Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Prometheus: Il était une fois, les vraies fausses origines d’Alien

En 1979, Ridley Scott bouleversa le cinéma de science fiction avec Alien, le huitième passager. Succès oblige, ce premier opus donnera naissance à trois autres films réalisés respectivement par James Cameron, David Fincher et Jean-Pierre Jeunet, dont le dernier sortira en 1997. 2012 marquera le retour de Ridley Scott aux commandes. Cette fois, pas de suite à la saga mais un préquel (ou une préquelle), censée remonter aux origines des xénomorphes. La nouvelle de la date de sortie ne tarda pas à exciter les aficionados. Mais ce qu’ils allaient découvrir en visionnant ce film, allait bientôt faire l’effet d’une bombe…

Fiche technique

 

Réalisé par Ridley Scott

Genre : Science fiction

Film Américain

Durée : 2h04 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

prometheus affiche

L’histoire

 

En 2089, le Dr Elisabeth Shaw et son compagnon Charlie Holloway découvrent sur l’ile de Skye en Écosse, une peinture préhistorique ayant un lien étrange entre un humanoïde et des représentations picturales de civilisations différentes. Cette fameuse découverte pourrait remettre en question la création du genre humain. En 2093, une équipe de scientifiques organisée par la société Weyland et supervisée par l’énigmatique Meredith Vickers, assistée de David, androïde calquant son image sur celle de l’acteur Peter O’Toole (David : premier robot cinéphile), se lance dans un voyage spatial jusqu’à une planète lointaine appelée LV-223.

 

Casting

 

Noomi Rapace : Dr Elisabeth Shaw

Michael Fassbender : David

Charlize Theron : Meredith Vickers

Idris Elba : Capitaine Janek

Logan Marshall Green : Charlie Holloway

Sean Harris : Fifield

Rafe Spall : Millburn

Kate Dickie : Ford

Bennedict Wong : Ravel

Emun Elliot : Chance

 

Dans l’espace, personne ne vous entendra…ronfler

 

Il n’aura fallut que 2 petites minutes pour que Ridley Scott réduise à néant sa propre saga. Un vaisseau arrive sur Terre déposant quelqu’un s’approchant d’une cascade puis ôtant sa capuche. C’est un  humanoïde albinos à la musculature de rêve fabriquée en mousse, qui se sacrifie tout de slip kangourou vêtu, en avalant une sorte de mixture noire répugnante et pas vraiment comestible si on en voit les résultats la seconde d’après. Notre albinos se dissout, répandant tout son ADN dans l’eau.  Ca c’est l’effet…ralgan. Wouah, ça va être quoi la suite parce que j’ai hâte ! (sarcasme). Attendez, le meilleur de tout c’est qu’on se rend compte que cet humanoïde de 3mètres de haut appelé « Space Jockey », possède le même ADN que l’être humain, sauf qu’il est plus puissant et plus évolué. En répandant son ADN dans l’eau sur la planète Terre, on ne tarde pas à comprendre que cet ADN aura pour conséquence de créer une nouvelle forme de vie : L’HOMME. TIN TIN TIIIINNNNN. Vous voyez le rapport avec Alien ? C’est des origines des Alien dont on est supposé parler, pas des origines de l’homme même si on se doute que tout ça sera finalement lié.

debut prometheus

Regardez les zones de démarcation autour de chaque muscle. Si ça c’est pas du muscle en kit.

La suite ne sera pas mieux et sans vous spoiler l’intrigue, vu le flot d’incohérences déversées dans ce film, les fans de la saga Alien finiront chauve à force de s’arracher les cheveux pendant 2heures.  Notre pauvre saga va être dénaturée. Mention spéciale au maquillage tout à fait crédible de Guy Pearce, 45 ans, supposé jouer un mec de 100ans (sarcasme Bis répétita).  Et dire qu’on osait dire que les Alien Vs Predator étaient incohérent vis-à-vis de la saga Alien. Dans Prometheus, il ne reste plus rien d’Alien, mise à part l’équipage en biostase, les xénomorphes, et les facehuggers.

prometheus vaisseau

Plus de sensation de claustrophobie et de mystère, plus de lumière hyper glauque, plus de silence de mort et plus de paranoïa. Quel intérêt de ce faire du mal et se lancer dans la projection de ce film ? Pour la simple et bonne raison que Prometheus est d’une beauté visuelle à couper le souffle et qu’il est tout ce pourquoi le genre science fiction est si captivant. Le souci du détail est là : Les combinaisons spatiales,  l’intérieur et extérieur du vaisseau, les véhicules, les effets spéciaux, l’équipement High Tech, ce film serait presque en avance sur son temps. Puis coté fun, embrouillent entre membres de l’équipage et séquences gore, on a de quoi faire. Pur divertissement spectaculaire bien que ça reste classique. Si c’est sur ces points que vous voulez voir ce film, comptez une bonne heure avant que les choses sérieuses ne commencent.  Ca va être long. Ne vous endormez pas hein ?

