Hellraiser 3: Pinhead est de sortie

hellraiser 3 afficheL’histoire

 

Joanna Summerskill, jeune journaliste de télévision en recherche de scoop, assiste à la mort atroce d’un jeun homme dans une salle d’urgence d’un hôpital. Sa seule piste : Terri, la petite amie du défunt. Réussissant à retrouver la trace de la jeune femme dans un nightclub, Joanna attend des explications. C’est alors que Terri que la réponse se trouve dans une mystérieuse boite. Pendant ce temps, Pinhead qui c’est scindé en deux entités : l’une étant son ancienne nature humaine, Elliot Spencer, et l’autre, un cénobite. Alors que l’un se retrouve dans les limbes, l’autre se retrouve piégé dans un pilier sculpté et ne pourra en sortir qu’en consommant suffisamment de chair humaine.

 

Infos sur le film

 

Réalisé par Anthony Hickox

Avec Terry Farrel, Doug Bradley, Paula Marshall, Kevin Bernhardt

Genre : Epouvante, Horreur

Film Américain, Canadien

Durée : 1h30 environ

Interdit aux moins de 16 ans

 

Après un second opus moins cauchemardesque et dérangeant que le premier, Hellraiser 3 : Hell in earth « l’enfer sur Terre » continue son petit bout de chemin. Précédemment, on nous avait laissé avec Mosieur Pinhead qui avait reprit forme humaine et avait retrouvé son âme, tout comme ses autres collègues cénobites. Tous tués, les cénobites et autres damnés étaient enfermés dans un pilier de pierre où les visages de ses êtres étaient déformés. De quoi être curieux de savoir comment ils allaient pouvoir sortir de là. Tiens, voila Hellraiser 3 qui justement va nous raconter comment ils y parviendront. Mucho problemo, même si de ce coté là on ne sera pas déçu, du coté de l’ambiance, du jeu des acteurs et du scénario, ça ne sera pas la même mayonnaise.

 

Plus ou moins fidèle à l’esprit des deux premiers

 

Une fois qu’on se lance dans une aventure, on a se doit d’y aller jusqu’au bout, quitte à y laisser des plumes. Même si les deux premiers opus étaient divertissant mais un peu trop démoniaques pour moi, j’étais curieux de connaitre la suite. On continue donc notre projection des neufs films « et bientôt dix en 2017 » en espérant avoir quelque chose de qualité. Et c’est là qu’une nouvelle fois, la déception sera de mise. Le pire, c’est que je me sens presque obligé de continuer de regarder la suite pour savoir comment tout ça se terminera. On n’entame pas un gâteau pour au final jeter le reste à la poubelle. Nous sommes donc repartit de plus belle avec ce troisième opus. L’ambiance a quelque peu changée dans ce troisième opus.

vlcsnap-2016-05-14-10h56m37s278

Changement de personnages principaux mais Pinhead , bel et bien de retour voit cette fois son temps de présence à l’écran être plus conséquent. Ici, on laisse tomber Krysty « qui en a suffisamment baver », personnage principal des deux premiers films au profit d’un nouveau personnage : Joanna, une jeune journaliste de télé à la recherche d’un scoop qui va devoir en découdre avec une boite mystérieuse et surtout un certain être à la tête cloutée « ils ont pas rajouté encore plus de clou sur sa figure ? Non parce que là si le mec éternue, bonjour la douleur. ». Une fois encore, ce personnage est le seul qui est sain de corps et d’esprit. Juste un petit souci : l’actrice, pourtant très jolie, joue terriblement mal « comme quoi être belle ne permet pas tout ». Ou alors c’est encore cette histoire de doublage Français de piètre qualité qui saccage totalement la crédibilité du personnage qui, chaque nuit, fait des cauchemars de son père, mort pendant la guerre.  vlcsnap-2016-05-14-10h57m24s914

Et malheureusement, ce sera un des éléments qui fera que notre film est décevant : c’est surjoué, digne d’un exercice d’improvisation dans un cours de théâtre.  Aucun acteur, aucune actrice n’y croit vraiment donc nous, spectateurs, n’y croyons pas non plus « déjà que pour les deux premiers c’était déjà ça ». Qu’importe, on suit quand même l’aventure quand même intéressante mais o combien répugnante. Des peaux déchirées par des chaines, des têtes explosées ou mutilées, vous allez en avoir pour votre argent et pour votre estomac. Il s’agira ici de mettre en avant Pinhead, prisonnier dans un pilier de pierre appelé : pilier des âmes, qui cherche à en sortir. Au départ, Pinhead était en sommeil. C’est grâce au propriétaire du pilier, un jeune morveux, riche et arrogant,  propriétaire d’un nightclub qui, pendant une partie de Twister avec une cliente, que le cénobite c’est réveillé.  Je vous passe les détails de comment il c’est réveillé, c’est trop triste pour en parler.

vlcsnap-2016-05-14-10h56m15s503
Tu peux pas avancer un peu plus prêt, je te rappelle que je ne peux bouger que la tête !

Petit soucis pour notre cénobite amateur de plaisir et de chair, question liberté de mouvements, ce n’est pas encore ça, il lui faut donc consommer suffisamment de chair humaine pour pouvoir sortir. On passera cette séquence ultra drôle « malgré elle » où le corps d’un être humain tombe à quelques centimètres de lui et qu’on le voit frustré de ne pas pouvoir l’attraper avec ces mains. Pendant ce temps, Joanna continue son enquête avec l’aide de Terri qui en apprendra plus sur les cénobites et la puissance du cube puzzle. On apprendra que la jeune femme est liée sans le savoir au secret du cénobite. Par ailleurs, il faudra que la jeune femme trouve un moyen de l’envoyer en enfer. Lentement mais surement, notre antagoniste continue de consommer de la chair et compte bien par la suite, faute de pouvoir retourner dans le monde de cénobites, faire déchainer l’enfer sur Terre.

 

Pinhead s’en va s’éclater en discothèque

 

Coté scénario, oui ça tient la route mais on ne sera pas vraiment surprit par ses petits rebondissements. Au début, on pouvait craindre le pire en pensant qu’une nouvelle histoire allait effacer complètement la trame des deux premiers épisodes. Heureusement, ce ne sera pas le cas, c’est bel et bien une suite. Cet épisode nous permettra de plonger encore plus dans le passé d’Eliott Spencer avant qu’il ne devienne un démon. Coté musiques, on reprend le thème musical principal qui fait froid dans le dos et pour le reste, on est en plein dans le film destinés aux gothiques persuadés que notre monde est foutu ou fans de trash, amateurs de cuir et de musiques métal. D’ailleurs la musique principale de notre film est composée par le chanteur Ozzy Osbourne. C’est un peu trop satanique à mon gout mais en même temps, avouons qu’un tube de Dorothée aurait été un peu hors sujet.

vlcsnap-2016-05-14-11h00m17s758

Pour ce qui est de l’ambiance, les séquences horrifiques seront moins déstabilisantes que les autres films. Beaucoup moins sanglant, beaucoup moins impressionnant même si des séquences dégoutantes viendront quelques fois, le sang ne coulera pas à flot mais l’atmosphère sombre sera encore là. Une mini scène érotique fera son apparition en début de film mais rien de bien méchant. Néanmoins il y aura du coté de l’ambiance une grosse tache noire qui ne partira pas même avec le dernier Ariel Actilift « tenace cette tache ! »: les punchlines. Quelle idée stupide d’avoir rajouté des punchlines pendant les scènes d’action ? Le film perd tout son charme, en vient même à devenir un film d’horreur classique. Même l’arrivée de nouveaux cénobites est ratée. Démarche et look ridicules, ou le créateur était un brin dérangé, ou bien il était sous acide, ou bien les deux. Même s’il est vrai que coté design, on sent encore l’inspiration, c’est hyper kitsch, tout comme les effets spéciaux trop nombreux et très vilains. Le film date quand même de 1992, on aurait pu avoir un peu mieux. Plus d’ambiance cauchemardesque, juste du gore, des hurlements et grimaces de Pinhead « qui en fait un peu trop ». Hellraiser 3, même s’il sera convenable et qu’il aura une mise en scène toujours aussi soignée, ne sera pas pour autant un film mémorable.

vlcsnap-2016-05-14-11h00m51s364

Au final, Hellraiser 3 est très décevant. Un peu comme la saga des Freddy Krueger, Hellraiser abandonne son ancienne nature et s’approche du film d’horreur classique sans pour autant abandonner tous les éléments qui avaient fait son charme. Les amateurs de scènes crades seront ravis d’apprendre qu’elles sont toujours présentes. Ceux qui avaient appréciés le coté claustrophobique et cauchemardesque lors de leur visite dans le monde des Cénobites seront déçu puisque, hormis une scène flashback retraçant le parcours de Pinhead depuis sa transformation puis des 2 premiers films, à aucun moment nous retournerons dans son monde. Petite déception qui ne sera malheureusement pas la seule. Le film, lentement mais surement, malgré son antagoniste, commence à perdre son identité.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.