Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Freddy/Jason : amis ou ennemis pour la vie ?

Le duel de deux mythes ayant bouleversés le monde du cinéma d’horreur, s’affrontent parmi un groupe de petits jeunots en chaleur. Une belle occasion de relancer deux franchises qui étaient pourtant terminées. Ce crossover, faisant par ailleurs office de suite de Freddy et suite de Jason débarque. Les fans l’attendaient avec impatience. Attente récompensée ? Restait seulement à savoir de quelle manière réunir ces deux monstres sans sombrer dans le ridicule. Défi de taille.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Ronny Hyu

Genre : Epouvante, Horreur, Action

Film Américain

Durée : 1h37 environ

Interdit aux moins de 16 ans

 

freddy contre jason affiche

L’histoire

 

Les adultes du quartier d’Elm Street ont enfin trouvé la parade pour effacer de la mémoire collective l’existence de Freddy Krueger. Pour ce faire, ils ont discrètement enfermé un grand nombre d’adolescents dans un centre psychiatrique, où un service médical continue d’expérimenter sur eux l’ Hypnocil, un médicament supprimant les rêves. La méthode peu légale semble néanmoins fonctionner, le croque-mitaine n’est plus qu’un lointain passé. Pendant ce temps, en enfer, Freddy Krueger enrage de voir que la jeunesse de Springwood l’a oublié. Bien décidé à remettre les pendules à l’heure, il s’infiltre dans les rêves de Jason Voorhees, le tueur de Crystal Lake, trouve le moyen de le ressusciter et se sert de lui pour semer de nouveau la terreur à Springwood, espérant récupérer suffisamment de pouvoir grâce aux peurs des adolescents pour continuer son carnage. Mais très vite, Jason devient incontrôlable….

 

 

Casting

 

Robert Englund : Freddy Krueger

Ken Kirzinger : Jason Voorhees

Monica Keena : Lori Campbell

Jason Ritter : Will Rollins

Kelly Rowland : Kia Waterson

Katharine Isabelle : Gibb Smith

Christopher George Marquette : Charlie Linderman

Brendan Fletcher : Mark Davis

Tom Butler: Dr Campbell

Lochlyn Munro : l’adjoint Scott Stubbs

 

Répandez la nouvelle : Freddy est revenu…encore…

 

Grace au rachat de New Line Cinéma de la franchise Vendredi 13 de la Paramount en 1988, enfin, il y eu du concret concernant le projet tant attendu de cette rencontre au sommet entre Jason Voorhees et Freddy Krueger. Il aura cependant fallut attendre jusqu’aux années 2000 pour que l’idée soit réactivée. Nombreux scénaristes voulaient depuis très longtemps voir la rencontre entre ces deux icônes horrifiques des années 80. Ayant apprécié son travail sur un certain La fiancée de Chucky, les studios New Line Cinéma confient la réalisation de leur crossover à Ronny Hyu. Logiquement, Robert Englund reprend son rôle de Freddy MAIS, Kane Hodder, interprète de Jason Voorhees, sera ici remplacé par Ken Kirzinger, un cascadeur.

fred krueger flashback freddy contre jason

Avant de voir Freddy Krueger et Jason Vorhees s’affronter dans une lutte sans merci, Ronny Hyu décide de faire une rapide piqure de rappel de sorte à ce qu’un spectateur qui n’a jamais regardé les franchises de Freddy et Jason de se retrouve pas largué. D’abord on commencera par Freddy, la star de notre film, puis, par la suite, beaucoup plus tard, on contera l’histoire de ce pauvre Jason.

freddy contre jason regard de freddy

Dans un premier temps, Freddy, tel le Docteur Victor Frankenstein créant une créature afin d’obtenir une reconnaissance auprès des autres, jouera la carte de la manipulation avec Jason, ressuscité pour l’occasion.  Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’en ressuscitant le tueur au masque de hockey, il va vivre une désagréable expérience. En effet, Jason, il tue, point barre. Il n’a d’ordres à recevoir de personne sauf à la rigueur sa chère et tendre moman décédée, continuant à le hanter.  Pendant ce temps, on vous présente très brièvement le groupe de jeunes se retrouvant prit entre le retour des deux tueurs.  Nous sommes donc une énième fois reparti dans du pur slasher des eighties version moderne.

 

Ces enfants sont à moi Jason ! Alors retournes dans ta mare !

 

Que vous restez éveillés ou endormis, vous êtes en danger

 

Tous les codes narratifs des slasher sont là. Bimbos siliconées et toutes nues, des parents absents, une séance de beuverie, de la drague,  des séquences coquines, et bien entendu, comme d’habitude, des meurtres bien gore. Freddy contre Jason n’échappera pas aux stéréotypes vus et revus mais propre aux slasher américains.

freddy contre jason bimbos

Dans ce film, nos petits jeunots, vous connaissez leur personnalité, vous savez qui est qui : le dur à cuire, la bimbo, l’idiot de service, le pseudo faible et tête de turc, le héros tout beau et tout fort aidé par « son acolyte » meilleur ami, l’héroïne paumée, coincée et gourdasse, l’afro-américaine grande gueule (Kelly Rowland est-elle vraiment une Survivor ? ), les flics débiles, le popa peu compréhensif, autoritaire et cachant un lourd secret très mystérieux.

Freddy_contre_Jason face à face

Du vu et revu ? Ennui et somnolence en approche ?  C’était mal connaitre Ronny Yu exprimant une nouvelle fois son immense talent visuel. Toute la réussite de Freddy contre Jason est là. Rarement on aura vu un slasher aussi beau. Les décors, la lumière, les maquillages, les effets spéciaux, les musiques accompagnées des thèmes musicaux de Freddy et Jason sont travaillés, diversifiés, propres à l’ambiance de la franchise des deux films.

freddy vs jason

De la célèbre chaufferie d’un rouge à vous cramer les yeux au repaire brumeux et cradingue de la maison de Jason où dépassent de nombreux corps semblant tout droit sortir d’un tableau hyper morbide, des rues d’une couleur bleutée glaçante d’Elm Street au célèbre camp délabré de Crystal Lake, Freddy contre Jason hypnotise, changeant les couleurs et l’atmosphère à chaque plongeons dans l’univers de l’un des deux antagonistes.

freddy contre jason jason meurtre

Ronny Hyu s’amuse comme jamais, mettant surtout en valeur les extravagances de notre Freddy Krueger adoré qui n’a jamais était aussi énergique et fou furieux que dans ce film. Le réalisateur parvient de plus à équilibrer le rapport de force entre ces deux antagonistes. Freddy, plutôt gringalet, se sert de son monde de rêves/cauchemars pour mettre la pâtée à Jason alors que dans le monde réel, c’est l’inverse, bien que le griffu est un sacré répondant. Le colosse mort-vivant toujours aussi crispé, peu causant et chiropracteur à ses heures perdues fait face au grand brulé aux griffes d’acier très bavard, perfide et bien entendu, farceur.

freddy contre jason lori sort d'une cabane de crystal lake en feu

Les séquences d’action, jubilatoires et accompagnées de Hard rock, auront néanmoins de légers petits soucis. Pas de problèmes de caméra, les scènes seront lisibles. Le problème vient du trop plein de ralentis, d’accélérations et de zooms. Une fois ça va, plus de cinq fois ça devient rébarbatif.  Un poil décevant, pas vraiment agaçant. Le seul élément qui pourrait agacer : les réactions des protagonistes. Ca hurle trop, ça surjoue, ça exagère trop en tentant de mimer la peur, tant et si bien que parfois, on frise un peu le ridicule.  De quoi nous donner envie de vite arrivé au moment où ces têtes à claques trépasseront.

freddy contre jason maison elm street

Les scènes de meurtres quant à elles sont inventives: la scène de la rave-party interrompue par Jason en feu, le combat final digne d’un délire sortit tout droit d’un comic book horrifique. Que du bonheur. Le Vs qu’on attendait, le Vs qui fait son job et dont on ne demandait rien de plus. Un peu comme l’a fait beaucoup plus tard Alien Vs Predator. Quand on pense qu’à l’origine, un crossover Freddy/Jason/Ash puis Freddy/Jason/Chucky étaient prévus, il y a de quoi se ronger les ongles de rage.

 

Au final, le pari était risqué, et pourtant, Freddy contre Jason s’en sort avec les honneurs. Sans être exceptionnel, ce crossover respecte son concept de « Vs ». L’affrontement prendre certes du temps à arriver, il n’en demeurera pas moins jouissif à souhait, montrant l’étendue des talents de Freddy et Jason. Scénario quasi inexistant, stéréotypes et autres clichés omniprésents, ados stupides aux réactions stupides, qu’importe, c’est beau, fun, hyper gore, bourrin, parfois effrayant, morbide, original. Un slasher qui ravira aussi bien les fans de Freddy que de Jason. On a évité le nanar.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, épouvante, Films cultes et sagas à voir, Horreur

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :