Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

L’histoire sans fin 2 : La quête du courage

Suite au film L’Histoire sans fin sorti en 1984, L’histoire sans fin 2: Un nouveau chapitre, réalisé par George Trumbull Miller voit Fantasia de nouveau menacée. Après le néant, le vide. Bastien, appelé au secours par la jeune impératrice débarque à Fantasia pour tenter de la sauver. Cette suite aura fait couler beaucoup d’encre, décrite par certains comme excessivement mauvaise. Les détracteurs ont-ils cette fois raison ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par George Trumbull Miller

Genre : Fantastique, Aventure

Film Germano-Américain

Durée : 1h29 environ

 

L-histoire-sans-fin-2-un-nouveau-chapitre affiche

L’histoire

 

De nouveau confronté à des problèmes personnels, Bastien tente de trouver la solution en retournant à la bibliothèque Koreander. Sur place, l’Histoire sans fin l’appelle à nouveau à l’aide. Fantasia est de nouveau menacé mais cette fois par le vide et Xayide, une sorcière maléfique voulant s’emparer du pouvoir au prix des souvenirs de Bastien.

 

 

Suite mitigée

 

Petit, j’adorais cette suite. Moins effrayante, plus féérique, plus en concordance avec le garçon que j’étais à l’époque. Oui, pour le petit garçon de 6ans que j’étais cet épisode 1 était à la voix beau et cauchemardesque. Surtout, le Bastien de cet épisode avait ce petit quelque chose faisant que je m’identifiais à lui.

histoire sans fin 2 bastien lit un livre en faisant un sandwich

Solitude, blessures du passé ne cicatrisant pas, tension avec un père peu compatissant. Jamais je n’oublierais cette scène d’ouverture simple mais ô combien mémorable grâce à sa musique (Dreams We Dream de Tom Whitlock), et sa mise en scène intégrant notre nouvel interprète de Bastien : Jonathan Brandis, acteur à la destinée tragique. A noté que Jonathan Brandis retrouve le génial John Wesley Shipp avec qui il avait piqué un sprint dans la série culte des années 90 : The Flash. Le duo marche, bien plus mignon, tendre et décomplexé que ne l’était celui du chapitre 1.

histoire sans fin 2 bastien retrouve falkor

Les années ont passées, voila que cette suite à cruellement baissée dans mon estime. Mais elle fait partie de mon enfance, tout en possédant des qualités que L’histoire sans fin 1 n’avait pas. Plus de consistance, plus de charisme, plus attachant, plus fragile, plus touchant, moins rêveur (bien que je le sois totalement), visage angélique, yeux d’un bleu lumineux, Jonathan Brandis (Ça, Sidekick, la série Flash de 90, la série Seaquest), vole totalement la vedette à « l’effacé » Barret Olivier, le Bastien de L’histoire sans fin : chapitre 1.

histoire sans fin 2 bastien retrouve le livre de l histoire sans fin

Dans ce second opus, on change la donne, Atreyu, qui craint un max pour un guerrier des grandes plaines, passe en second rôle (ça commence mal), Bastien prend sa place, devenant le héros de notre histoire. Le réalisateur veut creuser son passé, éclairer des zones d’ombres perçues dans l’opus précédent. En tête de liste la perte de sa mère qui a laissée des séquelles, a créée des rapports houleux avec son père. Autre point, les difficultés à l’école. Après avoir été confronté à des élèves qui lui menaient la vie dure, Bastien doit surmonter une nouvelle épreuve : sa peur du vide. La piscine, activité craint par nombre de petits garçons et de petites filles à l’école. La faute à des moniteurs cruels, sévères, dépourvus d’empathie. Notre héros va devoir se surpasser, se libérer d’un poids.  Il a le courage en lui, il doit se battre pour le faire sortir.

histoire sans fin 2 bastien aux cotes de nimbly

L’Auryn, n’est visiblement plus qu’une simple amulette protégeant son détenteur. Le réalisateur de ce second opus a décidé de lui donner un pouvoir : celui d’exaucer des souhaits à volonté. Ca tombe bien, ça fait parti de notre histoire, collant en même temps aux difficultés de Bastien. Xayide, aidée de son savant nommé Triface, un humanoïde à plusieurs visages, a construit une machine s’activant à chaque fois que le jeune garçon fait un vœu. Chaque vœu lui fait perdre un souvenir précieux. Nimbly, oiseau bavard au regard de séducteur, travaillant pour Xayide, est envoyé par cette dernière pour s’assurer que Bastien fasse le plus de vœux possible. Ainsi, il oubliera la mission confiée par et la sorcière pourra prendre le pouvoir sur Fantasia. Bastien va-t-il perdre le souvenir de sa mère ?

 

As-tu déjà lu un livre deux fois ? Les livres changent, chaque fois que tu les lis.

 

L’histoire sans fin 2 : les défauts des nouveautés

 

Nous sommes toujours à nous plaindre qu’une suite n’est qu’un vulgaire copier-coller fainéant de son prédécesseur, additionné à de faibles nouveautés. Quand on se retrouve avec une suite voulant s’en émancipé, on trouve encore le moyen de se plaindre. Ici malheureusement, les plaintes sont légitimes. Cette Histoire sans fin 2 fait tout ce qu’il ne fait pas faire dans une suite, déshonorant le premier opus de la franchise. Nouveautés, évolutions, redistribution de certains rôles (Bastien et son père, Atreyu, la jeune impératrice), L’histoire sans fin 2 risque de ne pas plaire aux fans de la première heure.

histoire sans fin 2 bastien retrouve atreyu dans la nouvelle cité de fantasia

Budget en dessous du premier (normalement ça doit être l’inverse), hormis le design de La Tour d’Ivoire (château de l’impératrice), Falkor et Le mangeur de pierres, tout a été repensédans le mauvais sens du terme. Rappelez-vous, dans L’histoire sans fin, nous ne faisions escale qu’à la tour d’ivoire. Dans cette suite, nous voila découvrir pour la première fois la cité du royaume de Fantasia.  C’est là que ça commence à craindre du boudin.  On se croirait dans l’attraction It’s a small world. Trop clean, trop flashy, trop propre, ajouté au style vestimentaire carnavalesque Italien des habitants de Fantasia, ça casse le mythe.

histoire sans fin être humanoide fait de boue

Aides moi! AAAAAIIIIDEEEEES MOI….

Pourtant, à la fin de L’histoire sans fin Chapitre 1, Bastien recréait par son imagination un nouveau Fantasia, supposé plus beau que l’ancien. Mauvais gouts le jeune homme ?  C’est à ce demandé. Malheureusement le design de notre royaume féérique ne sera pas la seule douche froide de notre suite.

histoire sans fin 2 xayide et triface devant la machine à souvenirs

Doublage Français mauvais (sauf Nimbly, Bastien et son père), narration et dialogues manquant d’émotions, musiques plates de chez plates, mise en scène simpliste, effets spéciaux bas de gamme (vive les fonds verts), visuel mi-téléfilm mi-film à gros budget, on se retrouve le postérieur entre deux chaises. En effet, voila que par moments,  le design de certains personnages et décors (la main noire, le repère de la sorcière Xayide) donne la sensation de retrouver ce qui faisait le charme de L’histoire sans fin 1 alors que tout le reste est en dessous, différent de ce dernier. Confrontation entre l’univers créé par Wolfgang Petersen et celui de George Trumbull Miller?

histoire sans fin 2 atreyu artax le mangeur de pierres bastien et falkor autour d un feu

On n’en restera malheureusement pas là. L’histoire sans fin a complètement perdu de sa puissance. C’est triste. A croire que le vide a aussi touché notre film. Atreyu transformé en indien infantile d’une platitude frustrante, se servant de jouets cachés dans des œufs pour affronter les sbires de Xayide, Le mangeur de pierres, visiblement casé, affuté d’un rejeton à la tronche horrible, les musiques mélodieuses, parfois émouvantes certes mais complètement en dessous des anciennes plus épiques, les fautes de mauvais gout s’accumulent. Que dire de l’histoire dénuée de suspense et de tensions ?  Que Wolfgang Petersen nous manque.

 

N’est pas peur Bastien. Nous faisons tous partie d’une histoire sans fin. C’est vrai ? Même quand on meurt ? Oui Bastien, toujours.

 

Au final, L’histoire sans fin 2 : exemple typique d’une suite envers laquelle on ne sait pas si on doit la détester ou l’aimer un peu. Kitsch dans le mauvais sens du terme, nouveaux acteurs démoralisés (sauf Jonathan Brandis et John Wesley Shipp), histoire d’un ennui mortel, décors/costumes et bestiaire de mauvais gout, toute la force et l’émotion de L’histoire sans fin premier du nom c’est évaporée, tombée dans le néant. Néanmoins, il faut reconnaitre que ce film possède des éléments positifs comme la profondeur du personnage de Bastien et la jolie interprétation de son acteur, l’histoire de sa mère, le retour de Falkor, le repère effrayant de la sorcière Xayide, quelques musiques et répliques, la relation père/fils, le retour de Thomas Hill (Mr Koreander) et le design de l’oiseau Nimbly. Moyen de chez moyen, une suite qui n’aurait peut être dû voir le jour.

 

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Aventure, Fantastique

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :