Coraline: Quand un rêve d’enfant se transforme en cauchemar

Basé sur le livre éponyme écrit par Neil Gaiman, Coraline, ce n’est pas un film d’animation comme les autres, c’est un vrai film d’horreur pour enfants. Cet excellent film criant de réalisme, nous plonge dans un univers sombre et mystérieux très proche de ce que le grand Tim Burton peut nous offrir. Si vous êtes fan inconditionnel du réalisateur et de L’étrange Noël de Monsieur Jack, il ne faut surtout pas passer à coté de Coraline, véritable fantasme où vos rêves et cauchemars deviennent réalité…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Henry Selick

Genre : Animation, Fantastique

Film Américano-Russe

Durée : 1h36 environ

Recommandé aux plus de 10 ans

 

coraline affiche

L’histoire

 

Coraline et ses parents viennent d’emménager dans une maison partagée en plusieurs appartements. Le lendemain de son installation, Coraline s’ennuyant, ayant des parents débordés de travail et n’ayant pas le temps de s’occuper d’elle, part explorer sa nouvelle maison. En l’explorant, elle découvre une porte condamnée et se retrouve dans un appartement identique au sien mais dans une version plus intéressante. Là bas, elle fait la rencontre de ses parents alternatifs, celle qu’elle a toujours rêvé d’avoir. Une belle chambre, de bons repas, des jeux amusants, un père et une mère aimants aux petits soins pour leur fille, tout semble satisfaire Coraline, tout semble un peu trop parfait. Mais, lorsque ces nouveaux parents rêvés montrent leur vrai visage et leur véritable motivation, le rêve tourne au cauchemar…

 

 

Les personnages

 

coraline jones

Coraline Jones : Notre jeune héroïne. Coraline, c’est une petite fille au caractère bien trempé, souvent effrontée, audacieuse et attachante, tenant tête aussi bien aux enfants de son âge qu’aux adultes, ne manquant pas de dire franchement ce qu’elle pense et ce, même avec un langage familier ou argotique. De nature curieuse, elle vient d’emménager avec ses parents dans une maison partagée en plusieurs appartements.

mel jones mere coraline

Mel Jones : La mère de Coraline. Elle travaille chez elle sur son ordinateur. Occupée la plupart du temps, elle ne prête pas attention à sa fille mais, comme toutes les mères, elle l’aime.

charlie jones coraline pere

Charlie Jones : Tout comme sa femme, Charlie travaille à son domicile, sur son ordinateur.  Un grand stressé au teint très fatigué et ce tenant constamment vouté. Un zombie ? En tout cas il en a l’air.

autre mere coraline

L’autre mère : Elle ressemble beaucoup à la vraie mère de Coraline. Seulement, il y subsiste quelques différences. L’autre mère est plus jolie, plus drôle, plus chaleureuse, sachant cuisiner. Attention lorsque vous la mettez en colère.

autre pere coraline

L’autre père : Tout le contraire du vrai père de Coraline. Enjoué, déjanté, il aime s’amuser, faire plaisir à Coraline au point d’avoir créé un jardin féérique à son effigie.

pasdebol coraline

Pasdebol : Petit fils de la propriétaire du Pink Palace. Ce personnage n’existe pas dans la version roman. On l’a ajouté afin que Coraline ne parle pas toute seule.

 le chat coraline

Le chat : Un chat noir tout pelé, sauvage et terrifiant au premier abord. Cependant, il sera un allié pour Coraline, tenant, tout comme la poupée de Coraline, un rôle important dans notre histoire. Dans l’autre monde, le « chouminou » a la capacité de parler.

mr bobinsky

Mr Sergei Alexander Bobinsky : Vieil homme Russe habitant au dessus de chez Coraline et ses parents. Il possède un cirque de souris acrobates. Mr Bobinsky il est légèrement dérangé, passant son temps à faire des cabrioles, même sur le toit des appartements.

Miss Miriam Forcible et Miss April Spink coraline

Miss Miriam Forcible et Miss April Spink : Duo d’actrices burlesques retraitées passant le plus clair de leur temps raconter leurs anecdotes de comédiennes.  Elles vivent entourées de nombreux Fox Terrier.

 

Bienvenue aux appartements du Palace Rose

 

Vu trois après sa sortie ciné, soit en 2012, cet animé avait conquis mon cœur, me faisant devenir un véritable fan des studios Laika (Les Boxtrolls, Paranoman et le géantissime Kubo). Si Coraline était une star, j’en serais une de ses groupies. Quel enfant ne s’est jamais sentis un moment de sa vie délaisser par ses parents? Qui n’a jamais rêvé quand il était petit d’en avoir de meilleurs qui nous écoutent et nous gâtent? Ces choses, elles arrivent souvent aux enfants. Coraline fera de leurs envies, de leurs vœux, une réalité.

coraline cuisine

Ce concentré de poésie est un véritable ovni de l’animation, mystérieux et métaphorique à souhait, illustrant à merveille les fantasmes d’une petite fille désirant par-dessus tout changer de parents. Faites un voyage extraordinaire aux cotés de la petite fille. Bienvenue dans un monde fantastique et macabre aux allures de conte horrifique digne d’Hansel et Gretel. Voir Coraline, c’est remonter en enfance, lorsque vous jouiez avec vos jouets, construisant des maisons et autres décors, inventant des histoires farfelues.

coraline porte secrete

La palette des couleurs, les vêtements des personnages, le design des personnages, la forme des arbres et arbustes, des pierres, les maisons, Henry Selick a beau dire qu’il c’est inspiré du travail de Tadahiro Uesugi, célèbre illustrateur Japonais influencé par les publicités américaines de la fin des années 50/début des années 60, on ne peut s’empêcher de voir des similitudes avec le réalisateur Tim Burton.  A la fois élégant, moderne, vieillot, gothique, morbide et extravagant.

coraline tunnel autre monde

On s’aperçoit qu’il y a de nombreuses différences entre le monde réel et l’autre monde. Alors que dans le monde réel, les couleurs semblent délicates, ternes avec beaucoup de nuances de noir, de blanc et de gris, l’autre monde opte pour des couleurs plus éclatantes, pétantes, violentes. Beaucoup de rouge, de violet,  de jaune, voir des combinaisons. Pour les personnages, une fois de plus, difficile de ne pas crier « ça sent le Tim Burton à plein nez ». La forme de Coraline par exemple se voit posséder une tête exagérée. Quant à son corps, il est plutôt frêle. Ce qui ne sera pas le cas d’autres personnages comme Miss Spink et Miss Forcible. Chacun personnage possède un corps collant avec sa personnalité. Bien qu’ils ne dépassent pas les 18 cm, nos personnages semblent êtes des humains de chair et de sang.

 

Des personnages plus vrais que nature

 

Mélange de stop motion, d’effets classiques, traditionnels et de nouvelle technologie numérique, ce film d’animation va vous éblouir comme jamais. Dans Coraline, les personnages ont été fabriqués en marionnettes, des poupées totalement articulées.  La peau est très souple, le squelette solide (fait en une sorte d’armature similaire au squelette humain), les cheveux pouvant s’animer/bouger. Ca ressemble à des poupées, mais c’est différent. Une poupée n’aura qu’une expression figée, les marionnettes de Coraline peuvent avoir n’importe quelles expressions. Résultat, nous avons de nombreuses gammes d’expressions.  Les animateurs ont eu la possibilité de traiter le haut et le bas du visage séparément sous forme de clips permettant d’interchanger le haut et le bas du visage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils peuvent grâce à cela contrôler les yeux, les sourcils, séparément de la bouche, et obtenir une plus grande variété d’expressions. Le corps et les mains sont en silicone. Avec ce matériau, on peut modifier la souplesse, en fonction du mouvement que l’on voudra appliquer. Pour pouvoir faire bouger les doigts et la main, on place à l’intérieur des sortes de petits câbles reliés et dotés d’une bille placé au niveau du poignet pour obtenir un maximum de mouvements. N’imaginez pas que les cheveux ne sont pas importants. Bien au contraire.  Les cheveux sont en fibres. Suzanne Moulton, la responsable de la chevelure de Coraline a  créée une technique de couches de cheveux avec de la glue et des fils, le tout mélangé à des fils électriques permettant d’animer, de manier toutes les perruques.  Chaque cheveu se devait d’être contrôlé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Coté garde robe, on a de quoi faire. Tout est parfaitement détaillé, tout a été réalisé minutieusement. Bluffant. Tous les vêtements ont été cousus à la main avec de la soie et du tissu. De petits pulls, des chaussettes, des gants ont vraiment été tricotés,  les boutons, les fermetures éclairs, les poches, les revers sur les jeans, tout a été fabriqué. Jamais vous ne trouverez de si petits boutons de gilets dans un magasin, sauf celui de figurines comme la célèbre gamme des Hot Toys. Les tenues dans Coraline seront amenées à évoluer au fil de l’histoire. Un grand bravo à Déborah Cook et son équipe. Des artistes passionnés, talentueux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous croyez qu’on ne s’arrêterait qu’aux personnages ? Et les décors dans tout ça ? Dans notre film d’animation, TOUT, absolument TOUT est fait à la main. L’équipe en charge des décors et accessoires n’est pas allée en magasin pour acheter de petits arbustes, maisons ou voitures.  Tout est en miniature afin de coller au style du visuel du film. Les fleurs, les plantes, l’intérieur, l’extérieur des appartements du Pink Palace, l’intérieur de la maison de Coraline avec  son sol, ses murs, ses fenêtres, même le ciel, tout a été créé.

 

Vrai film d’horreur pour enfants

 

Apprendre à s’affirmer, se méfier des apparences, critique du parent trop occupé pour s’occuper de son enfant, affronter ses peurs, besoin d’affection, peur de la solitude, mort, tels seront les thématiques, messages et réflexions dont parlerons Coraline.  Ne vous fiez pas au titre ou à l’apparence du personnage principal. Coraline nous plonge dans un univers passant du doute à l’émerveillement, avant de virer au cauchemar. Cela n’est pas sans rappeler d’autres perles du cinéma comme Le voyage de Chihiro, L’étrange noël de Mr Jack, Frankenweenie ou bien encore Les noces funèbres.

coraline main horreur

Certaines images déstabilisent autant qu’elles peuvent choquer. Coraline est bourré de séquences glauques et malsaines : Le duo d’actrices qui empaille ses chiens morts pour les garder prêts d’elles, la première rencontre de Coraline et Pasdebol,  le véritable visage de la fausse mère et du faux père de Coraline, le spectacle des deux actrices bien portantes dansant nues (finalement, c’est pas plus mal d’avoir des boutons à la place des yeux). Comme quoi, là encore, il ne faut pas ce fier aux apparences. Ce dessin animé bien que mettant en scène enfant, est extrêmement mature, loin d’être un film niais et naïf pour les enfants.

 

Certaines pièces secrètes devraient le rester

 

Les musiques de Coraline reflètent l’enfance, surtout le thème principal accompagné de chœur d’enfants. A la fois sombre, aguicheur, mystérieux et lumineux, comme l’atmosphère et le visuel de notre film. Au début, la musique est calme et réaliste, comme l’intrigue. Puis, par la suite, elle devient étrange et plus fantastique. Vers la fin de notre récit, elle bascule dans le très troublant, très proche de l’horrifique.  Une manière parfaite pour jouer avec nos sentiments.  La peur, l’humour, l’absurde, le fantastique.  Pour Coraline, il fallait une musique chargée en émotions, capable d’illustrer ses sensations.  C’est réussi.

coraline parents autre monde table manger

L’histoire et sa complexité troublentCe film émeut autant qu’il captive.  Joie, tristesse, espoir, désespoir et peur, tels sont les émotions par lesquelles vous passerez.  L’histoire, le ton et l’esprit du livre sont respectés, bien que quelques changements aient été apportés. Au départ, si Henry Selick avait suivi à la lettre le livre de Neil Gaiman, le film n’aurait duré que 47minutes. Il fallait donc ajouter, rallonger des séquences. Résultat, le film dure une bonne heure trente. Un bon point pour les lecteurs du roman qui pour une fois, ne seront pas déçus d’un film basé sur un roman.

coraline maison exterieur autre monde

Les personnages, les bruitages, les jeux de perspectives (notamment lorsque Coraline pénètrera dans ce tunnel reliant sa maison à l’autre monde), les musiques impressionnent, fascinent par tant de détails.  Ce film a une âme, donnant de la vie à chacune de ses scènes.  On se sent emporté dans un autre univers, participant à une aventure peu ordinaire aux coté de Coraline. Tout est si parfait, on a l’impression de voir un film en live et non une œuvre combinant stop motion et effets spéciaux. Un délice pour les yeux et les oreilles, on atteint ici les sommets de la créativité.

 

Au final,  Coraline, c’est du pur chef d’œuvre, une œuvre démentielle à l’animation, aux décors, aux bruitages et aux musiques sidérantes.  Poétique et philosophique,  ce film à l’atmosphère inquiétante pouvant angoisser et impressionner les plus petits, est une véritable initiation, une leçon de courage et de vie, où l’on vous apprendra à surmonter vos peurs, vaincre tous les obstacles et découvrir que les parents, aussi imparfaits soient-ils ou peu disponibles, aiment sans aucun doute possible leurs enfants.

Publicités

2 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.