Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Rasta Rockett: L’important dans l’existence, c’est d’accomplir sa vo-ca-tion !

Le 13 Avril 1994, sortait au cinéma l’un des films les plus inspirants, la comédie la plus marquante des années 90 : Rasta Rockett. Jon Turteltaub à la réalisation, John Candy, Leon Robinson, Doug E.Doug, Rawle D.Lewis et Malik Yoba dans les rôles principaux, ce feel good movie ce veut aussi puissant que la saga des Rocky. Vous voulez de la leçon de vie ? Vous allez être servis ! Balance man, cadence man, trace la glace c’est le bob man… COOL RASTA !

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Jon Turteltaub

Genre : Comédie, Aventure

Film Américain

Durée : 1h50 environ

Film pour toute la famille

Inspiré librement de l’histoire de Dudley Stokes, Devon Harris, Michael White et Chris Stokes, équipe Jamaïquaine ayant participé aux jeux olympiques de Calgary en 1988.

 

rasta-rockett-affiche

L’histoire

 

Derice Bannock, jeune Jamaïcain, voit son rêve de partir pour les jeux olympiques se briser lorsqu’un accident survient pendant les sélections du meilleur sprinter. Malgré cet échec, il choisit de participer quand même aux JO mais dans une autre discipline : le bobsleigh.  Pour réussir, il devra constituer une équipe et trouver un entraineur…

 

 

 

Les personnages principaux

 vlcsnap-2017-02-11-16h39m48s098

Derice Bannock (interprété par Leon Robinson) : Le leader de cette future équipe de bobsleigh. Derice, c’est un passionné qui a un rêve dans la vie : aller aux jeux olympiques pour faire aussi bien si ce n’est mieux que son père, célèbre sprinter jamaïcain et champion olympique aux 200 mètres en 1968. Le jour des sélections, Derice échoue à mi-course à cause de Junior, un autre concurrent qui l’entrainera dans sa chute.  Malgré cet injuste échec, il ne lâchera pas son rêve, décidant de se lancer dans le bobsleigh. Mais il lui faudra surmonter de nombreuses épreuves avant de réaliser ce rêve. Derice, en plus d’avoir le soutient de tout le village et de sa femme, il est aussi encouragé par Sanka, son ami de toujours et champion du push-car.

 

vlcsnap-2017-02-11-16h41m05s100Sanka Coffie (interprété par Doug E.Doug) : Pro du push-car, bon vivant, insouciant, énergique, arborant de grosses dreadlocks, Sanka, c’est le personnage qui marque le plus notre film. Parce qu’il est hilarant, parce qu’il balance des répliques cultes toutes les secondes, parce qu’il a son petit caractère, parce qu’il est tout gringalet et pourtant quand il s’agit d’affronter n’importe qui  ou n’importe quoi, il ne recule devant rien sauf quand il est question…de sport d’hiver. Hiver comme dans igloos, esquimaux et pingouins et…glace…

 

vlcsnap-2017-02-11-16h37m34s629Junior Bevill (interprété par Rawle D.Lewis) : Fils d’un riche bourgeois qui participera aux sélections pour les jeux olympiques. Junior, il est maladroit, un peu simplet et n’a que son chien pour confident. Parce que c’est à cause de lui si Derice n’a pas plus accomplir son rêve, il se devra de l’aider à l’accomplir. Mais comment ? Junior veut devenir athlète, seulement son père a prévu autre chose pour lui. Il devra tout faire pour s’affirmer et lui tenir tête.

 

vlcsnap-2017-02-11-16h41m56s341Yul Brenner (interprété par Malik Yoba) : Le dur à cuire de l’équipe. Un athlète très tendu, un sale caractère, un homme qui n’aime pas qu’on le touche et, depuis que Junior l’a fait tombé lorsqu’il a participé lui aussi aux sélections des JO, l’a dans le collimateur. Malgré ses réticences, il se décidera à rejoindre l’équipe de Derice, et ce, même si Junior compte parmi si équipiers.  Pas mal de tensions seront à prévoir entre lui, Junior et Sanka, toujours là pour le taquiner.

 

vlcsnap-2017-02-11-16h44m43s206Irving Blitzer (interprété par John Candy) : il a été double champion olympique de bobsleigh aux Jeux d’Innsbruck en 1964 et de Grenoble en 1968, puis disqualifié aux Jeux suivants à Sapporo en 1972 pour tricherie. Depuis, il n’est plus que l’ombre de lui-même, le bobsleigh  ne l’intéresse plus. Désormais à la retraite en Jamaïque, il s’est reconverti dans les paris pour les courses hippiques dans un petit bar. Derice et Sanka tenteront de lui proposer de les entrainer ce qui ne sera pas chose aisée. Irving, c’est un passionné qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Autoritaire, optimiste, tenace, Irving est aussi en quête de rédemption. L’arrivée de Derice dans sa vie pourrait tout changer.

« Sanka, t’es mort ? »

Poursuivre ses rêves, ne jamais lâcher prise

 

On a été nombreux et nombreuses à voir vu et revu ce film dans notre enfance allant jusqu’à devoir racheter la VHS du film ou attendre impatiemment sa diffusion tv pour le réenregistrer sur K7.  Enfants, Derice, Sanka, Yul, Junior, coachés par leur entraineur charismatique Irving Blitzer, ils nous ont fait mourir de rire, on s’y est attaché, ils nous ont inculqué de vraies valeurs humaines pendant leur long périple qu’on a jamais oublié, ce long parcours initiatique de ces quatre jamaïcains qui, malgré les échecs, ont toujours réussi à s’accroché, n’ont jamais abandonné.  Rasta Rockett, c’est une histoire incroyable qui dès ses premières minutes, dégage cet optimiste et cet espoir dont on a tous besoin.  Rajoutés à ça des personnages sympas et attachants, des musiques rythmées, son humour parfait, une mise en scène maitrisée avec notamment des effets de transitions dans certaines scènes bien trouvées (le passage où nos quatre jamaïcains s’entrainent en salle de sport), et ces dialogues superbement écrits.

vlcsnap-2017-02-11-16h23m15s991

Persévérance, fraternité, amitié, ténacité, courage, bravoure, espoir, racisme, préjugés, confiance, dépassement de soi, rédemption, découverte, passion, tels sont les thèmes exploités à la perfection dans ce film fort en émotions. Rasta Rocket, c’est ce genre de film qui se veut réaliste. Pas question de vous montrer que la réalisation de vos rêves sera facile. Ici, on vous montre que pour y accéder, le chemin que vous devrez emprunter sera parsemé d’embuches avec notamment des gens jaloux qui feront tout pour vous empêcher de parvenir à vos fins.  Rasta Rockett, il est à ranger aux cotés de Karate Kid et des Rocky. Le genre d’œuvre se voulant plus qu’un simple film divertissant : une leçon de vie. Vous savez le plus beau dans tout ça ? C’est que c’est une histoire vraie.

« Toute la planète demande à quoi ça rime, quatre Jamaïquains en bobsleigh sur les cimes ! Sur toute la planète les gens n’en reviennent pas, en Jamaïque aussi le bob à une équipe ! »

La comédie qui motive autant qu’elle fait rire

 

Des Jamaïcains aux jeux olympiques. Des hommes ayant toujours vécus dans un climat où la chaleur est étouffante pour partir pour le froid glacial du Canada (ce qui fera plaisir à Sanka) et courir sur de la glace. Passer du sprinter à un sport qui n’est pas leur sport national : le bobsledder. Ce genre de situations peut en faire rire certains et certaines et pourtant, déjà à l’époque, les jugements sur les différences raciales était déjà d’actualité. Le réalisateur, tout en jouant sur ce cliché, jouera d’une bonne manière les moralisateurs. Nos Jamaïcains, ils devront prouver à ceux qui ne croyaient pas en eux, qu’ils peuvent réussir. Cependant, il ne faudra pas qu’ils oublient leur racine, leur style devra rester Jamaïcain.

vlcsnap-2017-02-11-16h25m13s388

Rasta Rockett, c’est aussi l’occasion de découvrir cette discipline étonnante et dangereuse qu’est le bobsleigh. Vous saurez tout sur ce sport. Tout est détaillé, et quand il s’agit de filmer notre équipe en action, on peut dire que le réalisateur sait comment utiliser une caméra. On en perd pas une miette, on prend une bonne dose d’adrénaline comme si on y était et on frémit à l’idée qu’un accident est si vite arrivé. Les chutes pouvant être fatales.  Mais le but n’est pas de vous faire peur, le plus est de faire en sorte que vous vous éclatiez autant que nos protagonistes. Le tout assaisonné avec des gags et des répliques tellement nombreuses qu’il faudrait en publier un livre.

vlcsnap-2017-02-11-16h24m21s711

On passe des décors chauds, reposants et paradisiaques de la Jamaïque pour le froid horrible du Canada (- 25 quand même !) ce qui amènera encore plus de comique de situations. Vous l’aurez compris, Rasta Rockett amène son lot de scènes cultes, nombreuses, jamais excessives. Pour finir, on assaisonne le tout avec une bande son composée Hans Zimmer, passant de morceaux sentant bon la Jamaïque à des morceaux épiques pour conclure magistralement le tout par le célèbre tube du grand Jimmy Cliff « I Can See Clearly Now ». Que votre cœur soit fait de glace ou non, vous ne pourrez rester de marbre devant tant d’émotion.

 

Au final, Rasta Rockett, c’est culte de chez culte. Des personnages attachants, sympathiques et cool, des gags/des vannes hilarantes toujours bien dosées et toujours réfléchies, une mise en scène maitrisée, un joli message sur l’esprit sportif, des tonnes de répliques cultes, des discours d’encouragements, de l’émotion puissante à vous en faire verser une larmichette, et une bande originale aussi fun qu’épique. Si vous avez un gros coup de blues, si vous êtes encore à vous demander si vous pourrez un jour parvenir à réaliser votre rêve, ne cherchez pas, Rasta Rockett est fait pour vous booster et vous confirmer que OUI, vous y arriverez. Je vous laisse, je vais prendre un bon bain chaud, je me les gèle moi rien qu’à penser à toute cette glace.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Aventure, Comédie, Disney, enfants, Films cultes et sagas à voir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :