Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Demain tout commence: Attention, mouchoirs à prévoir

demain-tout-commence-afficheL’histoire

 

Plagiste dans un club dans le sud de la France, Samuel est un dragueur, fêtard, irresponsable et sans attaches. Quand l’une de ses anciennes conquêtes, Kristin, débarque et lui laisse sur les bras son bébé de quelques mois, Gloria, sa fille, c’est toute sa vie qui est chamboulée. Incapable de s’occuper de l’enfant, il tente de retrouver Kristin partie à Londres. Sans succès. Huit ans plus tard, Samuel a embrassé son rôle de père. Gloria et lui sont devenus inséparables, connectés, et vivent dans un grand appartement payé grâce à l’emploi de cascadeur que Sam a obtenu de la part de Bernie, un agent artistique. Pour qu’elle ne soit pas triste, Samuel envoie de faux e-mails à sa fille en se faisant passer pour sa mère, agent secret qui voyage constamment. Le but étant de préserver sa fille, ne pas lui avouer que sa mère l’a abandonnée.  C’est alors que Kristin répond enfin aux messages laissés par le père de sa fille et fait sa réapparition…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Hugo Gélin

Genre : Comédie, Drame

Film Français

Durée : 1h55 environ

 

Casting

 

Avec Omar Sy : Samuel

Gloria Colston : Gloria

Antoine Bertrand : Bernie

Clémentine Poésy : Kristin

 

Après la comédie Comme des frères, le réalisateur Hugo Gélin est de retour avec une comédie irrésistible et touchante portée par des acteurs attendrissants et sincères. Exit les rôles secondaires dans les blockbusters américains, Omar Sy revient à son premier amour : la comédie française. Dans Demain tout commence, l’acteur qui  partage l’écran avec  la jeune Gloria Colston, dont c’est le premier film, signe là un joli conte entre un père et une fille.

 

Une comédie qui sent bon les années 80/90

vlcsnap-2016-12-07-18h33m03s190

Demain tout commence, est un film à l’ambiance bon enfant, bien que certains passages cassent la magie pour ramener le spectateur à la dure réalité. Nostalgiquement parlant, ce film m’a rappelé cette vieille sitcom culte que j’adorais regarder étant petit: Punky Brewster (quelques ressemblances aussi avec les films La vie est belle et Kramer contre Kramer). Beaucoup d’éléments sont similaires à cette série :

  • une petite fille (abandonnée elle aussi par sa mère) vive, débrouillarde (allant jusqu’à jouer les interprètes pour son père qui ne sait pas parler Anglais), intelligente, mature, adorable, arborant un look coloré,
  • un appartement presque irréaliste, un vrai paradis pour enfants (le toboggan qui va de la chambre au salon, la piscine à boules, les Playmobil géants, une deuxième porte d’entrée à la taille de Gloria),
  • un père (dans Punky Brewster, Harry est le père adoptif de Punky) et une fille fusionnels,
  • un coté poétique grâce à des décors et une manière de filmée fantaisiste tout en étant réaliste,
  • le choix musical, dans le ton du film.

 

Omar Sy : papa poule de rêve

 

S’il y a bien un genre dans lequel Omar Sy excelle, c’est bien du coté de la comédie. Mettons de coté ses participations décevantes dans les Jurassic World, X men Day of future past et Inferno qui ne reflètent absolument pas le talent de l’acteur. Clairement, ce type de rôle ne lui convient pas. C’est une histoire de physique. Comment une bouille si adorable peut rendre crédible un personnage sérieux voir menaçant ? Après Intouchables, Samba et Chocolat (que j’ai maintenant envie de découvrir), l’acteur est de retour, plus en forme que jamais. Premier point positif pour ceux qui n’avaient pas apprécié, contrairement à Intouchables, le rôle qu’interprète notre acteur n’est pas celui du vieux cliché du gars de la cité. Deuxième point positif, l’interprétation d’Omar fait penser à deux grands du cinéma comique : Robin Williams pour le coté père qui a gardé son âme d’enfant, et Eddie Murphy pour son sourire et sa tchatche. Un acteur Français qui a ce type de charisme, c’est plutôt rare et ça montre que le cinéma Français est en train d’évoluer dans le bon sens. Soyez rassuré, Omar Sy reste Omar Sy avec sa propre personnalité, ses propres répliques et son propre jeu.

kristin-t-as-oublie-tes-affaires

Kristin! T’as oublié tes affaires!!!

Et  justement, du coté de son jeu, jamais d’exagérations, toujours humble, toujours naturel, comme dans la vie réelle. Le duo qu’il forme avec la petite Gloria Colston rempli de joie, la complicité entre les deux acteurs marche sans problème, on y croit et c’est important dans un film dont la thématique est la relation père/fille sans mère. Un des meilleurs rôles pour Omar. Aussi drôle que déchirant. Je ne m’arrêterai pas là, il faut aussi souligner cette bonne chose que de décider de faire évoluer ce personnage qui était au départ un homme irresponsable, immature, dragueur et menteur. Gros changement dès que la petite Gloria débarque dans sa vie. Les débuts sont l’équivalent de ce que l’on peut retrouver dans d’autres comédies avec ce héros qui n’a pas la fibre maternelle, est horriblement maladroit, qui se retrouve en charge d’un enfant en bas âge et sans s’en rendre compte, va se trouver être bien plus paternaliste qu’il ne l’aurait pensé.  Ce sera aussi amusant de voir le personnage débarquer dans pays dont il ignore la langue et la culture. De quoi amener pas mal de séquences délirantes.

« Il n’y a pas de mère parfaite ni de père idéal. On fait ce qu’on peut, on improvise. Aujourd’hui, il me suffit de regarder Gloria, de l’entendre rire, pour oublier tout le reste. Seul compte l’instant présent. »

Truffé de bons sentiments

 

Idée ingénieuse et intéressante pour une comédie française, ces petits sauts dans le temps qui nous permettent de voir que Samuel a fait du chemin entre le moment où il a fait la connaissance de Gloria, et le moment où il a décidé de devenir son père. Avec tout ça, le personnage incarné par Omar montre deux facettes de sa personnalité : un homme irresponsable, et du pur papa poule. Des moments de tendresses en veux tu en voila pour, en milieu de film, faire revenir la mère de Gloria. Là, on tombe exactement, dans ce que nous proposait le film Kramer contre Kramer. Dans ce film, une mère de famille instable et fragile quitte son mari et lui laisse la garde de son fils pour au final revenir quelques années plus tard et entamer une procédure judiciaire afin d’obtenir la garde de l’enfant.

vlcsnap-2016-12-07-18h32m23s546

Dans Demain tout commence, c’est pareil. Tout comme le personnage interprété par Meryl Streep, on est assis entre deux chaises en ce qui concerne le personnage de Kristin. Bien qu’elle soit perçue comme « la méchante » qui va bouleverser tout le bonheur de nos deux protagonistes et du spectateur, Kristin a des excuses qui font qu’on éprouve de l’empathie pour elle. La fragilité, les blessures du passé, la maladresse, cette tentative de réparer ses erreurs, Clemence Poésy les insuffle parfaitement à son personnage. Excellent jeu pour l’actrice.

vlcsnap-2016-12-07-18h31m23s158

On pensait qu’on s’arrêterait juste sur la profondeur, la psychologie des personnages. Et bien non, il n’y a pas que de leur coté que l’on voit de l’évolution. Il y en a aussi du coté des décors. On quitte les plages chaudes du sud de la France pour s’installer à Londres. Londres comme vous ne l’avez jamais vu, Londres poétique, Londres qui sonnerait presque comme une ville imaginaire tout droite sortie d’un conte de fées. Le réalisateur sait filmer, sait cadrer, se permettant de jongler entre 2 styles : une comédie ambiance américaine et du film indépendant Français soigné et passionnant. Idée juste brillante et pas du tout handicapante puisque le film gardera son identité jusqu’à sa fin.

 

Du rire et des larmes

 

Si vous êtes du genre à chercher des explications logiques à ce que vous voyez dans un film, attendez-vous à bouillonner de l’intérieur. N’oubliez pas qu’on est toujours au cinéma, qu’on n’est pas là pour voir un film qui nous copie la vie réelle. On est là pour rêver, rigoler, passer un bon moment sans prises de tête.  MAIS, si on aime critiquer la crédibilité de ce que l’on voit, si on se borne à ne pas se forcer à dissocier le fictif de la vie réelle, alors voila ce qui sonnera sans l’ombre d’un doute faux :

  • Samuel qui passe du stade de fêtard irresponsable à père exemplaire ultra protecteur (ce n’est pas comme s’il avait eu le choix, 8 ans ce sont passés),
  • Il obtient un boulot de cascadeur grâce à une cascade improvisée en plein métro Londonien et JUSTE devant un agent artistique,
  • La mère de Gloria qui n’a pas donnée signe de vie depuis plus de 8 ans et qui, sans aucune vraie explication, revient subitement retrouver sa fille pour tenter de rattraper le temps perdu.

 

J’ai beau avoir beaucoup apprécié ce film, deux éléments m’ont perturbé, m’ont empêché de l’apprécier encore plus. Tout d’abord le personnage de Bernie, l’ami/confident et agent artistique de Samuel. On ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui.

vlcsnap-2016-12-07-18h31m44s484

Trop exubérant tout en étant par moment attachant. Le fait qu’il soit homosexuel ne gène pas, c’est plutôt le fait qu’il en fasse des tonnes qui gène. Le voir draguer tout ce qui bouge, homos ou hétéros, ça va 5 minutes, c’est archi cliché et surtout, ça n’a rien à voir avec l’aura qui entoure l’histoire. L’autre point négatif : sa fin totalement inattendue et brutale. Le film était parti au départ pour être une comédie familiale, mais avec cette fin impensable, j’ai de gros doutes.  A un moment, on nous mettait déjà sur la piste, on s’attendait à ce qu’il se passe quelque chose d’important dans les dernières minutes, on imaginait les pires situations et résultat ? Allez voir le film pour le savoir…

 

Au final, Demain tout commence, est une comédie française surprenante de par l’originalité de son histoire jamais vue en France mais aussi son originalité narrative. Une comédie dramatique qui parle de famille, de responsabilité, de trahison, d’abandon, de retrouvailles, d’amour et de protection. Mise en scène épatante dans les quartiers colorés et animés de Londres, nombreuses idées brillantes, rebondissements, musiques collant à l’atmosphère du film, petit coté fantaisiste presque cartoonesque appréciable, jeu d’acteurs sincère et touchant, passage habile de la comédie au drame, monologue et dialogues bien écrits, belle réflexion sur l’implication d’un parent dans la vie de son enfant. Un feel good movie humain, vibrant, dynamique et rafraichissant qu’il faut voir accompagné d’un gros paquet de mouchoirs.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Comédie, Drame

2 Réponses »

  1. Et bien on sait à quoi s’attendre… Pas un chef d’oeuvre, mais un film plein d’émotions… Je suis preneuse ! 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :