Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

American Nightmare 4, Les origines : Après la trilogie, la prélogie ?

Bien avant qu’Ethan Hawke, sa femme Lena Headey et leurs deux enfants ne soient face à une armée de jeunes bourgeois voulant verser du sang, bien avant que Franck bad ass Grillo nous la joue Punisher avant de devenir le garde du corps personnel de la futur présidente, American Nightmare 4 : Les origines, allait nous raconter comme tout avait commencé. Naissance de la purge, première purge, cet été, on va purger, encore…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Gerard McMurray

Genre: Epouvante, horreur, thriller

Film Américain Durée: 1h38 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

American nightmare 4 les origines affiche

L’histoire

 

Aux Etats Unis, l’administration des Nouveaux Pères fondateurs tente une expérience visant à évacuation la violence. C’est à Staten Island à New York que sera le terrain de l’expérimentation de la première nuit de purge. Voyant, au bout de quelques heures, que cette expérience n’obtient pas le but escompté, le gouvernement envoie une troupe de mercenaires pour provoquer le bain de sang programmé. Pendant ce temps, Nya, une jeune femme s’étant regroupée avec d’autres personnes dans une église afin d’être en sureté, se retrouve obligée de sortir dehors pour sauver la vie de son jeune frère.

 

 

 

Cet été, on re-purge

 

Les American Nightmare, franchise pour calmer votre colère, terrifiante et surprenante. Peu de franchises du genre horrifique peuvent se vanter de faire aussi bien si ce n’est mieux que leur premier opus. Alors qu’American Nightmare 1 laissait sur notre faim avec une exploitation limitée de son concept, les deux autres suites créaient la surprise, exploiter là le concept à merveilles. American Nightmare 4 allait-il en faire de même ? Souvenez-vous, American Nightmare 3 : Elections concluait la trilogie en beauté. Puis, quelques semaines après la sorties, des premières informations tombaient, annonçant que la franchise allait être adaptée au format série.

american nightmare 4 les origines le nffa lance la premiere purge

Surprise en apprenant l’année dernière que pour le moment, pas de série, mais une autre suite qui n’en est pas vraiment une. On évite de prendre le spectateur pour un idiot et au lieu de trouver un moyen pour que la purge perdure ou évolue, on va revenir à sa naissance. Comment tout à débuté ? Comment la résistance anti-purge c’est-elle formée ? Partant de là, American Nightmare les origines, revient sur le commencement.  Gerard McMurray succédant à James DeMonaco, allait-il, tout comme son prédécesseur, réussir à faire monter la pression tout en apportant un message important au monde entier? Une fois encore, la surprise sera au rendez-vous.

 

Purge ? Mot intéressant.

 

Pour l’Amérique ou nouvelle manœuvre politique ?

 

En un peu plus d’une heure trente, le réalisateur va avoir le temps de développer les origines du concept de la purge, développer ses personnages, tout en enchainant les séquences d’une violence folle. Tout comme les trois autres films, il est difficile d’imaginer une seule seconde que le gouvernement a réussi à faire passer une loi légalisant le temps d’une journée, le meurtre, le vol, viols et autres crimes horribles.  Pourtant, James DeMonaco a imaginé que dans un futur proche, et avec l’ère Trump, que ça pourrait arriver. De quoi glacer le sang de certains. Mais comment tout a commencé ? Qui a eu cette idée complètement dingue ?

american nightmare 4 les origines un participant de la purge equipe de lentilles fluos

American Nightmare nous plonge donc quelques années plus tôt, à l’époque où la purge n’était encore qu’à l’état d’expérience visant à calmer la colère et la haine de certains futurs criminels de New York. Parce que oui, dans ce nouvel opus, l’expérience n’a lieu qu’à Staten Island, soit l’un des cinq arrondissements de la ville de New York. Mais comment réussir à convaincre les gens de participer à une expérience où ils sont susceptibles d’y laisser la vie ? On va les rémunérer.

american nightmare 4 les origines skeletor se la jouant freddy krueger

Skeletor, l’antagoniste de notre film, se la jouant Freddy Krueger.

Vous avez le choix. Rester enfermer chez vous et attendre que l’expérience ce termine, ou vagabonder dans les rues à faire ce que vous voulez. Sachant que tuer rapporte gros. Les participants, équipés de lentilles permettant de filmer leur action, seront suivis de très prêt par des drones et des psychologues.  Très vite, l’étude montre que quand il est question d’argent ou d’abandon de règles punies par la loi, l’humain est capable de très vite abandonner ses principes moraux.

Après la trilogie, la prélogie ? Le principe a beau quelque peu changer, le cheminement de l’histoire, lui, ne change pas. Excepté ses scènes se déroulant dans le building du NFFA et ses entretiens psychologiques dont le but est d’inciter les habitants de Staten Island à participer à l’expérience moyennant finances, tout ressemble pratiquement aux autres épisodes. Le début présentant l’enjeu de l’histoire, les personnages principaux et antagonistes, le commencement de la toute première purge un peu plus « timide » que les autres (pour être plus malsaine et hard par la suite), puis pour finir, un dernier quart d’heure bien bad ass et défoulant. Pour ce qui est du casting et de la distribution des rôles, ce quatrième opus tient ses promesses, livrant  son lot de personnages principaux originaux :

 

  • Nya, jeune femme s’occupant de son frère Isaiah, jeune homme paumé,
  • Dimitri, chef de gang pas si méchant que ça et aussi charismatique qu’un Wesley Snipes ou dernièrement, Chadwick Boseman, qui se permettra meme en dernière partie de film de se la jouer John McClane dans Piège de cristal (les pompes en plus !),
  • Luisa et sa jeune fille,
  • Et Dolores, la cinquantaine bien tassée, gentille mais un peu trop grande bouche.

Quant aux antagonistes toujours bien décorés avec leurs petites guirlandes, un sort du sac. Dents pourries, scarifications sur le corps et le visage, il répond au doux nom de Skeletor.

american nightmare 4 dimitri se la joue john mcclane

Comme vous pouvez le voir, depuis Get Out et Black Panther, la blacksploitation fait son retour au cinéma. American Nightmare 4 va donc plonger le spectateur dans cette nouvelle ère. Cette fois, ce sont les noirs les gentils et les blancs les méchants. Plus que jamais, on critiquera les décisions radicales et barbares dont les membres du gouvernement prennent pour s’occuper de la pauvreté et du chômage.  American Nightmare continue son petit bout de chemin, prouvant qu’il est plus qu’une franchise déversant sa déferlante d’hémoglobine pour défouler les tordus. Dans American nightmare, il est bien question de nous amener à réfléchir sur notre propre nature.

 

Au final, American Nightmare 4 : Les origines, est aussi réussi, efficace et glaçant que ces prédécesseurs, bien qu’il subsistera quelques problèmes de cadrage, de caméra tremblotante, ainsi que des clichés et autres stéréotypes classiques (film de black égal rap). Violent, flippant, effarant, injuste et émouvant, le message sur le racisme, la perversité de l’humain vis à vis de l’argent, la critique des politiciens et le déferlement de violence de ce film en font plus qu’une simple œuvre dont le but est d’apaiser la soif de sang des plus sadiques.  Si vous voyez ce soir un ou des types portant des lentilles bleues fluos…courez !

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :épouvante, Films cultes et sagas à voir, Horreur, Thriller

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :