Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Nice guys: Ryan Gosling et Russel Crowe mènent l’enquête dans le Hollywood des seventies

nice guys afficheL’histoire

 

Los Angeles dans les années 70, Holland March, un détective privé arnaqueur, dépressif, maladroit et alcoolique est chargé de retrouver une jeune femme, Amélia, qui a disparue à la suite de la mort d’une actrice pornographique. Au même moment,  Jackson Healy, un homme de main, a été embauché par Amélia afin qu’il stoppe l’investigation d’Holland. Après avoir découragé le détective de continuer sa recherche en lui fracturant le bras, Jackson apprend qu’Amélia a disparue. Réussissant à convaincre Holland de reprendre l’enquête, ce duo improbable aux méthodes originales va se retrouver plonger dans une conspiration criminelle remontant jusqu’aux hauts fonctionnaires et à l’industrie de l’automobile.

 

Infos sur le film

 

Réalisé par Shane Black

Avec Ryan Gosling, Russel Crowe, Angourie Rice, Margaret Qualley

Genre : Comédie, Policier

Film Américain

Durée du film : 1h55 environ

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

 

Scénariste dans les années 80 des films L’arme fatale 1 et 2 ou bien encore Last Action hero, puis réalisateur dès 2005 avec la comédie policière Kiss Kiss Bang Bang, Shane Black revient cette année avec un nouveau buddy movie à l’ambiance vintage : Nice Guys. Le beau gosse Ryan Gosling donne la réplique à la brute Russel Crowe pour nous offrir une comédie policière aussi surprenante qu’inattendue. Au programme : disco, sexe, scandale, tabassage, le tout dans le Hollywood rétro-cool des années 70.

 

 

Une comédie policière drôle à en pleurer

 

Nice Guys donnait déjà le ton avec sa bande annonce survoltée mais son enquête policière banale. Quelle surprise de voir que l’humour, qui tient une place primordiale dans le film, est fait de subtilités. Blagues glissées au beau milieu d’une conversation ou d’une séquence sérieuse, que ce soit les dialogues ou la mise en scène, c’est très intelligent. On pourrait penser que le film ce veut parodique des films policiers des années 70, et pourtant, jamais il ne laissera penser cela. Ici, il est bien question de vous servir du pur polar. Que ce soit du coté de la narration, des costumes, des décors ou bien de l’atmosphère de notre film.

vlcsnap-2016-05-30-17h37m54s180

L’intrigue policière est solide, bien ficelée, riche en rebondissements et du coup, captivante. Les amoureux du genre seront aux anges. Le film sait ce montrer sérieux quand il faut même s’il s’autorise très souvent à jouer la carte du politiquement incorrect en se permettant de briser les règles des films du genre. Vous le verrez, l’humour dans Nice guys est fait de plusieurs genres : le comique de situation, le comique de langage,  le comique de gestes, le tout faisant parfois, thème oblige, dans le burlesque. Car oui, dans notre film il est question de parler de la pollution de l’atmosphère, de corruption, mais surtout de l’industrie pornographique en pleine émergence dans les années 70. Que certains se rassurent, hormis des corps dénudés, de quelques dialogues un chouia vulgaires, rien dans notre film ne sera malsain.

vlcsnap-2016-05-30-17h32m06s611

Dès le début de notre film, on s’apercevra aussi que les gags viendront parfois en arrière plan et toujours à un moment où on ne s’y attend pas. Nos décors très colorés, chics et lumineux, parfois sombres, deviennent alors un immense terrain de jeu pour nos personnages qui y évoluent.  C’est si beau que ça en devient fascinant « à commencer par Sunset Boulevard ». On en prend plein les yeux mais aussi les oreilles grâce aux musiques qui respirent le polar mais aussi ses tubes musicaux de l’époque »Earth Wind and Fire – September, Les Bee Gees – Jive Talkin, Rupert Holmes et son Pina Colada song, et plein d’autres ». Musique qui en plus de donner encore plus de dynamisme au film, vous donnera aussi envie de danser.  

 

Russel Crowe et  Ryan Gosling : la brute et le beau parleur

 

vlcsnap-2016-05-30-17h34m22s562

Pas grand-chose à dire du coté de Russel Crowe qui comme à son habitude, sait parfaitement jouer les brutes viriles au grand cœur « très attaché à ses petits poissons le Russel ». Notre personnage ne sort jamais sans son poing américain et ne manque pas dissuader des hommes murs de draguer des jeunes mineurs.  Que dire de ses séquences où nous verrons notre personnage complètement éberlué par la bêtise de son coéquipier par intérim ? Malgré son coté brute assumée, Russel Crowe lui donne un coté très humain permettant de faire éprouver de l’empathie aux spectateurs.

 

« Je ne suis pas dans les pages jaunes, mais si vous avez des soucis avec quelqu’un, alors vous aurez besoin de moi. Jackson Healy ».

 

Messieurs, vous qui étiez jaloux de Ryan Gosling, Nice Guys est en quelque sorte le film de la revanche, le film qui ridiculise l’image du beau gosse viril, brave et courageux qui nous frustrais sans cesse. Ici, notre acteur moustachu incarne Holland March, un détective privé devenu dépressif et alcoolique suite à la mort de sa femme. Vivant seul avec sa fille de 15 ans, Holland est l’archétype du loser. D’une maladresse à donner l’impression d’être face à un cousin de Mister Bean ou bien encore d’un célèbre policier que les cinéphiles connaissent très bien : Frank Drebin « interprété par Leslie Nielsen de la saga des Y a-t-il », il faut voir notre héros à l’œuvre pour le croire. Quand on le voit tenter de rentrer en effraction dans un bar en voulant casser une vitre mais en ne réussissant qu’à se taillader complètement le bras, avouez qu’il faut le faire ! Holland est malchanceux, un brin arnaqueur, ses méthodes d’investigation toujours inefficaces, grande bouche, ayant perdu l’estime de sa fille, et, pour couronner le tout, c’est un sacré trouillard qui arrive toujours, sans aucunes explications, à se sortir de situations dangereuses. C’est jouissif.

vlcsnap-2016-05-30-17h33m15s570

Le coup du détective qui n’a aucun flair parce qu’il a perdu l’odorat depuis qu’il s’est prit un coup violent au nez, avouez que la blague est bien trouvée ? On aime le fait que Gosling casse son image de beau blond ténébreux et séducteur de ses dames. On rigolera par les maladresses, les pleurnicheries et les hurlements  de son personnage qui est à l’opposé total de celui que notre acteur incarnait le film Drive. Respect l’artiste.

 

« Avant d’élucider le crime du siècle, on s’occupe du cadavre pourri ».

 

Lors d’une de ses enquêtes, il croisera contre son gré Jackson Healy, un homme de main qui finira par devoir s’allier à lui. Le duo fera de véritables étincelles, on n’avait pas un si bon duo policier/comique depuis la fin de la quadriologie de L’arme fatale. Le personnage d’Holly, la fille d’Holland, sera en quelque sorte le même type de personnage que Sophie dans le dessin animé L’inspecteur Gadget »vous savez la nièce du personnage, toujours accompagnée par son chien et qui suivait notre personnage dans ces missions sans son accord ». Toujours présente au moment où notre duo en a le plus besoin. Forcément, voir une adolescente de 15 ans parvenir à faire avancer l’enquête d’un vrai détective, ca fait rire. Voir de plus ce personnage évoluer parmi les adultes dans un monde où sexe, meurtres et drogues s’entrechoquent aurait pu être dérangeant, et pourtant, le choc ne sera heureusement pas là.  Il ne faut pas oublier que le film n’a pas subit d’interdiction en salles, juste un avertissement.

vlcsnap-2016-05-30-17h24m52s027

Notre duo fonctionne merveille. Pas de cynisme, pas caricatural, des personnages profonds, tellement énergiques que tout comme eux, on s’amuse comme des enfants. Ca respire la sincérité, ca ne surjoue jamais, ca enchaine les mésaventures tout en ne nous faisant pas perdre le fil de son enquête captivante, ce tandem est imposant et nous permet surtout de trouver un nouveau duo drôle et énergique que l’on n’avait pas vu depuis fort longtemps au cinéma. March et Healy rejoignent donc le club des meilleurs duos de buddy movie aux coté de Mel Gibson/Danny Glover, Sylvester Stallone/Kurt Russel, Jackie Chan/ Chris Tucker, Bruce Willis/Samuel L.Jackson, est bien d’autres. Ce qui marche finalement dans notre film c’est donc ce duo qui arriverait presque à communiquer avec les spectateurs. Pour ce qui est du reste du casting, on est surprit de revoir l’actrice Kim Basinger dans un rôle très différent de ceux dans lesquels elle nous avait habituée à la retrouver. On retrouvera aussi Matt Bomer « de la série Duo très spécial » dans un rôle malheureusement furtif, celui d’un tueur à gage très efficace et aussi l’actrice Margaret Qualley « Paolo Alto » joue le rôle d’Amélia Kutner, personnage qui sera le cœur de notre intrigue.  La vraie révélation du film sera Angourie Rice qui joue la fille d’Holland March. La jeune fille de 15 ans vole presque la vedette à Gosling et Crowe. Une jeune fille débrouillarde et très intelligente dont le père n’arriverait jamais à s’en sortir sans elle.

vlcsnap-2016-05-30-17h34m03s738

Au final, un mix efficace entre le polar, la comédie, le film d’action bourrin et spectaculaire, les dialogues absurdes et le drame, une exploitation parfaite des seventies, servi par un casting improbable, Nice Guys est un véritable hommage aux films polars des années 70 mais aussi à la culture populaire de cette époque. Le duo Gosling/Crowe est magique, les acteurs s’en donnent à cœur joie et cassent leur image respective, les nouveaux Terrence Hill et Bud Spencer, on les tient. Restera juste la conclusion certes moraliste mais bien amenée, qui méritait cependant quelque chose de plus profond pour que le film soit un digne chef d’œuvre. Une jolie surprise que l’on n’avait pas vu venir, déjà un classique. Il n’y a pas à dire, Shane Black connait bien le sens du mot « fun ».

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Comédie, Films cultes et sagas à voir, Polar, Policier

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :