Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Dragon Ball Super, Broly : Prends garde à toi Brocoli, ils vont te montrer de quel bois ils se chauffent

Après Battle of Gods et La résurrection de Freezer, la franchise Dragon Ball Super a droit à un troisième film. Faisant directement suite à l’arc Survie de l’Univers de Dragon Ball Super, le long métrage intitulé : Broly, revisite les origines du super guerrier légendaire, l’un des meilleurs bad guy de la franchise DBZ adulé par tous les fans. Mais une chose nous terrifie : ce film a-t-il les défauts de ce revival ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Tatsuya Nagamine

Genre: Animation, Action, Aventure

Durée: 1h40 environ

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Conseillé à partir de 10 ans

 

Dragon Ball Super Broly 2019 affiche

L’histoire

 

A l’époque où la planète Vegeta existait encore, le roi Vegeta, voyant que Broly, fils de Paragus, pourrait bien surpasser en force Vegeta, son propre fils, décide d’envoyer Broly sur une lointaine planète très hostile pour s’en débarrasser.  Paragus, ne voulant pas que son fils meurt, réussi à s’emparer d’un vaisseau pour le rejoindre. Bloqué sur cette planète, Broly grandira aux cotés de son père, à l’écart de tous les évènements se déroulant dans Dragon Ball et Dragon Ball Z avant d’être retrouvé par deux soldats de l’armée de Freezer. Freezer qui, souhaitant se venger de Son Goku et Vegeta, tentera de manipuler Broly pour qu’il fasse le travail à sa place.

 

 

Attention, à ceux n’ayant pas commencé/fini l’arc Survie de l’univers, bien qu’il y est un explicatif concernant le cas « Freezer » et la raison pour laquelle il est de retour sur Terre, il ne sera que partiel.

 

A l’image de Dragon Ball Super ?

 

Tout comme la série X Files, Dragon Ball n’aurait jamais dû revenir. En tout cas pas sous la forme qu’on lui a donné. Entre ses ajouts inutiles (deux nouvelles transformations histoire de vendre encore PLUS de figurines…moches), ses incohérences et oublis presque insultant pour les premiers fans, ses couleurs flashy ressortant encore plus à cause du passage au format HD, ses traits, ses manque d’expressivité des personnages peu soignés, dignes d’ébauches et ses nouveaux personnages au look tellement enfantin et simpliste qu’ils semblent êtres tout droit sortis de l’univers des Pokemon, tout ce qui faisait le charme des Dragon Ball et Dragon Ball Z s’en sont allé. Rajoutez à ça un univers plus enfantin, des histoires qu’on aurait nous même pu écrire et vous comprenez que Dragon Ball Super n’est pas destiné aux fans de la première heure, il est destiné à un nouveau public, un public plus enfant.

dragon ball avant apres

Ceci n’est pas une blague.

Déjà 4 Arcs scénaristiques et c’est la croix et la bannière. Hormis cet arc se situant dans le futur (une occasion de retrouver Trunk, soit LE perso le plus cool du manga), difficile de trouver un quelconque intérêt à cette série aux scénarios mal traités, parfois resucés des épisodes de DBZ. Les trois problèmes des revival ? La facilité, l’envie de donner une explication à tout, la dénaturalisation du matériau original afin de l’axer à notre époque. Scénario, mise en scène, charisme/psychologie des personnages, mystère entourant l’histoire, ses héros et ses méchants, ces vecteurs d’émotions ne provoquent plus la même chose que dans les années 80/90 et bien avant. Dragon Ball Super fait parti de ces revival dont on aurait malheureusement pu se passer.

Dragon ball super broly le roi vegeta devant broly encore bébé

Pourtant, la fanattitude coulant dans nos veines, on ne peut s’empêcher de regarder la série, espérant toujours un revirement de situation en retrouvant le charme du manga d’antan. Cette année, la Toei Animation profite du succès de la série pour sortir un troisième film axé sur Broly, gros psychopathe au rire démoniaque ayant un lien avec Son Goku. Broly, ce nom vous est familier puisque ce personnage d’un charisme monstrueux comme l’ai son physique et sa puissance avait eu droit des années auparavant à pas moins de 3 téléfilms sur lui.

Dragon ball super broly paragus retrouvant son fils broly sur la planète Vampa

Il revient cette année, sous une autre forme puisqu’on a tout bonnement décidé de réécrire ses origines. Ca commence déjà mal, dans quel état va-t-on retrouvé ce personnage si cher au cœur des fans ?  Quand vous savez que vous allez voir Dragon Ball Super: Broly en sachant que c’est la suite de Dragon Ball Super, forcément, vous avez un peu la pétoche en vous disant que cette histoire jouera à quitte ou double.  Dragon Ball Super: Broly, voyez son déroulement comme celui de Battle Of Gods. Première partie, papotage, deuxième partie, combat quasi non-stop.

Dragon ball super broly paragus et son fils broly face à freezer

Certains auront remarqué que tout comme l’OAV de 93, Broly porte un collier. Ce même collier relié à un boitier  télécommandé permettant à Paragus de controler son fils et l’aider à ne pas laissé exploser sa rage.

Ca manque d’équilibre, qu’importe que le combat soit long et cool, on étouffe. L’histoire, revisitée, manque d’épique, manque de frayeurs. Ne nous mentons pas pour autant, les scénarios des OAV et mêmes ceux des épisodes de DBZ, c’était du nanar, c’était du simpliste, là juste pour avoir du grand méchant bien balèze et presque invulnérable que San Goku galèrera à terrasser. Cependant, le scénario de cet opus centré sur Broly, il a un gros souci : l’émotion.

dragon ball super broly foncant sur vegeta encaissant son coup de poing

Dragon Ball Super la série et le film sur Broly, faisant main basse sur le trait de crayon, ils manquent d’une chose primordiale, le coté drama passant par la suite à un affrontement qui sera héroïque. Toutes les meilleures scènes de DBZ sont ces scènes lentes, tragiques voyant nos super saiyan se transformer suite à la mort d’un proche.  Les combats de Dragon Ball Super : Broly, bien que très beaux, souffriront de l’absence de ces échanges de regards, de ces variations puis montées de musiques.  On ne se pose pas, on ne souffle pas, on étouffe.

 

Après toutes ces batailles dont j’ai fait partie, j’ai besoin de sauver quelque chose pour une fois.

 

Quand le coté « guerrier légendaire » tombait à plat

 

Dans le premier OAV de Broly, n’ayons pas peur des mots, on avait la trouille, on avait un choc en découvrant l’identité de ce guerrier légendaire, le type dont l’existence à elle seule terrifiait Freezer qui avait pris du coup la décision de détruire la planète Vegeta. Dans de nombreux épisodes de DBZ nous entendions cette légende.

Dragon ball super broly foncant sur ses adversaires

Pour ce film, on en entendra parler UNE fois. On se retrouve alors face à un nouveau Broly qui aurait largement pu être remplacé par n’importe quel autre personnage. Le résultat étant…le même. Les scénaristes ont oublié d’appuyer sur le poids, sur le degré de menace de ce bad guy censé être l’élu, le seul et unique guerrier légendaire. Nos héros dans le premier OAV de Broly, ils avaient la trouille. Dans cette revisite, Broly, on le voit comme un challenge, une occasion pour Goku et Vegeta de gagner en puissance. Oui, ça fait très mal, oui, notre Broly, on a brisé en milles morceaux son âme.

Dragon ball super broly Cheelai et Lemo, deux nouveaux personnages attachants changeant la dynamique concernant Broly.

Cheelai et Lemo, deux nouveaux personnages attachants changeant la dynamique concernant Broly. Une qualité tout en étant un défaut décrédibilisant l’âme de notre super guerrier légéndaire.

En prenant la décision de donner de la profondeur à ses origines, en décidant de lui donner un cœur, les scénaristes ont humanisé Broly, faisant de lui une victime, un enfant mal traité par son père (en plus Broly, vla qu’il bouffe comme Goku !). Résultat des courses, notre sentiment vis-à-vis de ce « bad guy » va changer. Nous allons éprouver quelque chose qu’on ne voulait absolument pas ressentir pour lui : de l’empathie, l’envie que Goku et Vegeta ne l’anéantissent pas. Broly futur allié de la bande de Goku?! Cette sensation jouissive d’être à fond pour nos héros, vous pouvez l’oublié.  Autant ça a marché pour Vegeta, autant pour Broly… .

 

C’est un vrai dur à cuire celui là. Il s’améliore coups après coups.

 

Une première partie de qualité, une seconde en demi-teinte

 

La première partie, celle comportant pratiquement aucun combat, on peut en discuter, on peut la critiquer, elle reste assez sympa, presque plus sympa que la deuxième partie. Cette première partie sans Goku et Cie se concentrant donc sur les origines de Broly avec un Freezer agissant dans l’ombre, elle nous permettra de découvrir un personnage que l’on n’avait encore jamais encore vu : Gine. Gine la mère de San Goku, Baddack, son père, voyez les comme les parents de Superman. A peu de choses près, ce père et cette mère prenant la décision d’envoyer leur fils sur Terre pour qu’il survive, ils font très Jor-El et Lara de l’univers de Superman.  Ca reste pourtant émouvant, bien amené. Seul et unique moment vraiment émotionnel pour notre film.

Dragon ball super broly goku tentant de convaincre vegeta de fusionner

Goku n’a visiblement que 2 abdos.

Autre point où je fais là aussi mon « nazi » qui critique tout dans les moindres détails : l’animation. Souvenez-vous, une fois sur trois, les épisodes de DBZ voyaient les traits de dessins et la gestion des couleurs/ombres en prendre un méchant coup. Pour les films par contre, c’était totalement différent, c’était très, TROP soigné grâce à un budget plus conséquent. Problème de taille pour Broly, il a un très bon budget MAIS il fait la même erreur que la franchise « Super », une fois sur 10, il ne soigne ni son animation dans les moments posés, ni la morphologie des personnages (juste, voyez la comparaison entre le Goku torse nu de DBSuper Broly et l’animé de 90), alors que dans certaines mini séquences comme les gros plans sur les héros, les affrontements où jamais on avait si bien filmé un combat (ce passage à la première personne, somptueux !), c’est nickel.

Dragon ball super broly sur le point d'affronter san goku

Et ce lieu de combat en deuxième partie ? Quelle idée de l’avoir collé là ?! Autant pour C-13 et ses deux sbires de l’OAV « L’offensive des cyborgs », faire le choix d’installer le terrain de combat dans un environnement glacial n’était pas gênant, autant pour un personnage de l’ampleur de Broly, ça ne passe pas.

dragon ball super broly vs goku en super saiyan blue

Avec toute cette négativité, il y a-t-il du positif ? Fort heureusement, oui :

 

  • Le fait d’avoir raccordé certains évènements et personnages des séries à ce film,
  • Rectifié le comportement de Vegeta (dans le premier OAV de Broly, Vegeta c’était transformé en lâche alors qu’ici il aura ENFIN son quart d’heure de gloire en mettant une grosse mandale à Broly),
  • Décidé d’inclure Gogeta (soit la fusion Goku/Vegeta) dans la franchise (rappelons que ce qu’il c’est passé dans TOUS les OAV de DBZ n’ont aucun lien avec la story originale), voir un peu plus son potentiel contrairement au film « Fusions », et SURTOUT ENFIN voir le combat Gogeta/Broly dont on rêvait enfant,
  • Voir la montée en niveaux des transformations de Goku et Vegeta tentant de maitriser Broly tardant à laissé aller toute sa puissance,
  • Retrouver des personnages de DBZ (le commando Ginyu, les camarades de Baddack) et le doublage Français de grande qualité (seul hic, par contre, avoir doublé les cris/essoufflements en cours de combats, ça bousille les oreilles),
  • Redécouvrir le célèbre « Scouter »,
  • Inventer des thèmes musicaux propre aux personnages dont ceux de Broly et de Gogeta, pas très audibles compte tenu des cris et explosions mais l’idée en soi est amusante,
  • Réentendre deux titres musicaux chers aux fans, découvrir d’autres morceaux inédits lorgnant de près à l’ambiance de l’animé d’antan, en gros, plein de petits éléments sympa, du pur fan service qui forcément, provoquera ces petits frissons de plaisir chez les fans de DBZ.

 

Je remarque que tu as un grand pouvoir encore inexploité.

 

Au final, j’aime trop Dragon Ball Z pour laissé passer autant de défauts détruisant le dessin animé de mon enfance, MAIS ça reste pourtant un plaisir de retrouver du Dragon Ball sur grand écran, qui plus est, voir BROLY sur grand écran. Pour ce Dragon Ball Super : Broly, malgré son affrontement jouissif et terriblement bien filmé, ses bruitages et combats où l’on ressent la puissance des coups et chocs, ses pics d’humour mieux écrits que les films précédents, ses musiques en début de film semblant faire revivre l’animé de 90, son fan service provoquant quelques frissons, je reste très offensé. Db Super Broly, il aurait pu être parfait en faisant quelques réajustements. Manque cruel d’émotions, de montée en puissance lors de scènes importantes, de plans symboliques, rythme mal équilibré, réécriture maladroite de Broly,  ça n’a que pour conséquence que de donner cette désagréable sensation  d’avoir berné les fans de DBZ. Cette même catégorie de personnes qui, sans son existence, n’aurait jamais pu permettre à ce revival de la franchise de voir le jour.

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :Action, Animation, arts martiaux, Aventure, enfants

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :