Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

The Predator : Nouveau Contaaaaaaaaaaaaaaaact

Longtemps que nous, predatormaniac attendions le retour au cinéma de la race alien la plus terrifiantement cool de la fin des années 80. Etaient-ils venus en 1987 et 1997 simplement pour nous chasser et nous collecter comme des trophées?  Vous attendiez des réponses à ces questions?  Shane Black, autrefois Rick Hawkins dans Predator 1, enfile sa casquette de réalisateur et vous donne enfin la réponse. Nous avons un nouveau contact…

 

Fiche technique

 

Réalisé par Shane Black

Genre : Science fiction, Action, Horreur

Film Américain

Durée : 1h47 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

The predator affiche

L’histoire

 

Dans l’espace, un vaisseau Predator est prit en chasse par un de ses congénères. Lourdement endommagé, ce dernier s’écrase sur Terre et tombe par malchance juste à coté d’un sniper, McKenna, s’apprêtant à achever sa dernière mission de sauvetage. Un combat fait rage, McKenna réussi par chance à s’en sortir et récupère l’équipement de son adversaire, l’envoie à son domicile pour le mettre en sureté jusqu’à ce que malheureusement, son fils, Rory, ne tombe dessus. Arrêté par la CIA, McKenna, ayant été en contact avec un alien est déclaré mentalement fou puis enfermé avec d’autres ex-soldats dérangés pour être envoyé à l’asile. Alors que le Predator récupéré sur les lieux du crash de son vaisseau s’enfuit du laboratoire scientifique, le fils de McKenna active accidentellement un traqueur et attire l’attention d’un Super Predator se dirigeant à son tour vers notre planète.

 

Chourer l’équipement d’un Predator, c’est faire une croix sur sa vie

 

Chez les Predator, on a un code d’honneur, on a des règles. Gare à celui qui ne les respectera pas, gare à celui qui trahira l’un des siens. Et si nous nous étions trompés sur les intentions de cette race alien ? Et si, tout comme dans Alien Vs Predator, ils pouvaient devenir nos alliés ?

the-predator autopsie

Huit ans après le carnage qu’a été Predators, la 20th Century Fox redonne une nouvelle chance au predateur ultime. Shane Black, bien connu des fans pour être Hawkins, le mercenaire à casquette, aux grosses lunettes et aux blagues ne faisant pas rire notre pauvre Billy Sole, troque tout son attirail pour passer derrière la caméra et réaliser un nouveau Predator. Faites abstraction de Predators, The Predator est la vraie suite de Predator 2. Il faut bien se l’avouer, la première photo officielle de ce nouveau film n’augurait rien de bon. L’on était bien loin du casting viril et bodybuildé de Predator 1. Puis vint quelques mois plus tard la première bande annonce balayant nos préjugés. En serait-il de même pour l’intégralité du film ?

the predator le predator soulevant mckenna

Heureusement pour nous, on a évité le syndrome Alien Covenant. Shane Black, il ne dénaturera pas la franchise, il s’y connait en Predator, d’autant plus qu’il a participé en première ligne au premier film. L’ambiance, les éléments propres aux personnages et à l’univers, ça n’a pas de secrets pour lui, contrairement à Nimrod Antal, réalisateur de Predators. Shane Black, pour ce nouveau film, ne manque ni d’idées, ni d’ambitions. Il s’y connait aussi en réalisation.

the predator le predator face au super predator

Iron man 3, L’arme Fatale, Kiss Kiss Bang Bang, The Nice Guy, il nous a prouvé maintes et maintes fois son talent de réalisateur. Là, pas de buddy movie, de la science fiction, de l’action et de l’horreur. Pour The Predator, on retrouve son style alliant ambiance années 80, blagues old school, folie, réflexion, émotion et attachement. Qui aurait cru qu’on s’attacherait aux héros de ce film ? Qui plus est, qui aurait cru qu’on s’attache à des protagonistes fêlés ?

 

  • Quinn McKenna (Boyd Holbrook), notre héros, bad ass, sarcastique et tête brulée,
  • Nebraska (Trevante Rhodes), sorte de Dillon version suicidaire et intimidant,
  • Coyle (Keengan-Michael Key), toujours en train de se marrer et de faire des blagues pourries, tout en ne se séparant jamais de son pote Baxley,
  • Baxley (Thomas Jane), atteint du syndrome Gilles de La Tourette,
  • Lynch (Alfie Allen), peu loquasse,
  • Nettles (Augusto Aguilera), catholique pro fin du monde.

 

A leur cotés ce joint le Dr Brackett, scientifique interprétée par la sexy Olivia Munn qui, en plus d’être intello, en a dans le pantalon et surtout Rory Mckenna, le fils de Quinn. L’originalité de cet enfant vient du fait qu’il est atteint d’autisme. Sans se moquer de cette maladie, sans parodier le personnage, sans en faire un élément perturbateur, Shane Black fait de ce jeune garçon un personnage intelligent, impliqué dans l’intrigue après avoir involontairement activé un signal attirant un Super Predator sur Terre.  De ce coté, c’est raté, la grosse bêbête étant créé en CGI, ça se remarque, faisant tâche à certains moments du film.

the predator equipe des felés

A noter la participation de Jake Busey (Starship Troopers) qui n’est autre que le fils de Gary Busey, bien connu pour son rôle de Peter Keyes dans Predator 2.  Pour finir, n’oublions pas l’antagoniste humain de notre histoire, Traeger, un agent de la CIA prêt à tout pour mettre la main sur la technologie Predator, ainsi que le vaisseau écrasé sur Terre. Sterling K.Brown, que beaucoup connaissent pour son rôle de Randall dans This is us, montre que même dans un rôle de pourri, il gère comme un pro. Quant à Boyd Holbrook, il n’a pas le charisme d’un Dutch Shaefer, mais il gère suffisamment pour donner envie de suivre ses péripéties.

 

T’as fait les poches à la chose ?!

 

Pour la mise en scène, du pur Predator dans la tradition. Le film a beau se dérouler souvent de nuit, les scènes seront lisibles, contrairement à Alien Vs Predator Requiem et leur panne d’électricité. Interdit aux moins de 12 ans, 17 aux states, Shane Black prend un malin plaisir à faire couler le sang, mettant en avant la puissance des Predators et leurs gadgets High-tech. Décapitations, éviscérations, dépeçage à l’arrache, tranchage de main/de bras, empalement, le réalisateur profite du statut R-Rated de son film pour offrir de superbes séquences horrifiques lisibles et bien jouissives. A l’heure où nous avons de plus en plus de films du genre, adoucis pour convenir à un public plus large, le défouloir, le plaisir de voir un film de science fiction horrifique à l’ancienne, fait plaisir à voir. Quant au final se soldant par un joli twist, il donne sacrément envie de voir la suite.

 

Whoopy Goldberg vous connaissez ? C’est un alien Whoopy Goldberg.

 

Au final, scénario se suivant avec grand plaisir, personnages principaux et secondaires charmants, bande son hommage au travail d’Alan Silvestri, ambiance mi-horrifique, mi-militaire avec ces soldats bien machos, multiples scènes sanglantes, humour noir bien dosé et bien écrit, punchlines comme on aime, jolie réflexion sur l’autisme et l’évolution humaine, références à la franchise Predator et aux monde du cinéma, retour des tambours tribaux, ambiance années 80, émouvant, brutal, nerveux, cinglé et défoulant, justice a enfin été rendue pour nos aliens à l’équipement High-Tech ultra cool. Cette fois, la 20th Century fox ne c’est pas loupée, fan de la franchise Predator, vous pouvez respirer, The Predator mérite amplement sa place aux cotés de Predator premier du nom.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Films cultes et sagas à voir, Horreur, Science Fiction

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :