Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Zombillénium : un parc d’attractions d’enfer !

Arthur de Pins et Alexis Ducord, créateurs de l’œuvre dont nous allons parler vous proposent de visiter leur nouveau parc : Zombillénium, dans un film d’animation au second degré prononcé. Inspiré de la bande dessinée du même nom, cette petite surprise Halloweensesque conte le quotidien joyeusement macabre d’un parc d’attractions construit sur une ancienne mine et tenu par des morts vivants. Le parc Zombillénium vous ouvre ses portes…entrez si vous l’osez…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par  Arthur de Pins et Alexis Ducord

Genre : Animation, Comédie, Aventure, Fantastique

Film Français

Durée : 1h18 environ

A conseiller à partir d’au moins 10 ans

 

Zombillenium affiche

L’histoire

 

Hector Saxe, odieux contrôleur des normes de sécurité, prend son métier très à cœur, allant jusqu’à délaisser Lucie, sa fille. Lorsqu’il manque de perdre la vie dans un accident de voiture causé par une employée du parc Zombillénium, c’est la goutte d’eau. Sur les lieux, alors qu’il menace de faire fermer le parc, Hector se fait mordre par un vampire, Francis, le directeur, qui n’a d’autre choix que de le mordre. Transformé en monstre mi-vampire, mi-loup garou, Hector devient malgré lui, nouvel employé du parc, coincé pour toujours dans ce lieu, séparé à jamais de sa fille…

 

 

Les personnages

 

zombillenium personnages

Hector : Avant d’être un démon, Hector était un père veuf élevant seul sa fille depuis la mort de sa femme. Odieux contrôleur des normes de sécurité, rien ne lui échappait, il était prêt à fermer toutes les enseignes qui en respectaient pas les règles ou le déplaisaient, tout simplement. Sa vie basculera le jour où il se fera mordre par le directeur du parc Zombillénium. Dorénavant monstre, ne pouvant plus vivre avec les humains, Hector passe de contrôleur des normes de sécurité à vendeur de barbe à papa. Devant s’habituer à son nouvel emploi et sa nouvelle vie, il fera la connaissance de Gretchen et Sirius. Une amitié se nouera entre eux. En parallèle, Hector devra trouver la solution pour que le parc ne ferme pas et qu’il finisse avec ses collègues en enfer.

 

Lucie : La fille d’Hector. Après la mort de son père, Lucie, ayant auparavant perdue sa mère, se retrouve seule, devant vivre dorénavant à l’orphelinat, subir les moqueries de ses camarades, et affronter une maitresse d’école psychotique. Lucie rêve d’aller un jour à Zombillenium. De plus, depuis qu’elle a vue la nouvelle affiche du parc, elle a comme la nette impression que son père travaille là bas.

 

Gretchen : Jeune sorcière anglaise âgée d’une vingtaine d’années. Elle est stagiaire à Zombillénium et devra surveiller Hector. Silhouette frêle, look de rockeuse arborant de multiples tatouages, c’est une jeune fille de caractère qui aime se promener soit dans sa Mini Cooper, soit sur son balai/skate.

 

Francis : Le directeur de Zombillénium. Son parc qu’il a imaginé il y a des années auparavant, ne fait plus peur. S. Behemoth, son supérieur, lui somme de trouver une solution très rapidement. Auquel cas, le parc sera fermé et les morts renvoyés en enfer.  Francis a 15 jours pour trouver un moyen de rentabiliser son par cet trouver des actionnaires.  Dans les premières minutes, Francis, c’est le genre de directeur paternaliste à l’ancienne qui a une manière de se comporter qui donne parfois envie de le haïr mais au final, c’est le genre de patron qui mouille sa chemise pour défendre ses employés.

 

Steven : Vampire égocentrique, manipulateur, égoïste et charmeur. Un petit air d’Edward Cullen. Tout du moins, coté look.  Il est amoureux de Gretchen, et déteste tout ce qui est zombies.

 

Sirius : Un squelette cool et comique ayant un look ressemblant à celui de Michael Jackson dans le clip Thriller. Il c’est retrouvé dans le parc pour une histoire quelque peu…honteuse.  Un peu menteur, un peu grande gueule, ce délégué syndical va se retrouver embarqué dans une aventure qui va le pousser à finalement devenir quelqu’un de bien. Selon ses propres dires, il serait le squelette d’un militant noir pacifiste mort sur la chaise électrique en Louisiane en 1956.

 

Blaise : Un loup garou travaillant aux cotés de Francis. C’est le directeur des ressources humaines.

 

Behemoth: On ne sait pas grand-chose de lui, on ne voit que sa silhouette effrayante donnant la sensation que c’est le diable en personne. Et si c’était vrai ? Ce que l’on sait juste c’est qu’il est le créateur et président de Zombillénium.

 

Même quand on est mort, on a le droit d’être syndiqué

 

Avec son style rock, son dynamisme, sa bande son détonante que vous retiendrez encore très longtemps et rivalisant avec les plus grands compositeurs américains, Zombillénium et son humour qui a du mordant vous plonge dans un univers différent de d’habitude. Optant pour une ambiance à la fois adulte et bon enfant, ce film d’animation maitrisant brillamment le cell-shading (animation en 3D cartoon à plat) est une réussite totale. Jamais on n’aurait imaginé que des Français fassent aussi bien si ce n’est mieux que les productions américaines habituelles.  C’est là qu’à défaut de plomber le cinéma comique décérébré, vu et revu, les français se rattrapent dans l’animation. Grandiose.

vlcsnap-2017-10-18-17h02m49s412

Tout comme la version bande dessinée, et malgré quelques changements (notamment le nom et la personnalité du protagoniste), on se retrouve scotché à notre fauteuil, plongeant dans l’univers d’un parc à thème bien particulier puisqu’il n’emploie que des morts ou des monstres. Résultat, on transpose le monde de l’entreprise et des parcs d’attractions dans un univers peuplé de monstres effrayants mais non moins attachants.  Truffé de petits détails (affiches, tee shirt, pancartes, etc..) rendant son animation aussi riche que le design épatant et diversifié de ces nombreux personnages à la gestuelle hyper fluide, Zombillénium n’est pas ce genre de film d’animation classique sitôt vu, sitôt oublié.

 

 

Et si vous pensiez en prendre juste plein les yeux, attendez de voir comment vos oreilles vont réagir. Composées par Éric Neveux, les larmes vont montées, vos oreilles vont en redemander. Quant à la chanson officielle du film « Stand Alone », chantée par Matt Bastard, voix française de Sirius le squelette, elle est juste INCONTOURNABLE, autant que le travail délicieusement délirant des doubleurs français (mention au retour d’Emmanuel Curtil alias Chandeler Bing dans Friends). Soyez prêt à jubiler pendant plus d’une heure.

vlcsnap-2017-10-18-17h06m57s898

Vous ne l’oublierez pas cette œuvre parce qu’elle est d’une beauté et d’une richesse grandioses. Doté d’un scénario intelligent, de thématiques, messages et réflexions importantes, loin de se reposer facilement sur son humour, cette œuvre à l’ambiance mature et enfantine, enchaine les moments émouvants, les jeux subtils de caméras et d’éclairage, tout en multipliant les dialogues tantôt cyniques, tantôt véridiques. Ce qui est sûr, c’est qu’après la vision de ce film, vous n’aurez qu’une envie : vous précipiter en magasin pour vous procurer les trois premiers tomes de sa version papier.

 

Le parc d’attractions le plus rock’n’roll du monde de l’animation

 

Zombillenium est comme ces nombreux films d’animation à double lecture. D’un coté les enfants apprécieront :

  • les diverses gags jamais lourds,
  • Lucie cherchant à renouer avec son père,
  • le design diversifié des personnages,
  • le parc à thèmes fun et amusant,
  • La mini-histoire d’amour,
  • l’ambiance « Halloween ».

vlcsnap-2017-10-18-17h06m33s351

De l’autre, les adultes, aimeront :

  • La critique satirique du monde de l’entreprise avec ces zombies « syndiqués », les modes et tendances vendues aux consommateurs (les zombies ça n’est visiblement plus vendeur contrairement aux vampires),
  • ces réflexions sur les relations parentales (Hector était un père de famille débordé de travail et donc peu présent pour sa fille), la tolérance, la différence (les humains jugeant les monstres pour leur physique horrible), l’exclusion (les vampires rejetant les zombies),
  • les multiples références à la culture populaire (Twilight, Dracula, le clip Thriller de Michael Jackson, etc..).

 

Au final, si vous avez aimé l’ambiance horrifique/comique/délirante et bon enfant d’Hôtel Transylvanie 1 et 2, si vous raffolez des parcs à thèmes, si vous êtes fan de musique rock, de personnages hauts en couleurs, laids mais sympathiques et charismatiques, d’animation en cellshading, d’ambiance morbide/glauque/bad ass, d’histoires originales, de relation père/enfant, de loups garou, de vampires, de momies, de squelettes, de démons, et  des critiques sur les mentalités de notre société, à coup sûr, vous ne devez surtout pas manquer Zombillénium, tout comme sa version bande dessinée (3 tomes pour l’instant). Un chef d’œuvre de l’animation Française comme on en avait pas vu depuis longtemps.  A ranger aux cotés du brillant Jack et la mécanique du cœur.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Animation, Aventure, Comédie, Fantastique, Films cultes et sagas à voir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :