Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Bigfoot et les Henderson : La légende était vraie

Dans les années 80, la marque Amblin et son logo reprenant la séquence emblématique d’un certain E.T de Steven Spielberg, régnait en maitre sur le grand écran. Après Les Goonies, Gremlins et Retour vers le futur, sortait Bigfoot et les Henderson, comédie familiale reprenant les codes d’E.T et la série Alf, tout en donnant une leçon d’humanité aux vilains chasseurs, qu’ils soient bons ou mauvais chasseurs.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par William Dear

Genre: Comédie, Fantastique

Film Américain

Durée: 1h50 environ

 

harry and the hendersons poster

L’histoire

 

En revenant de la forêt avec sa famille, George Henderson renverse par accident un animal. Alors qu’il tente d’achever la pauvre bête, il se rend compte que l’animal est en fait un bigfoot. Et s’il y avait matière à se faire de l’argent ? Ni une ni deux, il ficèle la bête sur son break et la ramène chez lui sans se douter que l’animal n’est pas mort…

 

 

 

 

Anecdotes autour du film

 

« Bigfoot et les Henderson » ou « Harry and the Hendersons » a eu droit à de nombreux produits dérivés (peluches, figurines, cartes de collection de la marque Topps), un spectacle au Universal Studios de Californie, et une série animée de trois saisons reprenant le film, constituant une sorte de suite alternative à ce dernier.

 

Quand Kevin Peter Hall passait du coté lumineux de la force

 

Saviez-vous que John Lithgow, futur Tueur de la Trinité, avait été un gentil père de famille dans les années 80 ? Fut un temps où ce gentil monsieur, appelé George, avait femme et enfants, habitait une jolie petite maison dans un quartier paisible de Seattle, bossait avec son papounet dans une boutique d’articles de chasse et adorait passer ses vacances avec sa famille à camper dans la forêt en apprenant à son fils de 10 ans à tirer sur de pauvres animaux pour les faire empailler puis les exposer dans son humble demeure. Cet acte barbare finissait par ailleurs par lui causer bien des soucis par la suite de l’histoire.

Bigfoot et les henderson le bigfoot renversé par un pickup

George et sa famille étaient très Américains, jusqu’à la nourriture qu’ils consommaient. Sa famille, elle était composée de :

 

  • Nancy Henderson, sa femme, tendre mère au foyer.
  • Sarah Henderson, sa fille ainée au sale caractère mais très propre sur elle.
  • Ernie Henderson, le dernier de la famille. Jeune garçon à lunettes dont les centres d’intérêt se limites à exploser des trucs, contempler/interagir avec des monstres gigantesques…qui explosent tout sur leur passage. Un futur sadique fan des films de Michael « Boom » Bay.
  • Son chien, petit Jack Russel passant son temps à aboyer, sauter jusqu’à 1mètre de hauteur et faire quelques câlins pour montrer que derrière ce gros complexe d’infériorité ce cache un adorable petit toutou protecteur.

 

Alors qu’il revenait d’une petite virée en famille en forêt, George, véritable mal dominant jusqu’à sa manière virile de conduire, heurta par accident un pauvre animal traversant la route. A la découverte du corps, la stupeur, le choc : c’était un bigfoot et les bigfoot, aussi appelés sasquatch, nous nous rendions compte aux cotés de notre héros qu’ils existaient bel et bien. George, il pensait se faire de l’argent en ramenant la bêbête chez lui, bien attachée et bâchée sur sa voiture.

Bigfoot et les henderson george aux prises avec le bigfoot dans la cuisine, sous les yeux de sa femme et son fils

Seulement le monstre, sous les traits de Kevin Peter Hall, anciennement Predator, finalement, il n’était pas mort, allait très vite se remplir la panse et refaire la déco dans la maison des Henderson pour notre plus grand plaisir, avant de devenir la mascotte familiale jusqu’à posséder un nom rien qu’à lui : Harry. Qu’importait s’il avait fait de nombreux trous dans les murs, qu’importait s’il avait détruit les escaliers de la cave, tuné à sa manière le break de la famille, enterré dans le jardin tous les animaux empaillés de la maison, Harry, il était adopté, aimé, bichonné.

bigfoot et les henderson harry en compagnie du chien rigolant devant la télévision

Harry, qui avait toujours vécu dans la forêt, découvrait les joies du monde moderne et, tel un visiteur moyenâgeux, enchainait les maladresses,  s’asseyait comme Fonzie s’asseyait sur le divan des Cunningham, mangeait tout ce qui lui semblait comestible comme les belles plantes de Madame Henderson, ou les poissons rouges de l’aquarium du salon. Une règle cependant, JAMAIS il ne mangeait de fromage blanc.

bigfoot et les henderson harry en colere en voyant un cerf empaillé hornant le mur du salon des henderson

Notre bigfoot aux expressions mi-cartoonesques, mi-humaines, faisait rire autant qu’il faisait pleurer. Il y avait de la vie, il y avait une âme et de la bonté sous ces couches de fourrure et ses cris ressemblant à ceux d’un wookie. Ce film redorait le blason de cette créature légendaire, en en faisant cette fois un être bon respectant son environnement et les animaux qui y vivent.  Ce qui était sûr, c’est qu’Harry, les chasseurs, il ne les portait pas dans son cœur.

Bigfoot et les henderson portrait du chasseur jacques lafleur

Ca tombait bien puisqu’en parallèle, David Suchet, alias Hercule Poirot, devenu un vilain chasseur bossant avec un vieux monsieur (Don Ameche, le gentil grand père de Molly dans Corrina, Corrina) tenant une boutique de souvenirs de Bigfoot et dont on ne sait s’il est du coté des gentils ou des méchants, tentait de remonter la piste de l’adorable bestiole pour lui tirer une balle entre les deux yeux. L’antagoniste, c’était donc lui !

 

J’avais tort de penser qu’on pouvait l’adopter, et le garder parmi nous comme un chien abandonné. C’est un homme bien plus qu’un animal et c’est toi qui as été le premier à voir ça. Il mérite d’être libre.

 

Au final, vous sentez cette odeur ? Non, pas le parfum nauséabond du Bigfoot, plutôt le doux arôme de la nostalgie. Ca criait, quelques fois, ça faisait des grimaces, ça n’avait certes pas un scénario de la qualité d’un E.T, Gremlins ou d’une autre œuvre d’Amblin Entertainment mais pourtant, la découverte d’une créature légendaire dont on se prend d’affection, le mélange aventure, comédie familiale et émotion sincère, l’ambiance et la musique so eighties, le message écolo et la jolie morale suffisaient à combler les enfants et une poignée d’adulte. Oui, les films familiaux des années 80, on n’en demandait pas grand-chose tant qu’ils nous procuraient suffisamment d’émotion. Le bon vieux temps. Bigfoot et les Henderson, à découvrir ou à revoir.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Aventure, Comédie, enfants, Fantastique, Films cultes et sagas à voir

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :