Les films offrent bien plus que du simple divertissement.

Chair de poule 2 : Les fantômes d’Halloween : Il veut juste faire parti de votre famille !

Slappy a été réveillé et il veut une famille rien que pour lui ! Deux ans après avoir été décliné en film, Chair de poule, série de romans pour ados écrits par le romancier R.L Stine, revient. Destiné aux jeunes enfants, le premier opus reprenant les codes du genre horrifique, n’avait certes pas inventé l’eau chaude, il  était d’assez bonne qualité. Chair de poule 2: Les fantômes d’Halloween se devait de faire mieux.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Ari Sandel

Genre: Comédie, Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée: 1h29 environ

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

A conseiller au moins à partir de 12 ans

 

 

chair-de-poule-2-les-fantomes-d-halloween-affiche

L’histoire

 

A quelques jours d’Halloween, Sonny et Sam, deux jeunes garçons ayant créé leur petite entreprise de récupération d’objets encombrants, acceptent la mission de nettoyer une maison abandonnée dans leur petit ville. En cours de nettoyage, ils tombent sur un livre étrange entreposé dans un coffre qui, une fois ouvert, fait apparaitre le pantin Slappy, personnage sorti tout droit de l’univers des romans d’R.L Stine. Après avoir accidentellement réveillé le pantin, ce dernier, au départ amical vis-à-vis de Sonny et Sam, construit en secret un plan malfaisant pour se fabriquer sa famille de rêve.

 

 

La suite qui n’avait aucune ambition

 

Attention, mes jeunes amis, spectateurs sensibles…aux films pourris…s’abstenir! Fans des romans et de la série Chair de poule, ne soyez pas tenté, ne faites pas la même erreur que moi, évitez cette suite. Chair de poule 2 où un énième exemple de la copie bête et méchante. Le premier film, à défaut d’être au moins angoissant, était esthétiquement réussi, proposant d’organiser une sorte de réunion de tout le bestiaire de la série Chair de poule. Sa suite, elle, n’augurait rien de bon et ce, malgré le retour du sympathique pantin Slappy. Supposé être inspiré des « Fantômes d’Halloween », soit le premier roman de la série, jamais édité par R.L Stine qui n’en avait jamais trouvé la fin, ce film faisait au départ partir son vilain sur de bonnes bases.

Chair de poule 2 les fantomes d'halloween sarah sonny et sam

Nouvelle histoire, nouvel enjeu, nouveaux héros au nombre de trois:

 

  • Sonny, le petit gros au grand cœur maltraité par la brute du lycée, bossant d’arrache-pied sur son exposé sur Nikola Tesla,
  • Sarah, sa sœur ainée, incapable d’écrire un texte sur ce que représente la peur pour elle, afin d’intégrer la fac de Columbia,
  • Sam, le petit noir meilleur ami de Sonny qui a décidé avec ce dernier de lancer une entreprise de récupération d’objets encombrants.

 

Et quelques seconds rôles qui à coup sûr, vous feront lever les yeux au ciel de part leur superficialité :

 

  • La mère de Sony et Sarah (interprétée par Wendi McLendon-Covey) dont on se demande si elle ne se serait pas échappée d’une série de Disney Channel. Wendi McLendon-Covey et l’actrice Kaley Cuoco : même personne à un âge différent?  Wendi McLendon-Covey est-elle la Kaley Cuoco du futur ?
  • Mr Chu, le voisin atteint du syndrome de Peter Pan, très investi dans la décoration de l’extérieur et intérieur de sa maison pour la fête d’Halloween,
  • Walter, le pharmacien, amoureux transi de la mère de Sarah.

 

Un trio d’ados suscitant suffisamment d’empathie pour gagner notre cœur (les losers maltraité, l’adolescente amoureuse d’un type qui n’en vaut pas la peine, moi ça me parle), une direction artistique plutôt bonne (tout du moins…au début), des musiques dans le ton, quelques références aux romans (cf la formule magique pour réveiller Slappy). Tout ça avait l’air alléchant, sauf que… .  Ari Sandel a voulu nous arnaquer. Oubliez ces premières minutes remplies de belles promesses si tenté que vous faisiez main basse sur les gags, blagues foireuses, jeu d’acteurs surjoué et banalités lycéennes. La suite de Chair de Poule 2 vous plongera dans les profondeurs de l’ennui.

Chair de poule 2 les fantomes d'halloween slappy armé d'un tourne vis parcourt de nuit le couloir de la famille Quinn

Slappy, son histoire partait pourtant bien, nous plongeant à ses cotés dans une sorte de Chucky sauce petits nenfants. On a soigné l’entrée de notre méchant, on a soigné son animation mixant animatronique et CGI. Un seul bad guy très malin, une seule menace, un nouveau concept se voulant plus proche de celui des romans Chair de poule.

Chair de poule 2 Walter le pharmacien decouvre slappy en compagnie de tous les monstres d'ahlloween

40 minutes plus tard, le concept de base, on va avoir la sottise de le modifier, reprenant traits pour traits le schéma de Chair de Poule 1 tout en le déplaçant dans la thématique d’Halloween. Au moment où Slappy ranime les monstres d’Halloween, nous sommes face à du monstre de qualité qu’on exploite mal. Tout capote. Certaines séquences ressemblent à celles du premier opus (l’attaque des ours en gélatine ô combien amusante ressemble à l’attaque des nains de jardin), et comble de malchance, après nous avoir réveillé des monstres semant la terreur dans la ville, les scénaristes ne trouvent rien de mieux que mettre de coté leur bad guy pour l’installer dans une tour, contemplant son œuvre tout en attendant sagement nos héros pour un affrontement final. Plus rien ne prend, plus rien ne diverti.

Chair de poule 2 les fantomes d'halloween Sonny et sam découvrant un livre d'R.L Stine dans une maison abandonnée

Malgré son nouvel enjeu (créer une famille de pantins pour Slappy), son ambiance d’Halloween respectée, et quelques séquences fun (l’attaque des ours en gélatine, le réveil de Slappy, le clin d’œil génial à Street Fighter et au roman « Le masque hanté »), Chair de poule 2 n’a pas grand-chose à raconter de nouveau.

Chair de poule 2 les fantomes d'halloween oursons en gelatine

Vous aimiez les oursons en gélatine? Ca va changer.

Jack Black jouant le figurant, présent dix petites minutes histoire de faire un « léger » lien avec sa précédente aventure et balancer une petite référence à « Ca » que seuls les adultes comprendront, une absence de suspense, une multitude d’incohérences, de clichés et stéréotypes habituels, d’intrigues secondaires incomplètes, d’un doublage français insipide (Jeff Panaloc en doublant Slappy, pour moi, ça ne passe pas du tout), des scènes d’action ne marchant pas à cause d’un manque cruel de créativité, oui, vous l’aurez compris, Ari Sandel vous a fait perdre 1h30 de votre vie.  Quant au caméo du vrai R.L Stine, il m’a juste fait lâcher un léger « oh » de surprise tellement j’étais déçu de tout ce temps perdu.

 

C’est moi que tu appelles poupée ?! Poupée ?!

 

Au final, une simple reprise du 1 en mode mal filmé, de la bouillie numérique manquant de charme et d’énergie, le spectacle promis n’aura pas lieu. Si l’unique surprise qu’a été le twist final de ce film n’avait pas existée, Chair de Poule 2 : Les fantômes d’Halloween, n’aurait eu aucune raison d’être. Le premier opus avait tout de même la décence d’avoir été créé avec passion et respect. Ce n’est pas le cas de sa suite prenant le spectateur pour un imbécile. Néanmoins, en vue de sa fin alléchante, l’optimisme nous pousse à imaginer un troisième épisode de qualité. Réponse en 2020.

 

Publicités

Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classé dans :épouvante, Comédie, enfants, Horreur, Uncategorized

%d blogueurs aiment cette page :