Critters : Les cousins hardcore et venus d’ailleurs des Gremlins ?

Un père de famille autoritaire, une maman fin cordon bleu, un bled tranquille, une fille aux hormones en ébullition, un garçon mal aimé, malin et courageux, un petit chat tout mignon, un tournoi de bowling avorté pour cause d’invasion alien, pour une soirée TRES animée. Deux ans après que les Gremlins aient semé la panique à Kingston Falls, les Crittes, petites créatures vicieuses venues de l’espace échouaient dans une ferme non loin d’une petite bourgade.

 

Fiche technique

 

Réalisé par Stephen Herek

Genre: Science fiction, Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée: 1h22 environ

Interdit aux moins de 12 ans

Inspiré d’une histoire vraie, celle de la famille Sutton qui aurait été attaquée dans la nuit du 21 au 22 aout par un groupe de petits aliens aux yeux lumineux.

 

Critters affiche

L’histoire

 

Condamnées à être incarcérées dans une prison spatiale, des petites créatures gloutonnes et peu accueillantes s’échappent et débarquent sur terre. Alors que deux mercenaires sont envoyés pour les récupérer, nos Critters posent leurs papatounes dans un petit patelin perdu des Etats Unis, plus précisément dans la maison de la famille Brown qui devra en découdre avec ces petits êtres étranges venus d’ailleurs. Leur soirée, les Brown s’en souviendront longtemps !

 

 

Merci qui ? Merci Gremlins

 

En 1984, avec son Gremlins, c’est tout le monde du fantastique que Joe Dante chamboulait. Forcément, d’autres réalisateurs voulaient eux aussi créé leur petite comédie horrifique mettant en scène des petites boules de poils mignonnes mais diaboliques. Critters, premier opus d’une série de quatre films sortait pile poil deux ans après les Gremlins. Tous les ingrédients de la série B de Science fiction made in eighties seront là.

Critters déjeuner chez la famille brown

Ferme isolée, gentils fermiers, famille « presque » parfaite et leur animal de compagnie, créatures aux dents de piranhas, shérif à la ramasse, fou « mais pas tant que ça » du village, synthétiseur et chansons rock, lumières à la teinte bleuté. Contrairement aux Gremlins, les Critters ne sont pas là pour envahir le monde. Plutôt là pour échapper à leurs gardiens extraterrestres après avoir réussi à s’échapper d’une prison installée dans un astéroïde aux confins de l’univers.

critters decouvert

Alors que nos bêbêtes profitent de leur escale sur notre belle planète pour grignoter tout ce qui leur tombe dans les yeux en riant de plaisir, les voila poursuivies par deux mercenaires aux expressions et à la démarche de Terminator changeant de visage comme de chemise, détruisant tout pour arriver à leur fin, tout en découvrant la culture terrienne. Pour le look, on repassera. C’est kitsch, comme tout ce qui englobe ce film. L’essentiel, c’est qu’on passe un bon moment et ce, malgré le fait que Critters soit un sous Gremlins. Les héros de notre film, ils sont quatre :

 

  • La maman Brown (interprétée par Dee Wallace Stone confrontée quelques années auparavant à l’arrivée d’un gentil alien chez elle puis d’un vilain Saint Bernard tout pas beau),
  • Le papa Brown, le chef de famille,
  • Le fils Brown s’entendant comme chien et chat avec sa sœur, passant du temps avec son chat, faire mumuse avec sa fronde et fabriquer des gros pétards proches de minis bombes (futur terroriste sans aucun doute !),
  • La fille Brown, l’ainée, qui a le feu aux fesses, ne tardant pas à s’éclipser du repas de ses parents pour faire une partie de twister dans la grange avec son nouveau boyfriend.

 

Alors que papa et maman Brown s’apprêtent à partir à un tournoi de bowling, que fille Brown se bécote donc avec son nouveau petit ami « Billy Zane » dans le foin à l’abri des regards, et que fils Brown continue de purger sa punition pour usage intempestif de sa fronde, débarque juste à coté de leur maison, nos Crittes, bien décidés à manger ventre/bras/Cou d’hommes, poules, sièges, pneus de voitures ou tout autre objet, roulant en boule pour se déplacer plus vite et expulsant des pics anesthésiant pour attaquer leurs victimes, s’apprêtent à prendre d’assaut la maison des Brown, pendant qu’un autre vaisseau atterrit un peu plus loin, abritant nos deux mercenaires bad ass malgré leur look ridicule.

critters ug et son partenaire débarquent dans une église

Lors de cette aventure, vous aurez droit à quelques scènes gore, des clins d’œil bien placés à E.T et SOS Fantômes, des mercenaires maladroitement destructeurs, des moments de tension, des moments d’émotion, de l’engueulade fraternelle, de l’humour typiquement sortit de l’univers de Gremlins, des scènes de science fiction, un gamin attachant qui en a dans la caboche si on met de coté son gout un peu trop prononcé pour la fabrication d’explosifs.

critters mr brown et son fils éclairant le vaisseau ecrasé pres de leur maison
Les fans d’Urgences reconnaitront Scott Grimes, sans barbe et encore tout jeune.

Tout comme le cheminement de Gremlins, Critters vadrouillera entre la traque des deux mercenaires, le pseudo huis clos chez les Brown en mauvaise posture face à des petites boules vicieuses aux dents acérées et aux yeux diaboliques bousculant leur tranquillité, et les péripéties de Charlie, l’ami de la famille Brown et partenaire de jeux du fiston. Charlie que l’on peut voir comme l’équivalent de Mr Futterman (Gremlins). Un type rejeté par la société le prenant pour fou parce qu’il est parano, persuadé d’avoir fait autrefois la connaissance avec des petits êtres hostiles prochainement de retour pour nous envahir.  Pour vous dire à quel point Critters emprunte pas mal d’éléments à Gremlins sans pour autant s’approprier son identité. La différence entre les deux : Critters, plus sombre, est plus orienté vers l’horreur et la SF.

 

Cette ville est un véritable zoo.

 

Au final, pas aussi drôle, pas aussi fun, pas aussi  joli, pas aussi prenant, ce sous Gremlins n’en reste pas moins un film culte très old school où le jeu des acteurs, les scènes gore, les effets spéciaux kitsch, le bon vieux synthé, l’animatronique réussi de ses petites créatures méchantes mais mignonnes malgré elles et cet humour donnent tout l’intérêt de plonger dans l’univers des Critters.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.