 

La préquelle qui n’en était pas une

 

Pour un film censé se passer avant Alien,  on a l’impression qu’il se passe des années plus tard vu les avancées technologique. Du coup, les costumes, le vaisseau et les véhicules, ainsi que tous les appareils et accessoires, ça ne passe pas. Surtout si c’est supposé ce passer avant la saga Alien. Et oui, c’est ça vouloir retoucher à des vieux films sans prendre le temps de les revoir avant d’en faire un nouveau. On se tire une balle dans le pied parce qu’on sera confronté à un problème de taille : entre un film des années 80 et un film des années 2000, les fx et conceptions ont évolués.  Il faut qu’il y est respect du matériel d’origine sinon ça ne sera pas crédible. Gareth Edwards et son Star Wars Rogue One l’a compris. Quant à la technique des fausses pistes, tout un état d’explications complexes et embrouillantes décuplant tout un tas de théories, on a compris où le réalisateur voulait en venir : ce bon vieux prétexte de suite.

prometheus elisabeth

Prometheus ressemble à Alien mais n’est pas Alien. C’est en tout cas ce que nous dit maintenant Scott (d’abord c’était une préquelle d’Alien, après non, puis comme les fans hurlaient au scandale, c’était une nouvelle histoire avec l’ADN d’alien). Rusé comme un xénomorphe le Ridley. Un nouvel univers, une nouvelle thématique, voila ce que nous propose son Prometheus. Partant de là, on peut mieux profiter de cette œuvre loin d’être mauvaise. Tout du moins, visuellement.

prometheus

Regardes, on dirait que des excroissances sont en train de se former sur son crâne. Tais toi et continues à gratter!

Restera quelques petites erreurs ne gâchant pas le déroulement du film mais hérissant les poils :

  • le Dr Shaw balançant des « oh mon dieu » chaque fois qu’elle est face au danger (une quinzaine de fois quand même),
  • le concept de la matière noire dont le réalisateur ne sait absolument pas lui-même comment la faire fonctionner (un coup ça te transforme en zombie, un autre coup ça te tue à petit feu),
  • la double interrogation sur les personnages et leurs vraies motivations (je pense surtout à David et Meredith),
  • ainsi que leurs actions invraisemblables et stupides (mention spéciale à l’impulsif Fifield, un peu trop passif pour être un géologue, Milburn, un biologiste faisant mumuse avec un facehuggers en position d’attaque, et Charlie Holloway l’archéologue le plus blasé du monde qui trouve un cadavre d’alien mais qui est dégouté de pas avoir d’être vivant, et les scientifiques se moquant éperdument des risques de contamination en ramenant la tête d’un humanoïde recouverte de croutes. Ca passe de commentaires),
  • les éléments tardant à se mettre en place (découverte du vaisseau des humanoïdes, découverte de la matière noire,…),
  • l’horrifique se tournant vers une sorte de space opéra épique et film d’exploration.

prometheus david

C’est simple, Prometheus ne sait pas sur quel pied danser. A la fin, à défaut d’avoir vu une VRAIE préquelle d’Alien, on ressortira en ayant au moins apprit une chose « utile ». Ridley Scott nous apprend que pour qu’une femme vous tombe dans les bras, il suffit de lui dire cette phrase magique : « Etes-vous un robot ? ». Tout ça reste néanmoins une théorie…

« Les grandes choses ont de petits commencements ».

Au final, croyez-le ou non, bien que le raccord avec Alien soit complètement foiré (les dates ne concordant pas par rapport à la saga et tout ce qui suit), et que c’est pété d’incohérences, Prometheus est un excellent film de science fiction à la musique symphonique et aux bruitages puissants, et l’esthétisme et scénario soignés. On ne s’ennuie pas, il y a de l’action et de l’horreur, des séquences dégueu,  des séquences catastrophe, de la tension, d’époustouflantes scènes contemplatives, d’un casting d’un très bon cru plutôt bien joué bien (mention à Fassbender bluffant). Néanmoins, ça demeurera une très mauvaise préquelle d’Alien. Alien Covenant va-t-il faire pire ou va-t-il réparer toutes les erreurs impardonnables de son frère? A suivre…

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Science Fiction

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :