Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Les bronzés : Quand il fera « bip bip » vous devrez faire « meuh »…

Adapté d’une pièce de théâtre, Amour, Coquillages et Crustacés, parodie des clubs de vacances, ce film, écrit et interprété par la troupe du Splendid, réalisé par Patrice Leconte, vous le connaissez tous, vous avez dû le voir au moins une fois dans votre vie : Les bronzés. Au fil des années, il est devenu un classique du cinéma français, iconique dans le monde du septième art. Pourtant, subsiste encore quelques personnes n’ayant pas encore sautées le pas…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Patrice Leconte

Genre : Comédie

Film Français

Durée : 1h32 environ

 

Les bronzés affiche

L’histoire

 

Des vacanciers débarquent en Cote d’Ivoire dans un club branché, bien décidés à profiter un maximum de la semaine de vacances s’offrant à eux.

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à Ganaswinda

 

A l’approche des vacances d’été, il y a des incontournables à voir ou à revoir pour se détendre et pour se marrer. Américains ou Français, vieux ou films récents, il y a l’embarra du choix. Seulement,  quelques uns sortent du lot. Parmi eux, Les bronzés. Cette comédie signée Patrice Leconte, dont on ne compte plus le nombre de fois où elle a été diffusée à la télé. Les répliques, les scènes, on connait tout par cœur, on a notre ou nos petits préférés et on a beau avoir vu et revu le film, les fous rires s’accumulent toujours autant. Pourquoi vous, allergiques aux comédies frenchy devez choisir cette œuvre ?

Dans notre film, vous suivrez les péripéties du nouveau groupe de vacanciers. Mariés, fiancés, célibataires, chacun vient se reposer, voir du pays, ou qui sait, trouver l’âme sœur. Des amitiés, des couples se formeront, d’autres perdureront, d’autres se briseront. En gros, une colonie de vacances pour adultes avec ces amourettes. Mais il ne sera pas que question de parties de coït (pour reprendre les mots de Sheldon Cooper), il y aura aussi de nombreuses activités là pour amener des situations cocasses et autres gags délirants.

Visite et découverte de la culture africaine, animation, bronzette, compétition de natation, body painting (ça te plais hein VICIEUX !), cours de karaté où on l’on vous enseignera le célèbre « coup de pied circulaire », course de pirogues, dégustation de cocktails, vous allez avoir de quoi faire. Le camp de vacances, comme si vous y étiez.

 

– Mais ta gueule Rascasse !

– Mais cool hein on est en vacances hein relax !

– Je t’emmerde le Belge, je t’emmerde !

 

Pas de planning, pas de planning

 

Pour accueillir notre nouvelle troupe, deux organisateurs: Popeye, le beau gosse, prof de sport et gros dragueur portant des slips kangourou toujours impeccables, et Momo, gentil petit plaisantin en charge des spectacles. Juste après être descendus de leur autocar, réussi à retrouver leur valise sous une pluie battante, puis passé une bonne nuit de repos dans leur case portant des noms de fruits de mer, de fruits ou d’animaux, le séjour démarre. Huit jours, c’est la durée du séjour de notre groupe. Chacun et chacune profitera au maximum. Plage, buffet à volonté, piscine, animations et bien entendu: des femmes et des hommes en maillot. Dans notre groupe, vous ferez la connaissance de :

 

  • Bernard, le ronchon de service à la voix d’hystérique, venu rejoindre sa femme Nathalie sur place depuis une semaine qui, d’emblée, lui avouera son infidélité,
  • Jérôme, médecin portant des slips de bain très court laissant quelques poils dépassés, très mauvais négociateur de tam-tam africain, là pour satisfaire sa soif de sport et conquérir le cœur de jolies jeunes femmes,
  • Jean Claude Duss, maladroit, timide, complexé, notre pauvre Jean-Claude peinera à trouver la femme de sa vie. Physique peu avantageux, calvitie, fragile à tout, hypocondriaque, notre pro de l’harmonica parviendra-t-il à conclure?
  • Gigi, jeune femme naïve désirant oublier ses peines de cœur,
  • Christiane, bobo parisienne, vieille-fille, esthéticienne de métier, souhaitant rencontrer l’âme sœur,
  • Et Gilbert, un vacancier toujours en colère et asocial.

 

Plaisanteries, blagues lourdingues, beauferie, nudité à la française, les péripéties abondent grâce à ces multiples personnages au caractère et la personnalité leur étant propre. Au passage, vous apprendrez les signes démentiels du club résumant assez bien le séjour. Contrôle surprise en fin de film ! Une chose est sûre, Patrice Leconte et les acteurs de la troupe du Splendid méritent des louanges.

les bronzés les specialités locales

Leurs réactions, leurs peines de cœurs, leurs joies, ça couche, ça passe d’une femme à une autre juste pour passer du bon temps, nous assistons à ce qui fait le charme des vacances organisées et ce qui fait les avantages et les inconvénients d’être un être humain. Parsemé d’aventures en tout genre, le cadre de la Cote d’Ivoire ne sera pas dépaysant, pire, on prend un réel plaisir à le visiter. C’est qu’on aurait presque envie d’y aller.

les bronzés cours de karaté

Tout comme sa pièce de théâtre, Les bronzés c’est de la pure parodie des clubs de vacances. Notre réalisateur veut créer de l’humour au travers de son vécut et pour l’avoir vécut, je peux dire qu’on est pas du tout loin de la vérité. Les fêtards, les gros beaufs, les coincés, chacun sera mis en valeur, chacun s’amusera et nous amusera à sa manière. Pendant ce temps, le gros Lenny tentera à maintes et maintes reprises de tenir sur ses skis nautiques.

 

Azur ! Nos bêtes sont bondées d’un cri. Je m’éveille songeant aux fruits noirs de la nube dans leurs cupulles véruqueuses et tronquées.

– Et tu te mets toujours les fesses à l’air pour citer Saint John-Perse ?

– Ca aide ouai.

 

Au final, Les bronzés, une comédie culte remplie de joie et de fous rires, servie par Thierry Lhermitte, Dominique Lavanant, Marie-Anne Chazel, Gérard Jugnot, Christian Clavier, Michel Blanc et Josiane Balasko, impeccables comme le slip de Popeye, une musique et mise en scène au top, pour un film qui donne diablement envie de partir en vacances au soleil. Oui, avant les années 2000, les comédies françaises, c’était que du bon. Et ce n’est que le début…

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Comédie, Films cultes et sagas à voir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :