Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Men In Black: Will Smith n’en a pas fini avec les petits hommes verts

men-in-black-afficheL’histoire

 

Membres d’une organisation ultra secrète et non reconnue par le gouvernement, vêtus de costumes et de lunettes noires, équipés des toutes dernières technologies aliens, conduisant une grosse voiture noire, ne se séparant jamais de leur neurolaser, les agents J et K contrôlent l’immigration extraterrestre sur Terre.

 

 

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Barry Sonnenfeld

Genre : Science fiction, Action, Comédie

Film Américain

Durée : 1h40 environ

 

Les personnages principaux

 

Will Smith dans le rôle de l’agent J : James Edward, ancien officier de la police de New York qui ne supporte pas l’autorité, énergique, enthousiaste et extraverti, c’est lorsqu’il appréhendera un étranger aussi agile que rapide, qu’il fera la connaissance de l’agent K qui voudra le recruter. Au départ suspicieux, James acceptera l’offre. James Edward n’existe plus, voici l’agent J. L’agent K le surnomme constamment « l’artiste ».

 

Tommy Lee Jones dans le rôle de l’agent K : Grognon, blasé,  expérimenté, conseiller avisé. Le 16 Juillet 1969, jour du lancement de la navette spatiale Apollo 11 vers la lune, il a été une des premières personnes à rentrer en contact avec les premiers extraterrestres débarqués sur Terre et est devenu l’un des membres fondateurs des Men In Black. Séparé de son ancien et très âgé coéquipier, il recrutera, formera James Edward et deviendra son nouveau partenaire.

 

Vincent D’Onofrio dans le rôle d’Edgar : Edgar était au départ un humain, fermier, vivant avec sa femme dans le Kansas. Un soir, une soucoupe volante s’écrase sur sa voiture. Edgar se précipite sur les lieux du crash et se fait tuer par le propriétaire de l’ovni qui fait de la peau de sa victime, son costume pour se fondre parmi les humains.  Ce nouveau Edgar au visage et à la démarche rigide et glauque (plutôt se cafard géant), accro à l’eau sucrée et ne supportant pas qu’on écrase des insectes (tous les cafards qui trainent sur Terre sont en fait ses enfants. Ne les écrasez plus !), a une mission : contrôler de la galaxie. Il n’hésitera pas à tuer tout ceux qui se mettront sur sa route.

 

Rip Torn dans le rôle de l’agent Z : Chef des Men in Black, il a été confronté aux pires atrocités intergalactiques inimaginables.

 

Linda Fiorentino dans le rôle  de Laurel Weaver : Cette jeune médecin légiste a tout vue mais les Men In black lui ont toujours effacé la mémoire.

 

Les armes des Men In Black

mib-armes-livret

En plus d’un neurolaser (4) : stylet permettant d’effacer la mémoire à court terme ou long terme des témoins de phénomènes aliens, nos agents doivent posséder une arme  et se tenir prêt à s’en servir lorsqu’ils sont en service.

 

L’arme de point standard (2) : Tous les agents en portent une.

 

Le désatomiseur (1) : Cette arme ressemblant à un fusil, permet d’abattre des vaisseaux spatiaux volant en basse altitude.

 

Le cricket infernal (3) : L’arme préférée de J (c’est tout le contraire). Ne jugez pas son apparence, elle fait bien plus de dégâts que vous ne le pensez.  Facile à dissimuler, elle est terriblement puissante. Gare au recul quand vous tirez. Ca pardonne pas.

 

 

Le saviez-vous ?

 mib-certificat

Vous aussi, découpez votre certificat, remplissez le pour devenir un agent du MIB ( à la seule condition d’effacer tout de votre vie)

 

  • C’est Clint Eastwood qui devait au départ interprété le rôle tenu par Tommy Lee Jones. Quant à Will Smith, il avait au départ refusé le rôle à la lecture du scénario, mais se laissa convaincre par sa femme de finalement l’accepter. Qu’est ce qu’on dit ? Merci Jada !
  • Pour se protéger les yeux lorsqu’ils effacent la mémoire des humains ayant vu des phénomènes extraterrestres, les men in black portent des lunettes de soleil de la marque Ray Ban. Après la sortie du film en 1997, ces lunettes, tout comme le film, sont devenues cultes, à la mode, tout le monde en portait sur les plages.
  • Le film est basé sur les comics de The Men In Black, écrits par Lowell Cunningham. En 1992, les producteurs Walter F. Parkes et Laurie MacDonald, rachètent les droits pour adapté la série de comics en film.
  • Seulement 1 an sépare le film Independence day de Men In Black. Will Smith a visiblement un gros différent avec les petits hommes verts.
  • Bruce Campbell (Ash dans les films et série Evil Dead) devait apparaitre pour un petit rôle. Occupé sur le film Chasseurs de tornades, il ne pu accepter.
  • Certaines scènes devaient au départ se dérouler sous terre, dans le Kansas et sous Washington. Barry Sonnenfeld décida de modifier ces éléments. L’intrigue se déroulera dans les rues de New York.
  • Un dessin animé à vu le jour un an après la sortie du premier film. Sorte de suite (avec quelques incohérences) qui continuait Men In black 1 avant sa suite, cette série d’animation, créée par les studios Amblin, aura droit à quatre saisons. Elle était diffusée en France sur la chaine M6 dans l’émission M6 Kids puis sera rediffusée sur France4 à l’occasion de la sortie de Men In Black 3.

 

L’histoire des VRAIS Men in Black et leur entrée, malgré eux, dans la pop culture

 

Avant de parler de notre film, revenons sur l’histoire des VRAIS agent en costume noir. Qui étaient-ils, plutôt QUI sont-ils ? Que veulent-ils ? Comment est né quelques années après le projet de comics et de film ?

mib-vrai

C’est en 1953, que des fanas du parascientifique ont découvert l’existence d’un mystérieux groupe d’agents faisant parti du gouvernement et ayant pour mission de dissuader, empêcher les personnes soit disant enlevées ou en contact avec des Ovnis et petits hommes verts de révéler aux médias leurs expériences.  Ces personnages, tout de noir vétus, connus sous le nom de Men In Black, devinrent bientôt reliés aux extraterrestres. Etrangement, ils possédaient des informations précises sur les personnes qu’ils visitaient, avaient des instruments leur permettant d’effacer la mémoire de ces témoins dit « gênants ». Dans les années 80, Lowell Cunningham, en virée avec un ami, vu cette grosse Cadillac noire ressemblant beaucoup à celle que conduisent les agents du MIB. C’est là que l’idée d’un projet d’émission télé germa.  L’écrivain voulait néanmoins ne pas avoir à recourir aux mêmes ficelles scénaristiques vues et revues dans bons nombres de longs métrages parlant des aliens. Ces personnages et leur univers, devaient être des sortes de fantômes, des êtres invisibles vivant parmi les êtres humains.

mib-comics

Cunningham déchanta très vite en se disant qu’un projet de cette envergure ne pourrait jamais se faire sur le petit écran.  Connaissant des personnes travaillant dans le milieu de la bande dessinée, il traina pendant deux ans son projet. C’est l’éditeur Malibu Comics qui accepta de signer avec l’écrivain pour par la suite publier une mini série de comics qui aura son succès. Les hommes noirs devinrent malgré eux une référence dans la pop culture. On a pu les voir sous différentes formes, différents rôles bien que le coté (hostile) ne bougea pas (sauf pour les films Men in black). C’est en 1984 avec le film The Brother from Another Planet  que les agents furent représentés. Par la suite, on a pu voir un personnage culte qui révolutionnera la pop culture dans la série X Files avec CGB Spender alias L’homme à la cigarette, dans Matrix avec l’agent Smith ou encore « l’observateur » dans la série Fringe.

mib-prom

Lorsque les idées vinrent à être épuisées, les studios de cinéma ont commencés à s’y intéresser. En Aout 1992, les réalisateurs ont pris contact avec les studios Columbia Pictures et leur ont montré les comics de Cunningham.  Après avoir acquis les droits, il aura fallut 5 longues années pour que les réalisateurs  adaptent le projet à l’écran.  A la sortie du film en Juillet 1997, le succès fut phénoménal et les studios Columbia Pictures obtinrent un record niveau chiffre d’affaires.

 

Vous ne porterez que des vêtements spécifiquement autorisés par les services spéciaux des MiB. Vous vous conformerez à l’identité que nous vous attribuerons. Vous mangerez où nous vous le dirons. Vous n’aurez plus aucun signe distinctif quel qu’il soit. Vous ne laisserez qu’une impression de déjà vu, et on vous oubliera, en un éclair. Vous n’existez pas, vous n’êtes jamais venu au monde. L’anonymat est votre nom, le silence votre langue natale. Vous ne faites plus partie du système. Vous êtes au-dessus du système, au sommet, au-delà. Nous sommes « eux », nous sommes « ils », nous sommes les Men in Black.

 

Here come the Men in Black

 

Oubliez tout ce que vous avez vu et entendu, on vous cache des choses. Ils sont parmi vous, sans que vous ne vous en rendiez compte. Les extraterrestres existent bel et bien, seulement, pour passer inaperçus, ils utilisent des corps d’humains comme déguisement (d’après eux, Sylvester Stallone,  George Lucas, Steven Spielberg et Michael Jackson sont des aliens. Ca explique beaucoup de choses !) et ont choisit la ville de New York comme résidence. Pourquoi New York ? Parce que cette ville abrite de tonnes de bâtiments dont on ne comprend pas leur utilité. De quoi donner de folles idées au réalisateur du long métrage. De plus, les New Yorkiens ont pour certains de vraies têtes d’Alien. New York est donc le lieu idéal pour abriter des extraterrestres. La population mondiale doit restée dans l’ignorance totale.

mib1

Ceux qui veillent sur nous, ce sont les Men In Black, organisation ultra secrète s’occupant de la venue de ces êtres venus des confins de la galaxie. Alors que certains viennent pour s’intégrer, avoir une vie normale, d’autres sont de la racaille de la pire espèce devant être arrêtés et renvoyés sur leur planète. Nous suivrons dans ce film la vie de J, nouvelle recrue du MIB, qui, comme le spectateur, découvrira la face cachée du monde qu’il pensait connaitre. Aidé de l’agent K, ils devront empêcher Edgar, un alien ressemblant à un cafard, de s’emparer de la galaxie et provoquer une guerre qui pourrait mener la Terre et ses habitants à sa perte.

« Y a des croiseurs de combat d’Uranus où des lasers koryliens ou des virus de l’espace qui menacent trois fois par mois cette misérable planète. Si l’on veut que le peuple vive heureux et ait beaucoup d’enfants, nous avons le devoir de lui mentir ! »

The galaxy defenders

 

Le QG des Men in black a une entrée originale puisqu’elle débouche sur une chambre de conduit de ventilation gardé par un pauvre homme en costume (en vrai, cette chambre de ventilation sert à pomper l’air du Holland Tunnel, tunnel reliant Manhattan au New Jersey. Oui, le même qui explosera dans le film Daylight). Passé l’ascenseur, vous voila au quartier général : les bureaux des agents (avec la cafétéria, salle d’entrainement, vestiaires), mais sert aussi de douane pour contrôler les aliens débarquant sur notre planète (certains venant de manière illégale). Esthétiquement, comme pour le film entier, ça sonne très années 60.

mib-qg

Visuellement, c’est d’une richesse sans égales. Les décors futuristes des locaux du MIB, les races incalculables d’Aliens (ça se rapproche lentement mais surement de Star Wars),  les technologies, les détails, il faut voir le film au moins deux fois pour tout remarquer (ou alors mettre le film sur pause). Beaucoup d’effets numériques pour les aliens ? Pas tant que ça, puisque la plupart sont des acteurs maquillés avec des prothèses. L’animatronique est lui aussi de la partie ce qui permet de rendre plus crédible tout ce bestiaire.

Des espèces d’asticots accros à la cigarette et au café, un alien qui a prit l’apparence d’un chien de la race des carlins et se prénomme Frank, des sortes de méduses, voila ce que vous pourrez voir comme petits hommes verts. Pour certains mouvement de ces créatures, il eu fallut malgré tout avoir recourt à des effets numériques. Par exemple pour John Alexander, acteur interprétant l’alien Mikey, il lui était impossible de courir en portant un costume aussi lourd. Races aliens (à grosses dents, petites dents, avec pleins de bras, plein d’yeux, ect) qui ont leurs propres cultures, leurs propres lois. Inévitablement, le réalisateur joue avec tout ça ce qui permet d’avoir encore plus de scènes humoristiques.

 

Here come the Men in Black

 

Vous avez tous et toutes vu/revu ce clip ultra cool de Will Smith, portant le titre de Men In black. En moins de 4 minutes, l’amusement était déjà là. Voir Will Smith chanter et danser aux cotés de Mickey, l’un des aliens de notre film était une révolution à l’époque. Même chose pour le film? Oh que oui! Révolution aussi du coté de l’originalité du scénario de la version filmique qui décide de faire des hommes en noirs, les sauveurs de l’humanité. Bien que les effets spéciaux signés ILM datent un peu, Men In Black est efficace. Divertissant, drôle et un peu dégueu par moments. C’est pas du SOS Fantômes, c’est différent, mais c’est tout aussi bien, tout aussi culte. On devrait avoir peur et finalement, on fait de cette peur, quelque chose de comique.

neurolaser

Men in Black, ne se repose pas son succès que sur son esthétisme, il se repose aussi  sur notre duo Jones/Smith, sans quoi le film ne sera pas autant bon. Ce duo improbable, le jeune charmant rempli de fougue et d’arrogance, le vieux ronchon expérimenté rempli de sagesse, fonctionne à la perfection.  Le scénario était simple mais pourtant recherché, il donne à matière des situations farfelues plaisantes. Avec MIB, on est captivé, on se marre, on est éblouis, et nos oreilles en prennent pour leur grade aussi. Danny Elfman qui s’occupe de la bande originale, continue de nous offrir des cadeaux auditifs. Qu’est ce que j’aime l’usage de violons et de basses. On passe de mélodies horrifiques ressemblant au thème de Mars Attack, à des mélodies plus angoissantes, voir épiques. De la magie, de la fantaisie, une vraie symphonie pour une œuvre de pure science fiction qui possède son propre univers.

 

They won’t let you remember

 

Ne jamais se fier aux tailles, à l’apparence des choses physiques ou matérielles, voila ce que Men In Black veut nous montrer et s’amuse à nous montrer.  Men In Black ce n’est pas que vous dévoiler des aliens, c’est aussi des courses poursuites, des scènes de fusillades, des scènes plus calmes et parfois se tournant vers du drame (K ayant été marié avant d’entrer chez les MIB),  une théorie du complot bien utilisée, de l’humour, de la cool attitude avec un Will Smith charismatique à la répartie qu’on adore (On vous a pas dit qu’il pleuvait des blacks à New-York ?).

edgar-t-as-la-peau-qui-bandouille-a-ouai-cest-mieux-comme-ca

« -Edgar t’as la peau qui flotte – Ha oui..c’est mieux comme ça? »

Déjà à la sortie du film, j’étais fan (allant jusqu’à posséder un poster du film qui m’était même tombé sur la tête pendant la nuit), adulte je le suis toujours autant voir un peu plus en ayant un regard différent et en ayant la chance de pouvoir découvrir les détails parsemés dans le film.

 

Au final, Men in Black, est du pur film de science fiction/comédie bien plus intelligent qu’il n’y parait. Le duo Jones/Smith tout de cool attitude est mythique, les répliques et scènes cultes, les musiques de Danny Elfman en accord avec le thème du film, une brochette d’acteurs et actrices attachants, les effets spéciaux bien que datés fonctionnent à merveille, des tonnes d’idées intéressantes et brillamment trouvées, un méchant aussi terrifiant qu’hilarant, la variété des races Aliens et des gadgets high tech recherchées. En bref, un excellent divertissement d’1h40 pour un film culte des années 90 à voir et à revoir et à re-revoir.  

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Comédie, Films cultes et sagas à voir, Science Fiction

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :