Summer of 84 : Mon voisin est-il un serial killer ?

Une vague de disparitions d’adolescents sévit dans le quartier. Davey suspecte son voisin d’être un serial Killer. Personne ne le croit, nous, si. On enfourche sa bicyclette, on sort sa  lampe torche, on agrippe son talkie walkie et son caméscope, et on se lance dans une  filature version année 80 où suspense se mêlera à humour. 

 

Fiche Technique

 

Réalisé par François Simard, Anouk Whissell et Yoann-Karl Whissell

Genre : Drame, Thriller, Epouvante, Horreur

Film Américain, Canadien

Durée : 1h45 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

 

Summer of 84 affiche

L’histoire

 

Cape May, été 1984, en pleine élection voyant s’affronter Ronald Reagan et George Bush, la vie paisible d’un quartier modeste est bouleversée lorsque de nombreux adolescents disparaissent sans laisser de traces. Tout porte à croire que ces disparitions sont l’œuvre d’un serial killer dont l’identité n’a jamais été trouvée. Davey Armstrong lui, il profite des vacances pour mener l’enquête et avec l’aide de ses trois potes, il entend bien démasquer Mr Mackey, son voisin flic qu’il soupçonne depuis peu. Encore faudrait-il trouver les preuves nécessaires pour l’inculper.

 

 

 

Stranger Things sans surnaturel

 

Un peu de Stand By Me, de Goonies, de Stranger Things, Summer of 84 surfe sur la nostalgie. Mais qu’apporte-t-il de nouveau ? Les années 80 continuent d’avoir la côte. Entre Drive, Super 8, le remake de Ca, la série Stranger Things, Ready Player One et plein d’autres encore, la vague de nostalgie n’est pas prête de s’arrêter. L’année dernière, sortait Summer of 84, petit thriller ado aux allures d’œuvre à la Spielberg croisant John Carpenter. Le film de trop? Assurément non. C’est simple, Summer of 84 n’est pas une œuvre formatée se contentant de remplir le cahier des charges avec en prime ces multiples références à la culture pop des années 80. Si vous avez aimé Paranoiak, Les banlieusards et un certain Sous sol de la peur, je ne peux que vous recommander chaudement ce film.

summer-of-84- davey espionnant son voisin avec des jumelles

Dans Summer of 84, on bouleverse la routine de ces films. On s’intéresse au sentiment d’insécurité dans les banlieues Américaines. L’idée est donc de filmer de jour comme de nuit un groupe d’adolescent vivant dans un quartier paisible où même votre meilleur ami pourrait ne pas être ce qu’il prétend être. Voyez ce film comme une sorte de version ado de Desperate Housewives moins niaise et caricaturale. Pas de violence, en tout cas du soft, nous faisons très vite la connaissance de Davey. Davey, le leader courageux et téméraire de la bande, sorte de futur agent Mulder en devenir s’intéressant de près à tout ce qui est complots et machinations au sein de la société américaine.

summerof84 quotes replique chaque tueur en série vit à côté de quelqu'un
Chaque tueur en série vit à côté de quelqu’un.

Et si notre film avait une portée historique nous renvoyant à des évènements survenus quelques années plus tôt comme le scandale du Watergate? N’oublions pas que dans les années 80, aux Etats Unis et partout ailleurs, c’était développé une sorte de paranoïa dans les rues où la tranquillité des Américains laissa place à un sentiment perpétuel d’insécurité. Notre histoire sera donc du solide, se permettant par ailleurs de soigner sa mise en scène et surtout ses musiques so 80s.

 

Si j’ai appris une chose, c’est que les gens ne vous laissent jamais savoir qui ils sont vraiment.

 

Quand une copie n’en était pas vraiment une

 

Traitement original et intéressant pour nos quatre protagonistes passant leur temps à fantasmer sur les femmes en feuilletant des magazines porno. On est loin du schéma auquel on c’était habitué pour un film de ce genre. D’abord, la constitution du groupe. Woody, le rondouillard au cœur sur la main, Farraday l’intello à lunettes (sorte de copie masculine de Barb de Stranger Things), et Tommy, le rebelle fan de rock quittant rarement son blouson en cuir. Tommy, il aurait facilement pu faire parti d’une bande rivale, celle prenant un malin plaisir à humilier, à brutaliser ce petit groupe de loser. Surprise ici, il fait parti du groupe et, sous ses airs de gros dur dragueur, il est loin de montrer qui il est vraiment.

summer of 84 davey et ses amis

Sur ce nouveau point, Summer of 84 montre sa réussite. La présentation de chacun sera survolée en début de film pour se développer à mesure de l’avancement de l’histoire. Le but, casser et les règles, et les préjugés. Nos quatre héros gagneront en profondeur. Le jeu authentique de ces acteurs semblant tout droit sorti des années 80 rappelle le bon vieux temps. On s’y attache à nos personnages, tout comme Nikki, la voisine dont est épris Davey. Nikki qui mettra un peu de temps avant de rejoindre notre groupe dans leur investigation. Puis on a Mr Mackey, « m’voyez », le voisin sympa, souriant, bienveillant, PAS DU TOUT grillé en offrant des Mister Freeze aux enfants pour les mater jouer devant lui alors qu’il sirote sa bibine sur son transat.  Nos réalisateurs prendront à malin plaisir à brouiller les pistes du début jusqu’à la fin. Mackey est-il vraiment un serial Killer ?

summer of 84 mackey dans sa voiture en tenue de policier

Pendant plus d’une heure 30, Summer of 84, sous son atmosphère parano crédible teintée d’humour histoire de ne pas vous faire avoir une attaque cardiaque en pleine projection, jonglera entre notre intrigue principale et la vie de nos quatre adolescents. On prend plaisir à suivre les péripéties de notre bande de jeunes espions confrontés à quelque chose qui les dépasse et pourrait bien causer leur perte. En prime, il y a aussi les parents, qui tiennent là une grande importance. Le dernier quart d’heure, totalement inattendu,  fait aller notre film dans une direction où on ne pensait pas le voir. Sans être pour autant un carnage truffé de scènes gore, ces dernières minutes réalistes et originales risquent fort de vous bouleverser tout en vous choquant comme jamais. Votre petit cœur, il va avoir bobo.

 

-Y a un mois environ, j’ai cru avoir…avoir vu ce garçon chez vous. On jouait à la chasse à l’homme et c’est là que j’ai eu l’idée que…que c’était peut être vous le tueur de Cape May.

-Excusez moi c’est que…les collègues au boulot vont adorer ça.

 

Au final, Summer of 84 fera plaisir aux fans des films des années 80, mais aussi à celles et ceux voulant voir quelque chose d’un peu plus original. Pas de phénomènes surnaturels, mais la peur, l’angoisse, la paranoïa bien présentes pour une œuvre réussie grâce au jeu de ses cinq jeunes acteurs talentueux, sa BO envoutante et sa mise en scène donnant la douce sensation que Spielberg et John Carpenter ont lié leur travail pour en faire un thriller pour ados. Et vous, connaissez vous bien vos voisins ?!!

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.