Le monde de Dory: Oublierez vous ce nouveau Disney Pixar?

Après avoir plongé dans la tête de la jeune Riley dans Vice Versa, retrouvé le chemin de notre maison avec le petit dinosaure du Voyage d’Arlo, nous replongeons de nouveau dans le monde des poissons. Treize ans après Le monde de Nemo, Dory, le poisson bleu à la mémoire à court terme, se voit devenir la star de son propre film avec Le monde de Dory. Spin off du Monde de Nemo, ce nouveau Pixar est-il aussi charmant et drôle que son prédécesseur ?

le monde de dory affiche

L’histoire

 

Quelques mois se sont passés depuis que Nemo a retrouvé son père Marin. Sa copine Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique qui est devenue un membre à part entière de leur famille, fait des cauchemars où elle se souvient pour la première fois de ses parents qu’elle a perdue lorsqu’elle était enfant. Sont-ils encore en vie ? L’ont-ils oublié ? Qu’importe, elle décide de partir à leur recherche accompagnée de Marin et Nemo. Hélas Dory se retrouve séparée des deux poissons et emmenée dans l’institut californien de biologie marine.  Pendant ce temps, Marin et Nemo partent à sa rescousse…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Andrew Stanton et  Angus MacLane

Genre : Animation, Comédie

Film Américain

Durée : 1h35 environ

 

Casting des voix françaises

 

Céline Monsarrat (la doubleuse officielle de Julia Roberts) dans le rôle de Dory

Franck Dubosc dans le rôle de Marin

Timothé Van Dorm dans le rôle de Nemo

Philippe Lelouche dans le rôle de Hank

Mathilde Seigner dans le rôle de Destinée

Kev Adams dans le rôle de Bailey

 

Impression de déjà vu ?

 

Vous n’avez pas vu Le monde de Nemo ? Pas de problèmes, le début de notre film en fera un bref récapitulatif histoire de ne pas vous perdre. Après Cars, Toy Story et Monstres et compagnie, c’est au tour du Monde de Nemo de connaitre une suite. Attendu par énormément de fans suite au succès du premier opus, le projet daté de 2012, aura mis beaucoup de temps à se concrétiser. Cette fois-ci, notre suite se centrera sur un personnage secondaire qui avait conquit  les fans du premier opus : Dory. Le monde de Dory, c’est une suite du Monde de Nemo mais aussi un dérivé puisque cette fois, c’est Dory la star.

vlcsnap-2016-06-28-18h21m57s241

Même si les scénaristes du Monde de Nemo sont de retour (avec quelques nouveaux venus) pour Le monde de Dory, on s’apercevra très vite que niveau qualité, ce n’est pas la même chose que son ainé. C’est une déception, Le monde de Dory est beaucoup trop similaire à son prédécesseur niveau narration. On reprend pratiquement tous les éléments qui ont fait le succès du premier film pour les rajouter dans cette suite. La vie dans les profondeurs sous marines, la séparation d’un petit poisson et de ses parents, sa quête pour les retrouver, l’intervention des hommes, sa tentative d’évasion, sa rencontre avec d’autres animaux marins, Dory a beau être un peu fofolle et avoir des problèmes de mémoire (et un don inné pour parler la baleine), nous, non et même si nous aurons droit à quelques nouveautés, ce sera beaucoup trop mince pour ne pas avoir cette désagréable sensation de trahison.

vlcsnap-2016-06-28-18h19m10s509

Pas vraiment d’enjeux dans cette histoire qui ne compte aucunes menaces, on se retrouve aussi très limité coté exploitation d’un personnage qui n’a que pour charme des troubles de la mémoire. On se reposera donc sur ses personnages secondaires et son thème : la famille. Malgré le fait que Le monde de Dory ne brille pas coté scénario et qu’il ne révolutionnera pas le genre, il a quand même l’une des plus grandes qualités : il fait le plein d’instants mignons et tendres. On fond devant les flashbacks racontant l’enfance de la mignonne petite Dory ou bien devant sa rencontre avec des loutres calineuses. C’est mignon oui mais est-ce suffisant ?

 

Plus émouvant que drôle ?

 

Le problème avec ce nouveau film c’est qu’on privilégie trop l’émotion à l’humour ce qui le fait basculer un peu trop du coté du gnan gnan et du mélancolique (les pleurs du petit garçon derrière moi voulaient tout dire). Ce n’est pas un défaut, il y a de l’optimisme, de l’espoir, mais on espérait beaucoup mieux de la part de Pixar qui continue les bourdes après cette déception qu’a été Le voyage d’Arlo. Pendant une grande partie du film, le manque cruel de gags drôles se fait ressentir. Les gags s’enchainaient dans Le monde de Nemo alors que dans celui-ci, ils sont semés par ci par là dans la première heure sans pour autant nous faire vraiment rire. On sourit mais c’est tout. Le pire dans tout ça c’est que des gags vraiment drôles vous en aurez mais il faudra vous armer de patience puisqu’ils n’arriveront que dans les 20 dernières minutes.

Ne boudons quand même pas le plaisir de retrouver de l’intérêt du coté de la galerie de nos nouveaux personnages secondaires (dont Hank le poulpe caméléon, grognon, solitaire qui n’aime pas les enfants et cherche un moyen de s’enfuir du parc aquatique ou bien encore deux loups de mer affalés sur un rocher qu’ils défendent des tentatives d’intrusion d’un autre loup de mer un peu simplet) qui permettront justement au film d’apporter quelques passages drôles. C’est d’ailleurs grâce à ce grand nombre de personnages  et ses situations loufoques que le film arrive à trouver un bon rythme.

 

Scénario simpliste mais animation de qualité

 

C’est longuet mais on arrive à se laisser emporter par cette histoire touchante de Dory cherchant à retrouver ses parents qu’elle a perdue lorsqu’elle était petite et qui se retrouve emportée accidentellement par des humains dans un parc aquatique. Sur le papier, cette idée de nous offrir une parodie du film La grande évasion version aquatique faisait envie. A l’écran, ça sent la copie de Toy Story 3 qui avait largement exploité le sujet. Comme pour son prédécesseur, Le monde de Dory, coté animation, bluffe. La technologie a bien évoluée depuis la sortie du Monde de Nemo, on le sent bien. Totale immersion dans le monde sous marin avec ses multitudes d’espèces aquatiques permettant d’être aussi ludique que son prédécesseur. C’est beau et réaliste, on n’en attendait pas moins. Même pour les expressions des personnages, leurs mouvements (mention au personnage de Hank, poulpe à la masse gélatineuse qui se déplace de manière furtive), leurs modélisations, la diversité d’espèces, c’est une réussite, le rendu est spectaculaire.

vlcsnap-2016-06-28-18h01m11s237

Notons aussi, Disney oblige, le sujet très sérieux de notre histoire : Dory cherchant à retrouver ses origines. Le petit poisson essaiera dans ce voyage initiatique de se retrouver, s’accepter et tenter de se guérir de se terrible deuil lié à son enfance. De là le spectateur éprouvera de la compassion pour ce personnage et  permettra à ceux qui souffrent d’un manque de confiance en eux, de retrouver un peu le moral. Dory ne sera pas la seule à devoir lutter contre ses démons intérieurs, Hank le poulpe aussi.

vlcsnap-2016-06-28-18h22m52s918

Notre périple commencera dans l’océan pour se poursuivre très vite dans plusieurs complexes d’un grand centre aquatique. Changements de décors nombreux permettant de faire gagner de l’intérêt au film. Un autre bon point de marqué comblant ainsi les lacunes de son scénario. Pour le doublage français, il est de qualité et même Kev Adams  (bon courage pour savoir quel personnage est doublé par l’humoriste), s’en sort avec les honneurs. Je ne peux malheureusement pas être d’accord avec le fait de choisir des stars plutôt que de vrais acteurs spécialisés dans le doublage. Quand est-ce qu’on leur laissera leur chance au lieu de ne les prendre que pour des dessins animés qui passent à la télé ?

vlcsnap-2016-06-28-18h21m23s876

Au final, Le monde de Dory est un peu décevant, en dessous du premier, mais pas mauvais pour autant. C’est rythmé malgré se sentiment de longueur, ça se suit avec plaisir, c’est émouvant, ça arrive à être très drôle, le retour de l’univers musical composé par Thomas Newman, les personnages nombreux et attachants, c’est fun et coloré, ludique, très beau, immersif, les enfants seront ravis, pas forcément les adultes qui ont vu Le monde de Nemo et qui ne verront que très peu d’intérêt à voir celui-ci. A voir ne serait-ce que pour la beauté de l’animation et des décors. Mince, je ne me souviens plus de quel film je parlais…

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.