Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Blade Runner: Dès aujourd’hui, vous rêverez de licornes

Inspiré librement du roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? » écrit par Philip K. Dick, Blade Runner voit Harrison Ford en ancien flic reprendre du service pour traquer un groupe d’androïdes dans un Los Angeles futuriste pluvieux et sombre. Réalisé par Ridley Scott, ce film au statut de film culte, considéré comme un film majeur de l’histoire du cinéma, ne vous laissera pas indifférents. Fans de science fiction ou non, cette expérience est à vivre une fois dans votre vie.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Ridley Scott

Genre : Science fiction, Policier

Film Américain

Durée : 1h 51 environ (version Director’s cut)

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

blade runner affiche

L’histoire

 

Au début du 21ème siècle, la TYRELL CORPORATION développa et créa la génération NEXUS : un être virtuellement identique aux êtres humains, le réplicant. Les réplicants NEXUS 6 étaient supérieurs par la force et l’agilité, et égaux par l’intelligence, aux généticiens qui les avaient créés.  Ils servaient de main d’œuvre dans l’exploitation périlleuse et la colonisation d’autres planètes.  Suite à une mutinerie sanglante  d’une équipe de combat NEXUS 6, les réplicants furent déclarés illégaux sur Terre sous peine de mort. Des forces spéciales de police, les unités Blade runner, avaient ordre de  tirer sur tout réplicant clandestin. On n’appelait pas cela une exécution. Le terme utilisé était « retrait ».

 

Los Angeles, Novembre 2019, Six réplicants du modèle Nexus-6 détournent un vaisseau spatial, dont ils massacrent l’équipage et les passagers, avant de regagner la Terre et s’introduire dans Los Angeles. Essayant de s’infiltrer dans la Tyrell Corporation, deux d’entre eux meurent lors de la tentative et les autres disparaissent. Rick Deckard, ancien Blade runner,  est contacté par son ancien supérieur pour retrouver et éliminer les derniers réplicants.  Pendant ce temps, Roy Batty, le chef des réplicants, cherche un moyen de rallonger sa durée de vie.

 

 

Les personnages

 

Rick Deckard (Harrison Ford) : Blade Runner rappelé de sa retraite pour traquer un groupe de réplicants.

Rachel (Sean Young) : Très maquillé, bien coiffée, démarche raide. Une femme fragile, sensible et attachante qui ne sait pas qu’elle est une réplicant. Elle donnera un petit coup de pouce à Rick lors de son enquête.

Roy Batty (Rutger Hauer) : chef des réplicants. Intelligent, il cherche un moyen de rallonger sa durée de vie estimé à 4 ans. Cependant, à mesure où il avance dans sa mission, ses amis se font uns à uns éliminer.

Pris (Daryl Hannah) : La petite amie de Roy Batty. Mince, jolie, manipulatrice envers les hommes, cette femme « de compagnie » peut facilement passer de la belle à la bête. C’est aussi une sacrée acrobate qui ne manque pas de ce servir son dos pour vous coincer la tête entre ses cuisses et vous briser la nuque.

Leon Kowalski (Brion James) : Il accompagne Roy Batty dans sa quête. Moins intelligent que ce dernier, Leon il est spécialisé dans le combat. C’est un violent s’emportant très facilement.

Eldon Tyrell (Joe Turkel) : Fondateur et propriétaire de la TYRELL CORPORATION. C’est celui qui a créé les réplicants. Lui seul peut les reprogrammer.

Bryant (M.Emmett Walsh) : Chef du département de détection des réplicants rebelles à Los Angeles.

J.F Sebastian (William Sanderson) : Généticien à la Tyrell Corporation. A cause d’une maladie « syndrome de Mathusalem », sa peau prématurément ridée le fait paraître plus âgé alors qu’il n’a que 25 ans. Il vit en solitaire dans un gigantesque immeuble où il a pour compagnie des automates qu’il a créé.

Gaff (Edward James Olmos) : Blade Runner mystérieux assistant Rick dans sa traque. Il passe son temps à créer des origamis.

Zhora (Joanna Cassidy) : Une réplicant spécialisée dans l’assassinat.

Hannibal Chew (James Hong) : C’est lui qui a créé les yeux artificiels des réplicants.

 

Poésie futuriste

 

Gigantesque, impressionnant, magnifique, fantastique, ce sont les mots qui viennent dès les premières secondes de cette véritable immersion dans un futur où Il fait un temps de breton. Bienvenue dans le Los Angeles de 2019. Gratte-ciel immenses, illuminés par des tonnes de panneaux publicitaires au néon, engins volants hyper stylés se déplaçant entre les immeubles sous une pluie ne semble jamais s’arrêter.

blade runner engin volant publicités los angeles neons

Dans son film Ridley Scott détaille cet univers si particulier, préparant les spectateurs à vivre quelque chose de différent cinématographiquement parlant. Sombre, intense, bien construit, chaque plan est superbe, poétique. Rues sinistres, crasseuses et froides, ce Los Angeles futuriste uniquement éclairé par des néons, phares des voitures, et quand la nuit commence à tomber, par la lumière crépusculaire du soleil, est surplombé par une pyramide où vit Eldon Tyrell, le créateur des réplicants. Oui, pour son film, Ridley Scott fait dans l’originalité, n’utilise que néons, spots, lampes comme sources lumineuses. Avec ça, Blade Runner : premier ballet de lumières. Disney n’a qu’à bien se tenir ! L’architecture avec ces immeubles datant de tous les âges ne nous donne pas vraiment la sensation d’être à Los Angeles. En tout cas pas celui que l’on connait. Dans Blade Runner, le Los Angeles de Ridley Scott s’apparente à un mix entre Tokyo, New York, Los Angeles, Chicago, Hong Kong ou bien encore Londres.

blade runner rue voiture

Cette ville où l’on voit parfaitement, les tuyaux,  la fumée sortir des conduits d’aération installés à l’extérieur des façades et quelques rafistolages grossiers sur certains immeubles. On n’y va pas par quatre chemins : c’est détaillé comme jamais, beau à vous coller des frissons au point de vous donner envie de scruter, fouiller les décors, imaginer le rôle de tel ou tel accessoire. Tout comme un certain Alien, Blade Runner, c’est un véritable choc visuel sublimé par une musique à couper le souffle illustrant le futur grâce à ses morceaux au synthétiseur. L’atmosphère régnant dans Blade Runner est sordide, quelque peu glauque, montrant la pauvreté et ce que pourrait être la vie en 2019 (la technologie High Tech et les voitures volantes en moins).

blade runner rick bureau soleil crepusculaire tyrell

Loin du cinquième élément, Minority Report, I Robot ou Retour vers le futur, la technologie dans Blade Runner se veut crédible, plausible où certains éléments de notre quotidien sont associés à quelques outils High Tech. Quant au style vestimentaire des humains et réplicants, il s’apparente au style d’aujourd’hui, avec quelques éléments futuristes (lunettes par exemple). Ca reste assez cyberpunk, mais c’est « possible ».  A la fois familier et dépaysant, autre chose saute aux yeux dans le monde de Blade Runner : c’est surpeuplé, mélangeant les nationalités (donc mélange de langues).  Des embouteillages partout, d’où la nécessité de posséder une voiture volante. Des fois une voiture volante, c’est utile.

 

« Avez-vous déjà désactivé un humain par erreur ? »

 

Blade Runner : ce film Cartésien

 

harrison ford rick deckard blade runner pistolet

Avant d’être un film visionnaire, Blade Runner c’est du film policier noir marchant sur les traces d’un certain Humphrey Bogart sauce futuriste. Harrison Ford, sourire en coin, abandonne les personnages forts et dragueurs pour un type alcoolique, vulnérable, cynique, fatigué, blasé, renfermé, mystérieux, presque muet, aucune empathie, ne manquant pas de se faire tabasser fréquemment.

blade runner rachel cigarette

L’arrivée de Rachel va quelque peu « réactiver » l’empathie de Deckard grâce à une histoire d’amour classique. Rachel ne manquera pas de vous toucher. Sous son apparence froide se cache une femme terriblement blessée.

rutger hauer blade runner roy batti

Un autre personnage ne manquera pas de retenir toute notre attention, d’offrir son lot de rebondissement et retournements de situations : Roy Batty. Ce méchant énigmatique à la chevelure blonde décolorée et à la personnalité brutale, capable d’être un ange, puis un démon invulnérable la seconde d’après (cf : la confrontation entre le personnage et Rick), vous proposera en fin de film un monologue émouvant malgré l’aspect « méchant » du personnage. Roy Batty, on comprend ses motivations, bien que ca ne justifie ses actes barbares. A partir de là, les différences entre humains et réplicants s’estompent, comme la frontière du bien et du mal.

Blade-Runner pris automates

« Qu’est-ce qui fait d’un être humain un humain ? Les sentiments ? ». C’est une des questions que ce posait Philip K.Dick dans la version roman de notre film. Si c’est les sentiments qui nous définissent en tant qu’humain, alors les robots sont les humains et les humains sont les robots.  Alors que le personnage de Deckard et l’ensemble de l’humanité ne semblent plus éprouver quoique ce soit (surtout envers les androïdes), les androïdes, bien qu’ayant des sentiments programmés en eux, s’humanisent.  Blade Runner emprunte la philosophie Cartésienne (je pense donc je suis).

blade runner rick vertige

Attention, séquence vertigineuse.

Au même titre que la trilogie Matrix, Blade Runner, en plus de nous fournir quelques séquences de castagnes et fusillades, se veut philosophique, nous poussant à réfléchir sur nous même, transformant ce film au scénario « simpliste » et cette enquête policière en une véritable interrogation existentielle. Le film parlant de création, difficile d’échapper aux références religieuses et la rébellion de la création face à son créateur.  Refus de mourir, incompréhensions, la douleur de Batty face à son destin funeste (ou non) ne manquera pas de vous toucher en plein cœur. Comme disait Montaigne : « apprendre à vivre c’est apprendre à mourir ».

 

« J’ai vu tant de choses, que vous, humains, ne pourriez pas croire… De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion, j’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la Porte de Tannhaüser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie.»

 

Au final, accessible à tous, moins complexe qu’il n’y parait, Blade Runner, du génie créatif, un chef d’œuvre vibrant qui fera la joie des fans de science fiction.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Films cultes et sagas à voir, Policier, Science Fiction

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :