Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Blood father: Le retour musclé de Mel Gibson

blood father afficheL’histoire

 

John Link, un ancien taulard, ancien alcoolique, ancien biker ne cherchant pas à faire de faux pas durant sa libération conditionnelle c’est installé dans une petite caravane. Reconverti en tatoueur, il vit dans un endroit paisible loin de toute tentation. C’est alors que l’appel de Lydia, sa fille porté disparue depuis des années va bousculer sa tranquillité. Lydia est poursuivit par son ex petit ami membre d’un cartel de drogue. A la suite d’une attaque à main armée qui a mal tournée les narcotrafiquants tentent de remettre la main sur la jeune fille. Ils ne se doutaient pas une seule seconde que le père de Lydia ferait tout pour la protéger.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Jean-François Richet

Genre : Thriller, Action, Drame

Film Français

Durée : 1h30 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

 

2ème tentative de come back au cinéma pour Mel Gibson qui avait fait son retour après plus de 10 ans d’absence en 2010 avec Hors de contrôle. Par la suite, on avait pu le voir s’essayer au drame avec Le complexe du castor. Après Kill the gringo où il évoluait dans une prison Mexicaine, l’acteur n’avait obtenu que des rôles de bad guys avec Machete Kills puis The Expendables 3 où il se frottait à Sylvester Stallone. Cet été, le voila de retour une fois de plus dans le rôle principal de Blood Father, thriller d’action réalisé par Jean-François Richet, réalisateur des deux chapitres de Mesrine. Retour marquant ou retour insignifiant ?

 

Le cinéma retrouve l’une de ses icônes : Mel Gibson is back

 

Sorti depuis quelques années des écrans radars d’Hollywood, Mel Gibson fait une deuxième tentative de come back avec ce qu’il sait faire le mieux : jouer dans un film d’action. Gros fan depuis tout petit de l’acteur, le retrouver sur grand écran c’est comme retrouvé un vieil ami qu’on appréciait, avec qui on a eu de merveilleux souvenirs et que l’on n’avait pas vu depuis des années. L’émotion, elle est là. L’acteur avait manqué. Hormis Schwarzenegger, Stallone, Harrison Ford et Mel Gibson, des acteurs charismatiques, plutôt des STARS de films d’action, on en a plus. La nouvelle génération d’acteurs de ce genre de films ne se repose que sur leur plastique parfaite. Les muscles ne font pas tout. Il faut avoir la gueule carré, le coté bad boy/mec torturé, le regard et l’attitude sauvage avec ce petit truc qui séduit les femmes. Ce n’est pas pour rien que Mel Gibson est l’une des icônes du cinéma Hollywoodien. Il l’est, et il le restera à tout jamais.

vlcsnap-2016-08-31-15h47m37s312
Le voila de retour, en forme olympique, bien baraqué, ridé (il a 60 ans quand même !), tout barbu et tatoué dans un film qui ressemble à Mad Max (le coté post apo en moins).  Ce qui est amusant c’est que certains éléments que possède notre héros dans le film semblent s’inspirer de ce qu’il possédait dans ses anciens films. La caravane dans laquelle il vivait dans L’arme Fatale, le fusil à canon scié qu’il possédait dans Mad Max, la moto qu’il conduisait dans Comme un oiseau sur la branche. Du fan service pour les fans de l’acteur. Même du coté du lieu de l’intrigue et certaines scènes d’action comme cette anthologique scène de poursuite à moto brutale qui n’est pas sans rappeler Mad Max 2.

vlcsnap-2016-08-31-15h46m43s522

Blood Father a du coup des allures de western moderne. Le lieu situé au Nouveau Mexique, chaud et désertique, ses motels, ses bars, ses chemises à carreaux, ses bikers, le petit coté à la fois sauvage et mélancolique, c’est d’un charme fou. Coté scénario, il n’y a pas plus classique. On va surtout s’intéresser à la psychologie des personnages. En particulier la psychologie de nos deux protagonistes : John et sa fille Lydia. C’est la relation touchante entre un père blessé qui veut retrouver l’âme qu’il a perdu (comme l’accentue le tatouage à son épaule) et sa fille complètement perdue qui enchaine bêtises sur bêtises.

 

Les personnages principaux

 

vlcsnap-2016-08-31-15h46m53s328

Erin Moriarty (que les sérivores ont pu voir dans Jessica Jones)  interprète le rôle de Lydia, la fille de John Link. Lydia a vécue depuis toute petite dans la tristesse et, pour combler son mal être, c’est réfugiée dans la drogue et a accumulé de nombreux travers depuis qu’elle a fugué de chez elle. Des parents divorcés, trois beau pères, une mère absente, un père qui était en prison, la vie ne lui a pas sourie. Duo Gibson/Moriarty dont l’alchimie, la complicité, cette relation père/fille est parfaite et authentique.

vlcsnap-2016-08-31-15h53m16s808

Diego Luna (Oui, le latino qui donnait des plateaux repas à Tom Hanks dans Le Terminal) interprète Jonah, l’ex petit ami de Lydia. Jonah et ses comparses vont très vite comprendre sa douleur lorsqu’il sera face à un John Link déchainé.

vlcsnap-2016-08-31-15h48m15s156

Michael Parks (Kill Bill), en ancien chef des bikers reconverti en vendeur de bibelots nazis. Il a fait le Vietnam donc on lui doit le respect!

vlcsnap-2016-08-31-15h51m59s160

William H. Macy (de la série Shameless) officie en tant que parrain et meilleur ami de John Link. Toujours là pour l’épauler, le conseiller, l’aider à ne pas commettre de faux pas.

 

Du beau film de rédemption

 

Le film, après avoir posé les bases de l’intrigue en nous montrant pourquoi Lydia a décidée de demander de l’aide à son père quelle n’a pas vu depuis des années, fait fort avec une séquence déchirante voyant le personnage de Mel Gibson en pleine confession. Rôle taillé sur mesure pour l’acteur qui a de nombreux points communs avec le personnage qu’il interprète. Dans cette scène ce situant aux alcooliques anonymes, on aurait la sensation, tout comme pour VanDamme dans le film JCVD, que Mel Gibson s’adresse à ses fans, faisant le point sur ses déboires, disant que ce qu’il a fait, il ne peut le réparer mais qu’il voudrait avoir droit à une seconde chance.

vlcsnap-2016-08-31-15h52m12s076

Une scène qui a été très dure à jouer nous rapportait dans une interview le réalisateur. En une seule scène, l’acteur ouvre son cœur. Et la suite, ça sera la même chose mais avec aussi son lot de punchilines Mel Gibsonienne permettant d’avoir cette grosse touche d’humour absolument plaisante et digne de l’acteur. Mel Gibson c’est ce justicier qui déteste les pourris et n’hésite pas à casser de la mâchoire s’il le faut tout en hurlant à sa victime des grossièretés pour se défouler.  Du Martin Riggs en puissance qui crève encore l’écran. Scénario bien construit, le mix Drame/Thriller/Road movie/Action nerveuse est parfait.

Blood-Father-New-Picture-1

Les quatre genres n’empiètent pas les uns sur les autres, tout est bien dosé.  L’action est merveilleusement filmée. Violente, bestiale mais contrairement à d’autres films du genre, ne faisant pas de notre héros un surhomme. Malgré tout, ce père en quête de rédemption n’hésitera pas à se transformer en bête enragée pour protéger sa fille qu’il aime plus que tout au monde. S’il y a bien une raison d’aller voir ce film, c’est pour la performance incroyable de Mel Gibson et Erin Moriarty. Terriblement humain, terriblement efficace. Il est de plus en plus rare dans des films de cette trempe de ressentir autant d’émotions. Jean-François Richet, caméra à l’épaule maitrisée suivant ses personnages de très près arrive à capter dans les moindres détails leurs moments de doutes, de colères, de tristesse, de joie et d’amour. Blood Father est presque du film intimiste.

blood diego luna

Le fait que l’acteur est prit de l’âge fait que son regard, ses traits de visages sont plus accentués en faisant encore plus de lui un homme qui a de la gueule. Bad Mel est de retour. Calme mais capable de rentrer dans une hargne folle pouvant emporter un bout de votre oreille. Mel Gibson c’est ce chien au regard abattu et sauvage.  Plus charismatique, tu meurs. Et là encore, dans Blood Father, il remet le couvert.  Ce père de famille aussi dur à cuire que touchant est capable de tuer ceux qui en voudraient à la vie de ses enfants. Il serait capable d’en faire ce sacrifice. Notre héros a des regrets, a fait de nombreux sacrifices, a des valeurs qu’il va inculquer à sa fille avec qu’il tentera de rattraper le temps perdu malgré ce qu’il leur arrivera dans notre film. Un père absent qui va tenter de protéger sa fille mais aussi lui transmettre le gout de la vie.

 

Au final, Blood Father ne va pas peut être pas révolutionner le genre mais l’interprétation tellement touchante et sincère du charismatique Mel Gibson et de la mignonne Erin Moriarty, le coté  séduisant Road movie/Drame/Thriller/Action nerveuse l’emportera haut la main. Quant aux scènes d’action, bien que peu nombreuses afin de privilégier le drame, elles sont à l’image de ce que Mel Gibson faisait à l’époque. Véritable hommage aux séries B des années 70 à 90, pépite pour les fans de l’acteur, ce film musclé est maitrisé sur tous les plans. Dommage que les 90minutes passent si vite. Un joli cadeau pour les nostalgiques.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Drame, Thriller

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :