Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Demain ne meurt jamais : Quand James Bond faisait des chinoiseries avec Michelle Yeoh

Deux après avoir vu la machine James Bond relancée, Martin Campbell cède sa place à Roger Spottiswoode. Pierce Brosnan a réussit à se décoincer des cuisses de Famke Janssen et fait face à un magnat de la presse voulant créer un climat de guerre entre l’Occident et la Chine. Deux jolies James Bond girl et question gadgets, un Q faisant encore des merveilles. De quoi nous faire passer encore deux petites heures de spectacle et espionnage à la britannique.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Roger Spottiswoode

Genre : Action, Espionnage

Film Américain et Britannique

Durée : 1h54 environ

Film dédié à Albert R. Broccoli, producteur des seize premiers James Bond

 

Demain_ne_meurt_jamais affiche

L’histoire

 

Dans cette nouvelle mission, James Bond doit localiser l’épave du Devonshire, navire de la Royal Navy, perdu dans les eaux territoriales chinoises. Par ailleurs, il devra retrouver le coupable ayant acheté au marché noir un encodeur GPS afin de détourner des navires, coulé le Devonshire et assassiné les survivants. Et si l’un des responsables était Elliott Carver, dirigeant de l’empire médiatique du Carver Media Group Network ? Quoiqu’il en coute,  James Bond va devoir empêcher une guerre entre la Chine et les Britanniques.

 

 

 

James Bond et sa BMW….télécommandée !

 

Le mal aimé de la franchise, et pourtant, quand on voit la suite du film, Le monde ne suffit pas, on peut s’interroger. 007 a encore de beaux jours devant lui. Après l’abyssal Goldeneye, l’espion préféré de sa majesté la reine d’Angleterre, toujours interprété par le classe et bad ass Pierce Brosnan nous revenant en bonne forme. Le mec arrive à être cool même quand il court. Changement d’ambiance, de luminosité et de ton, beaucoup plus de scènes d’action et autre spectacle James Bondesque version moderne, la sexy Teri Hatcher et l’énigmatique Michelle Yeoh en James Bond Girls, une critique des médias furtive, un assistant digne d’un Van Damme, pour un peu moins de 2heures de fun. Rien que la scène d’ouverture sur l’aérodrome enneigé où Bond gâche le shopping de terroristes, évitant au passage une explosion nucléaire, nous donne le ton.

Demain ne meurt jamais james bond au siège du CMGN, qui fête l'inauguration de son réseau satellitaire

A tous les fans de castagnes et cascades chinoises, à tous les fervents admirateurs de scènes d’action à la John Woo, et ceux qui aiment les petits pics d’humour placés à bon escient, vous devez voir ce film. Question répliques et scènes mémorables, Demain ne meurt jamais ne fait pas les choses à moitié.  L’élégance des décors, la mise en valeur de la couleur bleue dans certaines scènes importantes, les costumes ainsi que les gadgets, on en a pour notre argent. Q continue de faire des merveilles. Les gadgets de Goldeneye, c’est dépassé, maintenant, on a des portables faisant scanner, taser et télécommande de voiture avec caméra intégrée, une montre de la marque Oméga équipée d’un détonateur, et SURTOUT, on a une BMW contrôlée à distance.

james bond bmw telecommandee

Inclus dans le pack: caméras à l’avant et à l’arrière, GPS, mitrailleuses, pneus increvables, diffuseur de gaz lacrymogène, coffre à empreinte digitale, alarme à décharge électrique, lance roquettes sur toit ouvrant, vitres pare-balles, le tout, accompagné d’une voix féminine pour la sécurité. De quoi dissuader tout type de voleur tentant de mettre la main sur ce petit bijou.

demain ne meurt jamais elliott carver

Le travail sur la photographie (surtout la mise en valeur du Vietnam), les scènes d’action filmées intelligemment (cf la séquence de course poursuite à moto), Goldeneye, de ce coté, il peut aller au coin. Surtout, ce James Bond se démarque de ces prédécesseurs en voyant son héros avoir droit à une coéquipière asiatique, donnant un petit coté buddy movie au film. Le duo marche. Brosnan c’est les flingues et les poings, Yeoh, sorte de Catwoman des services secrets, c’est la castagne et autres acrobaties chinoises. Le pied pour les fans de kung fu.

demain-ne-meurt-jamais-moto james bond et way lin

A la bande originale, alors que la chanteuse Sheryl Crow s’occupe du thème original de ce deuxième film de l’ère Brosnan, c’est David Arnold qui se met aux platines, changeant totalement de registre si on compare sa musique à celle d’Eric Serra dans Goldeneye. Là, notre compositeur revient à l’âme de ce qui faisait le succès des James Bond: le symphonique.

 

On publie n’importe quoi ces temps-ci.

 

Au final, bien écrit, bien interprété, bien rythmé, bien filmé, Demain ne meurt jamais, un des meilleurs James Bond de l’ère Brosnan. Restera quelques défauts: le méchant charismatique mais pas vraiment menaçant physiquement bien que possédant un bateau furtif ultra armé, ces petites séquences en pseudo ralenti était plus moches que cool, et cette fin prévisible et romancée n’ayant pas lieu d’être. Pour le reste, un sans fautes. Du pur spectacle jubilatoire donnant presque envie d’être nous aussi agent secret. James Bond reviendra…

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, espionnage, Films cultes et sagas à voir

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :