Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Démolition: Poétiquement drôle, poétiquement vrai

démolition afficheRésumé du film
Davis Mitchell est un investisseur ayant toujours géré sa vie dans les règles les plus conventionnelles : ayant brillamment réussi sa carrière, gagné beaucoup d’argent, ayant épousé une très belle femme, il a tout de la vie parfaite. C’est alors qu’une tragédie lui arrive. Il perd un jour sa femme dans un accident de voiture. Depuis se jour, il ne semble rien ressentir, aucune peine, aucune tristesse, il tente de comprendre pourquoi il ne ressent rien. Malgré les tentatives de réconfort venant de son beau père qui le pousse à se ressaisir, Davis sombre de plus en plus. Du réconfort, il n’en trouve que du coté de la responsable du service clients d’une société de distribution auprès de laquelle il a envoyé une lettre de réclamation et envers qui il se confie sur ses souvenirs personnels. C’est alors qu’il commence à développer une obsession sur la destruction.
Infos sur le film

Réalisé par Jean-Marc Vallée
Avec Jake Gyllenhaal, Chris Cooper, Naomi Watts
Genre : Drame, Comédie
Film Américain
Durée du film : 1h40 environ

 

Après le choquant mais émouvant Dallas Buyers club, Jean-Marc Vallée revient avec une autre claque cinématographique, peut être même l’un de ses meilleurs films. Loin du film niais, loin du film simpliste, Démolition est un film complexe, psychologique, philosophique et poétique traitant d’une manière original d’un homme ayant perdu sa femme dans un accident de voiture. Jake Gyllenhaal revient une fois encore pour nous éblouir de par son charisme et cette manière de s’imprégner, s’approprier l’aura des personnages qu’il interprète. Démolition, c’est l’histoire du deuil d’un homme qui n’aimait finalement pas sa femme, d’une tentative de reconstruction, d’une renaissance, puis d’une repentance. Un film qui vous fera voir la vie d’une autre manière, vivre peut être d’une autre manière. Scénario ce trouvant longtemps dans la blacklist de 2007 des meilleurs films jamais produits, n’ayant pas trouvé de réalisateur, d’argent et d’acteurs. Finalement, ce bijou qui aura réussit à se trouver un réalisateur, un financement et des acteurs, se fera en 2014 et sort enfin cette année au cinéma.

 

Démolir sa vie pour mieux se reconstruire

Dans ce film, on vous montrera que finalement, le cœur d’un homme, c’est comme une voiture. Il faut tout démonter, tout examiner pour pouvoir tout remonter correctement. Jake Gyllenhaal, dans ce film, n’a pas vraiment eu de préparation pour son rôle. Ici, il s’essaye beaucoup à l’improvisation, se lâche totalement, nous livre une prestation inédite et intense pour un personnage dont il est totalement imprégné. Le point de départ de ce personnage : le décès de sa femme qui ne semble pas le toucher.

vlcsnap-2016-04-14-10h14m01s297
Malgré la mort de celle envers qui il était censé faire un grand bout de chemin, Davis continue sa vie comme si sa femme n’avait jamais existé. Ce qui amènera le spectateur à s’interroger sur notre personnage principal. Peu à peu, des situations pour le moins étranges feront face au spectateur. Puis petit à petit, ses situations humoristiques auront tout leur sens, on commencera à cerner le message qu’il s’en dégagera. Chaque détails à son importance même celui donnant pourtant l’impression qu’il est le plus insignifiant.

Il n’y a pas qu’une manière de manifester son chagrin

En vu de son thème : le deuil, on serait en droit de se demander si le film n’ira pas dans le mélodrame du début jusqu’à la fin. Tout comme d’autres films abordant justement ce thème. Là, il n’est pas question de cela. Il sera plus question d’un film qui célèbre la vie, nous rappelle qu’il faut prendre le temps pour vivre, prendre le temps pour aimer, ne jamais se précipiter. Pourtant dramatique au départ, le film se tournera très vite du coté du divertissement très sympathique et même très drôle. Mais, l’émotion et le sérieux ne seront jamais bien loin. Les conséquences du deuil qui fera face à Davis seront traitées de manière inédites, déroutante au départ, inattendues.

vlcsnap-2016-04-14-10h16m30s728

« Elle te manque ? J’aimerais bien ».

Notre film sera narré par notre personnage principal dont nous plongerons dans son intimité, dans sa tête. Le fait d’avoir fait de ce personnage un personnage imperméable à toute émotion le rendra imprévisible avec ce petit brin de folie qui passera du stade d’incompréhension, de jugement, à celle de la réjouissance. Mais ce ne sera pas tout, notre film aura, dès la rencontre téléphonique entre Davis et la responsable du service client « interprétée par Naomi Watts » qui aura été touchée par la lettre du jeune homme, un coté romancé sans pour autant tomber dans le film romantique. Nos deux personnages ont un grand point en commun : leur détachement social, cette imperméabilité à toute forme d’émotion.

Jake Gyllenhaal l’imprévisible

 

vlcsnap-2016-04-14-10h17m17s368

Le personnage de Davis est un homme qui a visiblement oublié comment on aimait. Notre début de film, monté à l’envers, commence par l’accident de voiture sans même présenter nos personnages. Mais dès le moment où le personnage que nous suivrons pendant les 1h30 de film commencera à se confier via ses lettres de réclamations, nous en saurons plus sur son passé et sa manière de vivre. Il est présenté comme un homme gentil certes mais totalement déconnecté du coté de sa vie privée, préférant mettre en première place sa réussite professionnelle. C’est alors que le décès de sa femme va peu à peu, s’en qu’il s’en aperçoive, être l’élément déclencheur qui lui fera se questionner sur la vie qu’il menait jusqu’à cette tragédie. Démolition est un film qui force à se rester concentrer et s’impliquer du début jusqu’à la fin pour cerner le message qu’il veut nous transmettre.

vlcsnap-2016-04-14-10h16m59s982

Même si c’est un homme qui n’est pas très démonstratif, même s’il est très passif, indifférent à tout ce qui lui arrive, le fait qu’il se confie plus ou moins à la responsable du service client dont il enverra plusieurs lettres de réclamations nous prouve que le décès de sa femme l’a quand même affecté.

« Chère Champion Vending Company, j’ai mis 1,25 $ dans le distributeur qui aurait dû me donner des M&M’s. Ce qui na pas été le cas. C’était fâcheux, vu que j’avais faim et que ma femme était morte 10 minutes avant. Ce n’est pas de votre faute, j’essaie d’être précis. »

Notre héros sera à la dérive, commettra des erreurs. Qu’importe ce qu’il fera, il aura besoin de détruire son ancienne vie, pour mieux la reconstruire. Ce besoin, il le trouvera en démontant des objets, des meubles ou en détruisant ses relations. Tout ça aura un symbole : la destruction de ce qu’il ne veut plus voir dans sa nouvelle vie. C’est à partir de ce constat que nous verrons que Démolition est intelligent. On se retrouve avec des aprioris en début de film et, par la suite, nous apercevons qu’ils étaient erronés. De plus, jamais on aurait imaginé rire aux éclats dans un film à l’intrigue aussi dramatique. Tout comme le film Into the wild, notre héros voudra échapper à cette vie routinière qui accompagne le quotidien de tout être humain. Démolition est donc une ode à la liberté, à la rébellion, au non conformisme qui vous montrera ce qu’est vraiment la vie.

Pour conclure

 

vlcsnap-2016-04-14-10h17m07s016

N’ayez crainte, même si le thème de notre film pourrait en faire quelque chose de dramatique, il ne sera pas question de cela. La perplexité en début de film laisse place à la surprise par la suite. On ne cherchera pas à nous émouvoir, on cherchera à nous faire réfléchir sur notre propre vie. On appréciera la somptueuse mise en scène et son esthétisme quelques fois poétique, son scénario à des années lumières de tout ce que l’on a pu voir dans le genre, le jeu d’acteurs bluffant avec l’alchimie Jake Gyllenhaal/ Naomi Watts est à la fois touchante, honnête et délirante, la variété des musiques en parfaite adéquation avec l’ambiance à la fois survoltée et étrange du film ainsi que beaucoup de surprises scénaristiques feront de ce film un pure régal. Quand en plus on voit le travail sur les dialogues et les images remplis de métaphore, de poésie, de tendresse et de philosophie, ainsi que cette photographie d’une pure merveille, on peut le dire, Démolition est un chef d’œuvre, un film comme on a rarement pu voir au cinéma. Avec ce film, le spectateur vit une expérience plus sensorielle qu’intellectuelle, comme le souhaitait le réalisateur. Nouveau feel good movie de grande qualité ?

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Comédie, Drame

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :