Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Straship Troopers: Vous aussi, engagez-vous, devenez citoyen!

Après Total recall et Robocop, Paul Verhoeven s’attaque à du space opéra bien gore . Librement inspiré du roman de science-fiction « Étoiles, garde-à-vous ! » de Robert A.Heinlein, Starship Troopers vous fera suivre plusieurs jeunes gens durant leur formation militaire puis pendant une guerre interstellaire entre l’humanité et un peuple extraterrestre nommé « Arachnides ». Voulez-vous en savoir plus ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Paul Verhoeven

Genre : Science fiction, Action, Guerre

Film Américain

Durée : 2h10 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

starship troopers affiche

L’histoire

 

Dans un futur lointain, la Fédération (gouvernement mondial) se lance à la conquête de l’espace. Les terriens colonisent d’autres planètes, explorent de nouveaux systèmes planétaires et rencontrent des civilisations extraterrestres. Petit à petit, les voila menacés par l’une d’elles : les arachnides, race extraterrestre à l’apparence d’insectes géants. Biberonnés aux exploits militaires des citoyens depuis leur plus tendre enfance, trois amis de lycée ayant appris ce qu’était que le devoir, le sacrifice de soi, et la lutte, décident de s’engager dans l’armée. Johnny Rico, sportif talentueux, est affecté à l’infanterie mobile, Carmen Ibanez commence une formation de pilote de vaisseau spatial, et Carl Jenkins, doué de télépathie, rejoint les services secrets. N’écoutant que leur courage, les voila partis en mission pour combattre les envahisseurs. Malgré cette ardeur, ils sont loin de se douter de ce qui les attend dans l’espace…

 

 

Les personnages principaux

 

engage vous

  •  Johnny Rico (interprété par Casper Van Dien) : Jeune homme athlétique à la chevelure parfaite, à la machoire parfaite et au corps parfait. Un vrai Ken. Rico est un jeune homme naïf amoureux de sa petite amie Carmen qui a toutes les caractéristiques de Barbie. Beauté artificielle au possible que le film ne manquera pas de souligner. Heureusement, Rico, à mesure où nous avancerons dans notre histoire, cassera son image de monsieur perfection, devra faire ses propres choix, devenant même attachant, charismatique, et ultra bad ass.
  • Carmen Ibanez (interprétée par Denise Richard) : Jeune femme dont l’objectif principal est de devenir pilote de vaisseau spatial. Bien qu’elle soit amoureuse de Johnny, elle se montre cruelle et égoïste à son égard, adorant flirter, arborant en permanence son sourire éclatant. Ce qui l’intéresse vraiment : sa réussite professionnelle.   En commençant sa formation de pilote, Carmen comprendra rapidement qu’un avenir commun avec Rico semble impossible. Ca tombe bien pour Zander, son lieutenant instructeur, qui en profitera pour tourner autour d’elle sans avoir peur d’avoir Johnny dans les pattes.
  • Dizzy Flores (interprétée par Dina Meyer) : Une jeune femme forte et ravissante qui sait manier le fusil, se battre et sur un terrain de football. Elle n’a qu’une faiblesse : Johnny, l’amour de sa vie. Pour être prêt de lui, elle s’engagera sur la même voie professionnelle.
  • Carl Jenkins (interprété par Neil Patrick Harris) : Un type sympathique, tout du moins en apparence. En réalité, il se préoccupe peu des valeurs humaines (surtout vers la fin du film), utilisant ses connaissances technologiques pour humilier son ami Johnny. Carl est également télépathe.

 

Voulez-vous en savoir plus ?

 

Si sur Terre on se débarrasse des araignées facilement à coup de journal ou de revers de la main, il en est autrement dans le futur où des légions de jeunes recrues sont envoyées sur le front pour combattre à l’arme lourde des insectes gigantesques sur une planète lointaine. Une seule règle : tout le monde se bat, personne ne se barre. Des cours (ah le cours de biologie) au centre d’entrainement, en passant par les premières batailles sur le front, entouré de vos frères d’armes, vous ne perdrez pas une miette de ce qu’est la vie d’un futur citoyen de la fédération.

starship troopers plan terre systeme klendathu

Starship Troopers, c’est la fusion parfaite entre Robocop, La guerre des étoiles, et Full Metal Jacket. Tout comme son Robocop, Verhoeven frappe où ça fait mal l’égo surdimensionné des américains, faisant de son film une satire, critiquant avec ironie et exagération le culte de la violence, l’impérialisme américain et les rapports hommes-femmes.  Le réalisateur a surtout en ligne de mire les militaires utilisant toutes les techniques pour engager un maximum de personnes, vantant les mérite de l’armée militaire, prétextant que la guerre c’est cool.

starship troopers engagez vous armée

Non, la guerre c’est loin d’être cool, surtout lorsque vous vous retrouvez face à une armée d’araignées gigantesques prêtent à réduire tout ce qui bouge et respire en charpie.  N’oublions pas non plus le cerveau arachnide, grosse bestiole répugnante aux multiples yeux et qui adore sucer les cerveaux humains.  Qui a eu l’idée de créer un truc pareil ?!

starship troopers explosions cuirassé

Pour souligner la bêtise de l’armée, Verhoeven a une idée de génie: tourner de faux spots télévisés de propagande reprenant notamment l’esthétisme des œuvres de propagande nazie. Résultat, aussi terrifiants qu’hilarants, ces spots parodiquent et presque interactifs (un autre coté fun de Starship Troopers), parsemés tout au long de notre aventure font mouche.

starship troopers rico dizzie

Rarement la critique des médias avait été poussée aussi loin. A coté, Robocop et Total recall font pale figure. Détournement d’images, hypocrisie de la censure, futilités des talk show où les débats n’aboutissent à rien,  bêtise des spots de propagande, racolage des informations pour les spectateurs en mal de sensation forte et autres curieux sadiques, Verhoeven, il s’en donne à cœur joie et nous aussi.  Seulement, les images, elles ont beau faire rire, elles terrifient aussi, montrant que le réalisateur, c’est un visionnaire. Depuis les attentats du 11 Septembre 2001 et ce qu’il se passe actuellement dans le monde, la magie provoquée par ses faux spots n’aura pas la même saveur d’antan pour certains spectateurs.

 

« Les seuls bons parasites sont les parasites morts ! »

 

Voulez vous en savoir plus ?

 

Attention, visionné au premier degré, il est clair que ce film promeut une image attirante de la guerre et du militarisme. Ce n’est pas le but, ce n’est pas pour ça que le film a été conçut. Il a été conçut dans le but de se moquer et donc, doit être prit au second degré.

starship troopers bataille spatiale

Space opéra oblige, le spectacle sidère. L’ambiance immersive, les effets spéciaux combinés aux maquettes et à l’animatronique, les scènes d’action violentes et nerveuses, les caméos surprenants de certains acteurs ayant participé à des grands films de Verhoeven (Michael Ironside en tête), le triangle amoureux Rico/Dizzy/Carmen, les quelques scènes de nudités (hélas Denise Richard ne fera pas tomber le haut),  les gros flingues, les tenues futuristes, les vaisseaux spatiaux stylés, les membres arrachés/explosés, le design du bestiaire, nos héros jeunes et beaux, nos vieux vétérans presque tous amputés, le tout assaisonné par une bande son héroïque puissante signée Basil Poledouris, c’est du pur régal. De jours comme de nuits, pas de pitié.

starship troopers rico scarabee

A la sortie du film au cinéma en 1997, âgé de pile 12 ans, c’était le parcours du combattant pour qu’on accepte de nous faire entrer dans la salle. D’autant plus sans une carte d’identité sur soi. Après deux refus de deux cinémas différents, la troisième fut la bonne (Le Paramount opéra). Pas mécontent d’avoir pu voir Starship Troopers sur grand écran.  Surtout quand vous aimez les space opéra, les gros flingues, l’humour noir, les musiques héroïques, le gore bien dégueulasse et les mecs balèzes. Starship Troopers, pour ma part, il est inoubliable.

 

« Vous savez quoi… chaque fois qu’on est tous les trois j’ai l’espoir qu’on peut sauver l’univers ! »

 

Au final, Starship Troopers, c’est à l’image de ce que Verhoeven nous avait offert avec Robocop : un chef d’œuvre divertissant, ironique, gore, drôle, sarcastique, où l’on veut que vous vous serviez de votre intelligence pour comprendre son message pacifiste.  Un plaisir coupable nous montrant qu’en fait, on est des gros pervers sadiques trouvant que les films gore, ba c’est beau et terriblement fun quand c’est bien foutu. Allez, bande de macaques ! Si vous avez envie de vivre, battez vous ! La bataille de Klendathu vous attend !

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Films cultes et sagas à voir, guerre, Science Fiction

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :