Les folles aventures de Bill et Ted : C’est à prendre ou à mourir

Juste deux ans plus tard, Bill Preston et Ted Logan, deux jeunes rockeurs inséparables qui avaient parcouru le temps pour réussir leur exposé d’histoire, reviennent. Cette fois, il ne sera pas question de voyage dans le temps. « Les folles aventures de Bill et Ted » embarquent nos deux héros dans le royaume des morts. Pas sûr que le paradis et l’enfer apprécient la visite. Nous par contre…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Peter Hewitt

Genre: Comédie

Film Américain

Durée: 1h29 environ

 

Bill_and_Ted_s_Bogus_Journey_-_Movie_Poster fan

L’histoire

 

En 2060, la musique de Bill et Ted est devenue tellement inspirante qu’elle a influencée le cadre de vie des êtres humains désormais en paix. Une paix de courte durée lorsqu’à l’université de Bill et Ted, deux robots mécaniques ressemblant comme deux gouttes d’eau à nos deux héros débarquent aux cotés d’un tyran mégalo rêvant de rétablir la peur et l’ordre. Ni une ni deux, ce dernier utilise la cabine téléphonique à voyager dans le temps pour envoyer ses deux robots dans le passé assassiner Bill et Ted.

 

 

Et maintenant, place au rock’n’roll !

 

Les « Hot Shots », « Dumb et Dumber », « Rien que pour vos cheveux », « Wayne’s World 1 et 2», rien de mieux qu’une bonne comédie débile pour se vider la tête. Ne la vidée pas trop non plus ! Parfois du bon, parfois du mauvais, parfois entre les deux, ces films qui ne sont pas des modèles en matière d’œuvres cinématographique brillantes existent dans le but de nous faire marrer un bon coup et c’est tant mieux.  « Les folles aventures de Bill et Ted » fait parti de cette catégorie. Ou on rentre dans le délire, ou on ne rentre pas.

Bill & Ted's Bogus Journey bill ted et leurs doubles androides font du air guitare en plein désert

Vous avez passé un bon moment en regardant « L’excellente aventure de Bill et Ted »? Avez surtout pris plaisir découvrir ce film en utilisant le prétexte de le voir simplement pour Keanu Reeves tout minet  à la mèche rebelle faisant ses débuts ? Dans ce second épisode, apprêtez-vous à nager encore plus dans la débilité, le potache où parfois on sourit, parfois on rit aux éclats par tant de bêtises consternantes. Les premières minutes mettent dans l’ambiance et ça restera sur cette lancée jusqu’à la fin.

Les Folles Aventures de Bill et Ted Rufus devant la cabine téléphonique entouré des élèves de l'université futuriste de Bill et Ted

En 2060, nos deux gros idiots font office de héros ayant donné naissance à une société évoluée prônant l’intelligence et la gentillesse envers son prochain. Une ironie de voir deux ratés devenir des exemples pour l’humanité…mais c’est drôle. Dans ce futur, on se fringue comme des skieurs avec de grosses bottes bien trop grandes pour nos petits petons et, si nous sommes étudiant, avons droit à des cours d’histoire présentés par de vrais personnages historiques dans une université portant le nom de nos deux héros. Quand le leader d’un groupe de résistants irrité par cette société, débarque et se sert de la célèbre machine à voyager dans le temps ressemblant à  une cabine téléphonique pour envoyer deux robots retourner dans le passé et assassiner nos deux héros, on se dit que là, nous sommes loin du synopsis du premier opus. Et c’est tant mieux.  Un petit air de Terminator ? Juste un petit air.

Les folles aventures de bill et Ted la grande faucheuse au milieu de bill et ted désormais morts

En ce qui concerne l’esprit, ça reste du 100% Bill et Ted, un style proche de la série Code Lisa ou des films Wayne’s World. Bill et Ted, fraichement installés avec les deux jeunes princesses moyenâgeuses du premier opus dans un splendide appart loué, possèdent leur propre van designé par leurs soins et n’ont pas abandonné leur rêve: devenir stars de rock. Ici le duo se prépare à entrer en compétition avec d’autres groupes de rock. S’ils ne réussissent pas, ça sera l’armée…encore.

Les folles aventures de bill et ted bill et ted jouent au twister avec la mort

Vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer. Dans leur nouvelle aventure, Bill et Ted auront du pain sur la planche, passant du monde des vivants à l’enfer puis au paradis. De nombreux défis à relever, dans la joie, la bonne humeur. Trouver un moyen de retrouver le monde des vivants, gagner la compétition de rock, sauver leurs princesses Moyenâgeuses, et battre leur double robotique. Comédie loufoque oblige, gags et situations cocasses tiennent une place de choix. Comme cette scène archi culte où Bill et Ted affronteront La Mort elle-même au Toucher-Couler…au Cluedo…puis à un jeu de Hockey…puis au Twister…bon, vous apprendrez que La Mort « ou grande faucheuse » interprétée par William Sadler, elle est mauvaise joueuse. Par ailleurs, William Sadler nous l’a jouera Ingmar Bergman version décalé. Une mort émotionnellement fragile, affichant une mine de dépité. Un personnage juste génial sauvant le film du naufrage.

Les folles aventures de bill et ted concert de bill et ted entourés de leurs gentils robots et d'un des géants du paradis

En cours de route, des rencontres inattendues, quelques rebondissements prévisibles et décalés. Il n’y avait que dans un film comme « Les folles aventures de Bill et Ted » pour voir deux nigauds devenir potes avec La grande faucheuse et deux géants scientifiques ressemblant à des sortes d’aliens hideux au gros popotin et aux dents pourries, résidants au paradis. Pendant ce temps, les cinéphiles ne perdront pas leur temps puisqu’à un moment, ils navigueront en terrain connu, reconnaissant la célèbre « Promenade des Deux Pins », soit une énorme référence à « Retour vers le futur », et verront que quelques passages des « Folles aventures de Bill et Ted » sont fortement inspirés de classiques du cinéma.

Les folles aventures de bill et ted chuck de nomolos

En prime, on a de vrais méchants : les robots Evil Bill et Evil Ted encore plus stupides que leurs originaux ruinant le peu de vie positive qu’avaient leurs répliques originales, Chuck De Nomolos et ses allures de Dark Vador sans respirateur.

Les folles aventures de bill et ted les géants du paradis

Au fil de l’histoire, nous nous rendront compte que la nouvelle aventure de Bill et Ted a perdue en cours de route quelque chose d’important faisant la réussite du premier opus: son coté éducatif. Sans pour autant délaisser les tics de nos deux héros (air guitare en force !) et l’esprit rock, « Les folles aventures de Bill et Ted » change sa formule, proposant quelque chose de nouveau et plus rythmé. Une version adolescente de Wayne’s World? Ca s’en rapproche.

 

-Hey Ted ?

-Ouai ?

-Si jamais je meurs, je te donne tous mes disques de hard rock.

-Je te rappelle que t’es déjà mort.

-Ah ba ouai. Ba alors elle est à toi.

-Ha bon ? Ba je te remercie.

 

Au final, différent de son prédécesseur, Les folles aventures de Bill et Ted, certes en dessous, reste une œuvre débordante de joie communicative. Des réactions puériles de nos personnages en passant par des situations prétexte à faire rire ou lever les yeux au ciel, une histoire encore plus invraisemblable que celle du premier opus, le tout assaisonné d’une bande originale typée années 90, d’animatronique, de maquillage et d’effets spéciaux tous pourris, s’en est hilarant tant c’est stupide.  Bill et Ted, et leur groupe de rock les « Wyld Stallyns », reviendront en 2020 pour Bill and Ted Face The Music. Le rendez-vous est noté.  

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.