Le renard et l’enfant: Une aventure humaine pour enfants

Après La marche de l’empereur en 2005, Luc Jacquet revint en 2007 avec Le renard et l’enfant. Plus de documentaire, le réalisateur se consacre à un documentaire fiction contant l’histoire personnelle, intime d’une petite fille se liant d’amitié avec un renard. Un conte destiné aux enfants mais aussi aux plus grands que la nature continue à émerveiller.

Fiche Technique

 

Réalisé par Luc Jacquet

Genre : Aventure, Drame

Film Français

Durée : 1h35 environ

Film à conseiller à partir de 6 ans

 

renard-et-enfant-affiche

L’histoire

 

En automne, un matin, une petite fille d’une dizaine d’années aperçoit un renard. Fascinée immédiatement par ce dernier, elle passera le plus clair de son temps à le retrouver, tenter de l’approcher, pour au final l’apprivoiser. De cette rencontre, la petite fille, grâce au renard, découvrira  la nature mystérieuse et sauvage. Cette rencontre, cette aventure que vivra la petite fille, cette amitié qui naitra entre elle et l’animal, changera à jamais sa façon de voir la nature et lui apprendra à changer son attitude vis-à-vis des animaux sauvages.

 

Casting

 

Bertille-Noelle Bruno : La petite fille

Isabelle Carré : La narratrice

Thomas Laliberté : Le petit garçon

 

Le saviez-vous ?

 

-Pascal Tréguy, responsable animalier du film ayant eu la charge de chercher les différents animaux montrés dans le film collaborera avec Marie-Noëlle Baroni, dresseuse de renards. La dresseuse vit avec des renards et travaille aussi avec sur des spectacles pour enfants.

 

-Plusieurs renards seront utilisés pour le rôle de « Titou ». Par exemple, pour les plans de rencontres et contacts avec l’actrice du Renard et l’enfant, on utilisera des renards plus âgés. Même des faux renards seront parfois utilisés.

 

-Le film a obtenu un visa de la Fondation 30 millions d’amis pour avoir respecté les 36 points de sa charte. Certifiant qu’aucun animal n’a été maltraité lors du tournage.

 

Rêver, se ressourcer, s’émerveiller

 

Vu par le plus grand des hasards lors de sa diffusion à la télévision, Le renard et l’enfant est l’un des premiers documentaires animaliers m’attirant autant. Tout d’abord parce qu’ici, il ne s’agit pas vraiment d’un documentaire, plutôt d’un docu-fiction, une histoire, mettant en scène une petite fille qui dévoilera les sentiments que lui ont procuré sa rencontre avec un renard, plutôt une renarde. La petite fille, dont on ne connaitra jamais le prénom, c’est une amoureuse de la nature qui trouve les renards beaux, fascinants et sauvages. Elle tentera d’en apprivoiser un. Certaines et certains ont sans aucune doute entendu cette histoire quelque part et ils n’auraient pas tord puisque Luc Jacquet c’est directement inspiré du Petit Prince, d’Antoine de St Exupéry. Le réalisateur décidera cependant de remplacer le petit prince par une petite fille. Une jeune fille rousse apprivoisant un renard roux. Curieuse coïncidence et pourtant, ça n’a jamais été volontaire.  Qu’importe.

Qu’importe aussi que cette histoire paraisse irréelle, qu’importe que cette petite fille agace par moments lors de certaines décisions qu’elle prendra. C’est la beauté, la poésie, l’émerveillement de notre enfant et la tendresse ressortant de ce film qui compense tous ces éléments « négatifs ». Mais pas que. La nature révélée dans ce film est à pleurer. Tout bonnement somptueuse.  Toute cette végétation, ces plans d’eau, ces animaux sauvages captés merveilleusement marquent. Une faune accrocheuse. La forêt dans laquelle se glissera notre héroïne pour rechercher cette renarde imprévisible, regorge de dangers, de prédateurs. On se retrouvera alors face à des loups, des ours, même un lynx.  De quoi pimenter l’aventure qui se déroulera au fil des saisons. Idée qui permettra de modifier le paysage, nous le faire découvrir d’une autre matière et nous montrer comment les animaux, les renards en particulier, doivent se débrouiller pour survivre (froid, nourriture, prédateurs).

On passe d’une forêt enchanteresse à terrifiante, calme à agitée, florissante ou dépouillée. Pour ce genre de film, il faut aussi une musique et là, dans notre œuvre, elle y est plutôt discrète. Quand elle se montre, elle est à l’image du visuel : douce.  Parfait pour un film qui recherche avant tout à vous émouvoir. Notre petite fille ne sera pas trop causante. Pour compenser aussi, on ajoute la douce voix off de l’actrice Isabelle Carré nous contant l’histoire. En d’autres termes, notre pseudo-documentaire animalier n’en est pas vraiment un.

 

Les renards savent-ils ce que c’est qu’aimer ?

 

Coté scénario, c’est l’un des deux points négatifs. Il y a quelques longueurs. Bien sûr, on n’apprivoise pas un renard aussi vite (déjà qu’en toute logique un renard est sauvage..).  Entre les contemplations de notre petite fille sur la faune et sa rencontre avec la renarde, ces moments où elle attendra que l’animal se montre, il s’écoulera du temps. Certains s’impatienteront, d’autres prendrons leur mal en patience. C’est le but du jeu. Comme quoi, tout comme notre héroïne, nous aussi nous ferons un apprentissage. Devant apprendre à être patient afin de petit à petit, gagner le droit d’approcher cette renarde. Ce qui ressortira au final de cette histoire c’est cette jolie réflexion qui est de ne pas confondre aimer et posséder.

vlcsnap-2017-02-21-19h18m38s333

On jonglera entre séquences mettant en scène la petite fille, séquences mettant en scène la vie de renarde, et séquences consacrée aux deux. Pratiquement le même schéma que le film Croc Blanc (pas autant d’action, de dialogues, de personnages), lui aussi distribué par Walt Disney Studios Motion Pictures. Montrer comment la nature est perçue par les yeux d’un enfant et d’un renard, les jeux de regard entre cet être humain et cet animal qui se cherchent mutuellement, je suis fan.Tout allait pour mieux jusqu’à cette scène choc vers la fin du film. Scène risquant d’en surprendre plus d’un. Pas de panique, même si la scène impressionne par son réalisme, on évitera le pire. Pour tout vous dire, ça à bien faillit saboter mon avis positif sur cette œuvre. C’est ce qui sera le deuxième et dernier point négatif.

 

Au final, Le renard et l’enfant c’est avant tout un film pour les amoureux de la nature et de la montagne, ceux qui veulent s’évader, ceux qui veulent voir une œuvre à la fois tendre et touchante. On appréciera les musiques envoutantes et poétiques, son récit qui, bien que simpliste captivera par cette histoire d’amitié improbable, touchante et surtout réfléchie.  Restera seulement la fin, un peu choquante bien que cette fois réaliste. Le film idéal pour respirer un peu d’air frais, comme si on était à la montagne.

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.