Equalizer 2 : Robert McCall is back

Il adore le thé et les vieux bouquins, secrètement, il lutte contre l’injustice, défendant les opprimés, transformant la vie de leurs assaillants en cauchemar, utilisant sur eux n’importe quel objet en arme. En 2014, Antoine Fuqua retrouvait Denzel Washington, transformant ce dernier en héros rédempteur dans Equalizer, film tiré de la série télévisée du même nom. Robert McCall vous manquait ? Bonne nouvelle, il revient cet été dans Equalizer 2.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Antoine Fuqua

Genre : Thriller, Action

Film Américain

Durée : 2heures environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

Equalizer 2 affiche

L’histoire

 

Cette fois, Robert McCall, on l’a bien énervé. Quelqu’un a osé assassiner la seule amie qu’il lui restait: Susan. Alors que cette dernière enquêtait sur la mort d’un agent dormant de la CIA vivant heureux avec femme et enfant à Bruxelles, voila que cette dernière a été inscrite sur la liste d’un groupe de mercenaires voulant effacer les preuves de leur passage.  Alors que Robert mène l’enquête, ses anciens démons refont surface…

 

 

 

Un second opus refusant la redite

 

Violent, bad ass, émouvant, magnifique, puissant, défoulant, un bad guy flippant, Equalizer, pur vigilante movie, ne manquait pas de panache, tout comme un certain John Wick, bien que différent sur bien des points. Bourré de tocs, gardant toujours son sang froid, solide, cool, Robert McCall revient, et bon sang ce que ça fait du bien de le revoir. Sitôt Equalizer 1 terminé, l’envie de retrouver très vite notre justicier se faisait ressentir. Fort de son succès critique et commercial, Antoine Fuqua décidait de nous offrir une nouvelle dose d’Equalizer.

equalizer 2 cassage de doigts
Quand Robert t’incite à abandonner Star Trek pour te mettre à Star Wars…

Comme le film est tiré d’une série, autant lancer une franchise. Bien que l’excitation soit à son maximum, demeurait néanmoins cette appréhension depuis la déception Jack Reacher, Never Go back. Qui plus est en découvrant l’affiche française ignoble d’Equalizer 2 (vous aurez remarqué que je me suis permis de prendre l’affiche US). Cette suite allait-elle être aussi intense esthétiquement, dialogualement, et musicalement parlant que le premier?

Equalizer 2 robert mccall devenu chauffeur de taxi regarde dans son retroviseur
Exit l’employé de magasin de bricolage, Robert est devenu chauffeur de taxi.

On ne va pas faire durer le suspense plus longtemps, Equalizer 2 est très bon mais « un poil » mon puissant qu’Equalizer 1. Différent sur bien des points comparé à son homologue, mais très bon. Alors que l’on retrouve avec grand plaisir des têtes connues du premier opus comme Bill Pulman (bien plus présent que dans Equalizer 1), Melissa Leo, et bien entendu Denzel Washington, Equalizer 2 refuse de se répéter, se voulant différent de son prédécesseur. L’ambiance, le cheminement de l’histoire, le lieu de l’intrigue, les personnages et interactions avec notre héros, c’est un tout nouveau chapitre ne se reposant pas sur ses acquis, proposant plusieurs sous intrigues en plus de l’intrigue principale tournant autour du meurtre de Susan.

Equalizer 2 robert mccall seul chez lui

Explorant un peu plus la vie passée tragique de Robert, ce deuxième épisode utile, se concentre sur l’évolution de son personnage et tous les bienfaits qu’il offre gratuitement à ses connaissances. Toujours solitaire malgré sa sociabilité, sans réelles attaches, il cependant temps pour Robert d’aller de l’avant et faire la paix avec son passé.

Equalizer 2 robert mccall aux cotés de susan

Veiller les uns sur les autres, s’entraider, respecter son prochain et l’environnement dans lequel on évolue, toujours demeurer juste, telles sont les valeurs humaines importantes que Robert veut inculquer aux bons gars et mauvais gars. Il vous donne toujours une chance. Gaffe à ne pas la gâcher sinon, couic. D’ailleurs, après le meurtre à coup de tire bouchon, Robert se sert d’une carte de crédit.

 

On doit tous payer pour nos fautes.

 

La vraie vie de Robert McCall

 

Plus axé drame et thriller que pur film vigilante movie déversant son lot d’hémoglobine et de punchlines rendant gloire au charisme d’un Denzel Washington toujours en grande forme,  n’imaginez pas pour autant qu’Equalizer 2 vous frustrera, allant jusqu’à vous faire bailler aux corneilles pendant ces 2 petites heures. De la punchline bien piquante, des petits discours philosophiques mémorables, des scènes de shoot, des combats bien violents, en somme, tout ce qui faisait le charme d’Equalizer 1, vous le retrouverez.

equalizer 2 robert et miles

Exit Chloe Moretz, le nouveau protégé de Robert, c’est  Miles (interprété par l’acteur Ashton Sanders qui aura marqué le cinéma dans le film Moonlight), jeune artiste ayant de mauvaises fréquentations et dont Robert tentera de remettre sur le droit chemin.

Equalizer 2 robert mccall arme à la main

La philosophie McCall continue son petit bout de chemin. Sans pour autant jouer le type moralisateur, Robert se veut juste, solidaire et généreux. Equalizer 2 continuera de mettre en avant les actes désintéressés de cet homme voulant aider les plus démunis. Que vous ayez des problèmes avec quelqu’un d’hostile, des problèmes administratifs, des problèmes de confiance en vous, il est toujours là, n’attends que votre appel. Des justiciers comme ça, on n’en a plus beaucoup. De quoi vous encourager à vous précipiter en salle.

 

Hey Mr McCall ? Vous êtes qui au juste ?

 

Au final, après avoir sauvé les autres, Robert va devoir se sauver lui même. Ainsi donc est l’une des forces d’Equalizer 2. Sous ses faux airs de séries B sortant maintenant en DTV, Antoine Fuqua va plus loin que le vigilante movie défoulant, proposant quelque chose de plus émouvant, psychologique et philosophie. Au passage, on remerciera le compositeur Harry Gregson-Williams, toujours inspiré, nous faisant retrouver le thème musical propre à McCall. Cependant, trois bémols : son bad guy manquant de consistance, son final se déroulant dans un cadre différent et original, mais manquant de l’intensité du final d’Equalizer 1, et la touche esthétique moins marquante que ne l’avait été le premier. On ne peut pas être parfait à tous les coups.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.