Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Tomb Raider : L’ère des girls power n’est pas terminée

Adapter un jeu vidéo en film n’a jamais été une mince à faire. Warcraft, Silent Hill, peu d’élus ont réussi à s’en sortir. Cette année, Lara Croft, aventurière armée de ses doubles flingues, coiffée de sa célèbre natte et montrant fièrement sa poitrine exagérément volumineuse, revient. Exit Angelina Jolie, exit même l’opulente poitrine, Tomb Raider version 2018 s’inspire du reboot sorti en 2013, nous présentant une Lara Croft encore jeune et inexpérimentée.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Roar Uthaug

Genre : Action, Aventure

Film Américain

Durée : 1h45 environ

 

Tomb_Raider affiche

L’histoire

 

Lara Croft, digne héritière d’une grande entreprise, a refusée de reprendre les rênes laissées par son père disparu sept ans auparavant. Vivant de petits jobs afin de payer ses études, la jeune femme va néanmoins devoir renouer avec son passé lorsqu’elle découvrira un indice montrant que son père n’est peut être pas décédé. N’écoutant que son courage, Lara, aidée de Lu Ren, un pilote de bateau de pêche, met le cap sur l’ile perdue de Yamatai, située au large des cotes du Japon.

 

La naissance d’une aventurière

 

Ryan Stone, Rey, Jyn Erso, Wonder Woman, Lorraine Broughton, bientôt Captain Marvel, le cinéma américain n’a décidément pas envie de se séparer de cette nouvelle révolution cinématographique : mettre en tête d’affiche d’un blockbuster, une femme.  Les féministes peuvent dormir sur leur deux oreilles, nos héroïnes ne serviront pas de second couteau pour les hommes, on les transforme véritablement en héroïnes, prouvant à tous qu’une femme ça peut être autre chose qu’un simple corps de rêve destiné uniquement à calmer les pulsions sexuelles des mâles à l’écran et devant l’écran. Ca peut aussi botter des popotins ! Cette année, la plus grande de toutes les héroïnes ayant bouleversé le monde du jeu vidéo dans les années 90 revient, flambant neuve : Lara Croft.

lara croft tomb raider 2013

2013 aura marqué les esprits dans le monde du jeu vidéo. Après les dernières désastreuses aventures de Lara Croft dans Tomb Raider (qui a parlé de L’ange des ténèbres ?), voila notre héroïne subir un lifting de choix. Gardant les éléments importants de son univers datant quand même de 1996, Tomb Raider, version 2013, nous faisait incarner une jeune Lara âgée de 21 ans, dépourvue de tous ses artifices superficiels ne faisant d’elle qu’une femme objet, et devant survivre sur une ile suite à un naufrage. Se nourrir en chassant des animaux sauvages, se construire des armes, se faire un feu pour se réchauffer, notre nouveau Tomb Raider proposait autre chose qu’une banale chasse aux trésors avec scènes de shoot et pirouettes. Plus réaliste, Lara en prenait sévèrement pour son grade, le tout, agrémenté d’émotion, ainsi que d’une bonne dose d’empathie envers l’héroïne en devenir.

tomb raider 2013

Restait à savoir si sur grand écran, l’âme du reboot vidéoludique allait de nouveau se montrer. En vue du désastre qu’avait été Assassin’s Creed, il y avait de quoi avoir peur. Nouveau reboot cinématographique, on a prit de grandes distances par rapport aux deux films Tomb Raider mettant en vedette Angelina Jolie. Les deux films s’inspirant des anciens jeux. Le reboot ciné de Tomb Raider, tout comme le reboot du jeu, délaisse l’aspect super héroïque avec une héroïne sûre d’elle, sexy et indestructible, pour un personnage plus fragile, pas encore archéologue et qui devra, au fur et à mesure de son aventure, apprendre à s’adapter, prendre confiance.

tomb-raider 2013 lara croft cachée

Ce qui faisait la force de ce jeu : une Lara jeune, fragile, effacée mais intelligente, prenant de l’assurance et du courage à mesure de l’avancement de son aventure. Peu de pirouettes, beaucoup de sprint, de sauts, une héroïne poursuivit par un chat noir avec des éléments du décor se jouant d’elle, en bref, un Uncharted en puissance mais version féminine.  Séparée de ses amis, Lara, livrée à elle-même, luttait contre sa propre survie sur une ile peu accueillante, infestée d’hommes armés.

tomb raider 2013 affrontement

Oui, Tomb Raider mettait en avant l’aspect survie. La mise en scène, spectaculaire, impressionnante, nous faisant ressentir la détresse de Lara (des blessures en veux-tu en voila, des petits cris de douleurs et autres hurlements presque sexy). Tout comme elle, nous apprenions à nous endurcir, prendre de la force en améliorant nos compétences, pouvant par la suite réussir avec moins de difficultés à dégommer des ennemis féroces.

 

Ne jamais renoncer

 

Tomb Raider m’avait ému, Tomb Raider m’avait charmé, me réconciliant avec l’univers, me réconciliant avec son héroïne, me faisant éprouver une forte empathie. Après Last of us, j’étais servi. Le film allait-il me faire retrouver ce qui m’avait tant touché ? Premier constat : le choix d’Alicia Vikander en tant que Lara Croft. Vu sa prestance, son jeu authentiquement sincère, son visage adorable, cette silhouette de jeune femme fragile, on ne pouvait pas rêver mieux pour coller à la nouvelle Lara. Comme pour Ex-Machina, Alicia s’en sort à merveille, a donnée de sa personne, de sa motivation en s’entrainant durement pour le rôle.

lara-croft-reboot-alicia-vikander arc

A l’écran, les scènes d’action la mettant en scène marchent du tonnerre, tout comme les versions plus posées, et d’autres dramatiques. Hélas, ce film, bien que gardant des éléments du jeu, a voulut s’en émanciper. Et là, ça fait mal. Première erreur impardonnable : avoir supprimé tous les amis et collègues avec qui Lara partait en expédition (j’y ai pourtant cru jusqu’au bout, surtout en découvrant l’amie de Lara). Comme compagnon, Lara n’aura dans notre film, qu’un asiatique ayant lui aussi perdu son père. L’intérêt du reboot du jeu était de mettre en retrait Lara pour, par la suite, en faire devenir une véritable aventurière brave. Là, la puissance du personnage et du film en prendront un coup.

lara-croft-reboot-alicia-vikander entreprise croft

Lara a beau être inexpérimentée en matière de combat en corps à corps (cf ses cours de MMA), elle ne fait pas assez fille fragile et effacée.  Le pire c’est qu’il lui arrive, comme ça, sans raisons, de ne pas tenir sa langue dans sa poche. Sans doute  veut elle nous faire un clin d’œil à Angelina Jolie en balançant parfois des petites punchlines un brin agaçantes et déjà entendues. A croire qu’on veut sauter les étapes.  Le film étant sans l’ombre d’un doute conçut pour les non initiés, il ne faudra pas s’attendre à ce que ça commence de la même manière que le jeu. On veut vous présenter en détails  le quotidien de Lara Croft. Qui elle est, d’où elle vient, les épreuves qu’elle a traversée et pourquoi elle en est là.

lara-croft-reboot-alicia-vikander lara et son pere lors d un flashback

Notre premier acte tirera donc en longueurs, dressant un portrait de Lara à coup de quelques flashbacks parsemés correctement afin de nous montrer la relation profonde entre la jeune fille et son père, le tout, servis par moment de scènes dynamiques histoire de vous montrer que Lara, c’est une femme énergique! Au début de notre film, nous découvrons donc Lara, tentant de s’endurcir en prenant des cours de boxe.

tomb-raider-alicia-vikander lu ren

Refusant de toucher l’héritage légué par son père car incapable d’imaginer le décès de ce dernier, la jeune femme, sans le sous, travaille comme livreuse à vélo de produits thaïlandais, tout en continuant ses études.  L’élément déclenchant notre aventure sera bien entendu : la disparition de Richard Croft et un signe montrant qu’il est peut être vivant. Au bout d’une bonne vingtaine de minutes, Lara part pour un périple aux coté d’un marin Hongkongais, dont le père était comme par le plus grand des hasards, le compagnon de route du père de Lara.

 

L’histoire d’une fille qui cherchait son chemin

 

Oubliez le coté survival hardcore du jeu, Tomb Raider a une autre ambition. En ligne de mire, les petites filles et adolescentes, juste histoire de leur faire voir pour une fois une héroïne, une vraie, pouvant les inspirer. Tomb Raider ne mettra pas de cotés pour autant les fans du jeu, truffant son film de références à l’univers.  Le célèbre piolet, l’arc, le manoir Croft et ses petites cachettes secrètes, la scène en parachute, les sauts gigantesques, les effondrements de décors, on retrouve ce qui a fait le succès du jeu.

tomb-raider-alicia-vikander saut d'un bateau

Coté musiques, si on met de coté les deux morceaux de rap urbain qui n’ont pas leur place dans le film, c’est un délice. Rythmées, angoissantes, dramatiques voir tragiques, héroïques, le compositeur Junkie XL, comme à son habitude, a fait un travail remarquable qui restera dans les annales. Enfin…si vous ne faites qu’écouter les musiques à part, sur le CD de la bande originale. Dans le film, c’est un carnage. A causes des scènes d’action peu inspirées, les titres musicaux sont mal utilisés, n’ont pas l’impact qu’on espérait et qui leur rendrait justice.  D’ailleurs, en parlant des scènes d’action, toutes les meilleures scènes sont dans la bande annonce.

tomb-raider-alicia-vikander lara sur l ile de yamati

La Warner, après avoir déconnée avec le Dc Univers, déconne aussi avec Tomb Raider et cette idée de vouloir proposer le film aux spectateurs plus jeunes. Résultat des courses, le film se retrouve piégé, incapable de nous offrir l’aspect survie, réaliste et violent de la version jeu vidéo. Ca sent la censure à plein nez lors des mises à morts et des blessures de Lara, notre cœur de fan saigne.

 

Priez pour survivre au visage d’Himiko

 

Heureusement, Tomb Raider, bien qu’ayant quelques libertés, respecte le matériau de base. Enigmes, pièges, squelettes, araignées, tombeau, carcasse d’avion, tout y est. Pourtant, on sent les barrières dressées de toute part. Impossible d’aller loin dans l’acheminement de l’histoire, le film ne prend aucun risques, expédie vite ses énigmes, n’arrive pas à aller loin dans ses scènes jusqu’à, en plein milieu du film, nous faire plonger dans l’ennui.  Comble de la bêtise pour un film censé être un Indiana Jones sauce féminin : mettre de coté l’aspect historique lié à Himiko, reine japonaise dont l’antagoniste de notre histoire cherche à mettre la main sur ses restes et un objet très spécial.  On a bien compris que le plus de ce premier film était la transformation de Lara de jeune fille à femme, mais quand même !

tomb-raider-alicia-vikander sur la carcasse d un avion

Pas d’ambiance basculant dans le glauque et surnaturel, pas cette sensation de danger angoissant. Roar Uthaug, à la place, il nous offre un film très beau oui, mais linéaire, presque posé. Vu et revu, même le méchant interprété par le génial Walton Goggins n’arrive pas à nous faire frémir. Dommage de l’avoir laissé si en retrait, tout comme le personnage de Lu Ren, véritable bouche trou alors que l’acteur est très bon. Quant à Kristin Scott Thomas, elle part aussi vite qu’elle est arrivée. Pour cette dernière, on se doute que son personnage gagnera en importance dans la suite. Ceux qui ont joué à un certain Rise of Tomb Raider savent de quoi je veux parler… . Petit prix de consolation, on appréciera le caméo de Nick Frost en préteur sur gage, réussissant sans problèmes à nous faire rire.

 

Au final, on a évité l’énième adaptation vidéoludique foiré et on est encore une fois très heureux de voir une femme en tête d’affiche. Seulement, Tomb Raider déçoit tristement alors qu’il avait tout pour être meilleur. Manque d’émotions, manque d’empathie vis-à-vis de Lara, absence du coté survie, censure handicapante, résolutions des énigmes trop rapidement expédiées, une ile manquant de vie (ils sont où les animaux ?!), on arrivera néanmoins à stresser par moments et avoir des frissons en entendant ses excellentes musiques. Pour les fans du jeu, ça reste décevant. Quant aux autres, il y a moyen que ça plaise. C’est bien meilleur qu’un certain Assassin’s creed, on est loin de la mauvaise adaptation mais on reste sur notre faim. Quant à la scène finale, elle ouvre bien entendu sur une hypothétique suite. Reste à savoir si on l’aura cette suite qui s’annonce mouvementé et peut être bien meilleure que cette première aventure manquant de peps.

 

 

 

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Aventure, jeux vidéo

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :