matière d’animation ? Regardez un peu ce qu’ont fait Walt Disney Animation studio. Non seulement l’animation des personnages, leur gestuelle, la diversité des tailles et espèces animales laisse sans voix, mais en plus lorsque l’on voit les effets visuels travaillés pour la fourrure de ses bêtes, on ne peut qu’affirmer une chose : sur la plan visuel, ce film est une pure réussite. C’est simple, on aurait presque la sensation que c’est authentique.

meme la promo du film était ingénieuse. Ici, l'intérieur d'un wagon de métro était représenté

Même la promo du film était ingénieuse. Ici, l’intérieur d’un wagon de métro était représenté.

La naissance du projet est aussi très intéressante. Les créateurs étaient en pleine recherche sur les mammifères. Pendant leurs recherches, ils en sont venus à un constat : les animaux forment deux groupes. Les prédateurs et les proies. Partant de cela il est venu cette idée d’imaginer une ville sans humains dans laquelle les animaux auraient mis de coté leurs anciens instincts, leur ancienne nature mais auraient gardés leurs réflexes d’antan. Le but de notre film sera de parler à travers ses multitudes d’espèces, les préjugés raciaux et sociaux, les discriminations, le machisme qui y seront dénoncés. Zootopie sera un film métaphorique de la société des hommes.

 

Original, terriblement mignon et émouvant

 

Zootopie, c’est une société où vous ne verrez aucun animal nu « sauf chez les hippies ». Tous portent des vêtements, uniformes de travail, utilisent des portables « le logo de la marque Apple sera d’ailleurs parodié », se tiennent debout comme des humains et vivent dans une société ressemblant beaucoup à la notre. Notons surtout qu’ils sont tous dotés de conscience, de la parole et de sentiments. Zootopie est une ville d’une richesse incommensurable. Tout est détaillé, tout est varié, la ville est immense. La bouille de certains habitants est adorable, trognon, on a envie de les caresser. De ce coté, je comprends mieux pourquoi Disney a sorti de nombreuses peluches à l’effigie des personnages « raison pour laquelle la peluche du paresseux était déjà sur mon étagère ». Pour créer Zootopie, les créateurs se sont inspirés de plusieurs grandes villes comme Paris, San Francisco, New York, même des quartiers Chinois et Italiens.

vlcsnap-2016-02-17-18h29m05s122

Les effets de pluies sur le sol, sur les personnages sont eux aussi bluffant, tout comme le travail sur les ombres nous donnant le sentiment que Zootopie existe bel et bien. Il y a foule dans cette ville très animée, l’humour est aussi présent à tous les coins de rues. Les gags sont fins, bien trouvés, des fois cachés dans les décors, les objets sont étonnants et amusants « le stylo carotte enregistreur de Judy ». Que ce soit en premier plan ou en arrière plan, il se passe toujours quelque chose. La caméra suit tout. Imaginez ce qu’il se passerait si les animaux d’un zoo commençaient à parler et se comporter presque comme des humains ?

vlcsnap-2016-02-17-18h26m27s059
Nous sommes face à un véritable enchantement visuel avec de magnifiques couleurs tantôt vives, tantôt sombres. Il y a aussi un gros travail sur le regard et les expressions de nos personnages dont on lit en eux comme dans un livre ouvert. On s’y attache, forcément. Par ailleurs, il y aura aussi beaucoup de profondeur dans leur rôle. En particulier du coté de Judy « et son regard terriblement touchant » que l’on suivra dès le plus jeune âge et aussi de Nick, dont on apprendra le passé. Une scène flashback nous le montrant plus jeune ne nous laissera pas indifférent.

vlcsnap-2016-02-17-18h26m41s049
Devant tant de tendresse, d’humour et de joie, on est très vite comblé. Le pire c’est que jamais, le sentiment de lassitude ne se fera ressentir. La ville est tellement immense et variée qu’il y aura toujours un secret ou quelque chose à y découvrir. Nous mèneront nous aussi l’enquête aux cotés de notre duo, tout en explorant les divers quartiers de cette grande ville en y rencontrant ses habitants. Notre film se tournera vers un thriller familial haletant d’une très grande réussite.

 

Un régal visuel

 

Si on y prête attention, on verra que c’est la première fois dans un film d’animation animalier où les animaux ne seront pas tous de même taille. Imaginez une ville où des souris peuvent vivres avec des éléphants et même prendre les transports en communs grâce à un système ingénieux ? Et ce sera ça pendant toute la durée du film. Zootopie est encore plus riche que ne l’avait été le film Vice Versa .
De nombreuses recherches ont été faites sur les différentes espèces animales présentes dans le film, tout comme leur environnement. L’univers de notre film est peuplé de plus de 64 espèces animales.

vlcsnap-2016-02-17-18h25m33s428
L’équipe du film a passée 18 mois à faire des recherches sur les divers animaux en rencontrant par ailleurs des experts dont ceux du Disney’s Animal Kingdom »par à thème zoologique à Orlando ». Mais les créateurs ne s’en sont pas arrêtés là en se rendant au Kenya pour étudier le comportement animal afin que les espèces représentées dans le film soient réalistes et crédibles. Le tout est absolument remarquable et crédible. Truffé de détails qui ne seront tous visibles qu’en regardant plusieurs fois le film « comme l’avait fait Vice Versa », Zootopie est détaillé au millimètre prêt.

vlcsnap-2016-02-17-18h27m28s622
Un film d’animation aussi riche, on en voit bien trop peu. Et quand ce n’est pas du coté de l’environnement et des espèces animales c’est du coté des gags, tous rapports avec l’espèce animale concernée. On voit que l’équipe du film a fait un long travail de recherche sur les espèces, leurs comportements, leurs forces et leurs faiblesses. Jeux de mots, noms rapport avec l’animal en question comme par exemple le maire de Zootopie, un lion prénommé Léodore Lionheart ou bien encore son assistante, Bellwether, une brebis à lunette « est-ce qu’elle ce compte elle-même pour s’endormir ? ».

vlcsnap-2016-02-17-18h28m50s498
Parce qu’en plus de nous offrir un esthétisme féérique comme seul Disney est capable de faire, Zootopie nous offre aussi un nombre impressionnant de personnages secondaires, tous différents les uns des autres « Yax le yak hippie où de nombreuses mouches volent autour de sa longue chevelure, un paresseux travaillant comme employé de bureau d’une terrible lenteur portant le nom de Flash, une gazelle pop star se servant de sa notoriété pour aider Zootopie a rester fraternel, ou bien encore une belette escroc s’appelant Duke Weaselton ». Seulement une infime partie des personnages vivant dans Zootopie ont été cités. Bien d’autres seront présents. Le summum de l’hilarité du coté des personnages restera Mr Big, version animale d’un certain Don Corleone du film Le parrain. Tout y est reprit : le look, la gestuelle, la vie et surtout la voix « bien que légèrement modifiée ».

 

Un nouveau joli message à délivrer

 

vlcsnap-2016-02-17-18h27m46s559
La musique et thème de notre film s’intitule Try everything « tout essayer » est une véritable ode à la persévérance et au dépassement de soi. Nous sommes en plein dans l’état d’esprit de notre héroïne. Une chanson chantée par Shakira. Motivante, énergique, envoutante, cette chanson sera peut être moins prise de tête qu’une certaine chanson qui a fait couler beaucoup d’encre « Libéréeeee, délivréeeeee ». Certains seront soulagés, aucun personnage hormis la pop star du film ne poussera la chansonnette. Chanson qui sera par ailleurs la seule du film. Tout le reste ne sera que musiques instrumentales. A travers ses scènes humoristiques, Zootopie aborde plusieurs thèmes qu’enfants et adultes pourront en discuter : les préjugés, la peur, la discrimination. Notre film aura droit à certain moments à garder son sérieux en nous parlant de corruption, notre animosité par rapport aux personnes différentes. Sans jouer les donneurs de leçons, ce Disney sera aborder ses propos sans jamais tomber dans le niais. D’ailleurs les plus petits pourront très facilement s’identifier à notre héroïne. Notre film se veut optimiste et il comptera bien vous faire ressortir de la salle de cinéma avec cet état d’esprit.

 

Pour conclure

 

vlcsnap-2016-02-17-18h29m32s880

Regardez ce film sinon mes hommes vont vous refroidir!

Au final, Zootopie est une fois encore une claque que seul Disney est capable de nous offrir. Notre film d’animation arrive à explorer parfaitement et jusqu’au bout son concept « contrairement au film Les mondes de Ralph qui était tombé dans un film d’animation classique à mi chemin ». Une qualité incroyable en matière d’animation, un récit passionnant, des répliques et dialogues très inspirés, touchants ou drôles, des personnages mignons, bien écrits et attachants à souhait, des animaux humanisés de façon bluffante, une ville aussi féérique que grandiose, une bande son diablement efficace signée Michael Giaachino » compositeur de la musique de Vice versa, Là haut, la série Lost » , truffé de gags ingénieux, coloré, de nombreux clin d’œil au quotidien des humains « les paresseux travaillant à la sous préfecture, il fallait trouver ! », des références et parodies au cinéma policier et à la culture pop « dont d’excellentes références à l’univers Disney », cette quête de la tolérance, Zootopie finira lui aussi par devenir un Disney Culte. De l’émotion, cette touche de féérie, il y en aura aussi, sans quoi, Disney ne serait pas Disney. Sincère, plaisant, fun, petits et grands seront ravis. Ce qui est amusant et inédit, c’est que Zootopie a beau être créé par Disney, absolument aucuns autres films de la société ne ressemblent à celui-là. Tout simplement incomparable. Peut importe le thème, peut importe les héros prenant place dans les diverses histoires comptées, Disney arrive toujours à rendre ses films magiques. Pour Zootopie, le travail a été encore une fois réussi haut la main. Du génie, un vrai chef d’œuvre…encore.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Animation, Aventure, Comédie, Disney

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :