Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Bienvenue à Marwen : La création est-elle la clé de la guérison ?

Il y en a qui s’enfoncent dans l’alcool, d’autres dans la drogue. Lui, il a choisit de créer pour guérir. Après le mix acteurs réels et personnages de cartoon, Robert Zemeckis joue les John Lasseter en utilisant la motion capture pour donner vie à des figurines en plastique. La magie Zemeckis est-elle enfin de retour ? Laissez libre cours à votre imagination, suivez le chemin de Mark Hogancamp vers sa guérison. Bienvenue à Marwen.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Robert Zemeckis

Genre : Drame, Biopic, Aventure

Film Américain

Durée : 2heures environ

 

Si vous voulez admirer le travail du VRAI Mark Hogancamp, c’est par ici que ça se passe

 

 

Bienvenue à marwen affiche

L’histoire

 

Amnésique, diminué par le traumatisme qu’il a subit suite à une terrible agression qui aurait pu lui couter la vie, Mark Hogancamp, artiste n’arrivant plus à dessiner, se renferme dans un monde imaginaire qu’il a créé avec des figurines dans son jardin.  Parmi ces figurines, son sosie plastique, le héros dont il projette ses traits, le Capitaine Hogie, pilote d’avion intrépide s’étant écrasé en Belgique pendant la seconde guerre mondiale. Aux prises avec les nazis, il sera sauvé par de belles guerrières habitant dans un petit village : Marwen. Installé avec ces dernières le protégeant, Hogie devra continuellement repousser les attaques des soldats Allemands revenant constamment à la vie.  Découvrez l’histoire vraie d’un homme qui se servit de sa créativité pour guérir…

 

 

Portrait d’un nouveau rêveur

 

Qu’est ce que ça fait du bien de retrouver le Zemeckis d’antan mettant sur le devant de la scène. Il nous a même livré un beau cadeau, un petit hommage à la fois drôle et touchant du chouchou des fans de SF…Retour vers le futur !

bienvenue à marwen mark photographiant ses figurines dans une jeep

Inspiré d’une histoire vraie, celle de Mark Hogancamp, photographe dont l’art fut de créer à partir de maquettes et de poupées de collection, Bienvenue à Marwen plonge dans le quotidien d’un homme s’étant créé un monde imaginaire, un monde de substitution où il y a enfoui son traumatisme et sa détresse affective. Alternant entre son quotidien et les aventures rocambolesques de son double et de ses femmes bad ass, notre drame aux allures de Toy Story version adultes collé à un brin de naïveté enfantine et d’innocence à la Forrest Gump, en inspirera plus d’un.

bienvenue à marwen julie aide mark à se relever pendant sa séance de rééducation

Parce que, sous l’effet de l’alcool pendant une soirée bien arrosée dans un bar, il avait eu le malheur de dire qu’il aimait collectionner et porter des escarpins, Mark avait été passé à tabac par cinq hommes. Neuf jours passés dans le coma, plus aucun souvenir de sa vie passée, des bribes de son agression, plus de 40 jours d’hospitalisation à réapprendre à marcher et parler, Mark, sortit de l’hôpital, aurait pu se construire un refuge dans l’alcool, ou la drogue, ou n’importe quel autre excès pour oublier le traumatisme qu’il a subit.

bienvenue à marwen jardin pancarte du village de marwen

Tandis qu’il appréhende le jugement de ses agresseurs condamnés à de lourdes peines de prison, il entame une thérapie plutôt originale. Nombreux sont les geeks introverti qui ont eux aussi trouvé cette alternative pour oublier les blessures passées et présentes. Mark, il a donc choisit de collectionner des figurines, fabriquer des maquettes de maisons, créer un petit village dans son jardin, inventer des histoires comme un enfant le ferait s’il avait l’esprit d’un adulte (pas d’un pervers hein ?), et en faire des photographies. Son refuge, c’est ça.

 

Je suis fatigué, tellement fatigué de ma solitude.

 

Entre quotidien et imaginaire

 

Dès la scène d’ouverture, nous voici embarqué dans la tête de Mark, plongeant dans son fantasme, là où quoiqu’il puisse se produire, il ne lui arrivera rien. Ces petites scènes d’action interprétées par des poupées articulées rappellent le bon vieux temps des Toy Story et Small Soldiers. Les détails des décors, des petits accessoires, et des vêtements, le fan que je suis a très vite été enchanté, surprit par l’évolution technique des effets utilisés grâce à la motion capture.

bienvenue à marwen mark trainant la jeep d'hogie

Passé quelques minutes, retour au monde réel, celui que notre héros veut fuir même si ces figurines, il ne les quitte pas, elles l’accompagnent où qu’il aille et tant pis si ça peut paraitre bizarre pour certains de voir un quarantenaire en tenue de pilote d’avion, trainer une mini jeep avec des poupées. Parce qu’il vit seul, Mark fait de ces objets de collection son quotidien, ses amis fidèles, ceux qui l’encouragent, le rassurent, l’aident à ne pas abandonner. La réalité et l’imagination de notre héros s’entremêlent.  Mais jusqu’à quand ca continuera à l’empêcher de lâcher prise ?

bienvenue à marwen mark assit sur un banc à cote de ses figurines

Passionné, Zemeckis, en plus de recréer à la perfection et au détail près le monde bricolé main de Mark Hogancamp, retrouve la motion capture. Steve Carell, Leslie Mann, Janelle Monae, Eliza Gonzales, Diane Kruger, Gwendoline Christie (oui, la Brienne de Torth de GOT sans armures), Merritt Wever, tous ont droit à leur réplique en plastique.

bienvenue à marwen julie reconfortant hogie

Comme dans Toy Story, la surprise est de taille. Bluffantes, nos figurines ont certes une gestuelle limitée logique, leurs expressions, leurs traits, leur peau plastifiée, nous voila face aux répliques plastiques parfaites des acteurs transformés en figurines. Alors qu’on prend plaisir à suivre les péripéties inventées par notre personnage principal, nous le suivons aussi dans ces moments de peines, de détresse affective, et à ce semblant d’espoir lorsqu’une nouvelle voisine emménage.

bienvenue à marwen hogie et les femmes de marwen

Métaphorique, Bienvenue à Marwen respire bon les métaphores subtiles. Très vite, nous nous rendons compte que ce village et ses personnages fictifs ne sont autres que le reflet de la réalité. Ainsi, Anna, Carlala, Suzette, Julie, Roberta, et Nicol, la petite nouvelle, amies du Capitaine Hogie ne sont autres que des femmes ayant traversée la vie de Mark, les nazis, ces bourreaux. Quant à Deja Thoris, la sorcière Belge aux cheveux bleu dominant le village et allant jusqu’à murmurer des idées noires à son oreille la nuit tombée, il faudra voir le film pour saisir tout le génie de sa véritable identité.

bienvenue à marwen mark souffre

Steve Carell, comme dans tout autre film au ton sérieux, continue de nous montrer l’étendue de son talent.

Tout comme Forrest Gump avant lui, Mark Hogancamp incarne tout ce qu’il y a de bon en l’être humain. Il est différent, naïf (un peu moins que Forrest), bon, humain, a gardé son âme de gosse et se trouve faire parti des seuls êtres capables de changer le monde. Il est vrai que cette histoire de type fétichiste des chaussures pour femmes et adorant en porter pourrait en temps normal casser sa pureté. Pourtant, l’explication livrée vers la fin du film évitera au personnage qu’on lui colle une fausse étiquette sur le front.  Le seul indice que je peux vous livrer : Bienvenue à Marwen est une ode aux femmes.

 

Aime la souffrance. La souffrance, c’est notre carburant.

 

Au final, Bienvenue à Marwen en bouleversera plus d’un. Une belle leçon de courage, on en a toujours besoin. Thérapeutique, ce film est thérapeutique. Que vous ayez vous aussi été victime d’un traumatisme quel qu’il soit ou que vous éprouvez cette envie de voir une œuvre inspirante, alors ne cherchez pas, ce biopic est fait pour vous. Jonglant entre la vie quotidienne d’un homme seul, renfermé tentant de s’en sortir et affronter ses démons, puis le genre action à grand spectacle sentant bon le mix entre Toy Story et Small Soldiers, ce film original atteignant les sommets de l’inventivité ne manquera pas de vous étonner. Pas un chef d’œuvre faute d’un manque de développement sur certains personnages importants, ainsi que d’un thème musical moins poignant qu’un Forrest Gump, mais on est en pas loin. Feel good movie livré, premier coup de coeur de ce début d’année 2019.

 

 

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Aventure, Biopic, Drame

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :