Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Destination Finale 3 : T’aimais les parcs d’attractions ? Tu vas vite déchanter avec ce film

Après son absence dans Destination Finale 2, James Wong is back. Dans Destination Finale 3, la mort pose ses valises dans une fête foraine, endroit dont les adolescents raffolent. De la bimbo écervelée, des intellos, du sportif, le relou, les gothiques, on a de tout, et la faucheuse, elle va prendre un malin plaisir à emporter tout ce petit monde avec elle. Quant à nous, nous allons une nouvelle fois nous délecter des morts plus originales et illogiques les unes des autres.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par James Wong

Genre: Fantastique, Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée: 1h32 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

Destination finale 3 affiche

L’histoire

 

C’est la fin de l’année scolaire. Pour fêter ça, Wendy et ses amis ont décidé de se retrouver dans une fête foraine.  Seulement, lorsque Wendy a un mauvais pressentiment en montant dans un grand huit, elle ne se doute pas que sa vie et celles des autres va prendre un tournant dramatique. Descendue avec certains suite à sa crise de panique, Wendy assiste horrifiée à la mort de quelques un de ses camarades. Le rendez vous avec la mort a été manqué pour eux, ce n’est que partie remise. Le destin rattrape quelques semaines plus tard les survivants alors que Wendy elle, comprend que sur les photos prises lors de la soirée tragique, il y a certains indices indiquant la prochaine victime. Il va falloir trouver un moyen de les sauver coute que coute.

 

 

Les parcs d’attractions désormais tu éviteras

 

Les films d’horreur pour ados vous aimez? Le bon petit série B fun et sans prises de tête aussi? Allez-y sans craintes. Grace à son esthétisme soigné faisant honneur aux fêtes foraines vues de nuit, son humour noir comme la crête de Mister T, ses meurtres sanglants à souhait (cf la culte scène des UV bien traumatisante), ses bons petits effets spéciaux, son coté tragique, ce teenage horror movie comme on l’aime, remplit le cahier des charges et tant pis si parfois ça sonne un air de déjà vu scénaristiquement parlant.

destination finale 3 wendy pas très chaude à l'idée de faire un tour de grand huit

Mourir vieux, mourir demain, on ne sait pas quand on va mourir mais dans les Destination Finale, nos héros, eux, ils peuvent plus ou moins le savoir et se battent à chaque fois pour survivre.  Sauf que la mort, c’est toujours elle qui a le dernier mot. Le pitch de départ des Destination Finale, il est certes déclinable à l’infini, le plaisir reste le même d’épisodes en épisodes grâce à l’imagination débordante des scénaristes.destination finale 3 pas de sortie passé le tourniquet

Si avec Destination Finale 3, vous, petits sadiques raffolant de morts originales, n’y trouvez pas votre compte, là, difficile de voir ce qui pourrait vraiment vous satisfaire. Alors oui, objectivement, reconnaissons que l’intrigue, moins forte que les deux premiers films n’avantage pas notre film, MAIS, les morts elles, font l’effet inverse. Troisième opus, retour de cette bonne vieille bande originale faite de musiques morbides et angoissantes, nouvelles avancées techniques, la mort, on la voit arriver, on a plein d’indices et cette fois, ce sont des photos qui nous donnent un aperçu de ce qu’il va advenir à nos nouvelles victimes.

destination finale 3 enterrement

Malgré son petit budget comparé aux deux films précédents, Destination finale 3 ne s’arrêtera pas une seule seconde. Après le crash aérien et le carambolage sur une autoroute, c’est dans une fête foraine qu’un nouveau carnage va avoir lieu. La mort s’abat cette fois sur tout un groupe de lycéens. Autant vous dire que James Wong, il va prendre un malin plaisir à transformer un grand huit en instrument de mort.

 

T’as plus de chances de crever en venant ici avec ta bagnole que dans un de ces wagonnets.

 

Le vol diabolique est un voyage sans retour

 

Comme l’aéroport dans Destination Finale 1, et les autoroutes dans le 2, tout ce qui est fêtes foraines, parcs d’attractions, grouillent de signes d’accidents à vous glacer le sang. Le point de départ, c’est le grand huit, célèbre attraction que tu ne sens pas du tout en voyant de l’extérieur l’état des rails. La suite ne sera qu’une succession d’accidents domestiques et fautes d’inattention incluant tout un tas d’éléments que nous utilisons au moins une fois dans notre vie. Et là, rebonjour madame Parano qui nous avait sévèrement manquée depuis Destination Finale 2.

destination finale 3 grand huit

Les séances d’Uv, les séances de musculation, le magasin de bricolage, le métro, James Wong, faut pas chercher à comprendre, il veut nous rendre acariâtre et casanier.  On se marre, on continue de se dire qu’on aurait pu s’en sortir contrairement à ces jeunes crétins se remettant un peu trop rapidement de la mort de leurs potes, on prie pour que notre nouvelle héroïne s’en sorte parce qu’elle est attendrissante et qu’elle en a déjà assez bavée pour le peu de vie quelle a vécue.

destination finale 3 wendu ensanglantée hurlant de peur

Mary Elizabeth Winstead (Die Hard 4, 10 Cloverfield lane), elle était talentueuse à l’époque, tout comme maintenant. Dans les scènes dramatiques, ça sent l’authenticité. Petite anecdote, pendant le tournage, la jeune actrice c’était créée une compilation de chansons tristes histoire de bien faire sortir les larmes. Jolie technique, ça marche !

 

Vous pouvez toujours courir, vous ne m’échapperez pas.

 

Au final, gore, jouissif, fun comme dans un parc d’attractions la mort en moins, Destination Finale 3, dès sa scène d’ouverture vous en met plein les mirettes jusqu’à son final changeant le dénouement habituel de la franchise.  La recette continue de marcher, le concept continue d’être poussé, l’intrigue fascine, et même si quelques personnages stéréotypés peuvent gêner la vision du film, la très bonne Mary Elizabeth Winstead, nouvelle héroïne de notre film remonte la barre. Destination Finale 3 m’a divertit en me proposant des morts spectaculaires et réactions en chaine délirantes prouvant que le chat noir qui maudit votre vie, il existe, j’ai eu ma petite dose de stress et de montée d’adrénaline comme si j’étais sur les lieux du carnage, le contrat, pour ma part, il est remplit.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :épouvante, Fantastique, Films cultes et sagas à voir, Horreur

1 réponse »

Rétroliens

  1. Destination Finale 4 : Maintenant les courses automobiles, faut éviter aussi – Le Cinéma de Mister J

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :