Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Life: Mise en bouche avant Alien Covenant ?

Avant la sortie tant attendue, ou pas, d’Alien Covenant, Daniel Espinosa, réalisateur de Sécurité rapprochée et Enfant 44, sort Life : Origine inconnue, huis clos terrifiant voyant une équipe d’astronautes confrontés à une forme de vie inconnue hostile et affamée…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Daniel Espinosa

Genre : Science fiction, Thriller, Horreur

Film Américain

Durée : 1h44 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

life affiche

L’histoire

 

A bord de la station orbitale internationale, une équipe de six astronautes sont chargés de réceptionner une nacelle contenant des échantillons venus tout droit de la planète Mars.  Parmi eux, l’équipe fait la découverte la plus importante de l’histoire de l’humanité : une forme de vie unicellulaire endormie depuis des millions d’années.  En effectuant des expériences permettant de la réveiller, la forme de vie va peu à peu basculer dans l’hostilité la plus totale.  Il faut trouver une solution pour s’en débarrasser et l’empêcher d’atteindre la Terre…

 

 

Casting

 

Jake Gyllenhaal : Dr David Jordan

Rebecca Ferguson : Dr Miranda North

Ryan Reynolds : Rory Adams

Ariyon Bakare : Hugh Derry

Hiroyuki Sanada : Sho Murakami

Olga Dihovichnaya : Ekaterina Golovkina

 

C’est la bêbête qui monte, qui monte…

 

Bien que d’un point de vue narratif, ça reste beaucoup trop proche d’un Alien dont il s’en inspire, ce soit du vu et revu, que le développement des personnages est bien trop faible pour qu’on y éprouve de l’empathie quand l’histoire va se corser, que les décisions prisent par les membres de l’équipage soit parfois stupides, c’est du coté de l’efficacité des scènes d’action, de la tension progressive, de l’ambiance oppressante et angoissante marchant à merveille, des musiques saisissantes, et des imprévisibilités dans l’intrigue que Life se rattrape. Sans apporter un vent de renouveau dans le cinéma du genre, c’est un bon thriller horrifique de science fiction avec un coté inattendu et des effets spéciaux très appréciables.

vlcsnap-2017-04-21-17h59m01s486

Life met du temps à démarrer. C’est longuet et ça sonne surtout le déjà vu. Autre point dommageable : le casting pourtant riche comptant à son bord : Rebecca Ferguson (Mission Impossible Rogue Nation), Ryan Reynolds (notre Deadpool bien aimé), le grand Jake Gyllenhaal ou bien encore Hiroyuki Sanada (Ujio dans Le dernier samouraï). À l’exception du traitement des personnages interprétés par Ferguson et Gyllenhaal (vers les dernières minutes), la déception est taille pour des acteurs si brillants.

vlcsnap-2017-04-21-17h59m47s944

Lors des premières minutes, ils ne convainquent pas, ce qui risque par la suite de porter préjudice au film. N’oublions pas que, pour que le suspense marche dans une œuvre de ce genre, il faut que le spectateur soit attaché aux personnages (tout du moins à un). On est surtout agacé par Ryan Reynolds qui nous fait du Ryan Reynolds. Sûr de lui, impulsif, balançant des blagues craignos, l’acteur ne se renouvelle pas.  Le problème avec le casting vit du fait qu’aucun personnage n’est mis en avant et qu’il manque cruellement de vie. Il faudra attendre que l’équipage diminue pour qu’enfin on est de l’épaisseur chez les personnages qui restent.  Pour moi c’est passé mais pour vous ?

vlcsnap-2017-04-21-17h59m55s234

Life va fort heureusement réussir à rattraper les erreurs de ces 15 premières minutes.  Ces 15 premières minutes mal foutues où, hormis la découverte de cette forme de vie martienne, il ne se passe strictement rien sauf qu’on peut y voir de jolis plans contemplatifs de l’espace. On a vu mieux dans le genre. Même le début d’Alien, le huitième passager, qui était lui aussi lent, avait un meilleur traitement). Par la suite, tout le monde se réveille et ce, grâce au réveil de la minuscule bébête, grosse en devenir. Partant de là, le film commence enfin à devenir intéressant, ayant pour objectif premier de ne pas aller de mains mortes ni envers le spectateur, ni envers les protagonistes. N’oubliez jamais son doux nom : il s’appelle Calvin.

 

Là où Calvin passe, l’astronaute trépasse

 

Calvin, c’est au départ une adorable et inoffensive petite bestiole qui, lentement mais surement, changera très vite de visage, devenant une créature plus petite qu’un Xénomorphe (Alien) mais étant tout aussi sauvage, assoiffée de sang et de puissance, se faufilant partout, et surtout, douée d’une intelligente terrifiante. On n’a pas du tout envie de le croiser le Calvin. Une créature vicieuse, flippante, implacable et indestructible. C’est un des points sur lequel Life tire son épingle du jeu. Les exécutions des membres de l’équipage par la créature évoluant au fil de l’histoire sont choquantes, parfois longues et autant intenables pour la victime que pour nous. Âmes sensibles, s’abstenir, le réalisateur n’aura aucune pitié.

vlcsnap-2017-04-21-17h58m45s835

Esthétiquement, l’aspect technique de Life fait penser à Gravity, en un poil moins beau, sans catastrophes…et de chat noir. Quoique, de ce point de vue, c’est discutable. Coté mise en scène, le film s’en tire assez bien. L’action est lisible. De plus, vous aurez droit à de jolis plans séquence dans la station spatiale. Comme si vous y étiez. Techniquement beau, la tension est convenablement construite. Néanmoins, on ne peut s’empêcher de voir que le schéma narratif est similaire à Alien, LA référence absolue en matière de thriller horrifique. Loin d’égaler cet icône du cinéma, loin d’apporter quelque chose au genre, Life cherche plus à esthétiser ces séquences d’horreur et de gore, tentant de poser lui aussi sa pierre à l’édifice. Ce qu’on retiendra de ce film, c’est son twist final surprenant. C’est grâce à ça que cette œuvre réussira à se démarquer de ces homologues. Quant à la dernière partie du film précédent ce twist, c’est l’émotion qui prendra le pas. Les acteurs sont à ce moment précis bien plus impliqués qu’ils ne l’étaient en début de film. Ceci réussissant à faire venir dame empathie qui se faisait désirer et, prendra un malin plaisir à jouer avec nos sentiments.

 

Au final, Life : Origine inconnue, est un thriller horrifique banal mais ô combien  plaisant de par sa tension, son ambiance claustro, son esthétisme, ses scènes d’action, sa bande originale, sa fin et son imprévisibilité totale. Une jolie mise en bouche malgré lui, avant la sortie imminente d’Alien Covenant.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Horreur, Science Fiction, Thriller

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :