Sans un bruit : Restez en vie, ne faites pas un bruit 

L’horreur n’a pas besoin de son pour vous terrifier. Bienvenue dans un autre univers, bienvenue dans « Sans un bruit ». Au cours de l’aventure que vous vivrez, nous ne serions que trop vous conseiller de rester tranquille jusqu’à la fin. Gloussement, chuchotements, ricanements, éternuements, toussotements, respirations fortes, et autres bruits de flatulences sont à bannir. Ne l’oubliez pas, la survie de votre groupe est en jeu.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par John Krasinski

Genre : Epouvante, Horreur, Drame

Film Américain

Durée : 1h30 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

Sans un bruit affiche

L’histoire

 

En 2020, la Terre a été envahie par des créatures aveugles sensibles aux bruits. Le peu d’humains ayant survécus les premiers jours ont dû apprendre à vivre dans le plus grand silence. Le moindre son pouvant leur être fatal. C’est le cas de la famille Abbott qui, ayant perdu leur plus jeune fils à cause d’une erreur d’inattention, redoublent désormais de prudence avec leurs deux autres enfants. Dans ce nouveau monde où toutes les règles ont changées, comment éduquer ces enfants alors le moindre bruit et la plus petite erreur peuvent êtres lourds de conséquences ?

 

 

Le saviez-vous?

 

Au départ, Sans un bruit devant appartenir à l’univers étendu de la franchise Cloverfield.

 

Le pire des cauchemars pour les parents

 

Rêve pour les enfants, cauchemar pour les parents, le silence c’est la vie, le bruit, c’est la mort. Pleurs, cris de disputes, planché qui craque, objet qui tombe, s’en est finit pour vous. En voila du film d’épouvante original ! Les scénaristes ne finiront jamais par manquer d’imagination. Dans » Sans un bruit », accompagné d’Emily Blunt et sa petite famille, nous voila évoluer en plein monde post apo où l’on évite de marcher en chaussures et traçons notre chemin avec du sable pour retrouver notre maison. De jour comme de nuit, des créatures peu sympathiques rodent un peu partout. Aveugles, indestructibles, elles sont cependant sensibles aux bruits.

sans un bruit le famille abbott rentre chez elle

Pour éviter de finir becter ou découpé en morceaux, nos protagonistes communiqueront par le langage des signes. La majorité des dialogues seront donc sous titrés. Concept original, accentué logiquement à une ambiance archi pesante du début jusqu’à la fin, mieux vaut avoir les nerfs solides. Bien entendu, par moments, on ne pourra s’empêcher d’esquisser un petit rire, imaginant les erreurs stupides que pourraient faire nos héros. Qui dans la salle n’a pas imaginé qu’un de nos héros se fasse repérer à cause d’un bruit de pet ?

sans un bruit mr abott demande le silence

Axé uniquement sur la famille Abbott, les cinquante premières minutes de Sans un bruit nous montrent comment une famille américaine lambda se débrouillerait dans ce monde. Rien ne sera laissé au hasard. Manque de chance, la famille Abbott collectionne les malheurs. Entre la mère enceinte, un des deux fils insouciant, la fille ainée sourde collectionnant les bourdes, notre groupe part avec un sérieux handicap. Alors que papa tente d’établir un contact avec les villes voisines (New York étant confiné), tout en cherchant désespérément un point faible pour zigouiller les créatures, maman joue la mère au foyer et prépare minutieusement l’arrivée du petit dernier dans ce nouveau monde cauchemardesque. Quelle idée de faire un gosse !

Sans un bruit evelyn abbott tenant en joue avec son fusil une créature sous les yeux apeurés de sa fille

Sans un bruit, bien qu’un poil classique, se démarque pourtant des autres films du genre grâce à son style et le fait qu’on ne sache rien du monde dans lequel nous évoluons (juste que nous sommes en 2020). Que c’est il passé ? Qui sont ces créatures et d’où viennent-elles ? Cette manière de filmer (les vues en angle plongé), ce jeu du silence et des bruits, ce petit coté Last Of Us avec ces créatures ressemblant aux célèbres Claqueurs. Alors oui, beaucoup diront que Sans un bruit déverse un peu trop dans le sentimental et quelques clichés qu’on pensait pourtant loin derrière nous : la mère qui joue la bonne, le papa jouant le male alpha s’occupant d’endurcir le plus grand de ces fils, la fille rejetée, etc. Néanmoins, on évite de basculer dans la niaiserie et ce, grâce au rythme du film.  Comme à son habitude, Emily Blunt, d’une justesse impressionnante, sublime le casting, tout comme l’adorable Millicent Simmonds, véritable actrice sourde muette à suivre de très très près.

 

On sert à quoi si on ne peut pas les protéger ?

 

Au final, un concept intéressant, des acteurs très bons ne surjouant jamais, des créatures peu envahissantes et terrifiantes, une ambiance pesante à vous en faire ronger les ongles, la beauté de la photographie, un visuel réussi grâce à des jeux de lumières, cadrages bien foutus, bien qu’un poil longuet pendant une bonne cinquante de minutes, Sans un bruit parvient à fasciner et nous offrir un bon moment de frayeur. Beaucoup de questions sans réponses, une durée beaucoup trop courte, on restera frustré que l’idée n’aille pas plus loin. Peut être dans une suite ? En vu de la fin inattendue du film, on s’en doutait bien et c’est tant mieux !

Publicités

Un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.