Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

L’arme fatale 3 : Les rues seront encore plus sûres quelques années

Riggs et Murtaugh transférés à la circulation, Léo Getz de retour en blond décoloré, trafic d’armes, ripou, courses poursuites et gun fight en folie, explosions et scènes de destructions à gogo, nouveau flirt et future « âme sœur » pour Riggs, humour au top, bande originale culte, Richard Donner et toute la bande de L’arme Fatale revient pour un troisième round. L’arme fatale 3 va-t-il frappé aussi fort que ces prédécesseurs ou s’essouffler ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Richard Donner

Genre : Action, Policier, Comédie

Film Américain

Durée : 1h55 environ

A noter que ce film propose une scène post générique

 

l_arme_fatale_3_affiche

L’histoire

 

A la suite d’une imprudence, à une semaine de la retraite, Roger Murtaugh, toujours accompagné de son coéquipier Martin Riggs, se voit rétrogradé au rang de simple flic. Mêlés malgré eux dans une sombre affaire de trafic d’armes lors d’une arrestation musclée d’un faux convoyeur de fonds, Riggs et Murtaugh, se voyant finalement réintégrés en tant que sergents, font équipe avec Lorna Cole de L’IGS, la police des polices, afin d’empêcher Jack Travis , un flic ripou, de propager dans les rues de L.A des armes chargées de balles perforantes issues des stocks de la police.

 

Lorna Cole, le reflet de Martin Riggs

 

Troisième opus et toujours rien à reprocher à la franchise L’arme fatale. Non seulement cet épisode se paye le luxe d’être encore plus drôle et spectaculaire que ces homologues, mais en plus, il se permet de continuer à faire évoluer ses personnages, en particulier Riggs, plus entêté et hargneux que jamais. Il n’y a pas de raison que ce ne soit que Roger qui est droit à une belle vie. Plus aucune trace de pensées suicidaire pour notre veuf. Après avoir offert une nouvelle famille à notre pauvre Martin, voila qu’on se décide enfin de lui faire l’un des plus beaux cadeaux : une nouvelle femme. Et celle là, pas question qu’on la zigouille comme la précédente.

l'arme fatale 3 lorna cole rechargeant son pistolet

Lorna Cole, jouée par René Russo, s’intégrant sans problèmes aux codes propres à la franchise, elle est autoritaire et, ô surprise, lors d’une scène musclée, elle est casse-cou, elle est bad ass. En gros, Richard Donner offre avec Lorna, une femme à l’image de ce qu’est Martin. Les deux se sont finalement bien trouvés malgré une rencontre tendue puis des débuts houleux. Voila qu’en faisant un concours de cicatrices, les deux font tomber les masques. La digne représentation de ce qu’est l’âme sœur.

 

Un jour normal, je te défoncerais la gueule… C’est un jour normal !

 

Un troisième opus faisant aussi bien que les deux premiers

 

L’arme fatale 3, bien que comportant un peu moins d’action que ces deux homologues, compte bien nous offrir un cocktail détonnant. Les scènes mémorables sont multiplieront, les répliques fuseront comme des balles de mitraillettes. Pas le temps de s’ennuyer. Riggs et Murtaugh collés à la circulation après avoir coupé le mauvais fil d’un explosif, Murtaugh, à 8 jours de la retraite, séduit malgré lui par la charmante Dolores, une véritable cascadeuse automobile,  Martin, qui a troqué ces clopes pour des biscuits pour chien et amadoue un Rottweiler pas commode, une  poursuite de malade à moto, le tournage d’un film qui tourne mal, vous vouliez de la scène culte, vous aurez de la scène culte.

l'arme fatale 3 riggs et murtaugh échappent à l'explosion d'un batiment

Dans ce troisième opus, contrairement à d’autres franchises échouant lamentablement, L’arme fatale surprend en refusant de se reposer sur ces succès. Interdiction de copier-coller les deux premiers épisodes. Arriver à faire aussi bien que les autres films, proposer de la nouveauté, retrouver des éléments propres au charme du film original sans jamais faire surgir la saturation, et en finir par vous dégouter d’une franchise, peu d’élus peuvent s’en vanter. On continue son petit bout de chemin, on veut faire évoluer nos deux héros, et puis profiter de la popularité de notre nouveau personnage Léo Getz, pour élargir la touche humoristique de notre film.

l'arme fatale 3 leo getz

Après avoir été comptable, Léo, adoptant un nouveau look, est devenu agent immobilier. Richard Donner, de par nos deux héros flingueurs, il va malmener notre pauvre Léo pour notre plus grand plaisir. Ce ne sera pas le seul qui n’en prendra pas plein la figure.

l'arme fatale 3 murtaugh et riggs de nouveau en uniforme de flic

Roger est celui qui en bavera le plus. Ca change. Ridiculisé entre autre, à cause de sa gaine pour homme, puis profondément blessé après avoir accidentellement tué un jeune garçon, Richard Donner va réussir à passer du comique au drame larmoyant. Que dire de cette séquence poignante entre Riggs et Murtaugh ? Que dire de cette réplique illustrant parfaitement l’âme de notre duo mythique ?  Plus que 8 jours à Roger avant d’enfin savourer sa retraite, superbe astuce pour en jouer, s’amuser à lui faire passer les pires derniers jours de sa carrière de policier. Et si finalement notre futur retraité ne prenait pas sa retraite ?

 

Nous sommes partenaires, nous sommes une équipe. Ce qui t’arrives à toi, ça arrive à moi. Après toutes les merdes qu’on a vécut ensemble tu comprends pas ?! Tu comprends pas ?! Quand tu prends ta retraite c’est pas toi que tu retires du coup. C’est pas toi, c’est nous mon vieux.

 

La franchise qui ne s’usait pas avec le temps

 

De par son film, Donner utilise comme il faut Los Angeles, mettant en évidence l’insécurité et la violence dans les rues, ses jeunes adolescents paumés faisant de mauvais choix. Visuellement, ce troisième épisode nous régale. Techniquement, années 90 obligent, on a bien évolué. Les scènes de fusillades, courses poursuites (dont une culte séquence à moto) sont magnifiquement orchestrées, cascades, et, nouveauté, ajout par moments d’effets de ralentis jamais abusés, toujours bien gérés.  On n’oublie pas la famille de Roger et famille de cœur de Martin qui ici, auront une plus forte présence contrairement à l’épisode 2.

l'arme fatale 3 riggs sur une moto de police

Pour moi, le plan le plus bad ass de la franchise.

Bien entendu, la bande originale, toujours jazzy, inclura ici deux tubes retenant toute notre attention. Le premier « It’s probably me de Sting et Eric Clapton », illustrant notre générique d’ouverture, le second, Runaway Train d’Elton John et Clapton, clôturant notre film.

 

Je peux pas flinguer un chien, un mec j’veux bien mais pas un chien.

 

Au final, Richard Donner et son Arme fatale 3, continu de ne pas nous prendre pour des buses. Relations tendues, évolution et inversement des rôles de nos deux héros, humour décapant, scènes d’action monstrueuses, musiques somptueuses, bad guy convaincant, enquête captivante, complicité authentique entre les acteurs/actrices,  coups de gueule, folies, bad ass attitude, même intensité, même ambiance, même ingéniosité que les 2 premiers films, pour plus d’1h50 de divertissement pur.  Ouf, on n’a pas frôlé la chatastrophe…

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Comédie, Films cultes et sagas à voir, Mel Gibson, Policier

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :