Quelques minutes après minuit: Surmonter ses peurs

Sorti totalement inaperçu au cinéma cette semaine, Quelques minutes avant minuit, adaptation filmique du roman du même nom, film fantastique réalisé par Juan Antonio Bayona, futur réalisateur de la suite de Jurassic World, fait plonger le spectateur dans la vie d’un jeune garçon, confronté à sa terrible peur : perdre sa mère.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Juan Antonio Bayona

Genre : Drame, Fantastique

Film Américain, Britannique, Espagnol, Canadien

Durée : 1h50 environ

D’après le roman à succès

quelques-minutes-apres-minuit-affiche

L’histoire

 

Depuis que sa mère est tombée gravement malade, Connor fait chaque nuit le même cauchemar. C’est alors qu’un soir, à minuit et sept minutes, un monstre ressemblant à un arbre ayant prit vie lui apparait.

Les Personnages

 

Connor O’Malley (interprété par Lewis MacDougall) : Âgé de 13 ans, Connor, petit garçon sensible et renfermé sur lui, vit avec sa mère dans une charmante petite maison. La vie pour ce dernier n’est pas facile. Pas d’amis, harcelé à l’école par des élèves qui le martyrise, un père partit vivre loin avec sa nouvelle épouse, une grand-mère très stricte et dont il n’est pas proche, et cette terrible souffrance de voir sa mère lutter contre le cancer. Connor,  pour s’évader de tout ce mal qui le ronge, pour ne pas souffrir, pour ne pas faire ressortir toute la colère qui est en lui, pour s’échapper de la réalité, il dessine. Ça ne l’empêche pas pour autant de faire chaque nuit le même cauchemar : il perd sa mère. Un soir, l’if du cimetière (grand arbre) en face de chez lui, se réveille et prend vie à minuit et sept minutes. Le monstre, imposant, au départ terrifiant, explique au jeune garçon qu’il viendra le voir quatre fois et lui racontera trois histoires qui amèneront Connor à comprendre sa propre histoire et pourquoi l’if lui est apparu. Quand à la quatrième fois où le monstre viendra, ce sera au tour du jeune garçon de lui raconter une histoire. Lewis MacDougall (sa toute première apparition au cinéma) est sidérant de par les émotions qu’il véhicule à son personnage. Bouleversant. Un jeune acteur qui mérite toute notre attention dans les années à venir.

La mère de Connor (interprétée par Felicity Jones) : Optimiste malgré sa grave maladie, tentant de rassurer son fils qui est fusionnel avec elle. Felicity Jones, je n’ai jamais été particulièrement fan d’elle et ce, même si elle m’a un peu plus marqué récemment dans Rogue One (quoique, elle était pas mal dans le rôle de la futur Black Cat dans The Amazing Spiderman 2). Dans Quelques minutes après minuit, j’ai révisé mon jugement. L’actrice, complètement impliquée dans son rôle, surprend par les émotions qu’elle dégage.

 

La grand-mère de Connor (interprétée par Sigourney Weaver) : Stricte, pas franchement commode vis-à-vis de son petit fils, elle s’occupe de sa fille et veille sur elle. Quand cette dernière doit débuter un nouveau traitement et part à l’hôpital, la grand-mère décide de s’occuper de Connor qui viendra vivre chez elle. Le dialogue est très tendu entre les deux personnes, on ne peut s’empêcher de voir beaucoup d’injustice dans les propos de la femme. On essaye de justifier ses actes, ce disant qu’il est terrible pour une mère de voir sa fille être confronté à la mort.

Le père de Connor (interprété par Toby Kebbell) : Parti en Amérique avec sa nouvelle femme, il reviendra un temps voir son fils pour passer du temps avec lui. Même si Connor est proche de ce dernier, il est en conflit avec, ne comprenant pas pourquoi il n’accepte pas qu’il vive avec lui.

Liam Neeson joue le rôle du monstre : Ce gigantesque If qui a des allures d’un Groot moins gentil et moins limité verbalement. Souvent dur dans ces propos, autoritaire, parfois effrayant, d’autres moment imposant, jusqu’à devenir touchant. Liam Neeson, bien qu’il ne prête que sa voix et c’est essayé à la motion capture pour donner vie à son personnage. Résultat : performance laissant sans voix pour un acteur qui, même quand on n’entend que sa voix, arrive à dégager un charisme qui marque.

-Je reviendrais te rendre visite certaines nuits Conor O’Malley. Je ferai trembler tes murs jusqu’à ce que tu te réveilles et ensuite, je te raconterai trois histoires.Je vais te raconter trois histoires et lorsque j’aurai fini de te les raconter, toi, tu m’en raconteras une quatrième.

-Mais je n’en connais pas moi des histoires!

-Tu m’en raconteras une quatrième et ce sera la vérité.

-Mais de quoi est-ce que tu parles?!

-La vérité que tu caches, la vérité qui hante tes rêves. Tu me raconteras ton cauchemar.

-Non.

-Si, ce sera ta vérité.

Un film poignant sur le deuil

 

Quelques minutes avant minuit, je n’en avais même pas entendu parler. Que ce soit lors de la sortie du roman ou même encore son adaptation en film. Par hasard, en regardant la programmation ciné de la semaine, je tombe dessus et, en lisant simplement son synopsis, en découvrant l’affiche aussi féérique qu’intrigante, me décide à aller le voir au cinéma. Quelle surprise, quelle émotion, quelle histoire, quel travail incroyable sur les répliques, le visuel, le coté philosophique et psychologique si puissant, quel casting d’acteurs talentueux et authentiques, quelles musiques, quelle mise en scène.

vlcsnap-2017-01-06-15h58m25s414

Quelques minutes avant minuit, c’est ce genre de film que l’on n’avait pas vu venir et qui nous touche si fort au cœur et dans notre esprit, qu’on se dit que parfois, le hasard fait bien les choses. La claque de ce début d’année, un incontournable du genre, une réinvention du genre. Préparez-vous à être transporté dans une histoire qui vous marquera à vie.

vlcsnap-2017-01-06-16h04m02s158

Les thèmes abordés sont dur, comme ce que j’ai retenu de ce film. Mais là où il y a de la dureté, il y a du réalisme et donc, du questionnement. A la fois une bouffée d’air frais, à la fois tellement bouleversant que vous verserez quelques larmes, Quelques minutes après minuit, c’est la plus belle des leçons de courage. Comment appréhender les drames de la vie ? Comment accepter l’inacceptable ? Ce film, il est à conseiller à tous, même aux enfants âgés d’au moins 10/12 ans. Ces derniers, tout comme les adultes, en apprendront beaucoup.

vlcsnap-2017-01-06-16h04m20s673

Le deuil, se sentir invisible aux yeux des autres, apprendre à gérer sa souffrance et sa colère, le dialogue entre les parents et les enfants, surmonter les épreuves, grandir, autant d’éléments auxquels enfants et parents sont confrontés, restant parfois vis-à-vis d’eux, impuissants. Un bon moyen d’apprendre, une façon plus intime et différente de traiter le sujet : grandir. Du coup, Quelques minutes avant minuit, avec son histoire qui ne respire pas vraiment la joie, il va avoir dans son collimateur les plus sensibles mais aussi les durs à cuire et/ou les cœurs de pierre sans jamais exagérer dans ses scènes, sans jamais tomber dans la mièvrerie ou le mélodrame.  C’est sentimental, oui, mais pas du mauvais sentimental.

Avoir la foi c’est déjà faire la moitié du chemin vers la guérison. Il faut avoir foi en son avenir. La foi est une chose précieuse, alors il ne faut pas avoir foi en n’importe quoi ou en n’importe qui petit.

La créativité sous son meilleur jour

L’histoire est exceptionnelle, le casting aussi, et le reste ? Vous vous rappelez de la première fois où un film vous a ET bouleversé par l’aura qu’il dégageait, ET par son esthétisme ? Quelques minutes après minuit, il m’a fait retomber en enfance. La période où un film pouvait m’éblouir tout en me faisant faire parfois des cauchemars (Beetlejuice par exemple). Avec Quelques minutes après minuit, j’ai comme redécouvert sous un nouveau jour le cinéma. Juan Antonio Bayona, digne successeur de Steven Spielberg  (je parle du réalisateur à ces débuts) ? Quelle créativité ! Une déclaration d’amour au fantastique et au féérique ? Ça se pourrait bien.

vlcsnap-2017-01-06-16h00m02s087

Déjà la construction du générique qui s’amuse avec des taches de peintures formant des paysages, des personnages, puis la combinaison prise de vue réelle à effets numérique pour créer l’imposant physique de l’If qui détruit tout sur son passage lorsqu’il bouge, ça créé son petit effet. La gestuelle de l’arbre, ses expressions, ça sonne plus vrai que nature. Quelques minutes après minuit lorgne beaucoup sur l’ambiance gothique. Pas vraiment du Tim Burton, mais ça s’en rapproche.  Pas étonnant que l’on soit émerveillé et effrayé à la fois. Soyez rassuré, ce n’est pas un film qui fait peur. L’If racontant des histoires de quelques minutes, ces dernières sont réalisées, illustrées de la plus belle des manières : des séquences animées peintes à la main, comme celles que l’on pourrait retrouver dans un roman. Parce qu’en plus, Quelques minutes après minuit c’est le retour en fanfare de l’originalité, du jamais vu au cinéma. Du pur génie je vous dis.  Pour couronner le tout, ce film amène pas mal de questionnement : pourquoi le monstre est apparut ? Est-il réel ? C’est très ambigu (mais pas si complexe qu’il n’y parait), et c’est ce qui fonctionne, permettant au spectateur de rester attentif du début jusqu’à la fin et ce, même si coté rythmique, le film pourrait paraitre long.

-J’ai peur.

-C’est normal que tu es peur. Ce ne sera pas facile, ce sera même pire que cela. Mais tu vas surmonter cette épreuve.

Au final, Quelques minutes après minuit est une claque que personne n’avait vu venir. Mi-effrayant, Mi-poétique, Mi-féérique, Mi-épique, ce film qui joue beaucoup sur les métaphores, risque bien de vous marquer à vie. Mon film coup de cœur avec You’re Name. 2017 commence fort !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.