Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

La belle et le Freddy

Deux ans seulement après son premier chapitre, Freddy Krueger revient au cinéma dans un deuxième chapitre différent de son prédécesseur. Wes Craven n’est plus là, c’est Jack Sholder qui reprend les rennes, changeant tout ce qui faisait le charme des griffes de la nuit, ce Freddy passera du pseudo slasher à un film de possession démoniaque. Sera-t-il au gout des fans de la première heure ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Jack Sholder

Genre : Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée : 1h25 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

 nightmare_on_elm_street_2 affiche

L’histoire

 

Cinq ans après les évènements survenus à Elm Street et après que Freddy est été apparemment vaincu, Jesse, sa sœur et ses parents emménagent  dans la maison où vivait Nancy.  Très vite, Jesse, qui a élu domicile dans l’ancienne chambre de Nancy, commence à faire de nombreux cauchemars plus terrifiants les uns que les autres alors que dans sa maison, des évènements étranges se produisent, secouent son entourage.  Qui est le responsable ? Freddy Krueger bien sûr. Le croque-mitaine, de retour, a jeté son dévolu sur Jesse. Sa nouvelle mission : posséder le jeune homme afin de tuer dans le monde réel et non plus dans les cauchemars. Pendant ce temps, Lisa, la petite amie de Jesse, tente le tout pour le tout afin de sauver celui qu’elle aime…

 

 

Casting

 

Mark Patton : Jesse Walsh

Kim Myers : Lisa Webber

Robert Englund : Freddy Krueger

Robert Rusler : Ron Grady, l’ami/rival de Jesse

Clu Gulager : Ken Walsh, le père de Jesse

Hope Lange : Cheryl Walsh, la mère de Jesse

Marshall Bell : Coach Schneider

Christie Clark : Angela Walsh, la petite sœur de Jesse

 

Freddy se rebiffe

 

Suite au triomphe des Griffes de la nuit, un deuxième opus fut rapidement mis sur les rails. New Line Cinema, la boite de production du film ne tournant pas, il fallait profiter du triomphe d’un de ses films pour amasser de l’argent. Pour les employés de New Line Cinema, Freddy n’était plus une franchise mais un gagne-pain. Et s’ils pouvaient vivre de ces futures séries de films ? Wes Craven, n’a pas voulu être de la partie, tout simplement parce qu’il n’imaginait pas de réelle suite à son film culte,  et qu’il n’était surtout pas d’accord avec la direction prise par cet épisode. Cette nouvelle histoire était pour lui un prétexte pour réaliser des effets spéciaux ridicules. Le réalisateur a de quoi être en colère. Tout ce qui avait fait le charme et le succès de son film s’en est allé dans cette suite d’une mollesse affligeante malgré ses nombreuses scènes d’action.

la revanche de freddy bus scolaire

Les meurtres et scènes d’épouvantes auront beau êtres fun, les effets spéciaux auront beau avoir prit du galon (la magnifique scène de transformation, la scène des oiseaux), on a totalement dénaturé son croque-mitaine et enfreint la règle imposée par Wes Craven. Première erreur : montrer Freddy au grand jour (cf la scène de la piscine sympathique mais brisant le mythe de l’antagoniste). Deuxième erreur impardonnable bien qu’il est vrai, originale : Freddy ne tue plus ses victimes durant leurs rêves, n’agit plus dans l’ombre, ne se servant plus vraiment du bruit du crissement de ses griffes sur les murs pour faire peur, mais utilise le corps d’un adolescent occupant la maison de Nancy pour tuer ses victimes. Freddy devait rester un personnage ne vivant que dans les rêves, ne pouvant exister dans le monde réel. Jack Sholter, n’a pas voulu suivre le modèle des griffes de la nuit, New Line Cinéma non plus, les deux ont préférés s’émanciper. Problème de taille : les fans vont-ils apprécier qu’on change la direction prise par le premier opus qu’ils ont tant aimé ?

 

Tu tueras pour moi.

 

Freddy se dévoile au grand jour

 

Dans une suite de film, on rencontre toujours le même problème : la redite. Parfois, une suite fera plus copier-coller de son homologue que véritable suite. On retrouvera le même type de scènes, de dialogues, des personnages qui n’ont pas vraiment évolués et une intrigue faible, prétexte à vous offrir plus de spectacle car ayant cette fois plus de moyens. Pour Freddy 2, on veut visiblement éviter de ce placer dans cette catégorie, on veut éviter de vous resservir le même plat. Seulement, avoir choisit de dénaturer le protagoniste de la franchise n’a pas été la bonne solution.

la revanche de freddy jesse griffes freddy

Freddy décidant cette fois d’opter pour une nouvelle technique pour revenir dans le monde réel en prenant l’apparence de Jesse est, il est vrai, un choix original, permettant de jouer sur l’ambigüité de Jesse (se laisse-t-il posséder parce qu’il peut suivre les pulsions de violence qu’il retient en lui ?), d’offrir une lutte entre Jesse et Freddy. Il reste un peu de Jesse en Freddy. Ce nouveau concept, on adhère, on n’adhère pas, pour ma part, je n’adhère pas.  Pourtant, l’idée était déjà bonne que de mettre en scène cette fois un personnage masculin. Idée reprise plus tard dans la franchise Destination Finale.  Jesse, n’a rien d’un macho.

la revanche de freddy lisa jesse

Il a le petit coté « mignon » de Glenn dans Les griffes de la nuit, tout en ayant un caractère fort bien que coté « hurlements » lors de ces cauchemars fasse tâche (de vrais cris féminins pas très virils). Jesse a aussi un petit coté gay, ça n’a pas été fait consciemment mais ce film a un coté gay.  La scène de la douche avec le coup de la serviette, le bar gay des mecs en cuir, Jesse et sa langue pendante après avoir réussi à séduire Lisa (réplique parfaite de Mery Streep) nous le prouve (il se recul, se met la main devant la bouche comme s’il n’était pas attiré par elle).  Si on voulait analyser Freddy 2, de ce point de vue, on pourrait voir en dessous cette histoire d’épouvante qu’il y a une histoire gay malgré le fait que Jesse soit un hétéro et lutte intérieurement avec lui-même parce qu’il est finalement gay (l’histoire de Freddy en lui étant une sorte d’alternative).  Les Freddy font visiblement ressortir de nombreuses questions psycho-sexuelles comme le disait dans une interview Robert Englund.

la revanche de freddy piscine

Avec cette suite on a brisé les règles établies dans Les griffes de la nuit, on n’a plus ce sentiment d’oppression, les musiques sont moins terrifiantes, on a fait d’un type abominable un tueur banal, effrayant juste parce qu’il a des griffes et un corps de grand brulé. De plus, ici, ses répliques n’ont pas la même saveur que celles du premier, il n’y a plus cette combinaison de simplicité/intelligence. Oui, il était trop tôt pour changer la donne. Il aurait mieux valu que ça arrive dans un troisième ou quatrième opus histoire de donner un nouveau souffle à la franchise si elle était amenée à plonger dans l’ennui.

 

Au final, La revanche de Freddy a beau changer son concept, c’est raté. Croque-mitaine, musiques et essence même de la franchise dénaturées, séquences d’horreur plus gore que terrifiantes et dégoutantes, histoire peu travaillée, absence d’ambiance de film policier, des idées visuelles sympathiques avec quelques références à des films cultes comme Les oiseaux d’Hitchcock, un jeu assez bon des acteurs et actrices, mais ce ne sera pas suffisant pour nous faire revivre l’expérience qu’aura été Les griffes de la nuit.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :épouvante, Horreur

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :