Karate kid 3: Les meilleures choses ont une fin

20160531_142003L’histoire

 

John Kresse, le propriétaire du Dojo Cobra Kai, a été vaincu par le vieux maître Miyagi dans le deuxième opus. Humilié par sa défaite, il a perdu ses élèves et a été ruiné. Il abandonne alors son entreprise à son ami et associé, le milliardaire Terry Silver qui prépare une revanche éclatante sur Miyagi et son disciple Daniel.

 

 

 

Infos sur le film

 

Réalisé par John G. Avildsen
Avec Ralph Macchio, Pat Morita, Robyn Lively

Long-métrage Américain

Genre : Action, Drame
Durée : 1h50 environ

 

 

 

Dernier opus de cette trilogie commencée en 1984, Karaté Kid 3 a quelques lacunes mais le plaisir de retrouver notre duo et leur grande amitié élève/ maitre ne peut que nous faire passer un excellent moment. Une grande trilogie ce conclut, sortez les mouchoirs.

 

 

De quoi parle cette conclusion ?

 

vlcsnap-2016-05-31-12h13m56s341

Ce dernier opus fait une fois encore directement suite au deuxième en nous récapitulant avant les intrigues des deux premiers films. Daniel et Miyagi reviennent d’Okinawa et s’aperçoivent que leur immeuble a été rasé pendant leur absence. Afin que son maitre qui était gardien de l’immeuble ne se retrouve au chômage, Daniel décide d’investir l’argent destiné à ses études universitaires pour ouvrir un commerce de bonsaïs.  John Kresse ,  le propriétaire d’un club de Karaté qui avait vu ses élèves affronter le jeune Daniel, a du mal à digérer sa défaite lors d’une altercation avec Myagi. Désœuvré, endetté, il est contraint de quitter son Dojo et le cède à son ami Terry Silver, un milliardaire et expert en Karaté. Voulant prendre sa revanche, Kresse demande lui demande de l’aide.  Alors qu’il part se reposer à Tahiti, Terry promet à son ami de lui obtenir revanche.

le duo de vilains le plus pathétique de l histoire du cinéma
Le duo de vilains le plus pathétique de l’histoire du cinéma américain.

Il va user de tous les moyens possibles pour détruire la vie de Myagi et de Daniel qui, sur l’idée et la générosité du jeune homme, vont ouvrir une boutique de Bonsaïs. Seulement, des hommes de Terry Silver, vont perturber l’existence paisible des deux amis et faire pression sur Daniel. Ils continueront à détruire sa boutique et lui pourrir la vie tant qu’il n’aura pas remis son titre de champion de karaté en jeu. Pendant ce temps, Terry ne compte pas en rester là, il veut que Daniel soit son élève, mais avant ça, il faut qu’il gagne sa confiance, quitte à le manipuler lui et son sensei.

Vous etes pas sérieux J'aurai presque de la peine pour l acteur
Vous êtes sérieux?! J’éprouverai presque de la peine pour l’acteur.

 

 

Jolie conclusion mais un peu décevante

 

Beaucoup de tristesse lorsque l’on se dit que cet épisode est le dernier. On ressent quelque chose de dramatique dans cette histoire. Daniel, qui devait utiliser sa bourse d’étude pour aller à l’université, décide d’utiliser cet argent pour que Mr Miyagi puisse réaliser son rêve : ouvrir une boutique de Bonzaï. On les voit aménager cette petite boutique, acheter des petits arbres, etc. Leur vie paisible va être perturbée par un fantôme du passé, John Kresse « toujours interprété par Martin Kove », ancien propriétaire du dojo Cobra Kai. Cette histoire de Kresse qui veut se venger va semer le trouble et la zizanie dans la vie de Daniel et Miyagi. Leur relation va changer. Daniel va faire de très mauvais choix. Il s’en rendra compte, mais sera totalement perdu pour essayer de s’en sortir.  Miyagi ne va plus du tout le reconnaitre, tout comme nous. Période sombre pour le jeune homme ayant toujours eu cette bonté admirable.

vlcsnap-2016-05-31-12h19m23s645

Terry Silver va tenter de se le mettre dans la poche en lui faisant croire qu’il peut l’entrainer pour le championnat de Karaté. Miyagi ne préférant plus entrainer son élève, lui disant que la Karaté ne sert pas à défendre son titre de champion. Obligé donc de suivre un entrainement complètement différent avec Terry Silver, Daniel va s’apercevoir qu’il devient un être violent, tout le contraire du jeune homme qu’il avait été autrefois. Notre héros a changé, il est un peu comme ce bonsaï qu’il a déterré puis cassé accidentellement une des branches. C’est très métaphorique, belle trouvaille, tout comme les différents conseils remplis de sagesse de Miyagi. On ne peut s’empêcher de trouver cela frustrant et triste de ne voir que très rarement Ralph Macchio jouer dans des films. Un acteur si talentueux, si sincère, quel beau gâchis.

 

Miyagi : Daniel-san, si Karaté servir à défendre l’honneur, défendre la vie, Karaté méthode bonne. Si Karaté servir à défendre petit trophée plastique, Karaté être méthode idiote.

 

 

D’aussi bonne qualité artistique que les précédents

 

Réalisation, photographie et mise en scène toujours splendides, on quitte Okinawa pour revenir aux sources de notre trilogie : la Californie. On retrouve avec plaisir de ce qui faisait le charme des deux premiers films en ajoutant encore un autre personnage féminin qui deviendra ami avec notre héros. On notera en plus d’une nouvelle sublime composition musicale de Bill Conti,  l’excellent tube,  Listen to your heart de Peter Cetera, dont les paroles correspondent à la perfection à l’état d’esprit de notre héros. Musique qui clôt la trilogie Karaté Kid d’une manière émouvante. Ceux qui apprécient les musiques et l’ambiance des années 80 ne seront une fois encore pas déçus du voyage. Même si l’alchimie entre Pat Morita et Ralph Macchio n’a rien perdu de sa superbe, les fans des deux premiers épisodes pourront peut être trouvé celui-ci moins accrocheur.

la vie paisible va tres vite etre chamboulee pour nos deux heros

Vous le verrez, cet épisode est trop axé sur la revanche de Kresse. De plus,  voir Daniel s’éloigner petit à petit de Miyagi fait beaucoup de peine à voir même si on le sait tous, ils vont redevenir amis. J’aurai préféré voir une autre histoire mais pas cette relation se dégrader surtout quand on sait que c’est le dernier épisode. Tout comme pour la fin de la saga des Rocky, il est toujours difficile de quitter des personnages. C’est donc avec beaucoup de peine qu’on regarde les dernières minutes du film en se disant que tout est terminé que jamais on ne reverra le duo Daniel et Mr Miyagi. Que les fans de notre petit bonhomme Japonais aux conseils remplis de sagesse ne désespèrent pas pour autant, le personnage reviendra pour une suite intitulée Miss Karaté Kid. Cette fois Daniel est absent. Nous sera conté alors une autre histoire incluant Mr Miyagi, qui prendra sous son aile une jeune femme un peu perdue et incomprise,  interprétée par Hilary Swank.  C’est différent, mais grâce au jeu de Pat Morita et son alchimie elle aussi parfaite entre lui et Hilary Swank, on retrouve un peu l’aura des Karaté Kid.

 

Quelle est la grosse tache qui plombe un peu le film ?

 

tu l as sens la méchanceté hein
Le duo de vilains le plus pathétique de l’histoire du cinéma américain.

Le seul gros problème, le talon d’Achille ce film, ce sont donc ses méchants: John Kresse , Mike Barnes et Terry Silver, qui coupent un peu son charme. Ce n’est pas crédible, surjoué, exagéré, caricaturé au possible. Franchement qui croit à des personnages qui enchainent les grimaces et les hurlements hystériques afin de nous montrer qu’ils sont diaboliques ?  Encore cette envie de vengeance à la trentaine passée ? Nos deux personnages sont à la limite du ridicule. On les croirait sortis tout droit d’un nanar, de ce coté là, la magie ne prend pas, pire, cet élément en vient à nous agacer tant l’injustice est omniprésente.  Bien sûr on croira peut être un peu plus au jeu de Thomas Ian Griffith « sorte de substitut de Steven Seagal, sauf que lui n’est pas doublé ni dans ses scènes de combats, ni lorsqu’il va aux toilettes » dans son rôle de Terry Silver. Machiavélique mais surtout manipulateur au possible, faisant tout pour détruire et l’amitié entre Daniel et Miyagi, et psychologiquement Daniel, totalement vulnérable suite aux nombreuses attaques de Barnes « interprété par le navrant Sean Kanan ».

vous le voyez ce symbole

 

Au final, Karaté Kid réussit encore une chose, nous créer un petit pincement au cœur lorsque l’on entend les musiques mais aussi de retrouver avec plaisir, pour une toute dernière fois nos deux protagonistes touchants, drôles et attachants. Cette trilogie est vraiment un réel bonheur qui, même si elle a eu quelques lacunes dans son final, restera toujours gravé dans mon cœur. Ceux qui disent que la moralité du film est de gagner et de récolter la fille à la fin non vraiment rien compris. Quel cynisme !  Loin d’être un navet, ce troisième et dernier opus a malgré tout la grande qualité de nous donner une nouvelle belle leçon de morale, tout en nous faisant rire et nous envoyer cette aura de courage pour se battre dans la vie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.