Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

L’arme fatale : Naissance d’un duo légendaire

Naissance de la Bad Ass Attitude, constitution d’un duo mythique, punchlines aiguisées, séquences de fusillades et cascades d’anthologie, deux flics au caractère opposé finissant par s’apprécier et devenir les meilleurs amis du monde, Richard Donner ne se doutait pas qu’avec son buddy movie, il allait révolutionner un genre. L’arme Fatale, sorti un été de 1987, voyait ce jour Mel Gibson et Danny Glover, exploser l’écran dans un film inoubliable, le premier d’une quadrilogie culte.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Richard Donner

Genre : Comédie, Action, Policier

Film Américain

Durée : 1h52 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

L'arme fatale affiche

L’histoire

 

Roger Murtaugh, policier vivant dans un quartier calme et tranquille avec sa petite famille, voit ses 50 ans sabotés lorsqu’en plus d’apprendre que ces supérieurs l’ont flanqué d’un nouveau coéquipier enragé et suicidaire, la fille d’un vieil ami avec qui il a combattu au Viet Nam, a été retrouvée défenestrée. Lors de son enquête, Roger découvrira que les circonstances de la mort de la jeune femme sont louches. Très vite, lui et Martin, son équipier, découvrent l’existence d’un trafic d’héroïne monté par une bande d’anciens soldats comme eux.

 

Il a passé l’âge de ces conneries

 

Il a influencé bon nombres de buddy movies comme Tango et Cash, Le dernier samaritain, Bad Boys, Rush Hour. Dernièrement, cette quadrilogie a eu droit à sa version série télé d’une excellente qualité. Si tu es un cinéphile averti, L’arme Fatale fait obligatoirement partie de ta dvdthèque. Sinon, c’est que t’es pas un vrai! De l’enfance à l’adolescence en passant par l’âge adulte, Mel Gibson et Danny Glover m’auront accompagné dans mon évolution. Jamais je n’oublierai ces week end à regarder leurs aventures en K7 vidéo, je garderai toujours en mémoire l’année 1998 où je voyais mon duo préféré enfin sur grand écran dans un quatrième épisode les voyant affronter Jet Li en personne. Mais avant de parler de L’arme Fatale 4, commençons par le commencement : L’arme fatale 1.

l-arme-fatale-martin-et-roger-au-stand-de-tirs-ConvertImage

Ce qui fait la force de cette série de films, ce ne sont pas que ces scènes d’action, ces punchlines et l’interprétation de ces acteurs, c’est surtout le travail sur ce duo. Deux bons flics que tout oppose et qui finalement, vont se compléter. L’un allant jusqu’à redonner l’envie de vivre à l’autre s’apercevant qu’il n’est plus seul, qu’il a une nouvelle famille qui l’aime.

l-arme-fatale-martin-nu-dans-son-lit-cigarette--la-bouche-ConvertImage

Mel Gibson, après son rôle de Max Rockatansky, plonge dans un autre de ses rôles cultes: Martin Riggs. Gueule d’ange avec ses yeux d’un bleu éclatant, physique athlétique sans utilisation de substances illicites, célèbre coupe du mulet négligée, notre flic des stup’ incarne l’arme fatale. Veuf tout récemment, seule l’adrénaline lui procurant son travail le maintient en vie alors que nous le découvrons seul avec son chien dans son mobile-home installé sur une plage de Los Angeles. Instable, faisant fuir tout le monde, Riggs opère en solo, liquide un sniper retranché dans une école, zigouille une bande de trafiquants de came dans une pépinière. Au réveil, nu comme un ver, son petit déj, c’est une bière. Il porte des santiags aux pieds, un jean dégueu, une clope continuellement collée au bec. L’air insolent, tête brulée, fine gâchette, doué en arts martiaux, poursuivant les méchants à pieds en mode fou furieux, Martin Riggs, c’est le membre fondateur de la bad ass attitude.

l-arme-fatale-Roger-fetant-son-anniversaire-dans-son-bain-ConvertImage

Face à notre personnage : Roger Murtaugh, interprété par Danny Glover, tout le contraire de Riggs. Travaillant dans la brigade des Mœurs, vêtu d’un costume, portant fièrement sa petite moustache bien taillée, notre ancien du Viet Nam est un père de famille exemplaire. Peut être un peu trop acariâtre et pantouflard. Une femme aimant mais pas très bonne en cuisine, trois gamins, voila qu’on le contraint le jour de ces 50 ans de faire équipe avec Riggs. De quoi le terrifier en voyant l’état psychologique de ce dernier. Qu’importe, notre duo, bien que connaissant au début beaucoup de bas et de tensions, va évoluer, apprendre à se connaitre, voir au delà des apparences. Roger a des valeurs forçant l’admiration et même s’il a ce coté très strict vis à vis de ses enfants, force est de constaté qu’il a l’âme généreuse.

 

– La vérité, c’est que Dieu me déteste.

– Hé ben, fais comme moi. Rends-lui la monnaie.

 

Pendant ce temps, le général fait un méchoui avec ses couilles sur Hollywood Boulevard

 

Martin et Roger, portant l’indicatif 3-William-56 vont tant bien que mal apprendre à s’accepter mutuellement et coopérer en enquêtant sur cette affaire de trafic d’héroïne. Face à eux, des méchants très méchants avec une vraie gueule de méchants des eighties. Le Général McAllister, et bien sur Monsieur Joshua, l’albinos à la tête à claques joué par un Gary Busey au sommet de son art. Oui, la confrontation avec Mel Gibson sera jouissive à souhait.

Le scénario de L’arme fatale est riche. Non seulement on arrive à nous offrir une enquête palpitante, comportant son lot de rebondissements, mais en plus, on arrive à y mêler la vie privée de nos deux policiers. L’alliance comédie, drame et polar est sublime. Quant à la bande originale signée Michael Kamen, elle sera tout aussi culte, dans l’ambiance de L’arme Fatale. Du saxo, de la guitare électrique, on jongle entre blues et mélodies policières des années 80. Culte. L’arme fatale, on ne peut pas passer à coté de ses punchlines bien cinglantes forçant à nous faire rire aux éclats. Puis le culot de Riggs, le caractère coincé de Roger, on adore.

l-arme-fatale-martin-et-roger-dans-une-piscine-ConvertImage

En voyant ces deux scènes puissantes montrant Riggs se retrouvant seul chez lui et se mettant un pistolet dans la bouche pour en finir avec sa vie, ou celle où son partenaire lui colle son arme sur la tempe pour voir jusqu’où son partenaire est pret à aller dans ses délires suicidaires, vous montrent à quel point l’interprétation de Mel Gibson est magistrale. Là, on comprend aussi le caractère tragique de ce film censé être une comédie policière.

 

– T’as déjà rencontré des gens que tu n’as pas tué ?

– Et bien… je t’ai pas encore tué que je sache.

 

Au final, ce premier opus force l’admiration et le respect. Présentation exceptionnelle du duo, mélange habile d’action, drame, comédie et enquête policière, mise en scène criante de génie, dialogues finement écrits, les 1h50 passent à une vitesse faramineuse. Mel Gibson et Danny Glover au sommet de leur art. Attendez de voir ce qui vous attend par la suite !

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Comédie, Films cultes et sagas à voir, Mel Gibson, Policier

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :