Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Alice au pays des merveilles: A la surface, le monde est fou, restez chez vous !

13ème classique d’animation des studios Disney, adaptation du célèbre roman et de sa suite signés Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles n’est pas un Disney comme les autres. Apparaissant comme une succession de scènes ne semblant pas claires où les situations s’enchainent rapidement, cette œuvre fantastique nous plongera avec son héroïne dans un monde illogique, peuplé de personnages laissant perplexe. Pendant une heure et quart, évadez-vous de la réalité et suivez les fantasques aventures d’Alice.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Hamilton Luske, Clyde Geronimi et Wilfred Jackson

Genre : Animation, Aventure, Fantastique

Film Américain

Durée : 1h15 environ

 

new alice v3

L’histoire

 

Un après midi, sur les bords d’une rivière tranquille dans la campagne Anglaise, Alice, une petite fille, s’ennuie avec sa petite chatte Dinah lorsque sa grande sœur lui lit sa leçon d’histoire écrite sur un livre ne comportant pas d’images.  Alors que la jeune fille flâne dans les champs, rêvant de quitter son monde pour un monde plus excitant, la voilà apercevoir un lapin se plaignant d’être en retard. Curieuse et intriguée, Alice le poursuit jusqu’à son terrier. Après une chute vertigineuse dans un long puits et avoir fait la rencontre d’une poignée de porte animée, elle atterrit dans un monde peuplé de créatures insolites. Au fil de l’aventure, elle se posera cette question : est-ce un rêve ou un cauchemar ?

 

 

Les personnages

 

alice personnage alice au pays des merveilles

Alice : Petite fille blonde vêtue d’une robe bleue et d’un tablier blanc. Dynamique, bien éduquée et polie, cette jeune rêveuse préfère vivre dans son monde que dans celui des adultes. Alors qu’elle flânait dans les champs, s’imaginant dans un monde meilleur et excitant, la voila attirée par un lapin blanc terriblement en retard qu’elle poursuivra. C’est à partir de là que le dicton « la curiosité est un vilain défaut » prend tout son sens.

lapin blanc alice au pays des merveilles

Le lapin blanc : Cet élégant lapin portant une paire de lunettes et une montre à gousset, se lamentant qu’il est en retard, sera aperçu par Alice dans le monde des humains. La jeune fille, curieuse, se lancera à sa poursuite en pénétrant dans son terrier sans se rendre compte de l’aventure qui l’attend.

chat de cheshire alice au pays des merveilles

Le chat de Cheshire : Totalement cinglé, chantant des chansons sans queues ni têtes, ce chat à rayures mauves et roses a le pouvoir le disparaitre et réapparaitre à volonté.  Il prendra un malin plaisir à jouer de méchants tours à Alice, l’induisant en erreur.

chapelier fou alice au pays des merveilles

Le chapelier Toqué (ou chapelier fou) : Homme âgé vêtu d’un costume et d’un haut de forme portant encore l’étiquette du prix, ce personnage complètement déjanté célèbre avec son compagnon le lièvre de Mars, ainsi que le loir, leur non anniversaire autour d’une grande table remplie de théières animées.

lieve de mars alice au pays des merveilles

Le lièvre de Mars : Lièvre à la tignasse blonde ébouriffée, aussi élégant et déjanté que le chapelier toqué.

le loire The Dormouse alice au pays des merveilles

Le loir : Endormi dans une théière, ce personnage narcoleptique  devient incontrôlable chaque fois qu’il entend le mot « chat ». Le seul moyen de le calmer : lui badigeonner de la confiture sur le museau.

reine de coeur alice au pays des merveilles

La reine de cœur : Tyrannique, colérique, méchante et laide, toutes les qualités d’un grand méchant de l’univers Disney.  Vêtue d’une longue robe rouge et noire, elle a pour mari un tout petit roi soumit, et possède également sous ses ordres, une armée de cartes à jouer vivantes.  Attention à celui qui l’a contredira ou la contrariera : il risque de perdre sa tête.

tweedle dee tweedle dum alice au pays des merveilles

Tweedle Dee et Tweedle Dum : Ces deux jumeaux aux cheveux roux, au regard idiot, au gros ventre et au gros popotin se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Vêtus d’un pantalon et d’une casquette rouge,  d’une chemise jaune au col blanc et d’un nœud papillon bleu, ils partagent les mêmes passions : raconter des histoires, jouer, dire/faire des choses stupides, se bagarrer, tout en se contorsionnant dans tous les sens.

 

La drogue c’est mal..m’voyez!

 

Lewis Caroll, on ne sait pas quelle substance il a snifé ou c’est injecté dans les veines, mais ça doit sans aucun doute être la même chose que les auteurs de la comptine « Une souris verte ».  En apparence, Alice au pays des merveilles déborde de fantaisie, de folie,  de paradoxe, d’absurdité et d’ambigüité.  C’est là tout le génie imaginatif de Lewis Caroll. Le spectateur, ouvert ou non, perd ses repères, tout comme son héroïne. Pourtant, tout comme les illustrations du livre original (si vous le voulez, regardez le travail de John Tenniel), les dessins (avec Mary Blair, illustratrice ayant participée à la conception de Peter Pan et Cendrillon, officiant ici comme directrice artistique et quelques récupérations d’esquisses  du dessinateur David Hall), animation et diversité des nombreux personnages fascinent.

debut puits alice au pays des merveilles

C’est un fait, les gens aiment ce qui est bizarre. Avec l’univers d’Alice, les voila servis.  A l’époque, tout comme aujourd’hui, ce film touche à toutes les générations, interpelant les adultes d’un point de vue logique tel un puzzle (double lecture, sens cachés comme cette grosse allusion aux méfaits de la prise de stupéfiants), et, pour les enfants,  éblouit par ce monde où rêverie et liberté s’entremêlent.

chapelier fou lievre de mars the non anniversaire alice au payx des merveilles

Des scènes iconiques, des personnages et des répliques mémorables,  des dialogues de sourd, des couleurs vives, des jeux de perspectives, des inversions de gravité, des changements de formes et tailles d’objets/personnages, nous sommes loin de l’émotion d’un Bambi, Pinocchio ou Dumbo, mais quelle aventure ! Disney oblige, la narration musicale sera forte, bien plus forte que dans les autres films. La musique et le style visuel d’Alice fonctionnent, se marient bien. Le dessin, la gestuelle des personnages sont d’une réussite totale. Cette réussite, on l’a doit en partie à cette idée que Kathryn Beaumont, l’actrice prêtant sa voix à Alice a tournée de vraies scènes, en costume, avec de vrais décors,  afin que cela inspire les dessinateurs.

alice pays des merveilles

Le film est construit de sorte à ce qu’on est la sensation qu’on peut le diviser en plusieurs parties individuelles, comme des épisodes à la mise en scène et réalisation différente (d’ailleurs, chaque partie changeait de réalisateur).  Ainsi, nous naviguons de tableaux en tableaux, rencontrant des personnages loufoques et extravagants (mention aux papillons aux ailes ressemblants à des tranches de pain de mie tartiné de miel). Une petite promenade d’une petite heure dans un monde fantastique. C’est un fait, Alice ne possède pas un récit très palpitant et structuré.  Quant aux enjeux, y en a-t-il vraiment ? Pourquoi ce film fascine-t-il autant de monde ? Pourquoi tient-il une place si importante dans la culture populaire et dans notre conscience? Réponse : pour ses images, ses chansons et son animation.

 

Poétique, métaphorique, symbolique, complètement déjanté, embrouillant : le Disney qui déstabilisait

 

Elle a faillit se noyer dans ses propres larmes, elle a gobée des champignons étranges l’ayant fait grandir et rapetisser, elle a rencontré des jumeaux qui lui on conté l’histoire d’un charpentier et un morse voulant becter des bébés huitres, des fleurs se sont foutues de sa tronche, une chenille fumant le narguilé l’a dénigrée, elle a manquée de se faire brûler vive dans une maison par un dodo hystérique encouragé par le lapin blanc devenu sadique, personne ne semblait vouloir l’aider, elle a joué à une partie de croquet en se servant d’un flamand comme maillet, puis elle a échappée à la décapitation à cause d’une histoire de roses blanches peintes en rouge, avec Alice au pays des merveilles, il faut avoir les nerfs accrocher, laisser ressortir son âme d’enfant et ne surtout pas oublier que la jeune fille rêve (ou pas…) sinon vous êtes foutus, bons pour aller voir un psy ou sombrer dans l’alcoolisme ! L’insouciance et la naïveté seront donc de mise. Auquel cas, ce film, vous le verrez plus comme un cauchemar angoissant qu’une « merveille ».

alice chat de cheshire

Des messages, des symboles et autres sujets amenant à la réflexion, ce ne sera pas ça qui manque dans notre film. En effet, il y a bien quelque chose derrière toutes ses étrangetés perturbantes :

  • Encouragement pour l’enfant à découvrir la vie,
  • Apprendre à s’affirmer,
  • Importance de la loi,
  • Importance de la politesse,
  • Apprendre à ne pas rejeter les gens différents,
  • Savoir être raisonnable,
  • La curiosité est un vilain défaut (Alice l’apprendra à ses dépend en se lançant la poursuite du lapin),
  • Quête identitaire,
  • Ne pas suivre les inconnus (cf : l’histoire des petites huitres),
  • Rêver peut nous faire évoluer, nous remettre en question,
  • Critique de la femme superficielle (cf : la scène des fleurs),
  • L’exploitation des plus faibles.

 

Le Lièvre de Mars : C’est simple pourtant ! De janvier à décembre, non…voyons. 30 jours de non anniversaire, ça ne…un anniversaire… non ! Oh-oh-oh-oh! Elle ignore ce qu’est un non anniversaire!! C’est très bête ouh ouh ouh! Le chapelier : Nous allons éclairer sa lanterne! Vous n’avez qu’un anniversaire par an. Le lièvre : un anniversaire seulement par an! Le Chapelier : mais…s’il y a 364 Nooooooooon anniversaire. Le lièvre : Aujourd’hui nous fêtons un de CELAAAAAAA!

 

Au final, regarder Alice au pays des merveilles, pour l’apprécier à sa juste valeur, c’est accepter d’en vivre son absurdité et sa loufoquerie.  Porté par des personnages plus cocasses et charismatiques les uns que les autres, d’un rythme plutôt lent où pourtant les situations s’enchainent vite, ce film, à des années lumières des œuvres habituelles des studios Disney, allant jusqu’à faire perdre au spectateur ses repères, est un digne chef d’œuvre à voir et à revoir sans modération. Si ce n’est pas encore fait, précipitez-vous sur les deux suites version live.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Animation, Aventure, Disney, Fantastique, Films cultes et sagas à voir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :