Iron man : Ainsi naquit le MCU

Fut un temps où Marvel Studios envoyaient du lourd au cinéma. Voyez par exemple le cas d’Iron man, tout premier film de l’univers des super héros Marvel créés pour la plupart par Stan Lee. En 2008, la phase 1 d’un gigantesque univers cinématographique était lancée. Retour sur le premier opus des aventures du milliardaire Tony Stark, équivalent d’un certain Bruce Wayne, version dévergondée.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Jon Favreau

Genre : Science fiction, Action

Film Américain

Durée : 2h01 environ

 

Restez jusqu’à la fin du générique pour la toute première scène post générique.

 

iron man affiche

L’histoire

Tony Stark, playboy, milliardaire, philanthrope, séducteur et inventeur de génie, est l’héritier des usines d’armement de son père : Stark Industries. Alors qu’il est en déplacement en Afghanistan afin de présenter sa dernière création, le missile Jéricho, le voila enlevé par des terroristes. Gravement blessé lors de l’attaque, il est sauvé grâce au professeur Yinsen, scientifique le guérissant en lui greffant à la poitrine un électro-aimant placé près de son cœur et alimenté par une batterie de voiture.  Ne cédant pas aux menaces des terroristes voulant lui faire reproduire son missile, Tony fabrique, à la place et dans le plus grand secret, un réacteur miniaturisé appelé « réacteur ARK » pour remplacer la batterie de voiture, tout en montant une armure en acier truffée de gadgets.  Grâce à cette dernière, il réussit à s’enfuir et rentrer chez lui. Fortement marqué par cet enlèvement, le milliardaire décide de donner un nouveau tournant à sa vie en construisant une nouvelle armure high-tech, lui permettant d’utiliser tout son génie au service de la protection des innocents et de la justice. Tony Stark est sur le point de devenir : Iron man…

 

Il travaille sur un truc important

 

Avant de se montrer pour la toute première fois au cinéma, Iron man, peu d’élus pouvaient se vanter de le connaitre. A moins d’avoir été des années auparavant, lecteur assidu des comics Marvel ou bien grand fan des séries animées des années 90 telles que la mythique Spiderman, l’homme araignée ou bien justement Iron man, l’univers du héros, peu de gens le connaissaient. Depuis le succès des Spiderman de Sam Raimi, ça c’est bousculé chez Marvel studios. Mettant de coté les échecs critiques qu’ont été Daredevil, Ghostrider, ils se sont attardés à des personnages moins sombres, plus colorés, plus humoristiques, permettant donc d’élargir une plus grande catégorie de spectateurs.

iron-man1 tony stark en couverture de rolling stone magazine

Nous sommes en 2008, Iron man fait officiellement son entrée sur grand écran, tout en ramenant d’entre les morts l’acteur Robert Downey Jr qui connaitra un regain considérable de popularité avec ce film bouleversant à jamais le monde du cinéma. Et il le mérite. Un seul mot à retenir du film: Wouah. Une des meilleures adaptations de comics. Supérieur à Spiderman pourtant excellent, Iron man c’est tout ce qu’un fan de super héros rêvait de voir au cinéma. Moins niais que Spiderman, culottée, cette adaptation aura beau remanier quelque peu l’origin story du personnage afin qu’elle colle à notre époque, ça ne changera rien au fait que pendant 2heures, on prend réellement son pied comme jamais on ne l’a prit.

iron-man1 tony stark retenu en otage

Histoire habilement menée, introduction magistrale, première partie sombre et seconde héroïque à souhait tout en ajoutant d’une bonne manière de l’humour et de l’autodérision, Iron man tient la route et même si on pourrait peut être regretter le manque d’originalité question affrontement final, il faut l’avouer, la mise en scène, les effets spéciaux révolutionnaires, la bande son et l’interprétation des acteurs balaye largement tous les aprioris que l’on pouvait avoir sur l’univers des héros en collants.

 

Ne gâchez pas ça, ne gâchez pas votre vie.

 

La neuvième symphonie de Tony Stark

 

Robert Downey Jr, je le connaissais bien avant Iron man. Découvert dans Drôles de fantômes, feel good movie larmoyant, l’acteur avait certes une tête à claques, il était vrai, arrivait à dégager tout un tas d’émotions. Des années plus tard, après avoir laissé derrière lui ces moments sombres, le voila revenir en forme dans un film de super héros. Oubliez les interprétations de Tobey Maguire, Nicolas Cage et Ben Affleck, Robert Downey Jr est phénoménal, déborde de charisme dans le rôle de Tony Stark. Vous aimiez détester le docteur House ? Vous allez l’aimé le Tony Stark. Le playboy égoïste et insouciant dans toute sa splendeur. Ego démesuré, séducteur, cynique, ironique, immature, classe, usant de métaphores un peu dingues, Tony n’est pas un Bruce Wayne, encore moins un Clark Kent.

iron man missile jericho

Une nouvelle preuve que l’argent ne fait pas le bonheur. Il facilite la vie mais ne fait pas le bonheur. Bien que baignant dans le luxe, la vie de ce personnage est négative.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parents décédés, pas de femme, il ne peut se consoler qu’en discutant avec Pepper Potts sont assistante, Jarvis, une intelligence artificielle créée des mains du milliardaire, ces deux petits robots assistants, ou bien le lieutenant colonel James Rhodes, un homme posé et réfléchi tentant souvent de ramener à la raison son ami. Pour le moment, pas de réels problèmes d’alcoolisme propre au personnage. Juste des bribes. Oui, Tony fait parti de ses hommes noyant ses problèmes dans l’alcool.  Une première chez les super héros.

iron-man1 tony captif en afghanistan

Prise de conscience, rédemption, le tout sans tomber dans le mélodramatique, rares sont les œuvres de super héros ne se prenant pas les pieds dans le tapis. La plus belle réussite du film : l’évolution du personnage tout au long du film. Tony Stark à beau nous faire rire, il est au départ un type orgueilleux et irrespectueux .A partir de l’instant il sera kidnappé, il se rendra compte qu’il est un homme comme les autres. Son seul moyen pour rester en vie c’est de se servir de son intelligence et non de son argent.

iron-man1 creation armure iron man

Tony choisira son propre chemin, décidera de ne plus suivre la voie de son père. Il réalisera qu’il a fait de mauvaises choses et qu’il est temps de vouloir se rattraper. Il y a prise de conscience d’un marchand d’armes réalisant que ses inventions peuvent se retrouver autant chez les gentils que chez les méchants. Du coup, on critique l’industrie de l’armement. Tout ça aura pour conséquences de nous faire ressentir un véritable plaisir à suivre l’histoire de Tony Stark et sa naissance en Iron man.

 

J’ai vu des jeunes américains se faire tuer par ses mêmes armes que j’ai créées pour les défendre et les protéger.  Et j’ai vu aussi, que je faisais parti d’un système qui n’estime pas à avoir à ce justifié.

 

Première phase enclenchée

 

Jon Favreau, le réalisateur de notre film, vient du cinéma indépendant. Travailler sur un gros blockbuster, c’est donc une première pour lui. Son travaille sur des films indés aura été bénéfique pour le réalisateur, lui permettant d’avoir une meilleure approche sur l’histoire, les personnages et l’humour d’Iron man.  Entouré de gens expérimentés dans le domaine du grand spectacle, Favreau s’éclate, et nous aussi.  Favreau pense avant tout aux fans de comics, rendant un véritable hommage à l’univers d’Iron man, mettant suffisamment de références, plus communément appelées : easter eggs, destinées aux lecteurs pour les faire adhérer et qu’ils se rendent compte qu’on les a écoutés.

tony stark enfile son armure d iron man

Autre point positif : le visuel. Jamais avant 2008 on aurait pu faire un Iron man au cinéma sans tomber dans le kitsch. L’armure étant trop complexe à réaliser. Il aura fallut attendre que la technologie permette plus de possibilités aux créateurs d’effets spéciaux pour rendre crédible notre histoire. Il y a du Stan Winston derrière tout ça. Avis aux amateurs d’armures et de High tech, préparez-vous à être scotchés.  De l’interface dans l’armure d’Iron man à l’armure en elle-même, la minutie des détails sidère.

iron-man1 ok il vole
Ok…il vole.

Scènes d’action parfaitement filmées et fluides ressemblant un peu aux œuvres de Michael « boom » Bay, les scènes de vol ce passent de commentaires. Qu’il est loin le temps de Christopher Reeves. Ca y est, la phase 1 est enclenchée, ouvrant la voie à la plus grande des réunions de super héros jamais vue au cinéma.

 

A noter que la scène post générique de l’incroyable hulk est à caler entre la fin d’Iron man 1 et Iron man 2.

 

Au final, Oh oui, Jon Favreau peut se vanter de son Iron man. Il peut en être fier. Tout, absolument TOUT est alléchant.  On en prend plein la vue, on en prend plein les oreilles. Le monde de l’entreprise, les belles voitures, les maisons et les gardes robes de luxes, les gadgets et autres technologies High Tech, les militaires, de l’héroïsme pur et dur, un protagoniste évoluant considérablement, un Jeff Bridges méconnaissable, des effets spéciaux ultra détaillés, de l’humour, du glamour, des musiques au top signées Ramin Djawadi, le tout mêlé à une ambiance rock survitaminée.

 

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.